Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 25 Mai 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Florian Philippot, encore un (petit) effort pour devenir Miss France!

Il voulait qu'on parle de lui. C'est avec plaisir que nous accédons à sa demande.

Chapeau…

Publié le
Florian Philippot, encore un (petit) effort pour devenir Miss France!

Florian Philippot et Geneviève de Fontenay Crédit STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

C'était presque un concours de beauté. Le lieu : un café. Les protagonistes : Florian Philippot et Geneviève de Fontenay. Cette dernière est connue pour avoir été présidente du Comité Miss France. Et ses avis font toujours jurisprudence en la matière. Philippot, lui, est en mal de notoriété. 

Ils étaient là tous les deux, côte à côte. Elle en chapeau (ils ont participé à sa célébrité). Lui tête nue. De nombreux journalistes étaient présents. Alléchés par cette distribution exceptionnelle.

Tout de go, Mme de Fontenay a annoncé qu'elle ne rejoindrait pas les Patriotes. "Je ne vais pas passer de l'extrême-gauche à l'extrême-droite", a-t-elle déclaré. Il y a des années pour cela, la très célèbre Geneviève de Fontenay en pinçait en effet pour Arlette Laguiller de Force Ouvrière.

Florian Philippot était aux anges.

On a abordé des questions politiques. L'ex-présidente du Comité Miss France a égrené les convergences qu'elle avait avec le patron des Patriotes. Comme lui, elle aime la Lorraine… Comme lui, elle déteste Macron…

Le président de la République est, a-t-elle dit, "le président des riches". Avec lui, a-t-elle insisté, "la croissance ne profite qu'aux riches" ! Elle ne veut pas d'un "Roi Soleil". Mais on ignore ce qu'a dit Philippot. Les journalistes n'en ont pas rendu compte. Ils étaient manifestement venus pour Geneviève de Fontenay, et rien que pour elle.

Dans un élan prolétarien, la dame au chapeau a lancé un appel pour un défilé unitaire le 1er mai. "Un appel au Peuple, avec un P majuscule". Nous irons à la manifestation de Geneviève de Fontenay et Florian Philippot. Le poing levé. 

Pour conclure, l'ex-présidente du Comité Miss France, qui connait ses classiques, a entonné l'Internationale. Pas Florian Philippot. Sans doute ne connait-il pas les paroles. Camarade Philippot, encore un effort si vous voulez être sacré Miss France !

 

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deudeuche - 25/04/2018 - 09:13 - Signaler un abus Encore deux en plumées

    Qui rendent Macron crédibles. Terrible de voir le Libéral total etatique de l’Elysee si bien servi par de si minables adversaires. Mais la Vengeance des gauchistes losers et frustrés viendra avec l’Euthanasie et la PMA qui leurs tiennent tant à cœur.

  • Par assougoudrel - 25/04/2018 - 12:10 - Signaler un abus De Fontenay et Philippot

    C'est la bonne période pour planter des patates. Comme ont dit:"un qui vire à droite et et l'autre à gauche, ils finissent par se rejoindre".

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 25/04/2018 - 12:23 - Signaler un abus depuis qu'elle a vendu "miss

    depuis qu'elle a vendu "miss France", notre tante Genevieve cherche à recréer une petite entreprise pour recaser fiston. Sûr qu'elle est sur un coup. Je me demande si elle ne cherche à monter avec Philippot un comité très parisien et branché le comité " misstingayte".....Défilé en string obligatoire.

  • Par Alain Briens - 25/04/2018 - 12:24 - Signaler un abus La bonne nouvelle : il pourra difficilement tomber plus bas.

    Philippot est en train d'expérimenter à ses dépens le principe de Peter. Il fut pour le FN un habile conseiller, largement à l'origine de la fameuse "dédiabolisation" et des scores électoraux commençant par un 2. Mais comme n°1, forcé d'apparaitre en première ligne, et dépourvu du charisme de son ex-patronne (laquelle était, sur ce point, déjà en retrait par rapport à son père), il en est réduit à s'exhiber avec cette grotesque has been des poubelles télévisuelles et apparaitre pour ce qu'il est : un politicien médiocre et sans souffle, prêt à toutes les bassesses et les humiliations pour mendier 1/4 d'heure de lumière.

  • Par Rayski - 25/04/2018 - 12:36 - Signaler un abus @Alain Briens

    Bravo !

  • Par cloette - 25/04/2018 - 13:02 - Signaler un abus oh, mais

    qui dans cette histoire a les plus mauvaises fréquentations,? lui ou elle ? c'est à dire l'extrême droite ou l'extrême gauche ( copains comme cochons , et "cochon qui s'en dédit" comme dirait le papa au langage fleuri ). Bon, mais Philippot d'extrême droite ? et Geneviève d'extrême gauche ? peut-être, mais de salon alors ...

  • Par vangog - 25/04/2018 - 13:41 - Signaler un abus C’est pas Conchita la saucisse...

    à l’extrême-droite (sur la photo)?....

  • Par CasCochyme - 25/04/2018 - 16:12 - Signaler un abus encore un dernier tour de piste...

    ... avant de rejoindre la cantine du ministère de l'Intérieur. Quant à la dame au chapeau Zorro... Pour l'un comme pour l'autre, c'est dur de ne plus pouvoir remplir qu'une cabine téléphonique dans leurs points de presse.

  • Par Eolian - 26/04/2018 - 14:35 - Signaler un abus Ca existe

    encore les cabines téléphoniques?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€