Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 19 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Fillon, la révolution conservatrice : pourquoi il s'agit de bien plus que d’un gadget médiatique pour commenter une dynamique électorale surprise

Attaqué de toutes parts pour son "conservatisme", qu'il dément, François Fillon semble avoir poussé encore plus loin le projet de Nicolas Sarkozy de reformer une culture politique hors de celle de 1945 ou 1968, toutes deux propres à la gauche. C'est ce qui explique souvent l'incompréhension de nombre des commentateurs : la droite est de retour.

Gramsci mon ami

Publié le - Mis à jour le 25 Novembre 2016
Fillon, la révolution conservatrice : pourquoi il s'agit de bien plus que d’un gadget médiatique pour commenter une dynamique électorale surprise

Atlantico : En remportant haut la main le premier tour sur un programme de rupture, François Fillon semble prendre le flambeau de la révolution conservatrice initiée par Nicolas Sarkozy quelques années plus tôt, en poussant plus loin que l'ancien président. En quoi son succès s'explique-t-il par la synthèse radicale qu'opère l'ancien Premier ministre entre conservatisme et libéralisme ? 

Eric Verhaeghe : Il me semble que le premier facteur de succès tient à la "discrétion" de la campagne de Fillon. Contrairement à Nicolas Sarkozy ou Alain Juppé, Fillon n'a pas été adoubé par les médias subventionnés qui lui ont d'ailleurs accordé peu d'importance et ont beaucoup contribué à la sous-estimation de son résultat final. Rétrospectivement, ce fut une chance pour Fillon, car il est apparu comme le candidat qui n'émane pas du "système". Cette expression n'a pas forcément beaucoup de sens, mais elle dit bien ce qu'elle veut dire.

Au fond, la meilleure garantie d'honnêteté et de sincérité est aujourd'hui donnée par la méfiance que vous inspirez aux medias. Ce fut le cas de Fillon et la crédibilité de sa synthèse tient largement à cette étrange caractéristique. Elle emporte en effet une multitude de significations. En particulier, elle est la preuve que le candidat n'est prisonnier ni de l'idéologie européiste, ni de la bienpensance. De ce point de vue, Fillon a marqué des points. Sa relative solitude médiatique a nourri l'image d'un homme honnête, intègre, capable de mettre en pratique son programme, loin de ce populisme snob qui caractérise notre classe politique actuelle. Sa synthèse s'appuie sur cette apparente indépendance, qui l'autorise à la fois à un conservatisme certain sur les questions de société, et à un libéralisme économique qui se traduit par ses propositions sur la dépense publique ou sur la stratégie de réformes administratives et techniques. 

Jean-Philippe Vincent : J’éviterais absolument de parler de “révolution conservatrice” en ce qui concerne tant Nicolas Sarkozy que François Fillon. D’une part, les conservateurs estiment que leur pensée n’est pas une “révolution contraire”, mais “le contraire d’une révolution”. Il n’y a rien de plus opposé à l’esprit conservateur que le discours révolutionnaire. D’autre part, historiquement, “la révolution conservatrice” a été un mouvement politique de l’Allemagne de Weimar. Ce mouvement faisait l’apologie d’un Etat ultra-fort, technocratique, agnostique ou athée, dirigiste en économie. Bref le contraire d’un vrai mouvement conservateur, réformant à bon escient pour préserver le meilleur de la tradition. La référence “révolution conservatrice” est donc très suspecte.

Que perdent ou ne voient pas les médias et observateurs qui considèrent, comme l'a dénoncé Alain Juppé, qu'il s'agit là d'une candidature "traditionaliste" ? En quoi cette "révolution conservatrice" a-t-elle pris politiquement et pas encore médiatiquement ?

Jean-Philippe Vincent : Ce qui fait le succès de la candidature Fillon, c’est précisément qu’elle n’est pas un traditionalisme. Le traditionalisme est une nostalgie du passé. Le conservatisme, lui, est totalement ancré dans le présent : il est le contraire d’une nostalgie. L’intention de base du conservatisme c’est de réformer à temps pour éviter les situations de rupture révolutionnaire et garantir la continuité politique, culturelle et sociale. Cela correspond à une attente profonde du peuple français et il n’est pas étonnant que beaucoup de médias ne l’aient pas compris. Il faut noter que la demande de conservatisme des Français, historiquement, a eu tendance à se manifester dans les moments de crise aiguë du pays: 1870 et 1958, par exemple.

