Vendredi 25 avril 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quand on aime on ne compte pas

Xavier Bertrand annonce l’allongement de la durée des cotisations à 41,5 ans pour bénéficier d’une retraite à taux plein pour les personnes nées à partir de 1955 ; Hervé Novelli (n°2 de l’UMP) explique qu'il faudra supprimer les lois Aubry sur le temps de travail en cas de victoire de la droite en 2012. La Conférence nationale sur les rythmes scolaires quant à elle préconise une réduction de la durée hebdomadaire de classe de 24 heures à 23 heures, mais sur une année qui pourrait s’allonger de 36 à 38 semaines.

EDITORIAL

Publié le 5 juillet 2011
 

Au pays des 35 heures, nous nous gargarisons souvent d’être un des pays au plus fort taux de productivité (rapport entre valeur produite et quantité de travail+capital nécessaires). Mais on oublie souvent de préciser qu’il s’agit de productivité horaire, qui une fois ramenée par habitant (et non par salarié) est bien moins à l’avantage de la France ! Oui, nous travaillons effectivement moins que bien d’autres nations concurrentes.

Mais lorsqu’il s’agit d’innovation, la productivité horaire est moins importante, parce que l’aptitude à trouver des idées ne dépend pas seulement du coût horaire de ceux qui la cherchent, mais aussi du montant investi en recherche & développement, de l’envie et de la motivation, de la capacité à s’ouvrir sur le monde, à écouter les autres, à réagir, à anticiper. Apple n’aurait-il pas conçu l’I-phone en travaillant 35 heures ? Nous confondons souvent productivité et compétitivité. En réalité aujourd’hui la question bien souvent n’est pas celle du temps de travail mais du pourquoi nous travaillons. Ce qui compte alors pour être compétitif et attractif, c’est la capacité à innover, à générer de la valeur ajoutée.

La compétitivité ne dépend pas uniquement du nombre d’heures travaillées

La compétitivité ne dépend pas uniquement du nombre d’heures travaillées, mais aussi et surtout de l’environnement de travail, c’est le défi managérial de notre époque.

Dans les années 1980, le site de production Nummi devint le site au meilleur taux de productivité de toutes les usines General Motors, avec un niveau d’automatisation pourtant inférieur à la moyenne. Mais en diversifiant les tâches des ouvriers, en les rendant moins abrutissantes, le taux d’absentéisme et de conflit, qui était l’un des plus élevés de GM, devint l’un des plus bas.

Si la question de la motivation au travail est celle du « pour quoi faire », il en est de même pour celle de la productivité. C’est d’ailleurs pour cela qu’il s’agit d’un sujet sensible auprès de l’opinion. Gain de productivité, soit, mais à qui profite-il ? Si le gain obtenu génère de la profitabilité supplémentaire, la question de la répartition des richesses se posera, surtout pour des salariés qui dans leur majorité (62%*) ont déjà le sentiment d’une augmentation de leur charge de travail depuis 2010.

Finalement, la reconnaissance et l’implication sont des leviers parfois bien plus efficaces pour la productivité que les bienfaits attendus des mesures législatives sur la fiscalité et le temps de travail. Davantage que le nombre d’heures travaillées, c’est le nombre d’heures motivées qui impacte favorablement et durablement productivité et compétitivité. Donner davantage de responsabilité, de perspectives, de reconnaissance (55% des salariés ont le sentiment que leurs efforts ne sont pas reconnus par leur hiérarchie*), et de motivation sont des moyens bien plus efficaces que la loi pour faire travailler davantage.

Les salariés attendent de plus en plus des employeurs privés et publics qu’ils se préoccupent d’enjeux environnementaux et sociaux, de bien-être au travail, de formation, etc. et pas uniquement qu’ils produisent de la rentabilité. Inversement, l’attente vis à vis du salarié ne peut être uniquement quantitative, se bornant à « un temps de présence exigé » comme d’autres attendent du « temps de cerveau disponible ». A choisir, mieux vaut des salariés motivés et enthousiastes à 35h que passifs à 39.

 

* « Les Français et leur rapport à l'entreprise », 20minutes.fr, En Ligne Pour l'Emploi, et OpinionWay – mai 2011, échantillon représentatif de salariés français.

