Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 24 Novembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Huile de palme, Bisphénol A, paraben : ces produits qui les remplacent et qui sont aussi dangereux

L'industrie du plastique ainsi que l'industrie alimentaire, frappées respectivement par l'interdiction du Bisphénol A et par la taxe sur l'huile de palme, considèrent actuellement de nombreux substituts pour échapper aux contraintes législatives. Des doutes subsistent sur la teneur de ces composants, que la communauté scientifique n'a pas fini d'analyser.

Attention substitution

Publié le
Huile de palme, Bisphénol A, paraben : ces produits qui les remplacent et qui sont aussi dangereux

L'huile de palme, frappée par une taxe, devrait être remplacée par un produit tout aussi dangereux. Crédit Reuters

Atlantico : La taxe sur l'huile de palme, adoptée la semaine dernière par la France, devrait forcer les industriels à utiliser d'autres produits, supposés moins gras. En parallèle l'industrie du plastique entre dans une grande refonte de ses méthodes de production. Jean René Buisson, Président de l'Association nationale des industries alimentaires, déclarait à ce sujet : "notre grande inquiétude, c'est de commercialiser un produit sur lequel on a moins de recul [...] et qui pourrait être moins sûr que les produits actuels". Le milieu industriel contrôle t-il vraiment ces nouveaux éléments ?

Charles Pernin : Pour ce qui est du Bisphénol A, il s’agit d’un élément qui couvre un spectre extrêmement large de produits (bouteilles de boissons, emballages, bonbonnes de gaz…) ce qui laisse penser qu’il n’y aura pas qu’un seul substitut facilement analysable et identifiable, mais toute une myriade de nouveaux composants qui ne feront pas l’objet d’une attention scientifique très poussée. On peut ainsi s’inquiéter de se retrouver d’ici quelques mois avec des produits tout aussi dangereux ; et il faudra être extrêmement vigilant sur les expertises qui détermineront leur choix. Cela pose un problème de veille scientifique, car la plupart des études prendront un temps extrêmement long avant d’être achevées, alors que pendant ce temps les fameux produits de substitutions auront été commercialisés de longue date.

Quels produits pourraient remplacer aujourd'hui l'huile de palme et le bisphénol A, et sont-ils sûrs ?

Charles Pernin : Tout d’abord, pour ce qui est de l’huile de palme, on trouve en effet d’autres matières grasses assez proches dans leur utilité, ces dernières permettant d’ajouter une texture croustillante, ou moelleuse. Le candidat le plus crédible à cette heure pour remplacer l’huile de palme serait l’huile de coprah, qui est issue de la noix de coco, dont le prix serait bien plus attractif, ce produit étant moins cher et moins taxé. Ce composant est aussi particulièrement riche en acide gras saturées, ce qui laisse envisager qu’on ne fait actuellement aucun progrès en terme de santé nutritionnelle avec cette taxe sur l’huile de palme. Les industriels se penchent aussi sur d’autres huiles (tournesol, arachides, colza…), initialement moins grasses, mais qui seront modifiées par ce que l’on appelle le principe d’hydrogénation qui renforce la teneur de ces mêmes acides gras pour atteindre une proportion plus ou moins équivalente à celle que l’on obtient aujourd’hui avec l’huile de palme.

Le remplacement du Bisphénol A fait aussi l’objet de polémiques : des listes de substituts ont ainsi été établies par l’ANSES (Association nationale de sécurité sanitaire, NDLR), et une bonne partie d’entre eux sont considérés comme réglementaires, bien que l’on ait effectivement peu de « recul », pour reprendre l’expression de M. Buisson, pour juger les éventuels effets à long terme de tels produits, notamment sur le plan des perturbations endocriniennes. Ainsi on oublie de dire qu’il y a d’autres types de Bisphénol (notamment le Bisphénol S) que l’on envisage dans ces listes de remplacement mais dont l’on ne connait pas vraiment les éventuels effets pervers. D’aucuns ont aussi évoqué la création d’un Bisphénol A durable, ce qui m’apparaît extrêmement douteux lorsque l’on sait que le principe de durabilité se combine à celui de santé.

Myriam Cohen : L’interdiction pose tout d'abord le problème de la faisabilité technique sur le plan de la substitution. Si on n'intégrait pas de conservateurs dans les divers produits cosmétiques, la formule deviendrait vite (parfois en quelques jours) un véritable bouillon de culture où se développeraient des bactéries parfois très pathogènes et dangereuses pour la santé humaine. Assurer la conservation d'un produit est indispensable, il en va de la responsabilité de son fabricant et de la sécurité de son utilisateur. La recherche n'a hélas pas abouti aujourd'hui à des alternatives utilisables à grande échelle, et beaucoup de conservateurs de substitution peuvent être allergisants ou irritants, tels que :

  • l’alcool benzylique (substance allergène)
  • l’acide sorbique
  • l’acide benzoïque
  • l’acide salicylique
  • l’acide déhydroacétique (DHA)
  • l’alcool

Il faut préciser que pour une bonne partie de ces produits, les effets secondaires ne sont pas tous connus.

De même, des conservateurs dits « naturels » tels que les huiles essentielles, bactériostatiques et/ou antifongiques, peuvent aussi être allergisants. Parfois photo-sensibilisantes et généralement contre-indiquées chez les femmes enceintes, allaitantes ou chez les jeunes enfants. La quête du substitut idéal se poursuit mais est pour l'instant loin d'être achevée.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par sbgf43 - 19/11/2012 - 08:40 - Signaler un abus La vérité ???