Eric Verhaeghe : Les médias peinent à discerner les dynamiques nouvelles dans le monde, à l'extérieur de la France comme à l'intérieur. Or, il existe en France une dynamique nouvelle profonde qui modifie probablement durablement notre paysage politique. Après plusieurs mois d'état d'urgence et de menace terroriste, après plusieurs années d'implosion de notre société soumise au diktat du vivre ensemble sans aucune visée collective claire, après plusieurs années de crise économique douloureuse, une classe sociale prend forme: celle d'une bourgeoisie industrieuse, patriote, qui souhaite un redressement et qui fait face à la concurrence internationale sous l'effet d'une réglementation défavorable et même plombante. Cette bourgeoisie industrieuse veut changer les règles, car elle comprend qu'elle combat à armes inégales avec l'étranger et qu'elle sert la soupe à une nomenklatura arrogante et incompétente. 

La révolution conservatrice française prend forme sur ce terreau : celui d'une remise en cause interne de la règle du jeu. Celui d'une aspiration à une régénération radicale des élites, par un appel d'air qui mettra les bobos de côté et favorisera l’avènement d'un autre système, peut-être d'un autre régime. Celui d'une acceptation directe d'un certain nombre de valeurs collectives, notamment des valeurs patriotiques. Incontestablement, la révolution conservatrice, c'est accepter ce que nous sommes et le dire, sans sentiment de transgression ni de révolte. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par superliberal - 24/11/2016 - 08:33 - Signaler un abus Cette bourgeoisie industrieuse...

    "Cette bourgeoisie industrieuse veut changer les règles, car elle comprend qu'elle combat à armes inégales avec l'étranger et qu'elle sert la soupe à une nomenklatura arrogante et incompétente". Un beau résumé de la situation Française !!!

  • Par Yves3531 - 24/11/2016 - 08:55 - Signaler un abus Oui Superliberal c'est un beau résumé...

    de la situation française, comme le commentaire juste avant le votre l'est du drame absolue que constitue le moule marxisant simpliste et étriqué de formation de la pensée dans notre pays sur les esprits faibles...

  • Par Ganesha - 24/11/2016 - 09:23 - Signaler un abus Obscurité propice

    Les cafards sont de sortie...

  • Par ISABLEUE - 24/11/2016 - 09:25 - Signaler un abus Mais attendons de voir

    aucun président n'a pu faire ce qu'il envisageait ... et je dis bien "pu". Il y aura des réticences de part et d'autre. La retraite à 65 ans, franchement, je trouve que c'est un retour en arrière, un pays moderne devrait au contraire aller vers le moins et faire rentrer les jeunes sur le marché du travail... Attendons avant de beugler.

  • Par Nap4 - 24/11/2016 - 09:39 - Signaler un abus Lâcher de boules puantes.

    Tiens ? Ganesha est de sortie... Avoir des convictions, c'est bien. En déduire que les contradicteurs sont tous des imbéciles, c'est discutable.

  • Par goethe379 - 24/11/2016 - 09:42 - Signaler un abus Choix

    En fait, Fillon parait à mi chemin entre A Juppé et M Le Pen qui, elle non plus, semble hors système et donc dangereuse. C'est la raison pour laquelle il faut voter pour l'un au second tour et/ou l'une au 1er tout officiel.

  • Par GP13 - 24/11/2016 - 09:50 - Signaler un abus La rupture est peut-être en vue.......

    Nicolas Sarkozy connaissait bien les paroles et promesses attendues par une majorité de Français. Il s'est fait élire..... et n'a pas réussi la rupture annoncée. La reprise du même discours n'a pas réussi à N.S. et pour cause. François Fillon, sans tapage, mais avec détermination, annonce un programme de rupture. On commence à entrevoir que le désaccord entre N.S. et F.F. ne portait pas sur le programme de rupture mais sur la volonté ou non de le mettre en œuvre.

  • Par ajm - 24/11/2016 - 10:02 - Signaler un abus Vichy et liberalisme

    Contrairement aux élucubrations de Ganesha sur Vichy tous les historiens sérieux (notamment Paxton) de cette période savent que Vichy était très anti libéral, que le dirigisme économique , dans un contexte de guerre et d'occupation qui s'y prêtait, etait massif et que la technocratie notamment issue de Polytechnique à perduré à la libération.