 


Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par kracken - 06/07/2011 - 20:32 - Signaler un abus exemple

    Warren buffet est milliardaire mais il n'achetera qu'une baguette de pain par jour. Donne ce milliard à 1 milliard de personne et c'est un milliard qui retourne dans le marché au lieu de dormir bine sagement chez warren buffet.
    Merci d'avor pris le temps de me lire.

  • Par kracken - 06/07/2011 - 20:28 - Signaler un abus competitivité face à l'allemagne

    Ajouté a cela un taux d'inflation faible mais bien présent et on obtient la situation actuelle, Les gens n'ont plus les moyen d'acheter d'ou une faible croissance, croissance indispensable à toute competitivité.
    En cnonclusion, les 35 heures ne sont cause du manque de competitivité mais la redistribution des richesses.

  • Par Redheart - 06/07/2011 - 20:27 - Signaler un abus un passeport pour New York, et vite !

    De toute manière le jour ou les bourgeois boursoufflés de pognons réussiront à nous faire bosser 100 heures par semaines pour 100 euros par mois, peut être cesseront ils enfin de vouloir tous nous asservir tel des gueux modernes
    >Décidément , il faut absolument que tous ces néo libéraux dégagent aux USA, vu qu' ils rêvent de faire de notre pays le 51 e état américain.

  • Par kracken - 06/07/2011 - 20:24 - Signaler un abus competitivité face à l'allemagne

    Par ailleurs, la rigueur sur les salaires pratiquée en allemagne à completement cassé la consommation intérieure. Or l'insee ( vive les sources non partisanes) à publier une étude sur la stagnation des salaires moyens en france les 20 dernières années ( les 35 heures n'était pas encore presentes)au profit des hauts revenus et des dividendes.

  • Par kracken - 06/07/2011 - 20:19 - Signaler un abus Competitivité face à l'allemagne

    L'allemagne a une économie principalement industrielle tourné vers les exportations par conséquent le cout horaire doit être competitif face aux autres pays. La france a une économie de service orientée vers la consommation intérieure. Une baisse général du cout du travail béneficierait à l'ensemble du marché intérieur autrement dit personne ne gagnerait d'avantage subtantiels.

  • Par kracken - 06/07/2011 - 20:11 - Signaler un abus Competitivité face aux pays europeens

    La france reste et de loin la deuxième économie européenne et cela même avec les 35h donc la suppression n'est aucunement une obligation vis à vis deux.

  • Par kracken - 06/07/2011 - 20:10 - Signaler un abus Competitivite face aux pays emergents

    La suppression des 35h ( pour 40h par exemple) permettrait de baisser le cout horaire du travail (nerf de la guerre pour tout bon liberal qui se respecte) et c'est un fait. Maintenant, il me parait utopique de croire que cela suffira à concurrencer les salaires chinois ou le salaire moyen est 3 fois inférieur au SMIC et cela même avec une augmentation du nb d'heure de travail de 15%

  • Par kracken - 06/07/2011 - 20:05 - Signaler un abus Du non sens de la suppression des 35h.

    UNe telle mesure a pour but d'augmenter la competitivité mais contre qui car la competitivité se mesure face à quelque chose ou quelqu un.
    Ainsi j'argumenterai dans un premier temps de la competitivité face au pays emergents puis dans un second face aux pays europeens et allemand en particulier.

  • Par Khemas - 06/07/2011 - 17:22 - Signaler un abus Sans compter l'orthographe et

    Sans compter l'orthographe et la syntaxe, de plus en plus aléatoire. Faites un effort, au moins. Qui espérez vous convaincre ?

  • Par Khemas - 06/07/2011 - 17:21 - Signaler un abus Votre rhétorique se dégrade

    Votre rhétorique se dégrade post en post, maintenant vous allez essayer de nous convaincre que décider de sortir ou non des 35h n'est pas un débat à dominante économique : on aura vraiment tout vu sur ce site.

  • Par Khemas - 06/07/2011 - 17:19 - Signaler un abus De l'idéologie politique ?

    De l'idéologie politique ? Est ce que vous savez au moins ce qu'est une idéologie ? Arrêtez de répondre, respectez votre intégrité intellectuelle, par pitié...
    Deux poids deux mesures, ben ouais logique, y'a deux situations et deux compétitivités différentes, donc on s'adapte, voyez :)
    En fait qu'est ce qui changerait ? N'observe-t-on pas deux poids deux mesures actuellement ?

