Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 18 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ce gisement d'idées venu du local qui pourrait sauver la France

Actuellement, c'est à l'échelle locale que les innovations fleurissent. Les reproduire à l'échelle nationale pourrait être une réelle source de changement pour le pays.

Le changement viendra d'en bas

Publié le
Ce gisement d'idées venu du local qui pourrait sauver la France

Le Cercle des entrepreneurs du futur lance la sixième édition du Grand Prix des bonnes nouvelles des territoires. Crédit Reuters

Atlantico : Le Cercle des entrepreneurs du futur lance la sixième édition du Grand Prix des bonnes nouvelles des territoires (voir ici). Celle-ci a pour but de récompenser et de mettre en avant des initiatives locales. Qu’est-ce que cela signifie concrètement ? A quoi les opposez-vous ? 

Michel Godet : Dans mes livres récents comme La France des bonnes nouvelles, je raconte des histoires de petites entreprises, des sagas d’hommes qui sont partis de rien au fin fond de la France et qui vivaient souvent des situations désespérées. Au lieu de baisser les bras, ils se sont retroussé les manches.
Le message se veut porteur d’espoir. Par ailleurs, je ne crois pas à la capacité à changer le pays par le haut.  Mieux vaut regarder ce qui marche dans les territoires et organiser la contagion des initiatives similaires plutôt que d’imaginer des solutions qui ne marcheront pas. C’est un combat contre la France jacobine. Dans mon prochain  ouvrage Libérez l’emploi (sortie prévue en janvier 2014), je lance un appel pour renverser l’Etat jacobin.
 
J’avance qu’il suffirait ainsi de reproduire à l’échelle nationale ce qui fonctionne localement. Et les exemples ne manquent pas. Un exemple : celui  de la commune de Vitré dont le maire est Pierre Méhaignerie. Dans cette ville on ne compte que 6% de chômeurs  et 42% d’emplois industriels alors qu’ils ont perdu d’un seul coup 1000 emplois en 2002. Quand les acteurs sont compétents et au service de l’intérêt général, cela fonctionne. Je pratique ces constats pour montrer par l’exemple que cela peut fonctionner. La France d’en haut va mal mais la France des acteurs de terrain va plutôt mieux. Elle irait encore mieux si la France d’en haut lui fichait la paix.
 

La France doit-elle une bonne fois pour toute se décentraliser pour "libérer ses énergies" économiques et créatrices ? Si oui, dans quelle mesure ?

Oui, mais pas pour une décentralisation des mille-feuilles territoriaux. Il faut changer complètement les règles de gouvernance comme Pierre Rosanvallon le réclame. Il faut que la politique cesse d’être un métier afin d’assurer que les hommes politiques aient prouvé leur compétence dans l’exercice de leur profession et  servent bien l’intérêt général et pas seulement leur intérêt personnel. Le système des élections tel qu’il fonctionne n’apporte pas de réponse satisfaisante sur ce plan Il faudrait donc songer à un tirage au sort parmi ceux qui ont réussi dans leur métier. Certains hommes politiques prennent des décisions pour des raisons idéologiques car ils sont coupés des réalités du terrain. Trop souvent, ils n’écoutent pas les acteurs. 
 

La France est l’un des pays les plus centralisé, si ce n’est le plus, de l’Europe de l’Ouest. Nos régions sont des nains en comparaison des Lander allemands ou même des provinces espagnoles. Quels atouts possèdent-elles alors ? Pourquoi croire en elles ?

Les régions ayant un découpage historique correspondant à leur histoire fonctionnent bien, comme la Bretagne par exemple. Les pays de la Loire fonctionnent moins bien car le découpage de cette région est entièrement artificiel. Je réclame un redécoupage des régions sur une base historique, tenant compte des réalités actuelles ( l’Alsace, les Pays de l’Adour) Les pays de Loire avec Tours comme capitale au centre des châteaux de la Loire  Nantes étant  redevenue la capitale de la Bretagne comme elle l’était avant que le régime de Vichy en décide autrement. C’est d’ailleurs le vœu du Conseil général de Loire Atlantique.
 
Lorsqu’il y a un facteur identitaire, une union autour de projets et qu’il y a encore suffisamment d’hommes pour porter ces projets, il y a encore des miracles qui se font. Par exemple, les confitures Bonne Maman ont été créées dans le Lot. J’ai pu constater que l’innovation fleurit plus facilement dans les territoires et dans des villes à taille humaine. Les gens pour  être innovant doivent bénéficier d’une bonne qualité de vie. Ce qui n’est pas toujours le cas dans les grandes métropoles où il est difficile de se loger et où l’insécurité est plus forte que dans les villes de province.En plus les gens sont plus socialement mêlés car les inégalités sont moins fortes et moins visibles.
 
Les atouts des régions, c’est  d’abord la  qualité de vie, l’harmonie sociale, la force des liens autour de projet. Les pôles de compétitivité de demain seront d’abord des pôles de qualité de vie ou ne seront pas.
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par EOLE - 12/11/2013 - 09:51 - Signaler un abus Chiche...

    De bonnes choses, mais quoi de commun, historiquement entre l'Anjou et la Touraine pour faire accepter la domination de la ville de St Martin sur celle de Foulques Nerra? Faut-il remonter à Robert de Neustrie? Nos provinces anciennes sont encore plus réduites que nos régions actuelles. Ne serait-il pas plus réaliste de se fonder sur l'attraction actuelle d'une douzaine de pôles économiques, agglomérations d'au moins 500.000 habitants?

  • Par Ravidelacreche - 12/11/2013 - 09:59 - Signaler un abus initiatives locales

    C'est toujours bon de se retrouver autours d'un bon godet.

  • Par lsga - 12/11/2013 - 16:35 - Signaler un abus la région : la véritable échelle nationale

    la France est une entité supranationale, artificielle.   Voilà pourquoi au niveau "local" (c'est à dire des région, véritables nations) les initiatives fonctionnent.   La France est une cochonnerie jacobine, dont est issu le colonialisme parisien. Elle n'a servit qu'à écraser les cultures de nos régions.   Une Europe des Régions fédérant ces initiatives sera toujours plus efficace qu'une tentative de la part des jacobins de reproduire l'innovation issue de la spontanéité des nations régionales.

  • Par isaconfiture - 13/11/2013 - 00:16 - Signaler un abus PARIS!

    Paris n'est pas la France! C'est bien la le gros problème de notre pays. Les PME sont les premières richesses du territoire et quand on voit la façon dont elles sont traitées par toute l'administratin c'est purement scandaleux! Un autre exemple : on s'emeut toujours d'un suicide dans la fonction publique qui est cette egrettable mis on occulte toujours ceux qui se produisent dans le domine prive! La vie d'un employé du prive vaut moins ue celle d'un employé du public? N'y a t'il pas ici une crtaine forme de racisme? Donc deux poids deux mesures que l'on soit dans l'un part rapport a l'utre! Il va de même pour les employes de Paris et ceux de la Province!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michel Godet

Michel Godet est économiste, professeur et membre de l'Académie des technologies.

Il est l'auteur de Le Courage du bon sens (Odile Jacob, 2009), Bonnes nouvelles des conspirateurs du futur (Odile Jacob, mars 2011), de La France des bonnes nouvelles (Odile Jacob, septembre 2012) et de Libérez l'emploi pour sauver les retraites (Odile Jacob, janvier 2014) Il anime également le site laprospective.fr.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€