Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 19 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Harcèlement sexuel : s'il vous plaît ne stigmatisez pas les "personnes racisées" issues des "quartiers populaires" !

Ils sont comme ça ces malheureux. Ils font ce qu'ils peuvent. Et ce n'est pas de leur faute.

La main au …

Publié le
Harcèlement sexuel : s'il vous plaît ne stigmatisez pas les "personnes racisées" issues des "quartiers populaires" !

C'est une pétition. Elle est, comme d'habitude, dans Libération ce journal prenant de plus en plus l'aspect d'une déchetterie. Elle est signée par une ribambelle de dames et de demoiselles, toutes exhibant leurs titres universitaires. Et elle s'insurge contre un projet de loi visant à pénaliser le harcèlement de rue.

Les signataires (signatrices peut-être ?) du texte estiment que punir le harcèlement de rue c'est stigmatiser une catégorie de la population qu'elles désignent de la façon suivante : "personnes racisées issues des quartiers populaires".

Attardons-nous un instant sur le terme "racisées". Il est emprunté au langage, frénétique et hystérique, des Indigènes de la République.

Un (une) "racisé(e)" est quelqu'un qui est un peu plus foncé que la moyenne des habitants de ce pays atteints d'une maladie de la peau connue sous le nom de leucodermie. Ces leucodermes, ces autochtones (à ne pas confondre avec les Indigènes) sont, par le simple fait d'être des Blancs, racistes de naissance. Revenons maintenant aux pauvres "racisés". On les trouve le plus souvent dans la rue.

C'est normal : ils habitent mal. Ils ont souvent la main leste : c'est normal, des femmes et des filles passent trop près d'eux. Et qu'est-ce qu'elles ont à déambuler à Barbès, ou boulevard de la Chapelle ? Ne pourraient-elles pas faire leurs provocations avenue Montaigne, place du Trocadéro ou rue de l'Université ?

On suppose que le "racisé", robuste et rigoureux, a le sang chaud. Contrairement au mâle blanc, dévirilisé, démasculinisé et en voie de refroidissement. Il n'est pas venu à l'esprit de ces pétitionnaires imbéciles que certaines populations avaient, par culture et religion, un rapport aux femmes envisagées comme une race à viande plutôt gouteuse. Mais elles n'ont pas oublié de dire que les racisés" qu'on veut "pénaliser" subissent déjà d'insupportables contrôles policiers. Au fait, pourquoi les contrôle-t-on autant ?

Elles insistent dans leur texte sur les harcèlements, nombreux et cachés qui auraient lieux dans les universités, les entreprises et même au foyer. Ces dames et demoiselles ont dû vivre d'affreuses expériences dans les universités où elles officient. Va donc savoir ce qu'on pu leur faire professeurs et étudiants, tous des males blancs ? Elles le raconteront certainement dans une prochaine pétition. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par bherry - 28/09/2017 - 10:49 - Signaler un abus Racisés ? Mais la race n

    Racisés ? Mais la race n'existe pas et le mot non plus. Vous pouvez le chercher dans le dictionnaire il n'y est pas. Mais comme ils ne veulent pas dire noirs ou arabes ils disent racisés. C' est nous méchants blancs qui leur donnons une race. Mais cela n'enlève rien au problème : on voit bien qui harcèle les femmes ( dans le meilleur des cas) cela peut aussi se terminer par des viols ou des meurtres. Donc le masochisme et le politiquement correct n'ont pas fini de faire des ravages.

  • Par pandore - 28/09/2017 - 11:47 - Signaler un abus Et pendant ce temps là...

    Baffie en plein écran pelote les genoux de Nolwenn Leroy.....mais c'est normal !!!

  • Par ISABLEUE - 28/09/2017 - 11:48 - Signaler un abus quelle bande de c nnes !

    dans libé ??? de mieux en mieux.... je vais l'acheter... heu non.....

  • Par assougoudrel - 28/09/2017 - 12:01 - Signaler un abus Arrêtons d'importuner ces

    pauvres harceleurs et violeurs. Les français et les occidentales sont des putes (sauf leur mère et leur sœurs). Si ils ont les "glaouis" aussi pleines que le sac marin d'un militaire qui part en Opex, c'est tout à fait normal de se servir dans un tel "vivier" où les proies ne sont pas bâchées comme leur compatriotes féminines. Les corses, les israéliens, les russes, les chinois et autres asiatiques méritent d'être poursuivis pour ne pas l'avoir compris et laisser faire.

  • Par Mario - 28/09/2017 - 12:03 - Signaler un abus il faudrait se barrer car ces

    il faudrait se barrer car ces gens ont le pouvoir!

  • Par Borgowrio - 28/09/2017 - 12:57 - Signaler un abus @ bherry

    Commentaire tout à fait judicieux , en effet , il n'y a pas de races . J'espère que la multitude d'associations antiracistes vont porter plainte .Monsieur Rayski en grande forme

  • Par Sedona - 28/09/2017 - 13:15 - Signaler un abus Elles devraient aller plus loin

    Et se proposer d'épancher le trop plein de testostérone de ces mecs. Rokhaya diallo à signé la pétition ?

  • Par vangog - 28/09/2017 - 15:57 - Signaler un abus Moi j'avais dit "personnes bronzées"...

    mais alors...mais alors...la véritable expression admise par la censure gauchiste et à utiliser impérativement, c'est: "personnes racisées"! Ah putain! Il va falloir prévenir les correcteurs automatiques, alors, parce qu'ils étaient loin de se douter que "bronzées" devait être corrigé en "racisées"...lui ne connaît que "ravisées"...mais peu de chance que la grosse commission se ravise de tomber...