  • Par fms - 06/07/2011 - 17:03 - Signaler un abus ceci n'est pas un débat économique

    "imposer le retour aux 40h dans le secteur public" n'est pas un débat économique, c'est de l'idéologie politique (qui sous-entendant que les fonctionnaires publiques ne travaillent pas)... surtout quand vous précisez la phrase précédente qu'il faut jouer "la liberté conventionnelle".
    Deux poids, deux mesures !
    Et le reste de vos conseils est à l'avenant !
    Malhonnête intellectuelle incluse

  • Par bascou - 06/07/2011 - 14:32 - Signaler un abus Parions !

    Si Droite et gauche votent pour tous (élus, SNCF, EDF, fonctionnaires dont ceratins partent à 50 ans) la retraite à 41.5 annuités je descends dans la rue pour dire oui ! Aux mêmes conditions bien sûr ! Mais comme la France des droits de l'Homme est une république bananière et celui de tous les excès et injustices sociales je dis non, alors que je suis à la retraite depuis 5 ans (parti à 64 ans)

  • Par Khemas - 06/07/2011 - 11:54 - Signaler un abus Soyez honnête, vous n'avez

    Soyez honnête, vous n'avez pas votre place dans ce débat.
    Vous ne comprenez strictement rien aux mécanismes économiques,vous ne faites que vous ridiculiser. Même votre vision politique est peu claire. Vous prétendez que le politique supplante l'économique,mais très sincèrement c'était valable du temps de l'empire Romain. La mondialisation empêche ce genre de politique depuis très très longtemps :)

  • Par Khemas - 06/07/2011 - 11:48 - Signaler un abus Vous les imaginez pures,

    Vous les imaginez pures, elles ne le sont pas. Une conjoncture existe, des mesures appropriées aussi. Comme vous dites, depuis les banquiers lombards, le capitalisme a évolué, mais ça veut aussi dire qu'il n'a pas disparu. Hors l'économie se décide au temps présent, pas sur un idéal futur. Sous prétexte de vous placer sur un plan politique, vous stagnez surtout au niveau idéologique.

  • Par fms - 06/07/2011 - 11:24 - Signaler un abus ha, au fait...

    je me contre-fiche de l'assurance-vie, je répondais à vos premiers commentaires sur le temps de travail, l'éducation, les allègement de charges, l'épargne...
    l'assurance-vie c'est pinuts à côté de ces questions. :o)

  • Par fms - 06/07/2011 - 11:22 - Signaler un abus c'est vrai...

    ça va être dur de se comprendre :o)
    Vous croyez à l'existence de mesures économiques "pures" hors contexte politique, je pense que le politique est plus important que l'économie.
    Vous pensez que la capitalisme ne peut être dépassé, il le sera... de la même manière qu'il a évolué depuis les banquiers lombards, avec ses échecs et ses réussites.
    Juste pour savoir, l'ORIENT est quoi ? et le SUD ?

  • Par Khemas - 06/07/2011 - 10:43 - Signaler un abus Commencez déjà par démontrer

    Commencez déjà par démontrer que vous comprenez au moins le minimum syndical, au lieu de rhétoriser bêtement. On va faire simple : les assurances-vie financent la dette publique française, mais aussi européenne, pensez vous que cette situation est viable ? Pourquoi ?
    Pour vous aider, un article sur Atlantico a paru aujourd'hui et très opportunément décrit les potentialités de cet état de fait.

  • Par Khemas - 06/07/2011 - 10:36 - Signaler un abus Vous me parlez de société et

    Vous me parlez de société et je vous parle d'économie. je pense qu'on ne se comprendra pas. Vous n'émergez toujours pas de votre opposition gauche/droite ou socialiste/libéral (au choix) quand je vous parle de climat économique observable de manière empirique. Je ne prétends pas dans ces commentaires décider du prochain président, rassurez vous.

  • Par Khemas - 06/07/2011 - 10:34 - Signaler un abus Je ne me positionne pas à

    Je ne me positionne pas à gauche non plus et je vous le répète, néo-libéral ne veut rien dire.
    Capitaliste? Bah,comment dire? Vous comptez révolutionner le mode économique dans lequel nous vivons et vivions bien avant notre naissance ? Joli programme en perspective.
    L'Occident EST capitaliste. Comment agir autrement qu'en respectant la règle du jeu ? La décision n'appartient pas à la France seule

  • Par Khemas - 06/07/2011 - 10:33 - Signaler un abus Je ne me positionne pas à

    Je ne me positionne pas à gauche non plus et je vous le répète, néo-libéral ne veut rien dire.
    Capitaliste? Bah,comment dire? Vous comptez révolutionner le mode économique dans lequel nous vivons et vivions bien avant notre naissance ? Joli programme en perspective.
    L'Occident EST capitaliste. Comment agir autrement qu'en respectant la règle du jeu ? La décision n'appartient pas à la France seule

  • Par fms - 06/07/2011 - 10:29 - Signaler un abus la loi protège les plus faibles...