  • Par Ganesha - 24/11/2016 - 10:15 - Signaler un abus Candidatures

    Aussi bien pour la candidature de François Hollande que pour celle de François Fillon, Nicolas Sarkozy sera tout à fait à même d'apporter la réponse appropriée : un haussement d'épaule suffira !

  • Par vangog - 24/11/2016 - 10:32 - Signaler un abus Ne pas mettre la charrette des réformes avant les bœufs de l'UE

    La gauche conservatrice de ses privilèges est en défense...face à elle ( et ses nombreux lobbys LGBT, écolo-trotskystes, syndicalo-mafieux...) les réformateurs sont à l'attaque. Les patriotes sont l'arbitre qui compte les points et vérifie si les tacles sont honnêtes...Mais l'arbitre à sa petite idée: les réformes principales concernent l'UE, le mandat de la BCE, la politique de l'Euromark, les lobbies bruxellois, la gouvernance europeiste, Schengen, l'expulsion des juges roses et rouges de la CEDH, de la CEDJ, la fin' du cheval de Troie islamiste et de l'ommigrationnisme béat...vouloir réformer la France, avant de réformer le système mort-né de l'UE recèle un vrai danger de guerre civile, orchestrée par les cafards gauchistes...les patriotes vous ont prévenus: "ne pas mettre la charrette des réformes avant les bœufs de l'UE!"

  • Par DANIEL74000 - 24/11/2016 - 11:12 - Signaler un abus Transparence

    La première qualité de F. FILLON est qu'il ne fait pas partie de la pensée unique. Il est temps de supprimer l'ENA, l'ENS, l'ENM et l'IUFM qui sont depuis 1974 la cause de l déchéance de notre pays. C'est une exception de la France pays des monopoles d'état et de l'injustice sociale. Après la fin de la cause principale il sera possible de supprimer le statut public dont seul le régalien peut bénéficier c'est-à-dire la protection du citoyen et de SES biens, tout le reste est du domaine privé et soumis à la concurrence

  • Par benithop - 24/11/2016 - 11:14 - Signaler un abus Ganesha

    Vous êtes fatigant Ganesha j'ai toujours l'impression que vous préférez la logorrhée caricaturale au débat...

  • Par benithop - 24/11/2016 - 11:14 - Signaler un abus Ganesha

    Vous êtes fatigant Ganesha j'ai toujours l'impression que vous préférez la logorrhée carricaturale au débat...

  • Par Ganesha - 24/11/2016 - 11:19 - Signaler un abus Mur de la Honte

    Cela fait trente ans que l'Europe applique le programme ''libéral'' de Reagan-Thatcher-Merkel. Le principe fondateur, fondamental, de cette saloperie, était magnifiquement exposé dans un paragraphe du Traité de 2005, auquel les français ont répondu ''Non''. ''La Concurrence Libre et non-Faussée''. Je suis effectivement très critique envers les intervenants qui se contentent de radoter éternellement le même discours, sans être capables de reconnaître l'échec retentissant de leur projet de ''Reich Millénaire'', de ''Loi de la Jungle'', de ''Race Supérieure'', dont Fillon, Gattaz, Bouyges et Bollloré sont des ''kollabos'' emblématiques. Après Trump et le Brexit, les prochaines élections en Europe (Italie, Pays-Bas, France, Allemagne), permettront enfin le démantèlement de ce nouveau ''Mur de Berlin'' !

  • Par Kukenhoff - 24/11/2016 - 11:24 - Signaler un abus Ganescha

    Je ne suis pas médecin mais je pense quand même que vous devriez cesser de lire ce journal dans lequel vous ne trouvez que des sujets d'amertume et des opinions qui vous contrarient. Suivez mon conseil, vous risquez l'ulcère gastrique !

  • Par Kukenhoff - 24/11/2016 - 11:24 - Signaler un abus Ganescha

    Je ne suis pas médecin mais je pense quand même que vous devriez cesser de lire ce journal dans lequel vous ne trouvez que des sujets d'amertume et des opinions qui vous contrarient. Suivez mon conseil, vous risquez l'ulcère gastrique !

