Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 23 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Et si François Hollande
relisait Attali ?

Dès 2008, le rapport Jacques Attali de la Commission sur la libération de la croissance répondait aux trois objectifs que s'est fixé François Hollande : croissance, justice et avenir de la jeunesse. Il n'est peut-être pas trop tard pour mettre en œuvre les solutions qui y étaient proposées.

Bachottage

Publié le

François Hollande veut de la croissance, de la justice et de l’avenir pour la jeunesse. Fort bien. Ce sont trois beaux objectifs, mais comment les atteindre ? Relire et adopter les propositions du rapport de la Commission pour la libération de la croissance, qu’avait présidée Jacques Attali, en janvier 2008, et son complément pour sortir de la crise, présenté en octobre 2010, est une solution.

Ces deux rapports répondent aux questions que posent les trois objectifs de Hollande. La croissance ? Oui, mais comment renouer avec elle sans aggraver les dépenses publiques, sans alourdir les impôts et sans trop compter non plus sur nos partenaires européens qui ont suffisamment de problèmes chez eux pour s’occuper des nôtres ? La justice ? Bien sûr, mais comment la restaurer dans un système structurellement conservateur, marqué par des décennies de clientélisme, de connivences et de préservation de privilèges ?

Comment démanteler des "droits acquis" jugés sacro-saints, les rentes de situation, les numerus clausus, les exceptions au droit ? Comment cesser de protéger de la concurrence des secteurs subventionnés, comment ne plus tolérer des inégalités criantes entre les sexes, entre les statuts, entre les régimes de retraite, entre les villes et les banlieues ? La jeunesse ? Évidemment. Mais comment garder chez nous tous ces jeunes diplômés qui trouvent de vrais emplois ailleurs, à Londres ou à Singapour, pour échapper aux stages sous payés ou aux CDD précaires en France ? Comment faire pour maintenir dans le système scolaire la proportion considérable de jeunes qui le quittent chaque année sans qualification ? Comment hisser nos universités au niveau des meilleures grandes écoles mondiales ? Comment, finalement, donner des emplois productifs aux jeunes Français qui n’ont aujourd’hui pour seul horizon que le chômage ou la précarité ?

A toutes ces questions, la commission Attali apportait déjà des réponses au début du quinquennat de Nicolas Sarkozy, et relire le rapport de janvier 2008 aujourd’hui provoque deux sentiments contradictoires : la désolation devant tant de temps perdu, et l’espoir qu’il n’est pas trop tard encore pour mettre en œuvre les solutions d’évidence qui étaient proposées.

Bien évidemment, en dénonçant les privilèges, les blocages, en demandant la suppression des départements et la réduction du nombre de communes, en prônant le risque individuel et moins d’intervention de l’Etat, la gauche avait jugé Attali perdu pour sa cause. Un gros mot – libéral ! – fut même prononcé.  La droite n’en pensa pas moins. On fit quelques blagues sur les coiffeurs ou les taxis, on rassura les syndicats, les corporations et autres corps intermédiaires et ce remarquable rapport fut vite escamoté, et avec lui nos illusions de réformes radicales afin d’armer la France face au monde nouveau. Seulement un tiers des propositions du rapport de 2008 ont été adoptées, écrivait, en 2010, Jacques Attali. Un autre tiers n’a été "qu’incomplètement appliqué, et un dernier tiers ne l’a pas été du tout."

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Gilles - 10/05/2012 - 09:30 - Signaler un abus Toujours d'actualité

    Sarkozy a mis le fameux rapport dans les tiroirs. Rien au niveau des Collectivités (ou si peu), des professions protégées etc. Monti , membre de cette commission, semble appliquer certaines préconisations.

  • Par pololafricain - 10/05/2012 - 09:37 - Signaler un abus Rapport Attali

    Bonjour, Il est important de souligner que ce rapport mentionner que l'Etat devait diminuer son train de vie en supprimant les Départements et en diminuant le nombtre d'élus Députés et Sénateur ainsi qu'une concentration des communes c.à.d réduire leur nombre de 36000 à 7000 . Ce rapport est une mine d'or, car il permettrait à nos politiques de programmer et de mettre en place "La" grande réforme de notre Gouvernance durant cette prochaine Legislature. Elle permettrait de cristaliser l'ensemble des Citoyens vers un grand chambardement. Les Citoyens ne se reconnaîssent plus entre Commune, Département, Région, Etat et Europe. Il y a trop de couches et trop d'elus nous devons dégraisser, plus de 980 Députés et Sénateurs pour 66 Millions d'habitants alors que les US n'ont que 550 Représentats pour 350 Millions d'habitants: cherchez l'erreur. D'autre part c'est un rapport réaliser par un Socialiste et mis en oeuvre par des Socialistes ce serait à un beu Pied de Nez à la droite qui avait commanditer ce rapport!!!!

  • Par brennec - 10/05/2012 - 09:44 - Signaler un abus pourquoi traiter de libéral celui qui prend pour une insulte?