    Dans le contexte économique actuel, supprimer les lois sur le travail revient à donner libre champs à ceux qui ont le pouvoir, donc à créer des inégalités.
    Quant aux arguments contre la réduction du temps de travail, ceux sont les mêmes depuis que l'état essaye d'encadrer le temps de travail au XIX° siècle : perte de compétitivité, chômage, temps libre permissif...
    Et nous restons la 5° puissance.

  • Par fms - 06/07/2011 - 10:10 - Signaler un abus n'imp !

    "mesures concrètes", "ni de droite ni de gauche", "justification économique et non politique"... Vous croyez réellement à ce que vous dites, ou c'est juste de la mauvaise foi ?
    Une pensée économique sous-entendant une organisation de la société et la votre aurait du mal à être revendiquée à gauche. Votre cadre de pensée s'élabore dans une vision capitaliste de la société et même néo-libérale...

  • Par Khemas - 06/07/2011 - 08:30 - Signaler un abus Fin

    "Enfin, je peux vous assurer que faire disparaitre les 35h comme moyen de competitivité est un non sens économique repris uniquement par la droite"
    L'affirmer ne suffit pas, il faut le prouver puisque c'est ce que vous tentez de démontrer. La justification doit être économique et non politique. Si je prétends que le soleil tourne autour de la Terre, ce n'est pas une preuve en soi.

  • Par Khemas - 06/07/2011 - 08:26 - Signaler un abus Alors que j'ai proposé de

    Alors que j'ai proposé de manière concrète plusieurs mesures dans mes premiers commentaires, qu'avez vous donc proposé à part une bonne grosse soupe au blabla ? Alors que vous avez été si prompt à me clasher, êtes vous capable d'avoir une pensée économique qui ne se résume pas simplement à la critique fade des idées venant d'un autre par des moyens rhétoriques ? Ca ne suffit pas.

  • Par Khemas - 06/07/2011 - 08:22 - Signaler un abus Je ne comprends d'ailleurs

    Je ne comprends d'ailleurs même pas comment vous pouvez parler de néolibéralisme considérant les quelques lignes que j'ai pu produire étant donné que le néolibéralisme n'existe pas et que c'est un terme commode et fourre tout. Quand on veut faire bien, on parle à la limite de néo-classicisme ou d'école de Chicago. A vrai dire, Baverez ne fait pas partie de cette mouvance.

  • Par Khemas - 06/07/2011 - 08:18 - Signaler un abus Borloo jusqu'à preuve du

    Borloo jusqu'à preuve du contraire n'est pas un économiste mais un avocat d'affaires. Je doute que sa connaissance du circuit économique soit suffisante à éclairer la situation. Je ne suis pas du tout néo-libéral, ni suppôt des USA, ni je le répète, de droite. Je suis pour les bonnes orientations, celles que le pays nécessite. Celles là ne sont ni de droite ni de gauche : vous êtes réducteur.

  • Par kracken - 06/07/2011 - 07:36 - Signaler un abus MONSIEUR KHEMAS

    Ma vision économique est trop longue pour être résumé en 400 caractère mais je la rapprocherai de celle de borloo. De plus, je ne pense pas qu'elle puisse vous interesser. Enfin, je peux vous assurer que faire disparaitre les 35h comme moyen de competitivité est un non sens économique repris uniquement par la droite comme un argument contre martine aubry pour les présidentielles

  • Par kracken - 06/07/2011 - 07:23 - Signaler un abus MONSIEUR KHEMAS

    Votre pensée est néolibérale car vous ne citez et ne reprennez a votre compte que des neolibéraux....
    Laissez baverez ou il est là SVP avec ces théories fumeuses mais ces interêts personnels bien réels...
    Si j'ai bien compris, le cac 40 à baisser à cause de l'etat. Et les mots crise, subprime, bulle internet et immobiliere....

