Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 24 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les leçons à tirer de la régression démocratique hongroise

De retour de Budapest, Serge Federbusch revient sur les bouleversements que traverse actuellement la Hongrie. Une atteinte à la démocratie d'autant plus inquiétante, que ce pays a toujours été une sorte de poisson-pilote historique en Europe.

SOS démocratie

Publié le - Mis à jour le 5 Janvier 2012

Profitant de la majorité des deux tiers dont dispose le Fidesz (parti politique hongrois de droite et centre droite) son parti, au Parlement, Viktor Orban, Premier ministre habile et non dénué d’un humour populiste, multiplie les "coups de canif" contre le pluralisme et la liberté d’expression.

La Constitution est modifiée pour mieux contrôler la magistrature, et la nouvelle loi électorale va rendre très difficile toute alternance... dès lors que l’opposition est émiettée, et que la prime va au parti arrivant en tête, lui assurant ainsi une majorité écrasante. Les journalistes de la télévision publique qui protestent sont licenciés, la seule radio d’opposition a perdu sa fréquence, etc.

Hillary Clinton s’est émue à juste titre de ces menaces pour le pluralisme, emboîtant le pas à Viviane Reding (Vice-présidente de la Commission européenne), qui l’avait fait au nom de l’Union européenne.

Il ne s’agit pas encore d’une attaque frontale contre la démocratie, mais d’une offensive par petites touches, comme savent le faire les régimes autoritaires intelligents. Des dizaines de milliers de personnes ont osé défier l’ordre établi dans les rues pour dénoncer ces dérives. Daniel Cohn-Bendit n’a pas eu tort de comparer Viktor Orban à une sorte de Hugo Chavez européen en devenir, s’attirant des médias proches du pouvoir la seule réplique d’être un pédophile. C’est un peu court, jeunes gens.

Lorsqu’on déambule près du Parlement comme dans toutes les rues de Budapest, on ressent comme une chape de plomb sur la ville, et ce climat pesant n’est pas dû qu’à la torpeur d’un Noël où les familles restent traditionnellement chez elles.

Si Viktor Orban se mue en Hugo Chavez européen, son principal problème est qu’il sera un Chavez sans le sou : la crise économique est profonde, le forint (monnaie hongroise) perd sans cesse de sa valeur. La Hongrie ne sait plus où trouver les milliards dont elle a besoin pour rembourser ses dettes, l’Union européenne lui fait les gros yeux et les condamnations américaines ne vont pas l’aider à se retourner vers le FMI (fonds monétaire international), comme le gouvernement l’espérait il y a quelques semaines encore. Les Hongrois ont eu la mauvaise idée de beaucoup emprunter en franc suisse, et la dette publique est désormais classée en catégorie spéculative BB+ par les agences de notation.

A nouveau, Viktor Orban tente de répondre par la fuite en avant... Il va reprendre le contrôle de la Banque centrale, ce qui fait tousser derechef les institutions financières internationales, celles dont précisément il espère le soutien. Qu’on ne se trompe pas : l’auteur de ces lignes n’est pas un afficionado de l’Europe de Bruxelles ou de l’indépendance des banques centrales. Cependant, il ne faut pas jeter le bébé démocratique avec l’eau du bain technocratique. La dénonciation des travers européens ne doit pas servir de prétexte à tordre le cou, même en douceur, aux principes de liberté.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par HR - 04/01/2012 - 10:49 - Signaler un abus Démocratie? mais de quoi il parle?

    La Hongrie est une "démocratie parlementaire". Comme la "démocratie populaire", elle n'a rien de démocratique. La Hongrie a un parlement mono-caméral, élu selon le principe profondément anti-démocratique de la proportionnelle. La Hongrie n'est qu'un autre chapitre de "L'histoire de la démocratie, en Europe, c'est l'histoire de la défaite de la démocratie."

  • Par HR - 04/01/2012 - 10:54 - Signaler un abus Démocratie? mais de quoi il parle? suite .

