Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 23 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

ID, OS, Nerd : apprenez à parler "geek" en huit leçons

Marre de ne rien comprendre aux nouvelles technologies ? Devenez un véritable maître geek en quelques leçons. Extrait de "50 exercices pour devenir un vrai geek". (2/2)

Bonnes feuilles

Publié le
ID, OS, Nerd : apprenez à parler "geek" en huit leçons

Un nolife est un obsessionnel pratiquant une seule et unique activité informatique qui l’exclut du reste du monde. Crédit DR

Parler geek

Avant de courir, il faut savoir marcher. Aussi avant de parler de scripts en bash pour établir automatiquement une liaison VPN ou de paramétrage du crontab pour lancer des sauvegardes de plusieurs disques durant la nuit, il faut déjà connaître le b.a.-ba. Un membre de votre nouvelle communauté d’adoption s’appuie sur un vocabulaire particulier pour se faire comprendre de ses homologues.Voici quelques éléments indispensables de langage geek :

1. Un nolife : Un obsessionnel pratiquant une seule et unique activité informatique qui l’exclut du reste du monde.

2.

Gazouiller:« Twitter » quand on est québécois.

3.Un hikikomori : Un qualificatif pour les joueurs endurants. Ce nom est celui d’un Japonais devenu célèbre en réussissant à rester éveillé plus de soixante-douze heures devant World of Warcraft.

4.Un cookie : Un petit programme qui garde vos paramètres de connexion.

5. Un nerd : Une personne qui fait une fixette sur la science, l’informatique et la technologie. En un mot, une obsédée du high-tech sous toutes ses formes.

6. Une ID :Un code d’accès.

7. Un OS : Le système d’exploitation.

8. Un gamer : Un joueur passionné par les jeux vidéo de manière peu commune.

 

Que signifie le mot geek ?

Ne nous trompons pas d’ancêtres étymologiques ! La première chose à savoir quand on veut posséder la culture de base du monde des geeks, c’est l’origine de ce drôle de nom.

Vous êtes dans un dîner en ville et l’on vous dit. « Au fait, pourquoi dit-on geek ? » Du tac au tac, vous répondez :

1. « Du latin guiccere qui veut dire “errer à la recherche du gui”. »

2. « De l’anglais geck qui veut dire “imbécile”. »

3. « Du slang geck qui veut dire “pauvre inadapté de la vie”. »

4. « De l’américain geck qui veut dire “super pro”. »

5. « Du grec gekonos qui veut dire “heureux comme un pinson”. »

Débriefons. La bonne réponse est la 2. Soulignons au passage que vous n’avez pas dit « la réponse » ou « la référence étymologique » (au risque de retourner à Ringard Land), mais avez préféré : « Le code source du mot, c’est -------. » Même si ce dernier a fait son apparition en France au début des années 2000, ne croyez pas que le mot soit si récent que cela. D’après des recherches, on le trouve dès 1515 (aussi connue pour la célébrissime bataille de Marignan !) dans un vers d’Alexander Barclay, illustre moine et poète anglais, comme chacun sait. Après lui, même Shakespeare s’y serait mis. C’est dire !

Que lit un geek à la plage ?

Oubliez les idées préconçues : un geek aime lire. Simplement, il a ses préférences, comme les adeptes des romans sentimentaux ont les leurs et les fous de polar, leurs auteurs favoris. Il est donc temps de vous mettre à la page !

Un vrai geek emporterait tous les albums de Scott Pilgrim, les bouquins de Tolkien, la série des Fallon de Robert Jordan (parce que c’est plus snob, vu qu’elle n’est pas traduite en français) ou les livres de George R.R. Martin et ceux d’Asimov. Ce dernier a un cratère à son nom sur Mars, et ça, c’est la classe !

Le geek lit davantage l’heroic fantasy que Proust, il préfère la science fiction à un essai sur Kant. Bien entendu toutes les exceptions sont les bienvenues et peuvent être portées à la connaissance des auteurs de ce traité du geek en devenir. Il ajouterait une petite précision : « Au fait, ils sont tous disponibles en e-book. De toute façon, si ce n’est pas le cas, je ne les lis pas ! » Oups : dans notre scénario, pas d’électricité même par voie éolienne sur cette île déserte… Robinson, au secours !

 

Extrait de "50 exercices pour devenir un vrai geek", Emilie Devienne, Yves Peysson, (Eyrolles édition), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ravidelacreche - 21/07/2013 - 11:01 - Signaler un abus Dès fois...

    Je suis très emnerder par mon OS ?:o))

  • Par iznogoud - 21/07/2013 - 11:18 - Signaler un abus Cookie ?!?!?

    Un cookie serait un programme ?!?!? Tous les geeks qui vous lisent ont du se dire : WTF ? ;-)

  • Par Septentrionale - 21/07/2013 - 12:08 - Signaler un abus { autre parole en exaction ( cf le socialisme ) }

    " [...] " Imaginez les Ténèbres -- partout. [...]. Vous arrivez à concevoir une chose pareille? -- Oui ", déclara Theremon avec brutalité. Sheerin abattit son poing sur la table, pris d'une colère soudaine. " Vous mentez ! C'est impossible à concevoir. Votre cerveau n'a pas plus été fait pour cette conception que pour concevoir l'infini ou l'éternité. Tout ce qu'on peut faire, c'est d'en parler. [...] " Nightfall, Isaac Asimov

  • Par Morgan Bourven - 22/07/2013 - 11:32 - Signaler un abus Inepties

    Un hikikomori n'est absolument pas un joueur compulsif, et le terme n'a rien à voir avec World of warcraft ! C'est une pathologie psychosociale qui pousse les gens à se couper de la société en restant cloîtrés chez eux et en refusant toute communication. Le terme en lui-même signifie "être clôitré", ce n'est pas un nom. Entre ça et le cookie présenté comme un programme, ce livre m'a l'air d'être un vrai tissu d'inepties.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Emilie Devienne et Yves Peysson

Emilie Devienne, coach et membre "Associé" de la Société Française de Coaching, a d'abord été journaliste une vingtaine d'années. Elle est l'auteure d'une douzaine d'ouvrages et enseigne notamment à l'ISAM (Groupe Sup de Co Amiens Picardie), ainsi qu'à l'Université d'Aix-Marseille.

Yves Peysson est physicien et professeur en école d'ingénieurs.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€