Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 29 Juillet 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Google est-il en train de perdre la course de l’internet sur mobiles ?

Le moteur de recherche de Google est-il adapté aux outils mobiles ? Les utilisateurs recherchent-ils différemment sur leur tablette et leur PC ? Certaines applications osent aujourd'hui défier Google sur son terrain de prédilection.

Has-been

Publié le

L'Internet est de plus en plus mobile. L'an prochain, le nombre d'utilisateurs de mobiles devrait dépasser celui d'utilisateurs de PC. Selon un rapport de l'analyste Mary Meeker, les terminaux mobiles sous iOS ou Android représentent maintenant 45% du trafic.

Google trouvera-t-il sa place dans le tableau à l'avenir ? C'est la question que se pose le site Search Engine Land. Certes, le géant est pour l'instant le premier moteur de recherche au monde et ses ressources sont presque illimitées pour investir et s'adapter à la recherche mobile.

Google est même peut-être tout simplement la plus grande marque au monde. Elle peut racheter les entreprises considérées comme des menaces, et n'a pas manqué de le faire avec Expect Labs, une société qui développe un outil de recherche mobile nouvelle génération.

Mais son modèle de recherche traditionnel et son mode de présentation du contenu ne sont pas adaptés aux nouvelles pratiques. La page de recherche classique de Google est peu lisible sur les écrans des tableaux de bord des voitures, par exemple.

Pour l'instant, la société règne sans partage - ou presque - sur l'Internet mobile, comme le montre le graphique ci-dessous. En dehors de l’exception chinoise avec Baidu, Google est le maître incontesté de la recherche par navigateur sur mobile, avec des parts de marché de 95,8% au niveau mondial.

La cause de ce succès ? Une stratégie de développement agressive sur mobile, avec des outils comme Android. Contrôlée par Google, Android est la plateforme reine des smartphones.

Mais le New York Times fait remarquer dans un tour d'horizon général de la recherche mobile que de nombreuses applications mobiles constituent désormais de sérieux concurrents à Google.Par exemple, les utilisateurs s’intéressent de plus en plus à des applications telles que Yelp.

Pour ne rien arranger "le mobile est une cible mouvante", explique le professeur en droit de la concurrence Berbert Hovenkamp, conseiller pour Google : "c'est un marché dans lequel les nouveaux concurrents peuvent émerger en une semaine". Tout est donc possible, et imprévisible, car "les applications mobiles sont des outils de recherches verticaux", et "aucune ne domine réellement une section du mobile de façon stable", explique Rebecca Lieb, une analyste des médias digitaux.

Résultat : tous les espoirs sont permis, et certaines sociétés osent venir défier Google sur son propre terrain. Ainsi, développé par la société Blekko, le moteur Izik se propose de jouer le rôle d'outil de recherche sur mesure pour terminaux mobiles - portables, tablettes. Le PDG de Blekko Richard Skrenta croit dur comme fer dans son concept. Sa théorie : l'utilisateur ne recherche pas de la même façon sur PC et sur tablette. Plus détendu, l'utilisateur de tablette est enclin à errer et recherche des informations moins précises, il est plus facilement disposé à parcourir de nombreux résultats de recherche. "Sur une tablette, il est plus facile de parcourir, de feuilleter, et cela laisse plus de place à la nouveauté, à la surprise", explique Skrenta.

Interrogé par Atlantico, le fondateur du site Comment ça marche Jean-François Pillou confirme le changement d'usages : "les horaires de consultation ne sont pas les mêmes : l'ordinateur de bureau est plutôt utilisé pendant les heures travaillées, le mobile le reste du temps (matin, midi, soir)". De plus, en mobilité, les utilisateur orientent leurs recherchent davantage en interaction avec leur environnement : "la télévision ou la radio ont une capacité plus forte qu'avant à diriger les internautes sur le web. Pendant un discours politiques, les utilisateurs vont chercher un terme qu'ils ne connaissent pas, pendant une émission culinaire ils cherchent la recette ou encore pendant un direct d'une émission de télé-réalité ils commentent en temps réel."

Le rendu d'Izik est assez innovant : le moteur de recherche se présente davantage comme une application telle que Flipboard, ou Zite, et présente de nombreuses photos pour illustrer les résultats, donnant au tout une apparence de magazine plus qu'une liste de liens rébarbatifs. Selon le PDG, cette forme est l'avenir des moteurs de recherche, qui se présenteront bientôt tous sur ce modèle. Google n'a qu'à bien se tenir...

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Lennart - 06/02/2013 - 07:34 - Signaler un abus Ne vendons pas la peau de l'ours avant de l'avoir tué

    cette société à une certaine ténacité à remettre "l'ouvrage sur le métier" (voir Google+). Alors demain pourrait voir une évolution du système Android incluant des nouveautés dans ses "fondations".

  • Par Hildegarde - 06/02/2013 - 10:30 - Signaler un abus Même pas en rêve

    Si une start-up californienne invente un concept révolutionnaire pour l'Internet sur mobile, elle sera rachetée par google. CQFD.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Atlantico.fr

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€