    C'est article est quand même intéressant en ce qu'il est une bonne illustration de ce que la démocratie, pour des idéologues européens, ce serait un peu comme la lumière. Des fois on perd de l'énergie, elle baisse. Et même parfois, quelqu'un coupe le courant et il faut attendre que quelqu'un appuie sur le bouton ou change le fusible.

  • Par HR - 04/01/2012 - 10:58 - Signaler un abus Démocratie? mais de quoi il parle? Fin

    Les élections américaines en cours rappellent ce qu'est le principe fondamental de la Démocratie, avec une majuscule, comme pour un régime politique comme République ou Ancien Régime. Un système invariable, à quelques amendements près, et qui, notamment, interdit la séparation des pouvoirs. Séparation des pouvoirs qui n'existe pas en Europe.

  • Par texarkana - 04/01/2012 - 13:17 - Signaler un abus Quelle "régression démocratique"?

    Les mêmes chroniqueurs bien-pensants critiquent aussi la démocratie directe à la Suisse...y a t il une loi non écrite selon laquelle tous les Etats d'Europe doivent aligner leur systéme politique sur le nôtre? trés "démocratique" en effet (à la ex soviétique)....

  • Par Aristote - 04/01/2012 - 17:22 - Signaler un abus Logique

    Si le peuple vote la fin de la démocratie, au nom de quoi protester ?

  • Par slavkov - 04/01/2012 - 17:24 - Signaler un abus ras-le-bol

    ... il serait temps qu'on arrive au niveau de chevilles de la jeune démocratie hongroise ...

  • Par brennec - 04/01/2012 - 17:33 - Signaler un abus Quelle "valeur" pour une monnaie papier?

    "le forint (monnaie hongroise) perd sans cesse de sa valeur.", vous voulez dire par rapport aux autres monnaies papier? Mais toutes ces monnaies n'ont aucune valeur propre, il ne viendrait a personne l'idée de les conserver dans un tiroir plus de quelques jours, contrairement a l'or dont la valeur n'a pas bougé sur un siècle (une once permet de s'acheter un beau costume)

  • Par flogo - 04/01/2012 - 17:35 - Signaler un abus Pendant ce temps là...

    D'autres s'inquiètent de l'islamisation des gouvernement des pays arabes. Lorsqu'on introduit la religion dans une constitution on devient hémiplégique !

  • Par a.l.l. - 04/01/2012 - 19:23 - Signaler un abus Souverainisme in vivo, démocratie au caniveau.

    Au moins en Hongrie il passe quelque chose, sinon qu'est-ce qu'on s'emmerde !

  • Par bobocleaner - 04/01/2012 - 20:57 - Signaler un abus Il n'y a aucune regression democratique en Hongrie

    La hongrie a travers une majorité librement élue à prés de 55 % des voix ( le jobbik faint 16 % de son coté ) essaye de résister à la commission européenne et à l'argent cosmopolite. Les lobbyistes à Bruxelles relaient les caricatures sur le FIDESZ et Orban car il ne leur pardonne pas d'avoir essayé de taxer les multinationales localement et de défendre les Hongrois. Aprés 1956 et l'URSS 2012 UE.

  • Par Léonidas - 04/01/2012 - 21:02 - Signaler un abus Hongrie, phare de l'Europe

    Ah, quand le peuple ne vote pas comme il faut, nos bobo-gauchos qui règnent sur le politiquement correct hurlent qu'il y a populisme et dérive de la démocratie. Puisse Federbusch parler vrai et que le présent de la Hongrie annonce le futur de nos démocraties : quel ménage on va pouvoir faire !!

  • Par VeLiVoS - 04/01/2012 - 22:19 - Signaler un abus Comparer ce qui se passe en Hongrie ...

    avec ce qui se passe dans des pays dominés par la religion musulmane et sous régime de la charia dénote une bonne dose de cynisme ou une ignorance crasse ! ! Enfin, comme le ridicule ne tue pas, tout est permis dans les commentaires !

