Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 23 Juin 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

FN : Florian Philippot, victime collatérale de l’affaiblissement de François Fillon

Loin d'être en odeur de sainteté dans son propre parti, le vice-président du FN, Florian Philippot pourrait subir le contrecoup d'un effondrement du candidat républicain François Fillon.

Sortira, sortira pas ?

Publié le - Mis à jour le 17 Mars 2017
FN : Florian Philippot, victime collatérale de l’affaiblissement de François Fillon

Atlantico : Vous avez récemment publié Philippot 1er aux éditions Plon. Dans quelle situation Florian Philippot se retrouve-t-il aujourd'hui, après avoir oeuvré à la dédiabolisation du Front national ? Et en quoi un possible effondrement de l'électorat de François Fillon le met-il en difficulté en termes d'influence au sein du parti ?

Marie Labat : Effectivement depuis plusieurs semaines, Marine Le Pen tient une ligne plus marquée sur les thèmes identitaires que précédemment, que ce soit dans ses discours, ses meetings et ses déplacements. Le mot "identité" même est beaucoup plus présent aujourd'hui que ne peuvent l'être ses déclarations sur une sortie de l'euro, qui reste le sujet fétiche du vice-président du Front national. La ligne droitière de Marion Maréchal Le Pen semble indéniablement mise en avant à ce moment de la campagne. Depuis quelques semaines, avec les affaires judiciaires qui affaiblissent le candidat républicain, Marine Le Pen a donc pu être tentée de servir d'option à l'électorat et aux militants déçus de François Fillon. 

Mais il faut rappeler que cette influence décroissante ne date pas d'aujourd'hui.

Le séminaire d'Etiolles début 2016, avait déjà permis de mettre en exergue le fait que les cadres du parti se positionnaient principalement en faveur de la ligne de la nièce de Marine Le Pen. Cela n'empêche pas que tout le monde ne soit pas pour une sortie de l'euro par exemple, seulement ils ne veulent plus que ce totem frontiste soit l'alpha et l'oméga du programme présidentiel de Marine Le Pen. D'ailleurs, il suffit de jeter un œil aux 144 propositions qu'elle a élaboré pour s'en convaincre. La dominance n'est plus à une sortie de l'euro. Cela a joué aussi dans la nomination du directeur de campagne de Marine Le Pen : si Florian Philippot occupait cette position en 2012, il n'a notamment pas été jugé suffisamment rassembleur pour 2017 et c'est donc David Rachline qui l'a remplacé.

La plupart des cadres avec qui j'ai pu discuter me disent que les relations qu'ils entretiennent avec lui sont "professionnelles". Ils voient qu'il a réussi à professionnaliser le mouvement, à mettre en place une vraie stratégie de communication. C'est l'un des artisans de la dédiabolisation. Il est également décrit comme étant très pointilleux sur ce qu'il dit. "Réservé", parfois "froid", "ne mâchant pas ses mots" : ce qui lui importe, c'est d'avoir l'oreille de Marine Le Pen.

Nous développons dans le livre l'idée que si Marine Le Pen ne fait pas un très bon score au second tour - celui du premier tour étant déjà quasiment joué - il est possible qu'il serve de fusible. Ce sera l'occasion pour ses contradicteurs de lui formuler des reproches. De la même manière que Jean-Marie Le Pen avait servi de fusible en 2015 pour la dédiabolisation, Florian Philippot peut potentiellement jouer le même rôle. L'AFP rapporte d'ailleurs qu'il n'a pas pour objectif de rester très longtemps au Front national...

Quant à Marion Maréchal Le Pen, il est clair que depuis le congrès de Lyon et le séminaire d'Etiolles elle espère et oeuvre pour une grande union des droites, à un rapprochement avec des personnalités comme Philippe de Villiers par exemple. Toutes les conclusions seront tirées par Marine Le Pen au moment du congrès prévu en fin d'année 2017. 

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deudeuche - 16/03/2017 - 09:21 - Signaler un abus Transfert à terme

    Si Fillon est vaincu par l'ordre établi sociétal libéral.