  • Par Kukenhoff - 24/11/2016 - 11:24 - Signaler un abus Ganescha

    Je ne suis pas médecin mais je pense quand même que vous devriez cesser de lire ce journal dans lequel vous ne trouvez que des sujets d'amertume et des opinions qui vous contrarient. Suivez mon conseil, vous risquez l'ulcère gastrique !

  • Par Kukenhoff - 24/11/2016 - 11:24 - Signaler un abus Ganescha

    Je ne suis pas médecin mais je pense quand même que vous devriez cesser de lire ce journal dans lequel vous ne trouvez que des sujets d'amertume et des opinions qui vous contrarient. Suivez mon conseil, vous risquez l'ulcère gastrique !

  • Par Kukenhoff - 24/11/2016 - 11:25 - Signaler un abus Ganescha

    Je ne suis pas médecin mais je pense quand même que vous devriez cesser de lire ce journal dans lequel vous ne trouvez que des sujets d'amertume et des opinions qui vous contrarient. Suivez mon conseil, vous risquez l'ulcère gastrique !

  • Par Kukenhoff - 24/11/2016 - 11:25 - Signaler un abus Ganescha

    Je ne suis pas médecin mais je pense quand même que vous devriez cesser de lire ce journal dans lequel vous ne trouvez que des sujets d'amertume et des opinions qui vous contrarient. Suivez mon conseil, vous risquez l'ulcère gastrique !

  • Par Kukenhoff - 24/11/2016 - 11:25 - Signaler un abus Ganescha

    Je ne suis pas médecin mais je pense quand même que vous devriez cesser de lire ce journal dans lequel vous ne trouvez que des sujets d'amertume et des opinions qui vous contrarient. Suivez mon conseil, vous risquez l'ulcère gastrique !

  • Par Kukenhoff - 24/11/2016 - 11:25 - Signaler un abus Ganescha

    Je ne suis pas médecin mais je pense quand même que vous devriez cesser de lire ce journal dans lequel vous ne trouvez que des sujets d'amertume et des opinions qui vous contrarient. Suivez mon conseil, vous risquez l'ulcère gastrique !

  • Par Ganesha - 24/11/2016 - 11:27 - Signaler un abus Des attaques personnelles ridiculement croquignolettes !

    Parmi les messages les plus hilarants que l'on peut lire sur ce site, il y a les nombreux textes qui ne répondent à mes arguments détaillés et justifiés que par des attaques personnelles ridiculement croquignolettes !

  • Par benithop - 24/11/2016 - 11:52 - Signaler un abus Syndrome du seul contre tous de Ganesha

    Ah.... nous voila revenu dans le débat toujours un peu haineux et caricatural "''Reich Millénaire'', de ''Loi de la Jungle'', de ''Race Supérieure'', mais y a du progrès dans l'argumentation détaillée ...justifiée, faut voir...

  • Par D'AMATO - 24/11/2016 - 11:55 - Signaler un abus Depuis une centaine d'années, partout où le socialisme....

    .....a sévi ça a été la catastrophe.... heureusement qu'une Droite cérébrée a des chances de revenir et d'éteindre, j'espère à jamais, toute chance pour son retour.... Cependant que le ciel nous garde de la VERVE et des CONSEILS DE CE ....BAYROU........

  • Par Ganesha - 24/11/2016 - 12:05 - Signaler un abus Symptôme n°2

    2) Le Communisme revient !

  • Par Ganesha - 24/11/2016 - 12:16 - Signaler un abus Benithop

    Vous espérez que l'Assouplissement Quantitatif vous permettra de toucher encore quelques dividendes avant le prochain Krach boursier. Tout le mal que je vous souhaite, c'est de vivre assez vieux pour constater que le Capitalisme libéral sera bientôt rangé dans les ''idéologies mortifères'', au même titre que le Nazisme et le Communisme !

  • Par benithop - 24/11/2016 - 14:20 - Signaler un abus Ganesha Vous avez sans doute raison, le libéralisme a vécu...

    je ne suis pas pétri de certitudes mais plutôt d'espérance... Permettez moi de penser qu'un libéralisme à la française serais différent des pays anglo-saxons par ailleurs sachez que je ne suis actionnaire de rien mais seulement un tout petit entrepreneur qui vit depuis longtemps la concurrence sauvage et qui souhaiterait une gestion plus rigoureuses de l'état et plus de liberté pour entreprendre. A ce propos, avez vous, vous même, créé une entreprise ? si oui, vous devez comprendre de quoi je parle...