  • Par Durand - 04/01/2012 - 23:30 - Signaler un abus Chavez de droite

    Quand je lis certains des commentaires, je me marre. Sous prétexte qu'Orban se heurte à la commission euroépenne, il faut le soutenir. ça me rappelle feu danielle mitterrand qui soutenait Chavez parce qu'il s'oppose aux américains. Faut prendre des vacances les garçons. Un abruti est un abruti, un salaud un salaud même s'il fait braire ceux que je n'aime pas. Back to the USSR.

  • Par Mérovingien - 05/01/2012 - 04:46 - Signaler un abus VIVE LA REPUBLIQUE ET VIVE LA FRANCE

    Les donneurs de leçons de démocratie bolchevique rentrez chez vous en Korée du Nord c le paradis du socialisme ! Les islamistes, allez porter votre tente noire à la Mecque et ne revenez plus.

  • Par VeLiVoS - 05/01/2012 - 07:39 - Signaler un abus Chavez, Islam, ...

    Tout de suite les gros maux ! ! ! Sous prétexte qu'Orban ne se plie pas au diktat atlantiquo-européistes, les médias rugissent ... et les moutons bêlent ! ! Á noter la très bonne rubrique sur le sujet ce matin de Zemmour, rubrique dans laquelle il rappelle aux habituels donneurs de leçons des faits historiques pas si éloignés de notre époque ! ! Á méditer.

  • Par Ravidelacreche - 05/01/2012 - 11:43 - Signaler un abus God bless hungaria

    What else ?

  • Par texarkana - 05/01/2012 - 11:54 - Signaler un abus Liste des pays européens (membres ou non de l'UE)

    ayant depuis 20 ans déclenché l'ire de la Superclasse européiste : - Russie - Biélorussie (embargo) - Turquie (candidat U E) - Serbie (bombardée, en partie occupée) - Pologne - Autriche (embargo mentionné) - Hongrie - Royaume Uni - Italie - Grèce "La construction européenne a ouvert une ére de paix" MDR!

  • Par elcondor - 05/01/2012 - 14:26 - Signaler un abus La Lune et L'imbécile qui regarde le doigt....

    Navrant de voir l’inculture crasse et le manque de recul politique de la plupart des intervenants: c'est très inquiétant pour les principes démocratiques. Il suffit qu'un guignol, pour faire passer des lois carrément liberticides montre du doigt l'Europe, les marchés etc etc (boucs émissaires bien pratiques) pour que vous le souteniez, sans autres arguments que les siens

  • Par texarkana - 05/01/2012 - 15:07 - Signaler un abus @ elcondor

    Vous n'avez jamais entendu parler des Indignés? Ils ont fait exactement la même chose que les internautes d'Atlantico, les avez vous critiqués? d'autre part Orban est presque un modéré en Hongrie, le parti Jobbik (18% de l'électorat) a même des positions plus radicales : va t il falloir rééduquer le peuple hongrois?

  • Par VeLiVoS - 05/01/2012 - 15:09 - Signaler un abus Elcondor, loi liberticide = mot paralysant l'adversaire

    commes certains agitent le danger du facisme, à savoir ceux qui n'ont pas d'argument. Quelle loi liberticide mentionnez-vous ? 1) mode de scrutin modifiée ? Il a fait quoi Mitterrand pour être élu ? 2) contrôle de la magistrature (aucun détail dans l'article) ? En France c'est un syndicat de gauche qui contrôle tout quelque soit le résultat des urnes. Belle démocratie que nous avons en effet ! !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Serge Federbusch

Serge Federbusch est président du Parti des Libertés, élu conseiller du 10 ème arrondissement de Paris en 2008 et fondateur de Delanopolis, premier site indépendant d'informations en ligne sur l'actualité politique parisienne.

Il est l'auteur du livre L'Enfumeur, (Ixelles Editions, 2013) et de Français, prêts pour votre prochaine révolution ?, (Ixelles Editions, 2014).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€