  • Par Redheart - 06/07/2011 - 05:58 - Signaler un abus dans la société humaine, je

    dans la société humaine, je crois que le financier et le trader sont les pires inventions du monde du travail (si seulement c'en était vraiment)
    Car ces parasites nuisibles, à part servir leurs appétits égoïstes et sans fin, tels des obèses suintant de fric par tous les pores de la peau.
    Un jour le peuple vous fera raser les murs et vous fera payer la servitude et les humiliations subies

  • Par Redheart - 06/07/2011 - 05:53 - Signaler un abus De toute manière le jour ou

    De toute manière le jour ou les bourgeois boursoufflés de pognons réussiront à nous faire bosser 100 heures par semaines pour 100 euros par mois, peut être cesseront ils enfin de vouloir tous nous asservir tel des gueux modernes
    >Décidément , il faut absolument que tous ces néo libéraux dégagent aux USA, vu qu' ils rêvent de faire de notre pays le 51 e état américain.

  • Par Khemas - 06/07/2011 - 00:50 - Signaler un abus En citant le cac40 vous ne

    En citant le cac40 vous ne faites qu'énoncer ce que je dis, l'épargne est drainée par l'Etat et ne contribue pas à l'économie qui jusqu'à preuve du contraire, ne repose pas sur l'Etat, du moins dans une économie de marché. Décidément vous faites peine à voir.

  • Par Khemas - 06/07/2011 - 00:44 - Signaler un abus Ah et merci d'éviter les

    Ah et merci d'éviter les arguments du genre c'est des méchants libéraux, ils n'ont pas bonne presse même à droite. Je m'en cogne.
    Je ne me considère ni de droite, ni de gauche. Je préconise ce qui me semble être le mieux, point final. Je ne me sens aucune obligation vis à vis de la droite. Mais abreuvez nous donc de votre vision économique, au lieu de nous inonder de verbiage ! Que faire kracken ?

  • Par Khemas - 06/07/2011 - 00:41 - Signaler un abus Vous êtes drôle : "Le

    Vous êtes drôle : "Le problème c'est le chômage et pas les 35h qui sont un faux débat." (+corrigé des fautes gratis)
    Pour lutter contre le chômage il faut retrouver la croissance, laquelle est garantie par le redressement de la compétitivité. Il faut donc sortir des 35h, entre autres. CQFD
    Ah oui, merci d'arrêter de me tutoyer, je ne suis pas votre ami et on n'a pas élevé les cochons ensemble.

  • Par Khemas - 06/07/2011 - 00:31 - Signaler un abus Hu ? Quéquiraconte lui ?

    Hu ? Quéquiraconte lui ? :)
    L'Ifrap est loin d'être le seul à préconiser de réorienter l'épargne vers les investissements productifs, c'est aussi l'avis de pas mal d'économistes. Baverez par exemple. Ah ouais, Baverez ça va pas non plus c'est ça ? J'ai vraiment l'impression que vous ne savez pas de quoi vous parlez. Mais ouais continuons à financer la dette et à négliger la recherche/le capital !

  • Par kracken - 06/07/2011 - 00:04 - Signaler un abus Je t'explique Khemas car tu as du mal

    Ifrap insinue que l'etat pompe l'épargne (synonyme de "drainage") au travers de l'assurance vie ce qui est faux car l'assurance vie est le produit financier le plus fiable et le plus rémunérateur en rapport du faible risque. L'ifrap incite les épargnant à placer en bourse soit une perte reelle de 20% ( ref cac 40 5000 point en 2000 et seulement 4000 en 2010 ). Merci l'ifrap

  • Par kracken - 05/07/2011 - 23:52 - Signaler un abus fms

    Je rajouterai que faire le rapport sur les habitants et non sur les travailleurs permet de montrer uniquement que peu de gens travaillent en comparaison du nombre d'habitant mais pas que les travailleurs ne travaillent pas assez.. Le problème c'est le chomage et pas les 35h qui est un faux débats.

  • Par kracken - 05/07/2011 - 23:45 - Signaler un abus Khemas

    C'est bien ce qu'il me semblait, tu n'as rien compris mais fait quant même semblant de comprendre.
    D'autre part, prend une source plus fiable que l'ifrap qui est purement et simplement un lobbyiste pro liberal qui n'a pas bonne presse même du coté de la droite....
    Essaye autre chose ou arrête tout simplement de comprendre des choses qui te dépasses. Merci.

