Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 23 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Fin du monde 2012 : pourquoi le business de l'Apocalypse marche-t-il aussi bien ?

La fin du calendrier Maya approche et les initiatives les plus improbables continuent à apparaitre. Concours de National Geographic Channel pour gagner un abri anti-atomique, supermarchés survivalistes, flambée immobilière à Bugarach, le village supposé être épargné par le cataclysme. Qu'est-ce qui provoque cette terreur et comment est-elle exploitée ?

Quand la Terre s'est arrêtée de tourner

Publié le - Mis à jour le 27 Novembre 2013

Atlantico : Alors que la fin du calendrier Maya approche et que l’hystérie eschatologique touche de plus en plus de gens, la chaîne National Geographic lance un grand concours pour gagner un abri antiatomique pour survivre à la fin du monde. Arrivée massive de touristes, flambée immobilière à Bugarach, reportages et articles en série, théories alarmistes, annonce de mouvements de foules. L’apocalypse en deviendrait presque moins inquiétante que les conséquences de sa non arrivée. Comment expliquer qu’un aussi grand nombre d’Occidentaux accordent de l’importance au calendrier Maya sans la moindre correspondance avec les doctrines monothéistes ?

Patrick Simon : Les Mayas autant que les pyramides ou les religions orientales ont souvent fasciné les Occidentaux qui, d’une certaine façon, se dépaysent et retrouvent le sens du merveilleux, du mystère et d’une certaine façon du religieux. Le calendrier Maya, s’il donne (en émettant toutes les réserves possibles sur son interprétation) une date qui fixerait le début de la fin des temps ou le moment d’un changement de civilisation, ne détermine pas une fin du monde précise mais une période où la lecture des astres (alignement des planètes, apparition des Pléiades et disparition de Vénus de l’horizon) est synonyme d’un changement d’état pour le monde et du renouvellement d’une humanité dans le cadre d’un nouveau cycle.

Les religions monothéistes, contrairement à cette civilisation précolombienne ou aux religions orientales, ne font pas référence à la notion de cycle, interprétant le temps d’une façon linéaire. Néanmoins, les dates concordent, je l’explique dans mon ouvrage, elles concordent autant avec les évangiles qu’avec le livre de l’Apocalypse et par conséquent, l’effet millénariste jouant, elles interpellent les occidentaux. De plus, on sent bien que l’organisation  du monde dans lequel nous vivons ne satisfait pas les attentes, bien au contraire, mais nous met devant une sorte de mur derrière lequel nous n’entrevoyons qu’un avenir inquiétant.

Bien que le phénomène soit moins répandu en France qu’aux Etats-Unis, un véritable commerce du « survivalisme » s’est développé : rations alimentaires, purificateurs d’eau, manuels de survie, bunkers, armes à feu. Opérations marketing ou symptôme d’une civilisation qui a peur de tout ?

Les deux ! D’une part, notre civilisation, totalement matérialiste et orientée vers la production et la vente de produits, a inventé le marketing et l’exploite dans tous les domaines possibles (politique, artistique, économique, religieux…) et, bien sûr, dès qu’une opportunité se présente, essaie d’en tirer du profit en thème de survivance comme vous le présentez dans votre question, mais également au niveau cinématographique, en littérature ou dans les médias (comme vous le faites d’ailleurs vous-même) ou comme l’a décidé la chaîne Syfi qui se dédie à l’Apocalypse jusqu’au 21 décembre. D’autre part, cette civilisation devient frileuse et essaie de se protéger. Elle a perdu le goût du risque… et c’est vrai qu’elle a peur, mais le monde n’est-il pas dangereux ?… elle s’alarme donc pour tous les phénomènes qui lui paraissent présenter des risques, serait-ce des phénomènes de type irrationnel (mais on retrouve cette attitude dans le jeu des marchés financiers) et les multiplie par le biais des TIC qui créent une sorte d’égrégore en réseau, c’est-à-dire de pensée commune qui existe par elle-même sur un sujet donné.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par René - 18/11/2012 - 00:07 - Signaler un abus Au fou...!!!

    Que feront Que diront , tous ces urluberlus lorsque le soleil se lèvera normalement, comme d'habitude, et sans aucun changement le 22 décembre 2012.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Patrick Simon

Patrick Simon est docteur d'Etat en droit, journaliste et professeur dans l'enseignement supérieur. Il est l'auteur de nombreux ouvrages d'économie et de droit.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€