    Une fois de plus les décisions prises par des politiques incompétents et dans l'opportunité sont bafouée par la dure réalité scientifique.

  • Par jerem - 19/11/2012 - 11:07 - Signaler un abus on compte sur les commerciaux !!!

    comme pour les boules anti mites qui coutaient pas mplus d'un euro le paquet qui presentaient l'avantage de se desagreger toutes seules. un beau matin on nous a sorti le produit sans rien dire et il a fallu attendre un bon moment pour entnedreparler d'une risque probable (et on reconnu comme pur le diesel) cancerigene. Resultat les nouveaux produits sont des arnaqeus de premieres sur lesquels figurent des avertissements de meme ordre , a trois le prix et pour des pastilles qui ne se desagregent pas mais d'emiettent dans le linge ...... oui effectivement le consommateur est ravi , suremeent pas autant que le vendeur qui a bien evidemment aucun probleme derriere.

  • Par troiscentsalheure - 19/11/2012 - 11:08 - Signaler un abus Les produits écologiques

    sont sans paraben, sans conservateur, sans aluminium, sans alcool, etc...C'est un peu plus cher mais souvent plus économique car plus efficace. C'est juste une question de choix: s'intoxiquer ou se préoccuper de l'environnement et de la vie. Pour le commun des mortels qui font confiance à la société de consommation il y a les produits qu'on connait avec les effets qu'on connait.

  • Par jerem - 19/11/2012 - 11:09 - Signaler un abus la dure realité sicentifique ?

    oui , comme pour l'amiante , on attend une bonne paire de decennie entre le risque revele du diesel et ses micro particules et l'interdiction du produit ....

  • Par walküre - 19/11/2012 - 11:49 - Signaler un abus La bonne question est :

    pourquoi diable utiliser des produits dangereux et inutiles en apparence ? En apparence car leur seule utilité c'est d'enrichir les quasi-monopoles chimiques. Les produits naturels se conservent autant que les autres, sont meilleurs, et ne présentent pas de danger. Alors STIOP bandes d'hypocrites de menteurs et d'assassins en puissance.

  • Par cbrunet - 19/11/2012 - 18:31 - Signaler un abus La bonne question

    Pas sympa walküre de chiper mes maigres arguments ! En effet les 15 000 molécules de synthèse dont nous sommes copieusement abreuvés pourraient ne pas exister et encore moins être utilisées ! Assassins .

  • Par pecqror - 19/11/2012 - 21:36 - Signaler un abus Et en attendant!!

    En attendant, les produits bios continuent d'intoxiquer des gens et dans certain cas, les tuer... http://www.ars.paca.sante.fr/05-10-2012-Intoxication-suit.145346.0.html

  • Par catherinemdmarsan - 20/11/2012 - 15:34 - Signaler un abus alternatives ?

    Il parait que l'alternative à l'huile de palme, l'huile de tournesol ou de colza, est encore pire d'un point de vue santé ! http://www.facebook.com/pages/Touche-pas-%C3%A0-mon-pot-Non-%C3%A0-la-taxe-Nutella/373347612752994

  • Par Superchon - 20/11/2012 - 20:39 - Signaler un abus Huile de palme vraiment néfaste ?

    L'huile de palme possède de nombreuse qualité d'ailleurs elle est très écologique. Faut-il vraiment nous en séparer ? Un article détaillant ses avantages : http://ow.ly/frRoK

  • Par CharlesCLCV - 23/11/2012 - 10:09 - Signaler un abus Précision

    Bonjour, Ayant été interrogé dans le cadre de votre article, je réagis car il contient une erreur importante que je veux rectifier. Concernant les huiles qui pourraient se substituer à l'huile de palme, le problème n'est pas qu'elles soient plus grasses que l'huile de palme. Par définition, une huile c'est 99,999999% de gras et un tout petit peu de vitamines et cela est vrai pour toutes les huiles ! Elles apportent toutes les mêmes quantités de calories aux 100 g (900 kcal). Ce qui les différencie, ce sont les teneurs relatives des "différents gras" ou, en termes plus scientifiques, des différents lipides ou acides gras saturés. Certaines huiles sont plus riches que d'autres en acides gras saturés, d'autres contiennent plus d'acides gras insaturés etc... On en vient même à distinguer au sein de ces catégories, les acides gras de façon "individuelle", car on pense qu'ils ont des effets différents sur la santé. Ainsi, l'acide gras palmitique, présent dans l'huile de palme mais aussi dans bien d'autres matières grasses (du lait, de la viande) est un acide gras que l'on soupçonne de contribuer au risque cardiovasculaire et dont il faut limiter (mais par supprimer) la consommation.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Myriam Cohen Charles Pernin

Myriam Cohen est docteur en pharmacie, diplômée en dermopharmacie ainsi qu'en cosmétologie. Elle se penche depuis longtemps sur les problèmes liés à l'utilisation des matières plastiques dans les produits cosmétiques. Elle anime aussi le site "Le Guide des Cosmétiques" qui s'occupe d'actualité pharmacologique.

 

Charles Pernin est chargé de mission alimentation et santé pour l'association Consommation logement cadre de vie (CLCV).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€