  • Par zouk - 24/11/2016 - 14:27 - Signaler un abus Fr. Fillon

    Les médias ne comprennent décidément rien aux postions de Fr. Fillon: ile ne s'inscrit ni dans la ligne de 1945, le Général de Gaulle était bien obligé de tenir compte des exigences et du Conseil National de la Résistance, très à gauche, et du PC, qui s'était bien gardé de désarmer ses FTPI, ni dans celle de 1968, triomphe de l'illusion permissive. IL veut simplement nous proposer de revenir à des positions apaisées et réalistes. Aveuglés par leur lunettes roses, les médias ont perdus leurs repères familiers, mais pas la masse des Français qui ont la nostalgie d'une France forte donc respectée.

  • Par zouk - 24/11/2016 - 14:27 - Signaler un abus Fr. Fillon

    Les médias ne comprennent décidément rien aux postions de Fr. Fillon: ile ne s'inscrit ni dans la ligne de 1945, le Général de Gaulle était bien obligé de tenir compte des exigences et du Conseil National de la Résistance, très à gauche, et du PC, qui s'était bien gardé de désarmer ses FTPI, ni dans celle de 1968, triomphe de l'illusion permissive. IL veut simplement nous proposer de revenir à des positions apaisées et réalistes. Aveuglés par leur lunettes roses, les médias ont perdus leurs repères familiers, mais pas la masse des Français qui ont la nostalgie d'une France forte donc respectée.

  • Par lafronde - 24/11/2016 - 14:39 - Signaler un abus Réformer l'UE avant la République ?

    @vangog Il est vrai que si nous avions gardé le franc, il aurait été dévalué dès les années 1990 au lieu de cette absurde politique du franc fort, justement critiquée à l'époque. La valeur du franc aurait suivi le déficit de notre commerce extérieur, ce qui est la règle en économie libre, et aurait freiné la baisse de notre compétitivité. Aujourd'hui notre problème est que notre dette a été souscrite en euros , raison pour laquelle le Trésor public bénéficie de taux assez bas, et que nous devons rembourser dans la même monnaie. Sinon nos prêteurs n'auront plus confiance dans notre pays. Il y a un point sur lequel je suis tout à fait d'accord avec vous. Notre pays doit sortir de la CEDH, qui accorde bien trop de droits-créances à n'importe qui pourvu qu'il pénètre illégalement en Europe puis en France, à commencer par le droit de s'y maintenir. Entre le politicien qui dit à ses électeurs "je vais lutter contre l'immigration clandestine" et l'association humanitariste qui aide les clandestins à se maintenir, le Droit européen donne raison à l'association. Les mairies progressistes les subventionnent, et l'Etat les reconnait comme partie civile pour des tiers absents.

  • Par clint - 24/11/2016 - 14:48 - Signaler un abus Voter en masse FIllon .. pour une suppression des RTT !!

    Car 35H implique les RTT. Si on supprime les 35H on supprime aussi les RTT ! mais on va plus loin : 39H payées 35/37H !! En face il y aura une gauche qui aura du "grain à moudre" avec le programme de Fillon et un FN qui propose la retraite à 60 ans (vs 65 !) et des augmentations de SMIG (en monnaie de singes, mais les gens ne le remarquent qu'après !). Je plains les gens de droite qui confondent primaire et élection présidentielle !

  • Par lafronde - 24/11/2016 - 14:58 - Signaler un abus abolir les droits-créances c'est réduire le budget (100Mds d'€)

    J'invite chaque lecteur s'il ne l'a déjà fait à examiner le budget de l'Etat. Repérer toutes les interventions publiques qui sont motivées par des droits-créances. Elles forment l'Etat-Providence républicain (son modèle social) et ne bénéficient plus en majorité aux vrais français, mais à la majorité non intégrée et inactive de l'immigration. Qu'elle soit légale ou clandestine. Victimaire ou islamique. Il est dangereux de verser des allocations à des musulmans parce qu'en Islam, le mécréant (nous) doit payer la zakat (capitation) au musulman, en signe de soumission. C'est une des raisons principales pour lesquelles nombre de musulmans ne respectent pas les vrais français, qui sont obligés de partir des quartiers musulmans. Zemmour vient d'être condamné en Appel pour l'avoir décrit. une source d'économies immenses c'est l'abolition du logement social (le privé et le marché peut faire mieux pour moins cher). En effet par cette politique criminelle des Ministres et des Préfets, la loi impose la mixité sociale (en fait la mixité législative entre les tenant du Code civil et ceux de la Charia. Or celle-ci est une menace de mort, qui a été mise à exécution depuis un an en France.