  • Par fms - 05/07/2011 - 22:02 - Signaler un abus @ Khemas

    En tout cas, tu résumes bien la pensée unique économique qui a failli depuis 30 ans...
    Continuons sur ces dogmes, le productivisme et l'exploitation de tout et de tous pour nourrir notre croissance !

  • Par fms - 05/07/2011 - 21:56 - Signaler un abus temps de travail annuel :

    d'après l'INSEE, 1650 heures pour les français, et 1660 pour les allemands... voilà, juste pour dire que l'article repose sur un postulat erroné...
    Et franchement, pourquoi en rester à seulement 40 h par semaine, nos ancêtres ont bâti la France avec des journées de 12h, 7 jours par semaine.
    Et vu que le bac ne vaut plus rien, si on remettait les jeunes à l'usine dès 12 ans !
    aucun tabou M. COPE.

  • Par Khemas - 05/07/2011 - 21:41 - Signaler un abus http://www.ifrap.org/Le-taux-

    http://www.ifrap.org/Le-taux-d-epargne-eleve-des-menages-francais-ne-profite-pas-a-l-economie,206.html
    Ca commence à faire vieux et après quelques recherches vous trouverez par vous même plus récent mais le financement de la dette publique par l'épargne des ménages y est plutôt bien décrit. Rien de bien compliqué mais il faut maîtriser les circuits économiques.

  • Par Khemas - 05/07/2011 - 21:00 - Signaler un abus Soit par placement financier

    Soit par placement financier direct, soit via un support OPCVM, assurance vie, Fond de pension. Si vous n'avez jamais étudié l'économie ça risque d'être dur de vous expliquer...

  • Par kracken - 05/07/2011 - 20:25 - Signaler un abus Pour khemas

    Peux tu m'expliquer comment l'épargne est actuellement orientée vers le déficit public?

  • Par brodway - 05/07/2011 - 19:19 - Signaler un abus Bertrand de vrait se faire un peu oublier !

    Mis en examen pour diffamation ...
    D'ailleurs le Merdef ne veut pas toucher aux 35 heures donc Sarko suit.

  • Par Khemas - 05/07/2011 - 19:14 - Signaler un abus Mais il faut aussi investir

    Mais il faut aussi investir les deniers publics dans la recherche, les infrastructures, les énergies renouvelables, mais surtout l'enseignement supérieur afin que plus personne ne sorte du système scolaire sans qualification. L'éducation est le meilleur rempart contre le chômage.
    Bref, on peut rêver utile, ou continuer à rêver d'un monde de bisounours, avec le PS.

  • Par Khemas - 05/07/2011 - 19:12 - Signaler un abus Orienter l'épargne vers le

    Orienter l'épargne vers le capital des entreprises, la recherche, l'investissement productif et non vers le déficit public. Baisser les dépenses publiques et non ramener simplement le déficit à son niveau structurel comme cette année encore. Augmenter les impôts de manière modérée. Enfin il faut lutter contre le chômage permanent en réformant le code du travail et en réduisant le coût du travail.

  • Par Khemas - 05/07/2011 - 19:07 - Signaler un abus De plus ça nous permettrait

    De plus ça nous permettrait de réserver les allègements de charges aux seuls bas salaires. Mais ce n'est qu'une mesure parmi les dizaines nécessaires à la reconstruction de notre base productive. Bien entendu, le manque de courage politique nous fera encore perdre du temps. Il faudra aussi hausser la TVA, la CSG fusionnée à ce moment avec l'impôt sur le revenu.

  • Par Khemas - 05/07/2011 - 19:02 - Signaler un abus Sortons de ce marasme !

    Jouons de la liberté conventionnelle dans le secteur privé, encadrée par des plafonds afin de laisser à ceux qui le peuvent la possibilité de rester à 35h. Il faut par contre imposer le retour aux 40h dans le secteur public. Le problème M. Renaudin c'est qu'alors que nous travaillons moins, nous sommes aussi de moins en moins compétitifs : il n'y a pas de solution globale au problème soulevé.

Alain Renaudin

Alain Renaudin dirige le cabinet "NewCorp Conseil" qu'il a créé, sur la base d'une double expérience en tant que dirigeant d’institut de sondage, l’Ifop, et d’agence de communication au sein de DDB Groupe.

web : www.newcorpconseil.com

Voir la bio en entier

Fermer