  • Par Ganesha - 16/03/2017 - 09:30 - Signaler un abus Je me tue à répéter

    C'est exactement ce que ''je me tue à répéter'' en permnnce dans mes commentaires ! En tant que future présidente de la France, Marine Le Pen ne peut utiliser que la menace de sortie de son pays de l'Euro et de l'Union Européenne. Mais le véritable objectif, c'est de prendre la tête d'une coalition de pays qui exigent la mise en place d'une ''autre Europe'', avec autre programme économique et politique, un autre système monétaire. Il faut vraiment être un complet abruti pour ne pas se rendre compte que les options actuelles ont lamentablement échoué et qu'un changement en profondeur est indispensable et urgent ! Ce qui est à ''mourir de rire'', ce sont tous les gentils retraités qui viennent ici exprimer leur angoisse de voir leur patrimoine dévalué par un retour au Franc. Ce qui nous menace réellement, c'est la faillite totale de toutes les banques françaises et européennes lorsque l'Assouplissement Quantitatif va s'effondrer. Et cela, c'est pour très bientôt !

  • Par MIMINE 95 - 16/03/2017 - 10:03 - Signaler un abus LA LIGNE MARION - M'sieur le conte

    C'est direct le FN à moins de 10%. Ce n'est pas chez les réacs-traditionalistes que le FN puise la majorité de ses voix, ne vous en déplaise.

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 16/03/2017 - 10:56 - Signaler un abus Il serait temps que la Marine à voile..

    ...se rende compte que le Philippolpot à vapeur ne lui ramène que les voix des blaireaux d'extrême gauche déçus par la politique migratoire de Mélanchouille ..... La nièce s'en est rendu compte depuis longtemps et assaye de tirer le parti vers un peu plus de libéralisme..... Mais jusqu'àux élections ce sera peine perdue..... Après la claque leur ouvrira les yeux, mais il sera trop tard car en 2022 ..?? ....cf Houellebeq

  • Par ikaris - 16/03/2017 - 11:00 - Signaler un abus analyse plutot pertinente

    Comme quoi quand on on nous pose des analyses plutôt dépassionnée sur le FN je trouve cela plutôt intéressant à lire. Même Jerome Fourquet fait un peu oeuvre de modestie en envisageant une victoire de Marine contre les chiffres de ses propres sondages .... et ses petites piques sont plutôt discrètes. L'analyse sur la cohabitation des différentes tendances au FN me semble très pertinente : à Marine de jouer plus sur son aile sociale (gauche) ou sur son aile libérale (droite) en fonction des opportunités politiques ... l'important étant d'amener enfin des patriotes au pouvoir ou du moins en position d'influence sur le pouvoir ... l'économie suivra (là c'est moi qui le dit). Philippot est une véritable bête médiatique qui est parvenu à fissurer la cage d'acier dans lequel le système gaucho-médiatique avait emmuré le FN ... quelque soit son avenir au sein du mouvement et les jalousies dont il fait l'objet j'espère (voeu pieux ?) que cela lui sera toujours reconnu.

  • Par Flamel - 16/03/2017 - 11:26 - Signaler un abus Le départ de Philippot, le retour à la marginalisation du FN ?

    Je ne comprends pas cette histoire de "fusible" au cas où Marine Le Pen perdrait l'élection. D'abord, sa victoire n'est pas une évidence imparable à laquelle il faudrait un bouc émissaire en cas d'échec. Le FN n'a jamais été considéré comme un parti de gouvernement en France, et si Marine Le Pen est battue, même avec un score 65-35, cela restera un succès historique (le double de son père en 2002). Par ailleurs, le gros point faible du FN, pour capter de l'électorat supplémentaire, est sa crédibilité en matière économique. Or, le seul qui a de la crédibilité dans ce domaine (outre ses talents de débatteur), c'est justement Philippot. Le parti perdra bien davantage à son départ qu'il ne gagnera en électeurs de droite radicale, qui de toute façon votent déjà pour ce parti.

  • Par ikaris - 16/03/2017 - 12:29 - Signaler un abus Flamel : il n'y a pas que Philippot sur l'économie

    Je suis un grand admirateur des talents de débatteur de Philippot ... mais il ne faut pas non plus ignorer qu'il présente des choses élaborées par des comité d'experts. Je vous invite à écouter ce débat avec Philippe Murer : https://fr.sputniknews.com/radio_sapir/201702171030139783-france-nationalisme-economique/ ... l'homme se décomposerait peut être face aux basses attaques de 4 ou 5 journalistes lancés autour de lui avec la bave au lèvres et la mauvaise fois qu'on leur connait (contrairement à Philippot l'anguille) ... mais dans un débat de bonne tenue on peut apprécier son point de vue.

