Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 24 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Grand dépotoir à missiles : 25 ans après l’effondrement de l’URSS, la grande chasse aux armements russes disparus dans la nature

Le Boeing 777 Malaysia Airlines, abattu par un missile sol-air, rappelle que l'ex bloc de l'est est toujours truffé d'armes issues de l'arsenal soviétique, et dont la traçabilité est loin d'être optimale.

Responsables du crash ?

Publié le
Grand dépotoir à missiles : 25 ans après l’effondrement de l’URSS, la grande chasse aux armements russes disparus dans la nature

L'ex bloc de l'est est toujours truffé d'armes issues de l'arsenal soviétique Crédit REUTERS/KCNA

Atlantico : Même si les circonstances dans lesquelles l’avion de la Malaisian Airline a été abattu restent obscures, cet événement nous rappelle une réalité : dans la région les armes passent aisément d’une main à une autre depuis que le bloc soviétique s’est écroulé.  Comment la question de l’arsenal soviétique a-t-elle été gérée à ce moment-là ? Peut-on seulement parler de "gestion", en réalité ?

Alain Rodier : Le Pacte de Varsovie était équipé dans son ensemble d'armements soviétiques.

Chaque Etat a donc conservé ses propres équipements. De plus, l'Armée soviétique qui entretenait des forces dans ses pays "alliés" est retournée en Russie en laissant la majorité de ses armes sur place. Cela coûtait trop cher de tout rapatrier. Ce sont donc des quantités immenses d'armements allant de l'avion de chasse, en passant par les chars de bataille et les batteries anti-aériennes qui ont été abandonnées. 

Quel a été le destin des différents armements russes ? Quelle part a été récupérée par les nouveaux Etats indépendants, et quelle autre a été captée par des trafiquants comme Viktor Bout, qui a inspiré le film Lord of War sorti en 2005 ?

Les armées nationales des pays issus des ex-pays de l'est n'avaient plus besoin de telles quantités d'armement. La plupart était stockées dans des "dépôts" mal gérés. De nombreux militaires, même certains encore en activité, se sont livrés à un immense trafic d'armes allant vers les plus offrants (pays africains, Moyen et Extrême-Orient). Pendant une bonne dizaine d'année, cela a constitué un immense marché aux armements à ciel ouvert.

Les armes légères du type Kalachnikov ont-elles été les seules à faire l’objet d’un trafic, ou bien des armes lourdes ont-elles également été exportées par les trafiquants, et vers quelles destinations ?

Tout a fait l'objet de trafics, plus ou moins officiels : du casque de fantassin au jet supersonique. La RFA qui avait récupéré les stocks de l'armée de l'Allemagne de l'est en a donné de grandes quantités à la Turquie -en payant même le transport. De nombreux convois ferrés chargés de chars sont passés par l'Italie pour rejoindre des destinations exotiques.  

Dans quel état ces armes se trouvent-elles aujourd’hui ? Sont-elles encore efficaces ?

Cela dépend de là où elles se trouvent. La majorité est hors d'usage mais des ventes légales -et illégales- de pièces de rechange faites par la Russie et aussi par l'Ukraine, ont permis de maintenir une partie de ces matériels en état de fonctionner. 

Aujourd’hui les experts mettent en avant le déséquilibre des forces entre l’Ukraine et la Russie. Paradoxalement, le fait que la Russie n’ait pas su garder tout son armement de l’ère soviétique a-t-il permis d’entretenir l’obsolescence des armées de ses voisins, qui ont continué de s’appuyer sur ce vieil arsenal ?

Le cas de l'Ukraine est un peu à part. Il y a eu volonté politique de ne pas moderniser les équipements militaires en raison des coûts. Par contre, de nombreux trafics ont eu lieu depuis ce pays. Je pense en particulier à des missiles de croisière qui se sont retrouvés en Iran.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Benino - 20/07/2014 - 11:27 - Signaler un abus Trafic à la carte et sous marins baladeurs.

    Il y a plus de 20 ans alors que j'étais en mission en Ukraine un des affidés qui nous ouvraient les portes de ce pays communiste en plein chambardement, un de ceux là qui profitaient du désordre général m'a proposé un sous marin nucléaire lanceur d'engin complètement armé...pour 1 million de $ seulement, cash. Evidemment je l'ai envoyer bouler, mais...peut être a t'il trouvé un client moins honnête et que ce sous marin est caché quelque part ? Ce dont je me souviens, c'est que le sbire en question a fini avec un couteau dans le dos en 1992. Les risques du métier. Ne prenons pas tous les ukrainiens pour des enfants de coeur...

