Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 28 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Fermeture des tribunaux correctionnels pour mineurs : même effaré par le bilan trouvé à la chancellerie, le nouveau ministre de la Justice persiste dans la grave erreur de Christiane Taubira

Alors que le nouveau ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas a annoncé son intention de supprimer les tribunaux correctionnels pour mineurs récidivistes, cette décision prise dans le but de désengorger les services de justice n'est pas sans poser un certain nombre de problèmes.

Réforme pénalisante

Publié le
Fermeture des tribunaux correctionnels pour mineurs : même effaré par le bilan trouvé à la chancellerie, le nouveau ministre de la Justice persiste dans la grave erreur de Christiane Taubira

Atlantico : Alors que l'Assemblée votait ce mardi la réforme pénale, Jean-Jacques Urvoas, le nouveau Garde des Sceaux, a annoncé son intention de supprimer les tribunaux correctionnels pour mineurs récidivistes. Quels arguments avance-t-il pour défendre cette mesure à laquelle tenait particulièrement Christiane Taubira ? 

Guillaume Jeanson : Au cours de son entretien avec Jean-Jacques Bourdin, notre actuel Garde des Sceaux a justifié son intention de supprimer les tribunaux correctionnels pour mineurs en arguant, d’une part, qu’elle ne concernerait qu’une frange minime des condamnations de mineurs et en pointant d’autre part, l’embouteillage des juridictions qu’elle générerait, le tout pour des sanctions qui seraient comparables à celles émanant des tribunaux pour enfants.

Quel était la raison d'être spécifique de tels tribunaux, et quelle est leur utilité réelle à l'heure actuelle ?

L’étude d’impact annexée au projet de loi de 2011 créant les tribunaux correctionnels pour mineurs précise que le nombre de mineurs mis en cause pour des faits de violences depuis 1990 a augmenté de 575%. Une étude menée en 2011 par l’Observatoire national de la délinquance établit que les 14-18 ans, soit 5% seulement de la population française, représentent à eux seuls 25% des mis en cause pour viols et agressions sexuelles, 34% pour cambriolages, 46% pour vols avec violence et 57% pour destructions et dégradations de biens publics. L’un des objectifs annoncés était alors "d’adapter la réponse pénale à l’évolution de la délinquance des mineurs". La création de ces tribunaux correctionnels pour mineurs résulte d’une préconisation de la commission de réforme de l’ordonnance du 2 février 1945 présidée par le recteur André Varinard, lui-même par ailleurs assesseur du tribunal pour enfants de Lyon. Elle consiste en l’application du principe de progressivité de la justice pénale des mineurs en matière processuelle. L’idée est d’adapter la composition du tribunal au profil du mineur délinquant. Certains mineurs étant en effet déjà très ancrés dans la délinquance. Pour certains d’entre eux, Sebastian Roché précisant même que, "plus que de noyaux durs, il faut parler de noyaux suractifs".

Jusqu’au 1er janvier 2012, date d’entrée en vigueur de cette loi, l’ensemble des délits les plus graves commis par des mineurs de 16 à 18 ans étaient jugés par les tribunaux pour enfants. Ces juridictions sont composées d’un juge professionnel et de deux assesseurs non professionnels qui ne siègent qu’une fois tous les trois ou six mois. Frédéric Carteron, ancien juge des enfants au Tribunal de grande instance de Pontoise, écrivait au mois de mai dernier à leur sujet que "sans remettre en cause leur dévouement, ceux-ci ne bénéficient pas du recul et de l’expérience nécessaires pour juger des mineurs au parcours de délinquance particulièrement compliqué". Ajoutant même que "la pratique a démontré que les assesseurs peinent à adapter leur positionnement au parcours particulièrement complexe et violent de tels mineurs". Pour remédier à cette difficulté, la création des tribunaux correctionnels pour mineurs visait donc à soumettre au jugement de trois magistrats professionnels, dont un juge des enfants, les mineurs récidivistes de 16 à 18 ans poursuivis pour des délits punis d’au moins trois ans de prison.