  • Par toupoilu - 16/03/2017 - 12:33 - Signaler un abus D'accord completement avec Flamel.

    Tout le monde doit y mettre du sien. Philippot doit accepter que la ligne ne soit pas uniquement la sienne (ce qu'il fait, je crois, car comme le dit l'article, les 144 propositions de la candidate sont une vrai inflexion à droite), les autres doivent voir que sans lui, ils perdraient beaucoup.

  • Par lafronde - 16/03/2017 - 13:20 - Signaler un abus Le Front national n'est plus un front mais un parti sans allié.

    Un parti politique peu difficilement proposer une chose et son contraire. A l'origine JMLP avait rassemblé dans sont Front national des militants venus d'horizons très divers. Le FN s'est normalisé et a adopté un programme étatique avec Mme Le Pen. Or il y a au moins autant de patriotes conservateurs et libéraux que de patriotes étatiques. De plus on sait que l'étatisme ne marche nulle part. Il suffit de comparer la situation économique de la France avec celle des pays concurrents. Si les patriotes veulent gagner sur leur ligne, ils doivent rassembler tant l'électorat convaincu de la nécessaire Liberté en économie comme dans la Société., et l'électorat tenté par la protection étatique. Sachant que s'il est tenté, c'est par ignorance de la motivation des acteurs économiques : trop d'impôt tue l'impôt (et aussi l'entreprise) et de la motivation des acteurs politiques: théorie des choix publics. Le FN n'arrivera à rien sans alliance. Et LR n'arrivera qu'au progressisme macronien avec l'UDI progressiste (et de plus clientéliste et opportuniste) de JC Lagarde. Il est temps pour LR d'avoir des alliés fiables : Nouveau Centre ou Fromentin ou encore Nous Citoyens, et à Droite avec DLF.

  • Par Deneziere - 16/03/2017 - 13:31 - Signaler un abus D'accord avec Mimine95, sauf que...

    ... cela, c'est en temps normal. Présentement, et encore plus au deuxième tour, il faut aller chercher du filloniste, et faire quelques risettes au "FN du sud". Pour cela, Phili-popo est quasiment un repoussoir. Philippot est un atout stratégique, mais un handicap tactique. La situation demande un vrai sens politique; la fille Le Pen n'en manque visiblement pas.

  • Par clint - 16/03/2017 - 15:16 - Signaler un abus Article et commentaires intéressants

    pour quelqu'un qui voit ça de l'extérieur !

  • Par Anguerrand - 16/03/2017 - 16:21 - Signaler un abus Le FN sans Philippipot Le gauchiste

    Aurait eu toute ses chances aux présidentielles, mais reprendre pour 5/10 ans de socialisme avec lui comme 1 er ministre, après Hollande, ne tente pas grand monde, même au FN. Au FN s'il y avait eu une primaire démocratique MMLP, elle aurait été élue, nul doute qu'elle aurait viré cet imposteur de la gauche, pour ne pas dire traitre à la droite, car selon une étude elle aurait été élue avec 52% des voix.

  • Par cloette - 16/03/2017 - 18:58 - Signaler un abus Anguerrand vous vous trompez

    C'est lui qui est invité partout sur les plateaux avec Marion et ce sont les deux qui donnent une idée d'équibre gauche droite . Mais il n'est pas dit qu'elle perde cette èlection

  • Par Lazydoc - 17/03/2017 - 08:38 - Signaler un abus C'est quoi exactement?

    Un parti de Droite Républicaine? Actuellement, je n'en vois plus dans le paysage politique. Et nous, les électeurs de droite libérale (tendance Madelin à 2%) non étatiste, déçus par Sarko 2007, véritable girouette politique, vers qui devons-nous aller? Les anciens partis et clivages sont morts. L'Europe actuelle n'est pas libérale, c'est évident! L'offre politique actuelle ne me satisfait plus.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Marie Labat

Marie Labat est journaliste à LCP et coauteure avec Astrid de Villaines de "Philippot 1er" à paraître le 16 mars aux éditions Plon

Voir la bio en entier

Jérôme Fourquet

Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€