Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 22 Août 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le grand retour de la parano KGB : les ONG sont-elles un repère d'agents secrets étrangers ?

Le président russe Vladimir Poutine a signé une loi controversée qualifiant les ONG recevant des fonds étrangers "d'agents de l'étranger". Elle avait été approuvée cette semaine par les deux chambres du Parlement russe. Un signe de fébrilité de la part du gouvernement ?

Nid d'espions

Publié le

Atlantico : Vladimir Poutine a signé ce samedi une loi qui impose de dures restrictions à toutes les ONG (organisations non-gouvernementales) financées par l’étranger qui auraient des activités politiques. Est-ce le grand retour de la paranoïa du temps du KGB ?

Boris-Mathieu Pétric : Le pouvoir, et donc Vladimir Poutine, n’a jamais abandonné l’idée de contrôler les flux de personnes, d’idées et de marchandises en provenance de l’étranger. L’Etat doit avoir la capacité de contrôler les entrées et sorties de l’espace national.

Il entend ainsi exprimer sa souveraineté. Cette loi s'inscrit dans cette volonté. Mais à mon avis, c’est un vœu pieux. La société s’ouvre, les flux existent et l’Etat ne peut pas tout maîtriser.

Certains ont décrié l'emploi du terme "agent étranger". N'est-il pas sans rappeler, tout comme ce texte de loi, la période soviétique ?

Depuis la chute de l’URSS, la société s’est transformée. Aujourd’hui, l’opinion publique est diversifiée, il existe différents courants politiques. On ne peut donc pas dire qu'on s’achemine vers la restauration d’un ordre soviétique.

Toutefois, c’est ici une idéologie qui s’exprime : celle du contrôle total par l’Etat. C’est la restauration de l’idée que le politique est capable de tout maîtriser. Aussi, on ne peux pas dire non plus qu'on se dirige vers l'ouverture. 

Un des principaux problèmes de la Russie aujourd’hui, c’est l’idée, partagée par l’opinion publique, que les maux de la société russe proviennent de l’étranger, qu’il y a « contamination » de l’extérieur. Tout un courant d’opinion exprime ce rapport xénophobe à l’étranger, envers les populations du Caucase ou d’Asie Centrale. Les ONG aussi sont la cible de ces attaques : l’instabilité ou les conflits que connaît la société russe viendraient de l’extérieur. Évidemment, l’idée est assez courte, puisque les problèmes sont beaucoup plus complexes que ne le laisse entendre cette analyse.

Que nous révèle cette initiative sur le pouvoir russe actuel ?

Il y a, à la fois, cette volonté d’envoyer un signal politique fort à l’égard de l’étranger ; et une chimère : la société russe aujourd’hui est une société ouverte, inévitablement marquée par les influences de l’extérieur. Les idées circulent, que ce soit par Internet ou la télévision. Cela montre que le pouvoir ne se prépare pas à l’émergence de ces idées, qu’il ne pourra pas contrôler par une simple loi.

C’est donc un signe de faiblesse de la part du pouvoir russe ?

D’une certaine manière, oui.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par maurice1000 - 22/07/2012 - 12:17 - Signaler un abus manipulation d'opinion...

    tout pays qui verrait entrer sur son territoire des ONG étrangères agirait de la même façon; c'est sûr qu'en France il n'y pas vraiment lieu d'envoyer des ONG... donc tout ça c'est de la "manipulation d'opinion" braves gens !!!

  • Par cbrunet - 22/07/2012 - 19:26 - Signaler un abus Indépendance

    L' état Russe a tranché , oui il faut contrôler les les ong . Leur prétendue neutralité en deviendrait risible si la stabilité des états ou elles agissent n'était en jeu . Ces minorités agissantes , aux buts et financements obscurs sont à encadrer . les ong américaines et\ou moyen-orientales qui sévissent dans nos banlieues devraient l'être !

  • Par Grwfsywash - 22/07/2012 - 21:04 - Signaler un abus Poutine, un homme du sérail, connait bien son affaire

    Il y a belle lurette qu'on sait que beaucoup d'ONG sont de bons véhicules de renseignement. Les aides au développement sont aussi une bonne couverture, comme toutes les sociétés de transport et de fret international. Contrairement a ce "maurice1000 - 22/07/2012 - 12:17" nous dit, il y a des ONG à l’œuvre en Europe. Souvent basées en Allemagne, à Munich (tiens, tiens), les ONG musulmanes fleurissent... Avis à notre bon Président, héritier de Edouard "Ah, les cons" Daladier

  • Par Nicolaus - 23/07/2012 - 16:52 - Signaler un abus Est-ce le grand retour de la paranoïa du temps du KGB ?

    Похоже, что паранойя времён КГБ у Запада. За всё время обсуждения на разных уровнях этого законопроекта в западных изданиях написано множество статей, осуждающих его. Заявляют о нарушении прав этих самых НКО, но о моих правах, правах простого гражданина России, почему-то никто и не задумывается. А ведь я имею право знать, чьи интересы представляет или может представлять та или иная организации, тот или иной политик. Разве не было во Франции скандала из-за просочившейся информации о финансировании Каддафи предвыборной кампании Саркози? Да и вся шумиха вокруг этого закона заставляет задуматься. Ну не хочу я такого же исходя для своей страны, который случился с Югославией, Ливией, Сирией. Хочу напомнить, после теракта 11 сентября американцы отказались от части своих прав (свобод) в защиту своей государственности. Вот и не мешайте нам защищать свою государственность так, как мы считаем нужным.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Boris-Mathieu Pétric

Docteur en anthropologie sociale de l’EHESS (Paris), Boris Pétric est chercheur au CNRS depuis 2001 au sein de l’Institut Interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (IIAC). Il enseigne à l’EHESS et anime un groupe de recherches sur une anthropologie de l’Asie centrale. Il travaille notamment sur l’impact des projets de démocratisation sur des espaces politiques en transition.

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€