  • Par Deudeuche - 24/11/2016 - 15:08 - Signaler un abus Les médias "français" ne sont pas français

    mais parisiens et dans ce Hidalgo/NKM land on ne connaît pas bien la France. C'est un ancien parisien que je suis qui le dit!

  • Par lafronde - 24/11/2016 - 15:32 - Signaler un abus Réduire d'abord les plus gros postes de la dépense publique.

    Pourquoi optimiser le temps de travail si ont n'optimise pas le temps de trajet ? Pourquoi demander plus au secteur privé, si le secteur public est intouchable ? Pourquoi réduire le budget des services dans la Fonction publique si les dépenses d'intervention et d'assistance de l'Etat ne sont pas contrôlées ? Le Gouvernement a le devoir (qu'il ne remplit pas) d'économiser les deniers publics, et d'en contrôler l'usage en dirigeant l'Administration. Le Parlement est payé pour contrôler le budget et l'Administration (ce qu'il ne fait pas). La raison nous dit que pour économiser efficacement, il faut commencer par les plus grosses dépenses. ça tombe bien, JY Le Gallou dans son dernier opus nous dit que l'immigration nous coûte 70 Mds d'€ (moins prudent je dis 100Mds d'€). Le logement social est une imposture rhétorique (il manque toujours d'un bien proposé en dessous du prix du marché) doublé d'un gaspillage éhonté (pourquoi loger les pauvres dans des quartiers bourgeois, ou pire à Paris, inaccessible pour les classes moyennes). L''école publique doit mettre fin au "droit à l'école" car des enfants mal ou pas éduqués perturbent la classe, plus grand agressent leur professeur.

  • Par edac44 - 24/11/2016 - 16:03 - Signaler un abus Ou vont-ils bien pouvoir réduire les dépensees de l'état ???

    Ce que nous en dit le journal du Net sur les plus grosses dépenses de l'état ************************************************************************************************************************************************************************************ 10e : Travail et emploi, 11,4 milliards € en 2010 ===== 9e : Gestion des finances publiques, 11,6 milliards € en 2010===== 8e : Solidarité et insertion, 12,4 milliards € en 2010 ===== 7e : Sécurité, 16,6 milliards € en 2010 ===== 6e : Recherche et enseignement supérieur, 24,8 milliards € en 2010 ===== 5e : Défense, 37,1 milliards € en 2010 ===== 4e : Engagements financiers de l’État, 44,2 milliards € en 2010 ===== 3e : Pensions, 51,1 milliards € en 2010 ===== 2e : Enseignement scolaire, 60,8 milliards € en 2010 ===== 1er : Remboursements et dégrèvements, 94,8 milliards € en 2010 ===== Donc comment envisager de réduire le nombre de fonctionnaires ???

  • Par lafronde - 24/11/2016 - 16:09 - Signaler un abus Mettre fin au dépenses idéologiques progressistes..

    Des dizaines de milliards d'euro à rayer du budget de l'Etat et de vos impôts. 1 dépenses liées aux droits-créances : logement social, revenu minimum, aide au logement, allocations familiales, Sécurité sociale, gratuité des soins, AME, clandestins non éconduits... 2 dépenses d'intervention de l'Etat :Logement social, exonération des charges sociales, emplois aidés...3 nuisances dues au laxisme : violence scolaire, manque de prisons, délinquance urbaine, trafics de drogues et d'armes, criminalité, terrorisme...4 différentiels de productivité et de coût public/privé : medias étatiques, école, universités, transports, fonctions publiques : 1 territoriales, 2 hospitalière, 3 de l'Etat. Comme on le voit le libéralisme ne se limite pas au différentiel public-privé. Le citoyen devrait examiner chaque libéralisme proposé comme il examine sa bouteille de vin, provenance, appellation, cépage (l'enracinement), climat, méthode. L'oubli des 3 1ères catégories est courant chez les (soi-disants) libéraux bien pensants (Open Society de G. Soros). Le vrai libéral est conservateur, c'est à dire non-progressiste. L'entreprise et la Société civile locale pourvoit aux besoins locaux, pour moins cher.