Cette réforme, saluée par une grande majorité de Français (75% de ceux interrogés à l’occasion d’un sondage par l’institut CSA en juillet 2014 s’étant encore déclarés favorables au maintien de ces tribunaux correctionnels pour mineurs), s’est néanmoins heurtée à deux obstacles de taille. Le premier : une désertion du politique quant aux moyens qui auraient dû être alloués pour que puissent fonctionner décemment ces juridictions - nécessairement plus gourmandes en magistrats professionnels. Le second : un refus idéologique de principe d’une partie de la profession. Catherine Sultan, actuelle directrice de la Protection Judiciaire de la Jeunesse et ancienne juge des enfants, n’hésite pas à cet égard en 2013 à nous en faire, dans son livre intitulé Je ne parlerai qu’à ma juge, un compte-rendu édifiant : "dans la période récente, alors que les fondements de la justice des mineurs ont été remis en cause par l’introduction de procédures nouvelles plus proche du droit des majeurs, un positionnement cohérent et rigoureux a permis une forme de résistance". Citant les tribunaux correctionnels pour mineurs au nombre de ces "réformes ponctuelles" qui "anéantissent" le principe de "priorité éducative et de nécessité d’une justice spécialisée", elle explique alors avoir "proposé à sa hiérarchie" que ce nouveau tribunal ne soit plus composé d’un seul, mais de trois juges des enfants. Ajoutant : "le président du Tribunal de grande instance estimait notre proposition un peu excessive. Finalement, deux juges pour enfants et un magistrat non spécialisé ont été retenus". Inutile de préciser qu’une telle composition, de surcroît de magistrats au militantisme affiché, ne pouvait que réduire à néant l’effet de plus grande sévérité recherché. Frédéric Carteron souligne ainsi de son côté, qu’"il est fréquent que certaines circonstances relatives à l’infraction soient 'oubliées' afin que le dossier soit renvoyé devant le tribunal pour enfants au lieu du tribunal correctionnel pour mineurs". Dans ces circonstances, il est loisible de comprendre ce pourquoi les tribunaux correctionnels pour mineurs ne sont à ce jour que si rarement saisis.

Quelles conséquences auraient leur suppression ? Quelles autres solutions pourrait-on envisager pour désengorger une justice dont Jean-Jacques Urvoas affirme que ces tribunaux l'"asphyxient" ?

Nombreux sont ceux à estimer que, dans le contexte actuel de forte délinquance des mineurs, leur suppression constituerait une erreur. André Varinard parle quant à lui de "très mauvais signe adressé aux délinquants mineurs les plus difficiles". Mais le vrai sujet nous semble résider davantage dans la réflexion qu’il convient de mener pour permettre à cette institution de remplir pleinement le rôle pour lequel elle a été créée. Au-delà des moyens nécessaires réclamés à juste titre de longue date, certaines mesures structurelles pourraient être envisagées. 70% du temps de travail du juge des enfants est consacré à des activités socio-éducatives. Ses responsabilités pénales ne représentent que 25 à 30% de son temps de travail. Dans son rapport publié en octobre 2014, la Cour des Comptes constate que "82 % des mesures d’assistance éducatives sont prononcées par les juges des enfants, alors que de nombreux cas pourraient être et devraient être traités par le département" ; or "les juges prennent des mesures que rien ne distingue au fond des décisions prises par l’Aide Sociale à l’Enfance dans le domaine administratif". Décharger et recentrer les fonctions du Juge des enfants est donc une première piste. Il en existe d’autres. Nous pourrions aussi songer à professionnaliser certains assesseurs actuels du tribunal pour enfants, en les convoquant plus régulièrement, afin de leur permettre à terme de siéger aux audiences du tribunal correctionnel pour mineurs.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 09/03/2016 - 09:37 - Signaler un abus Après les dépenses tous azimuts...les gauchistes doivent

    réaliser des économies, en fin de mandat! Leurs préoccupations idéologiques au départ, deviennent comptables, comme dans toute economie administrée en fin de course: Santé comptable, Justice comptable, Éducation comptable...n'importe quelle ménagère non gauchiste le sait! Si elle passe les quinze premiers jours du mois à arpenter les boutiques, elle passera les quinze derniers à donner des patates à sa progéniture radicalisable...

