Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 13 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

La fièvre du Bitcoin repart de plus belle

La France se retrouve à présent dans cette période un peu délicate où son ancien président n’est pas encore parti, son nouveau n’est pas encore arrivé, le gouvernement sortant n’est pas encore sorti et le gouvernement entrant n’existe même pas encore. Avec, de surcroît, des législatives particulièrement pleines de rebondissements, la presse française se retrouve ensevelie sous les sujets politiques, qu’elle traitera avec le brio qu’on imagine. Pourtant, le monde continue d’avancer, obstinément, et notamment celui des cryptomonnaies.

Monnaies numériques

Publié le
La fièvre du Bitcoin repart de plus belle

La France se retrouve à présent dans cette période un peu délicate où son ancien président n’est pas encore parti, son nouveau n’est pas encore arrivé, le gouvernement sortant n’est pas encore sorti et le gouvernement entrant n’existe même pas encore. Avec, de surcroît, des législatives particulièrement pleines de rebondissements, la presse française se retrouve ensevelie sous les sujets politiques, qu’elle traitera avec le brio qu’on imagine. Pourtant, le monde continue d’avancer, obstinément, et notamment celui des cryptomonnaies.

Et comme cela faisait un petit moment que je n’avais plus abordé ce sujet, je pense utile d’y revenir dans cette période où tout le monde se polarise un peu trop sur les actions politiques alors que, sur le plan économique, se jouent sans doute des heures décisives.

Je n’exagère pas et je l’ai déjà dit : de la même façon qu’internet a représenté une révolution humaine comparable à celle de l’imprimerie, les monnaies numériques – dont Bitcoin est le premier avatar – introduisent un bouleversement aussi fondamental dans l’économie, en annulant complètement le besoin d’un tiers de confiance (comme les banques) et en s’affranchissant intégralement et par construction des contraintes étatiques.

Or, de nouveaux chapitres sont actuellement écrits avec fébrilité et une bonne partie de l’Europe ne doit sa complète ignorance en la matière qu’à l’actualité particulièrement chargée sur le plan politique qui parvient à complètement occulter ce mouvement de fond (et de fonds) pourtant décisif.

Il y a bien sûr le simple cours du Bitcoin dont la valorisation journalière ne cesse de grimper. Atteingnant actuellement plus de 1700 dollars (1580 euros), la cryptomonnaie bénéficie toujours de son positionnement de premier arrivant dans le monde des monnaies numériques. Mais pas seulement : sur les six derniers mois, plusieurs nouvelles renforcent l’attrait que les investisseurs en particulier et le public en général peuvent montrer pour cette technologie.

D’une part, les régulateurs de différents pays commencent à comprendre que cette technologie est là pour durer. S’il y a encore débat pour savoir si, dans cinq ou dix ans (et a fortiori plus loin dans le futur), ce sera toujours Bitcoin qui représentera la plus grosse capitalisation (atuellement supérieure à 28 milliards de dollars), il n’y en a plus en ce qui concerne la blockchain, technologie sous-jacente de la monnaie reine : non seulement, un nombre croissant de banques a adopté celle-ci pour effectuer leurs opérations internes, comme je le mentionnais dans un précédent billet, mais encore trouve-t-on de nombreux exemples de cette technologie appliquée à d’autres domaines – signalons par exemple Tezos dont le fondateur, Arthur Breitman, avait répondu à un entretien pour Contrepoints il y a quelques mois et dont la société vient de lever des fonds auprès de Tim Draper, un milliardaire enthousiaste au sujet des cryptomonnaies.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deneziere - 11/05/2017 - 10:54 - Signaler un abus Si ma tante Marine en avait...

    Si le FN avait été moins con, il aurait proposé l'introduction d'un e-franc, une crypto-monnaie nationale en blockchain destinée au paiement de tout ce qui est étatique (prestations sociales, santé, éducation, impôts...) et convertible en euros à un taux fixé par la banque de France, la monnaie commerciale et fiduciaire restant l'euro. Mais bon quand on voit le niveau des groupies de Mareine Lapine qui s'expriment dans les commentaires d'Atlantico, on voit tout de suite que les idées modernes ne sont pas là.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

H16

H16 tient le blog Hashtable.

Il tient à son anonymat. Tout juste sait-on, qu'à 37 ans, cet informaticien à l'humour acerbe habite en Belgique et travaille pour "une grosse boutique qui produit, gère et manipule beaucoup, beaucoup de documents".

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€