    C'est vraiment un gros mot que de taxer Attali de libéral, même si ses recettes ne sont pas honnie par les libéraux. Attali reste un étatiste constructiviste convaincu, fédéraliste européen. Cependant c'est Mario Monti, probablement un peu libéral, qui applique ses recettes. On verra bien ce qui en résultera, mais il ne faut pas compter sur Hollande pour le faire, sauf s'il se fait tordre le bras. Le libéralisme est un philosophie politique a laquelle on doit les droits de l'homme et la démocratie, il est plus que réducteur de le ne voir que sa dimension économique qui cependant est bâtie sur les mêmes bases philosophiques.

  • Par incassable - 10/05/2012 - 10:27 - Signaler un abus Inapplicable à cause des résistances locales

    Meme si je suis profondément d'accord avec la majorité des propositions d'Attali (même en étant de gauche), je me rends bien compte que c'est inapplicable. Que le gouvernement soit de droite ou de gauche, lequel se dressera contre des milliers d'élus locaux qui ont participé à leur élection ? Qui se dresserait contre les lobbys des médecins/pharmaciens très bien représentés à l'Assemblée Nationale ? Ne parlons même pas des taxis contre qui seule l'armée pourrait les dégager du périph. Celui qui se lancerait dans ces réformes se trouverait face à un pays ingouvernable et en insurrection permanente comme la grèce.

  • Par Thomas Bishop-Garnier - 10/05/2012 - 12:04 - Signaler un abus Surtout pas !

    Vu l'etat de la croissance pronée par Jacques Attali et d'autres, faut surtout pas les ecouter mais plustot les degager.

  • Par VeLiVoS - 10/05/2012 - 12:09 - Signaler un abus Ce rapport donnet des constats...

    évidents et c'est pour cela que tout le monde est béat devant lui. Moi aussi je peux écrire qu'il y a trop d'argent public dépensé à tort et à travers, trop de niches, trop de gens qui bossent pas et finalement, il y aura trop de cons à s'extasier devant de telles lapalissades ! Pour info, la cour des comptes aussi écrit un rapport tous les ans. La vraie question est la pertinence des propositions d'Attali. Elles me déplaisent pour beaucoup, et, contrairement à ce que l'on pense, certaines ont déjà prouvé, par leur silmple application, qu'elles sont des échec (l'immigration notamment). Je l'ai déjà dit, je rechercherais plus des préconisations économiques, voire morales, du côté d'un Maurice Allais. Lui n'a jamais été le conseiller de ceux qui nous ont mis dans la MERDE depuis 40 ans et lui avait de véritables propositions économiques de droite. Il est qd même INCROYABLE que, que l'on soit sous le gouvernement de Mitterrand, sous celui de Sarkozy et maintenant sous celui d'Hollande, ce soit toujours les mêmes noms qui reviennent en tant que conseillers, avec toujours les mêmes politiques générales, et qu'ils aient encore des laudateurs ! C'est du masochisme à la fin ! !

  • Par Equilibre - 10/05/2012 - 14:13 - Signaler un abus VeLiVoS a raison. Attali, prends ta retraite

    Je rajouterai: L'UE est le problème, pas la solution. La superstructure UE est une bouse sans nom qui va s'écrouler. Vous pouvez empiler rapport sur rapport, vous n’obtiendrez jamais rien de bon. Rappel sur Attali http://www.dailymotion.com/video/xlq3wy_jacques-attali-et-la-crise-bfm-23-septembre-2011_news A partir de 6'20 "Or il était évident, et tous ceux qui ont participé à l’histoire le savent, quand on a fait les euros, on savait que les euros disparaîtraient dans les 10 ans si on n’avait pas un fédéralisme budgétaire. C’est-à-dire des eurobonds, mais aussi une taxation européenne, mais aussi un contrôle des déficits. On le savait. Parce que l’histoire le montre. Parce qu’il n’y aucune zone monétaire qui survit sans un gouvernement fédéral... »" Ce ... a délibérément construit une bouse nommée UE dont il savait qu'elle allait s'écrouler sous la forme actuelle. Vous voulez vraiment suivre CA? Le suicide, c'est maintenant.

  • Par Benvoyons - 10/05/2012 - 15:57 - Signaler un abus Le problème de Michel Faure est son manque d'objectivité.

    1° Le rapport a été écrit par un comité dont Attali était président donc pas un rapport d'Attali. 2° Le rapport sur une bonne partie parle d'austérité et de réorganisation l'administration et de la société avant d'aller sur la relance. Donc il y a relance par la réussite de la réorganisation de l'administration et de la société pas l'inverse.

  • Par toulonrct - 10/05/2012 - 20:53 - Signaler un abus salviac viré de RTL par trierweiller

    http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2012/05/09/sexisme-le-journaliste-pierre-salviac-licencie-apres-un-tweet-injurieux-sur-valerie-trierweiler/#xtor=RSS-3208

  • Par LSD - 11/05/2012 - 00:33 - Signaler un abus sarkozy

    etait un socialiste de droite, rien de plus,quand on voit le travail effectué par monti, qui bouscule toutes les vieilles habitudes ca laisse reveur, la france va t elle rester le dernier mohican?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michel Faure

Michel Faure est journaliste, écrivain et traducteur.

 
Il est vice-président du Mouvement des Libéraux de Gauche (MLG).
 
Il est l'auteur, entre autres, de Au coeur de l'Espoir (Robert Laffont / avril 2012), co-écrit avec le Dr Eric Cheysson.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€