  • Par tubixray - 09/03/2016 - 10:39 - Signaler un abus Urvoas = Taubira bis

    Les faits démontrent que leur suppression est terrifiante...........:14-18 ans, soit 5% de la population française, mais à eux seuls 25% des mis en cause pour viols et agressions sexuelles, 34% pour cambriolages, 46% pour vols avec violence et 57% pour destructions et dégradations de biens publics .... Cette gauche n'a pas fini de nous mettre en danger, nous sommes tous des victimes potentielles de ces idéologues du mur des cons .... On juge des caïds de 17 ans comme des "enfants" , quel délire idéologiques ! ..... Pourquoi pas des tribunaux pour "jeunes" ?

  • Par Olivier62 - 09/03/2016 - 12:32 - Signaler un abus Complicité avec la délinquance

    En fait (je l'ai déjà dit dans d'autres commentaires), les milieux politiques et judiciaires sont dans les faits complices de la délinquance. Celle-ci touche pour beaucoup des français de "souche", tandis que les délinquants sont très souvent des immigrés ou d'origine immigrée. C'est la clef qui permet de comprendre l'indulgence des milieux judiciaires et politiques. Pour la classe politique qui vise le "grand remplacement", la délinquance est en fait une forme de guerre ethnique contre les français de souche, à qui au fond on dénie les droits les plus élémentaires, puisqu'on peut les agresser impunément.

  • Par tubixray - 09/03/2016 - 13:53 - Signaler un abus Complicité ... bis

    Et oui, triste réalité qu'il était bon d'écrire.... Cela nous ramène à un commentaire d' E. Zemmour qui avait été vilipendé par la bienpensance médiatique au sujet de la population carcérale au delà de l'âge ..... Douce France.

  • Par foxlynn - 09/03/2016 - 14:09 - Signaler un abus et pendant ce temps là .....

    le gouvernement impose à tous les notaires qui signent des contrats de vente immobilière de joindre un certificat de casier judiciaire vierge comme condition .... on devrait donc signaler à tous les prochains délinquants qu'ils ne seront jamais propriétaires avec un casier judiciaire rempli ..... a moins qu'on supprime les casiers judiciaires ... puis les juges, ... puis les tribunaux .. et vive les économies !!!!

  • Par Leucate - 09/03/2016 - 16:41 - Signaler un abus Justice clochardisée.

    Sous De Gaulle, Pompidou et Giscard, la Justice était convenablement dimensionnée à la très faible délinquance existant dans la France des III°, IV° et débuts de la V° République que ce soit au niveau des tribunaux que des prisons; elle était en mesure de traiter toutes les affaires envoyées en amont par la Police et la Gendarmerie y compris les moins graves, les petits larcins et les vols de poules. A partir des années 8O, la délinquance a commencé à augmenter et les affaires à se multiplier - aujourd'hui, nous avons une délinquance quatre à cinq fois plus élevée en pourcentage par mille habitants que celle constatée durant les dix premières années de la V° république. Mais les gouvernements socialo-RPR ont oublié de mettre à niveau la Justice, en en faisant comme pour l'Armée une variable d'ajustements budgétaires afin de trouver des fonds en vue d'arroser la masse des "mieux-gueulants" électoralement plus intéressante. Bref, nous dépensons deux fois moins en pourcentage du PIB que le reste des pays européens comparables (UK, Allemagne ..) qui ont eux une Justice en bon état parce qu'elle est correctement financée, ce qui lui permet d'ailleurs de procéder à des expérimentations.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Guillaume Jeanson

Maître Guillaume Jeanson est avocat au Barreau de Paris. Il est également porte-parole de l’Institut pour la Justice.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€