  • Par Olivier62 - 28/09/2017 - 16:07 - Signaler un abus La race, trou noir de notre société

    Notre société est malade et pathologique et rien ne le montre mieux que le rapport à la race, concept tabou et fantasmatique, à la fois rejeté et promu. On refuse le concept de race, mais on glorifie le métissage et "la diversité" - de quoi d'ailleurs puisque les races n'existent pas ? On nous parle de "minorités visibles" - sur quel critères ? C'est sans doute ceux qui ont pris un coup de soleil... On veut lutter contre les "discriminations", mais on met en place la "discrimination positive" pour les gens issus de l'immigration (par contre pour ceux qui sont un peu trop blancs, c'est la discrimination négative qui est au menu !). Ce fatras chaotique n'a qu'une seule logique : la volonté de lutte raciale contre les "de souche" : cet anti-racisme ne fonctionne qu'au bénéfice des allogènes, et combat toute prise de conscience raciale des populations d'origine européenne, là où elle est glorifiée pour les autres. Exemple : le "black lives matters" des afro-américains encensé par les médias, alors que leurs homologues blancs sont des "suprémacistes", etc.

  • Par assougoudrel - 28/09/2017 - 17:37 - Signaler un abus @ vangog

    Avec des regards furtifs à droite et à gauche, il faut murmurer "basané". La grande mode depuis quelques années est de dire "black" au lieu de "noir", car c'est plus "doux". or c'est plutôt insultant aux yeux des noirs. Ces derniers s'appellent "nègre" entre eux. Dans beaucoup de pays et d'îles, on dit: "regarde le nègre faire son cirque". Dans beaucoup de chansons antillaise on entend "nèg la" en parlant d'un homme (rarement pour la femme) .Ma grand-mère, quand elle était en conflit après son mari, le traitait de "mulet! Mauvais nègre". Les noirs s'en foutent de cet "édulcorant" à par une catégorie qui est susceptible et "sensible" comme le nerf d'une dent cariée et qui demande du soit-disant "dérapage" pour se faire du fric en portant plainte.

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 28/09/2017 - 18:29 - Signaler un abus Marlène à la manoeuvre !

    Mais c'est que ces femelles en mal de mâles ont trouvé leur égérie en la personne de Marlène Schiappa, notre secrétaire d'état à l'égalité Femme Homme.. N'était -ce pas elle qui disait que "l'égalité Femme Homme devait tenir compte de la spécificité des territoires"...En plus maintenant qu'on sait qu'elle n'avale pas, elle pourrait aller dans ces territoires avec ces copines (des filles biens) pour décongestionner les cacahuètes de nos amis migrants,... Et plus si affinités !

  • Par Le gorille - 28/09/2017 - 18:45 - Signaler un abus Pauvre Rayski !

    Obligé de lire Libération ! Ce doit être un supplice !

  • Par Joly Maurice - 28/09/2017 - 20:36 - Signaler un abus La connerie sur-dimentionnée!

    Mais dieu! Comment peut on être aussi fortes dans la bêtise crasse! Attendons qu'une de ces tarées bien-pensentes, ou leur fille (ou même leur fils et parfois le labrador...) se fasse sodomiser par une bande de ces "malheureux qui n'en peuvent rien" pour vérifier la solidité de leurs convictions!

  • Par vangog - 28/09/2017 - 21:36 - Signaler un abus @assougoudrel Vous avez parfaitement raison!

    Les noirs que j'ai rencontrés se moquent bien des termes employés, pourvu qu'on les traite avec le respect dû à tout humain. Et ils s'en aperçoivent assez rapidement... La seule personne qui m'ait traité d'esclavagiste à Marie-Galante était (est?) une jolie syndicaliste assez mordante, et je ne me souviens même pas quelle horrible tâche ingrate j'avais réclamé d'elle: je me prépare mon café moi-même, et je fais mes commissions tout seul. Mais peut-être aurait-elle voulu que je lui demande de m'apporter un café...noir?

  • Par Semper Fi - 28/09/2017 - 22:04 - Signaler un abus Et les petits éclairs autour du titre ????

    Fichtre, en leur absence, j'ai failli rater mon RDV quotidien avec les billets de l'ami Benoît !!!!

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 29/09/2017 - 13:46 - Signaler un abus Il fut un temps ou Ardisson

    Il fut un temps ou Ardisson acceuillait ses invités en leur demandant si sucer c'était tromper..... je pense que toutes ces bonnes dames patronesses devraient proposer leurs services puisqu'il paraît que ce n'est pas tromper !! Et ça ferait baisser la pression dans le "cerveau " des racisés !!!!

  • Par 2bout - 29/09/2017 - 15:31 - Signaler un abus Juste un mot, quand même.

    Vous aviez un doute ? Vérifiez, c'était sur France Inter ce matin. Ali Baddou recevait Léonora Miano. Qui donc véhicule tous les clichés, les préjugés, le discours de la bêtise. Rappelez-vous : la communautarisation d'aujourd'hui conduit aux conflits du lendemain.

  • Par Lapalatine - 29/09/2017 - 16:16 - Signaler un abus Incroyable!

    Quelle bande de tarées! Mr Rayski: excellent :)

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€