  • Par Leucate - 20/07/2014 - 14:12 - Signaler un abus système de missiles sol air

    Un général français faisait observer que, pour descendre un avion volant à 10.000 m - le boeing malaisien - il faut un système d'armes sophistiqué qui comprend au moins trois véhicules dont l'un est équipé d'un radar. Il faut également des radars longue portée, ceux qui servent à la navigation aérienne civile et militaire d'un pays pour que le dispositif soit opérationnel, le radar du système d'armes n'ayant qu'une faible portée; il prend le relai quand l'avion arrive à proximité afin de guider le missile. Selon le général, les indépendantistes, s'ils sont capables de descendre un avion volant à faible altitude avec d'autres missiles, n'ont pas les capacités et sans doute pas les armes pour atteindre un avion volant à haute altitude. Seuls les armées ukrainiennes et russes, équipées de systèmes les plus modernes alors que les ukrainiens n'ont que le modèle soviétique. Le consultant pense que l'avion a été abattu par une des armées lors d'un exercice de tir (c'est déjà arrivé) qui a été jusqu'à la mise à feu du missile, ce qui n'est pas prévu. L'armée russe est moderne et disciplinée, ce qui n'est pas le cas de l'armée ukrainienne assez bordélique.

  • Par Pourquoi-pas31 - 20/07/2014 - 15:58 - Signaler un abus Dans tous les cas,

    ceux qui ont tiré le missile ont sauté la première étape qui est l'identification de l'avion par un radar longue portée comme ceux servant à la navigation aérienne et aux contrôleurs du ciel. Seul le radar de poursuite ou de tir à du être utilisé. La vodka aidant, le point apparu sur l'écran à du être jugé hostile et toujours, la vodka aidant, un grand geste de bravoure à été d'appuyer sur le bouton. résultat : une pluie de corps de civil.

  • Par Leucate - 20/07/2014 - 22:52 - Signaler un abus Le BUK

    Par acquis de conscience, j'ai été voir à quoi ressemblait le BUK soviétique (1980 - 1984) et russe (1998 - 2007). Faire google. C'est quand même un système de défense lourd, le système compte quatre véhicules chenillés, le premier avec les missiles, le second pour le radar d'acquisition et de poursuite, le troisième pour le commandement et les paramètres de tir et le quatrième pour la logistique. En me cantonnant au matériel soviétique (deux), c'est un missile ayant une portée de tir entre 30 et 35 km et pouvant monter jusqu'à 14.000 et 22.000 m. Idéal contre des bombardiers volant à haute altitude afin de lâcher un tapis de bombe. Question: quelle utilité pour les indépendantistes ? ils ne sont pas soumis à des bombardements stratégiques intenses. Seraient-ils capables de faire fonctionner un tel système ? Il leur faudrait des artilleurs spécialisés. Eux ce qui leur faut, ce sont des missiles portables aisément transportables capables de toucher des hélicos d'attaque ou des chasseurs bombardiers les straffant ... On peut donc raisonnablement les écarter jusqu'à preuve du contraire. Restent donc les russes et les ukrainiens. Qui craint une attaque aérienne massive ?

  • Par cloette - 21/07/2014 - 07:20 - Signaler un abus Les experts arrivent aujourd'hui

    Les corps pourrissaient au soleil il est normal de les avoir mis en lieu froid, les boîtes noires vont être montrées, le missile est russe , tout est russe jusqu'en Afrique, en Algérie en Pologne, des calculs élémentaires montrent qu'il est parti plus à l'ouest évidemment vu la vitesse l'altitude et la trajectoire de l'avion,ce qui ne prouve pas qui l'a fait partir opération complexe dans un tel cas , les enregistrements évoqués par les US datent de bien avant le crash , et ce qui circule sur youtube est souvent de la propagande primaire, ce sont des services de renseignements humains spécialises et neutres qui parviendront peut être à la vérité ....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alain Rodier

Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la criminalité organisée.

Il est l’auteur en 2015 de "Grand angle sur les mafias" et de " Grand angle sur le terrorisme" aux éditions UPPR (uniquement en version électronique), en 2013 "le crime organisé du Canada à la Terre de feu", en 2012 "les triades, la menace occultée", ces deux ouvrages parus aux éditions du Rocher, en 2007 de "Iran : la prochaine guerre ?" et en 2006 de "Al-Qaida. Les connexions mondiales du terrorisme" aux éditions ellipse, Il a également participé à la rédaction de nombreux ouvrages collectifs dont le dernier "la face cachée des révolutions arabes" est paru chez ellipses en 2012. Il collabore depuis plus de dix ans à la revue RAIDS.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€