Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 22 Juillet 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

La Finlande a beau rejeter l'accord sur le MES, elle ne pourra
en bloquer l’action

Le dernier sommet européen a débouché sur un accord permettant au MES d'intervenir sur le marché secondaire pour acheter la dette publique des États en difficulté. Mais depuis, la Finlande s'est prononcée contre. Reste qu'elle ne pèse pas suffisamment dans le volume du MES pour raviver les inquiétudes des investisseurs et marchés financiers.

Détente

Publié le

Atlantico : Le dernier sommet européen a débouché sur un accord permettant au MES (Mécanisme européen de stabilité) de racheter des obligations de dettes publiques sur les marchés secondaires. Depuis, la Finlande s'est prononcée contre un tel programme, et les Pays-Bas y sont favorables seulement après étude des dossiers au cas par cas. L'accord européen est-il remis en cause ?

Cyril Regnat : Même en cas de refus de la Finlande, les éventuelles demandes d'aide de l'Espagne aux autorités européennes, et donc au MES, pour racheter sa dette souveraine sur le marché secondaire resteraient possible si la situation est suffisamment critique pour être qualifiée d'urgente par la Commission européenne et la BCE.

Dans ce cas, nous sortons du cadre normal qui exige une unanimité au niveau du Conseil des directeurs du MES pour passer à un vote qui requiert une majorité qualifiée. Il faudrait alors 85% des droits de vote en faveur pour que la demande soit acceptée. La Finlande ne représentant que 1,8% des droits de vote au sein du MES, il existe donc toujours une "porte de sortie".

Comment expliquer ce revirement de la Finlande et des Pays-Bas, alors qu'un accord semblait avoir été trouvé sur le rôle du MES ?

Cette décision peut paraître surprenante puisque le Parlement finlandais a ratifié le MES il y a une dizaine de jours.

Mais le pays avait formulé une demande similaire lors du premier plan d'aide à la Grèce, dans lequel les membres de la zone euro s'engageaient à prêter de façon bilatérale des sommes importantes - 80 milliards d'euros - afin d'obtenir des garantis - sous forme de collatéral - pour s'assurer d'une couverture en cas de défaut de la péninsule hellénique.

La Finlande est aujourd'hui le seul pays de la zone euro, avec le Luxembourg, à respecter les critères de Maastricht, puisque son déficit devrait être inférieur à 1%, et sa dette légèrement supérieure à 50% d'ici la fin de l'année 2012. Dès lors, la mobilisation de ces quelques milliards d'euros fait courir un risque supplémentaire sur ses finances publiques, un risque que le gouvernement de Helsinki ne souhaite pas forcément prendre.

Cela marque, une fois de plus, le manque de solidarité au sein de la zone euro. Ce qui joue négativement sur les dettes de certains pays, puisque ce manque de solidarité peut être perçu comme une difficulté supplémentaire pour les autorités à prendre rapidement des mesures pour sortir de la crise.

Justement, comment réagissent les investisseurs et les marchés ? Les craintes sont-elles ravivées ?

Si l'Allemagne tenait la même position que la Finlande, cela poserait de sérieuses questions. Mais en l'état actuel, l'accord n'est pas remis en cause. D'ailleurs, les rendements obligataires italiens et espagnols continuent de baisser depuis le sommet. La détente est donc importante, et se poursuit.

Mais ce sommet ne réglera pas tous les problèmes de la zone euro. Par exemple, sur les 120 milliards d'euros adoptés dans le cadre des mesures de soutien à la croissance, l'effort réel n'est que de 15 milliards, le reste étant des dépenses déjà prévues.

Enfin, la puissance de feu du MES lui-même reste encore limitée, car il faudrait mobiliser des centaines de milliards d'euros rapidement pour racheter des dettes publiques sur le marché secondaire. Nous entamons donc une phase de détente, mais pas celle d'une sortie de crise. Les réponses apportées ne règlent en rien les problèmes structurels de la zone euro.

Propos recueillis par Olivier Harmant

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Teo1492 - 04/07/2012 - 10:56 - Signaler un abus Dommage...

    mais c'est très révélateur du non-sens de la construction européenne actuelle qui s'oriente malheureusement chaque jour un peu plus vers le fédéralisme.

  • Par Equilibre - 04/07/2012 - 14:41 - Signaler un abus Ici radio paris, les banquiers parlent aux ...Euh, à qui?

    Plus complet: -Problème juridique en Allemagne (constitution) et en Irlande. -L'Estonie ne veut pas l'adapter. Pour contestation, s'adresser à lui: http://www.youtube.com/watch?v=lYoh7XhYe1k&feature=player_embedded#t=0s Reste: -Le risque total se trouve accru pour tout le monde en Europe -Il y a irresponsabilité totale des dirigeants, pas de contrôle, aucune possibilité de recours contre l’organisation intergouvernementale (MES) non élue qui va distribuer l’argent . -Le trou des banques est sans fond et inconnu. -La prise de décision du bidule est (auto-censure) ... La "solidarité" exprimée ici consiste à venir en aide à des banques, sous couvert de couple état/banque à découpler, ce qui est compréhensible. Alors, pourquoi avoir fait les LTRO? Mécanisme: L’Italie doit participer au sauvetage des banques espagnoles en prêtant à un taux inférieur à celui qu’elle doit elle-même payer sur les marchés financiers. Brillant! Problème: y'a une loi qui interdit aux banques recapitalisées de racheter de la dette souveraine de leur pays, ce qu'il font depuis le début? Chaque pas répare les conneries précédemment faite en en commentant de plus grosses. Chute imminente en vue.

  • Par Equilibre - 04/07/2012 - 15:08 - Signaler un abus Ah oui, au fait, voilà ce qu'"on" va sauver

    "MADRID - La justice espagnole, saisie de plusieurs plaintes, a ouvert mercredi des poursuites contre Rodrigo Rato, ancien président de Bankia, dont le sauvetage historique de 23,5 milliards d'euros a précipité l'annonce d'un sauvetage européen pour le secteur bancaire. Au total, quatre plaintes ont été déposées contre la banque et ses dirigeants au cours des dernières semaines, par le groupe d'extrême droite Manos Limpias, le parti centriste UPyD, le collectif Democracia Real Ya et le mouvement des indignés. ... Il leur est notamment reproché des délits d'escroquerie, de détournement de fonds, de falsification des comptes annuels et d'administration frauduleuse et déloyale et de manipulation des prix, selon la décision de l'Audience nationale, dont l'AFP a obtenu copie...." http://www.romandie.com/news/n/_Espagne_des_poursuites_judiciaires_contre_l_ancien_patron_de_Bankia20040720121316.asp .C'est BO ce que l'on va sauver, si les autres sont dans le même état et sous couvert de découplage état/banque avec notre fric et de "solidarité". Open Bar en cash pour les banquiers... (Auto-censure)

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Cyril Regnat

Cyril Regnat est stratégiste taux chez Natixis depuis 7 ans, au sein du service de la Recherche économique dirigée par Patrick Artus.

Il est également spécialiste des marchés obligataires souverains

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€