  • Par edac44 - 24/11/2016 - 16:15 - Signaler un abus Réduire les dépenses de l'état selon nos deux zèbres !..(suite )

    Un exemple donné par François Fillon : redéployer les forces de police en mettant sur le terrain les fonctionnaires travaillant dans les bureaux !... Donc, tous ceux qui bossent sur le renseignement, sur le pistage du terrorisme sur internet, sur le rassemblement d'indices pour les moteurs de recherche en cybercriminalité bref, tous qui sont dans des activités de réflexion et d'anticipation, tous ces gens là qui n'ont jamais ou rarement utilisé une arme, ni fait de terrain, on va les mettre dans la rue ??? c'est quoi cette connerie !... C'est comme ci on supprimait les états majors dans nos armées pour ne conserver que des hommes de troupes !... Bandes de rigolos au service de la finance internationale, vous espérez encore faire illusion ??? Faut arrêter de prendre les électeurs pour des cons !...

  • Par vangog - 24/11/2016 - 17:28 - Signaler un abus Les fonctionnaires travaillant dans les bureaux...

    sont ceux qui sont submergés par les nombreuses procédures UMPSECOLOCOCOs qui leur ont été imposées, depuis trente ans d'accumulation imbécile...ils ne sont pas ceux travaillant sur le renseignement ou sur le sur le pistage du terrorisme sur internet...Si quelqu'un parvient à ôter aux policiers cette paperasserie inutile, tant mieux! et il y a beaucoup de temps de travail à gagner...

  • Par lafronde - 24/11/2016 - 17:33 - Signaler un abus Comment se passer de l'Etat obèse ?

    @edac44 Vous posez les bonnes questions : où réduire les dépenses ? et comment diminuer le nombre de fonctionnaire ? Les réponses sont aisées : comment faisait-on avant l'Etat-Providence pour les solidarités ? comment font les pays concurrents avec un Etat moins dépensier et des fonctionnaires moins nombreux ? Donc c'est possible ! En premier lieu, supprimer un poste de fonctionnaire n'est nullement supprimer le poste-métier sous-jacent. Tout fonctionnaire ayant un métier utile à la Société se verra proposer (par le marché ou la réforme publique) un poste (ou plusieurs) mais avec un statut de salarié, dans les agences qui prendront en charge ces mission de service public : administration territoriale, transports, secteur public, enseignement, hôpitaux. Il n'y a pas suppression d'emploi, mais suppression d'un statut inutile et privilégié. Passons à la dépense : la priorité est d'abolir les droits-créances qui génère un budget social non financé, et ruineux. Et les pauvres ? Ils passeront de l'assistanat au travail en entreprise, avec moins de fiscalité pour booster l'économie. Les solidarités nécessaires doivent être rapatriées en local, pour éviter l'oisiveté et les gaspillages.

  • Par lafronde - 24/11/2016 - 17:50 - Signaler un abus Lutte des classe, encore et toujours

    J'ai en particulier apprécié cette idée d'Eric Verhaeghe de changer la classe dirigeante : "une classe sociale prend forme: celle d'une bourgeoisie industrieuse, patriote, qui souhaite un redressement et qui fait face à la concurrence internationale sous l'effet d'une réglementation défavorable et même plombante. Cette bourgeoisie industrieuse veut changer les règles, car elle comprend qu'elle combat à armes inégales avec l'étranger et qu'elle sert la soupe à une nomenklatura arrogante et incompétente." Cette bourgeoisie industrieuse est un classe sociale indispensable à la prospérité de la Nation. Par contre la classe jacassante de rhéteurs politiques et mediatiques est une élite inutile, comme jadis l'aristocratie française marginalisée et stipendiée par le système de Cour. Pour votre emploi demain, votre fiscalité d'entreprise ferez-vous confiance aux rhéteurs ou aux industrieux ? Sortons la classe jacassante, elle nous ruine !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Philippe Vincent

Jean-Philippe Vincent, ancien élève de l’ENA, est professeur d’économie à Sciences-Po Paris. Il est l’auteur de Qu’est-ce que le conservatisme (Les Belles Lettres, 2016).

 

Voir la bio en entier

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www.lecourrierdesstrateges.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€