Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 20 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Hommage des entrepreneurs à "Jean d'O - les Yeux bleus" et à "Johnny l’invincible"

PME, allumons le feu. Doutons des Dieux. Hommage des entrepreneurs à Jean les Yeux bleus et Johnny l’invincible. Pourquoi les Gens aimaient-ils ces deux Jean ?

Les entrepreneurs parlent aux Français

Publié le
Hommage des entrepreneurs à "Jean d'O - les Yeux bleus" et à "Johnny l’invincible"

La musique et la culture se vendent manifestement mieux que l’économie. C’est certainement mieux ainsi. Penser que l’homme est une espèce dont le destin n’est lié qu’à ses performances économiques, est exactement ce qui alimente la folie de ceux qui investissent dans l’intelligence artificielle pour nous remplacer. A penser que nous n’avons qu’une fonction utilitaire, que nous ne sommes qu’un outil plus ou moins performant, nous alimentons ceux qui ne nous pensent et ne nous voient, qu’à travers la fonction que nous pouvons remplir.

A laisser penser que la vie de l’homme se limite à la performance et à la consommation, nous consolidons chaque jour un peu plus la frontière qui nous sépare de l’animal que nous sommes toujours, malgré notre arrogante attitude. Pourtant nous aimerions avoir en nous quelque chose de Tennessee.

Nous construisons avec une obsession inquiétante, un mur qui nous sépare de la machine à émotion qui nous distinguera toujours de la machine à calcul. Voir que la France se mobilise pour Jean D’Ormesson et Johnny Halliday, rassure sur la destinée de l’homme, dont les larmes sont les plus sûrs moyens d’irriguer le terreau de l’avenir, un avenir qui continuera à préférer la passion à la seule raison, l’amour sur le seul calcul, l’imprévisibilité sur le prédictif, le chaos sur la linéarité, le risque à l’ennuyante certitude.

Le hasard n’existe peut être pas. Peut être existe t-il un destin écrit, un mystérieux chemin invisible, fruit d’un temps déjà passé dans une autre dimension, qui « fuit » sur le nôtre et nous laisse l’illusion de la maîtrise, quand nous ne serions que ses esclaves. D’Ormesson disait qu’il n’existe pas de hasard. Il n’existe que « des rencontres accidentelles de nécessité » disait-il. C’est une autre vision d’un avenir déjà écrit. Il ne savait pas si ce mystérieux destin était le fruit d’un Dieu. Il croyait en son existence, et en doutait. Tour à tour. « Il disait DOUTER en Dieu ! ». Encore une de ses formules divines qui nous manqueront tant.

Johnny, même pour le non fan que je suis, fait pourtant partie de ma vie. Il fait partie de celle de tous les Français. Sa voix, les décennies traversées, ses chutes et ses rebonds ont constitué un marqueur parfois involontaire des ruptures du temps, des cultures et des époques. Mais il est la preuve que l’homme résiste au temps quand il devient le dieu de l’émotion. L’émotion résiste au temps. Elle est universelle, et Johny en était le symbole absolu. Il a réussi à durer bien plus longtemps que les icônes que le passé nous a déjà volé. Coluche. Piaf. Brel. Et tant d’autres.

Les yeux et la voix, l’appel aux sentiments, à la rage, à la dépression, à l’envie perdue, au bonheur retrouvé. Le chanteur abandonné ne l’a jamais été. Tout ce qu’il représente, comme Jean D’Ormesson, c’est ce regard bleu, resté espiègle et perçant pour l’un, tantôt abattu et mille fois réanimé, dévorant d’envie, pour l’autre. Ils font chacun appel à notre instinct, notre quête du beau et de la diversité, mais aussi au profond déséquilibre de l’homme, qui rêve, à chaque chute, de rebondir. Qui rêve et espère. Tout ce que la machine se refusera à faire.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par kelenborn - 11/12/2017 - 16:16 - Signaler un abus je ne lis même plus

    Le lundi c'est comme ça: au menu Sylvestre +Jacquet: Parmentier de crapaud plus salade de Pisse-au-lit!!! Tirons la chiasse!

  • Par lima59 - 11/12/2017 - 16:54 - Signaler un abus Les mots justes

    En vous lisant, je sens monter en moi un bouquet d'émotions.

  • Par lima59 - 11/12/2017 - 16:58 - Signaler un abus Les mots justes

    En vous lisant, je sens monter en moi un bouquet d'émotions.

  • Par fanfoué - 11/12/2017 - 20:59 - Signaler un abus @kelenborn

    Si vous ne lisez plus, alors passez votre chemin et épargnez nous vos vulgarités.

  • Par OLYTTEUS - 11/12/2017 - 22:30 - Signaler un abus Merci monsieur Jacquet

    pour cette belle méditation sur l'Homme. @kelenborn: personne ne vous oblige à lire ces articles et de grâce, gardez vos insanités pour vous.

  • Par ISABLEUE - 13/12/2017 - 09:49 - Signaler un abus Merci

    Trés beau texte. trés émouvant.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Denis Jacquet

Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€