Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 26 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Faut-il que nous nous inspirions davantage du modèle nordique ?

Le journal britannique The Economist a consacré sa une aux pays nordiques, en affirmant que ces derniers étaient le "prochain super modèle à suivre". Qu'est-ce qui est à prendre, qu'est-ce qui est à laisser ?

Copieurs !

Publié le
Faut-il que nous nous inspirions davantage du modèle nordique ?

La Suède, la Norvège, et le Danemark et la Filande sont souvent cités en exemple pour avoir mis en place des réformes pour moins dépenser. Crédit Reuters

Atlantico : L'hebdomadaire britannique The Economist a consacré sa Une aux pays nordiques, en affirmant que ces derniers étaient le prochain super modèle à suivre. La Suède, la Norvège, et le Danemark et la Filande sont souvent cités en exemple pour avoir mis en place des réformes pour moins dépenser, tout en conservant un service public très performant, ainsi que pour leur haut niveau d'éducation. Devons-nous nous inspirer davantage du modèle nordique ?

François-Charles Mougel : Il faut aussi inclure l'Islande qui fait partie de la même aire de civilisation. Le modèle nordique est ancien, il  remonte à la seconde guerre mondiale, et pour quelques aspects à l'entre deux guerre. Sa grande caractéristique est surtout d'être évolutif, il n'est pas figé et il s'adapte en permanence.

Après les embellies des années 60-70, il a connu des difficultés voire des crises dans les années 80-90, et il a su chaque fois s'organiser. Si l'on devait s'en inspirer, il faudrait adopter une culture de l'adaptation permanente, et non pas se contenter d'un modèle figé qui doit être préservé de façon indéfinie, un peu comme notre système de sécurité sociale et notre système éducatif qui n'est pas mis en perspective avec les besoins du 21ème siècle.

Les Nordiques qui sont fiers de leur modèle ne le présentent jamais leur système comme un exemple à suivre. Ils répètent que c'est quelque chose qui marche bien, et qu'on essaie de perfectionner en permanence pour qu'il puisse continuer.

Il y a plusieurs volets à étudier : tout d'abord, l'aspect social. Le système d'Etat-providence se retrouve dans ces pays, il est largement redistributif, et maintient un haut niveau de protection en matière d'emploi, d'éducation, de service public. Ce système est lui-même changeant. Un rapport d'un économiste norvégien parle "d'Etat de ressources humaines", on ne fige pas ce qui existant. Cela signifie que dans le domaine de l'emploi, on ne se bat pas pour garder des emplois obsolètes ou trop soumis à la concurrence. On cherche des solutions nouvelles. Un système de retraite à point a été mis en place, et le versement des pensions est variable selon les performances de l'économie. Dans le domaine de l'éducation, on a mis en concurrence les écoles privées et es écoles publiques par des systèmes de "bons éducation" qui permettent aux parents de choisir le meilleur établissement avec un système d'évaluation. Il y a donc des modifications en permanence.

Il y a dans ces pays une culture de l'évaluation. Les individus dans leur emploi et les institutions dans leur exercice sont soumis à un système d'évaluation par les usagers et par les pouvoirs publics eux-mêmes. Ce contrôle peut parfois être vécu comme une épreuve sévère, mais permet de vérifier en permanence l'adéquation des dépenses aux besoinsL'Etat et les structures politico-administratives sont également partie prenante de ce modèle nordique en évolution.  Ainsi, récemment, la Finlande a supprimé tous ses départements et est en train de réduire de deux tiers le nombre de ses communes. Une pareille décentralisation est en marche dans les autres pays. On fait disparaître ce qui existe en France, c'est-à-dire le millefeuille administratif, ce qui engendre des économies et donne plus d'efficacité aux services publics.

Il y a aussi une particularité de la culture nordique. Dans ces cinq pays, les instances représentatives négocient permanence pour aboutir à un compromis. Cela suppose une négociation permanente, d'égal à égal, entre l'Etat, le Capital et le Travail. Dans les pays nordiques le taux de syndicalisation oscille entre 60 et 80%, ce qui leur donne une forte capacité d'action, sans surenchère ni excès. C'est un peu l'inverse de la France ! De leur côté les fédérations patronales savent aussi qu'il faut adopter un partage raisonnable entre profits, salaires et impôts, car c'est la garantie d'une paix sociale bénéfique à tout le monde. 

Certes, il ne faut pas être trop idéaliste dans cette analyse, mais le jeu social se veut "gagnant-gagnant". Autre exemple de cet esprit de compromis, en Norvège, on a su constituer et préserver un important fonds, gagé sur les recettes des hydrocarbures, pour financer les retraites et l'Etat-providence quand ces ressources auront disparu.

Au lieu de répartir immédiatement les bénéfices, on les conserve, ce que n'a pas su faire la France avec son fonds des retraites, qui a servi de variable d'ajustement aux finances publiques. Ce sens de la prévision et de la prospective est évidemment très important pour la survie du "modèle".

The Economist souligne néanmoins quelques imperfections : des taxes encore trop lourdes qui encouragent les entrepreneurs à s'exporter et des immigrés qui ne bénéficient pas des aides de l’État. Quelles sont les limites à ce modèle ?

Les pays nordiques sont globalement accusés d'être extraordinairement gourmands en taxes. C'était vrai jusque dans les années 90. Depuis, le niveau de pression fiscale a énormément diminué. Dans le cas de la Suède, le rôle de l’État dans le PIB est passé de 67 à moins de 50%. Pour les autres pays, les proportions sont à peu près comparables Les politiques fiscales vont toutes dans le même sens: abaissement des taxes sur les gains capital et de l'impôt sur les sociétés ( de l'ordre de 30% chacun) et  maintien d'un haut niveau d'impot sur les revenus et la consommation. 

La fiscalité prend aussi en compte les biens collectifs comme l'usage des forêts ou des ressources minérales et hydrologiques, qui sont taxés dès lors que les profits des entreprises dépassent un certain seuil. Ceci n'est pas encore imaginable chez nous, même si notre fiscalité sur l'eau va un peu dans le même sens : un bien collectif doit être protégé, et les entreprises doivent payer pour l'usage de cette ressource collective.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Salaudepatron - 07/02/2013 - 09:54 - Signaler un abus La France est un panier percé

    Les pays du Nord sont pragmatiques, contrairement à nos idéologues pur jus, qui prétendent gouverner la France et qui ne maîtrisent pas grand chose à l’économie. Augmenter les taxes et impôts pour sortir la France du désastre à venir, beaucoup de Français s’y résoudraient, mais seulement si parallèlement l’état appliquait une purge drastique, pour réformer en profondeur son fonctionnement archaïque et dépensier. Au lieu de ça... rien...au contraire, on charge la barque en y ajoutant des emplois jeunes pipeau et autres contrats de génération bidon, sans parler des 60 000 profs, qui ne trouvent d’ailleurs même pas preneur ! Donc OK, appliquons le système nordique, mais jusqu’au bout, avec les économies qui vont avec et pas seulement en augmentant les impôts !

  • Par EOLE - 07/02/2013 - 12:12 - Signaler un abus Une vision absurde et à courte vue

    C'est une vision absurde et à courte vue de croire qu'il soit possible de modifier les traits culturels d'une nation à la carte. C'est une vision encore plus absurde et étroite de croire que le système actuel de "démocratie de marché" puisse être amélioré. Cette dernière est pourrie jusqu'à la moelle quand les politiques ne peuvent plus imposer de règles aux pouvoirs financiers qui vont strictement à l'encontre des intérêts collectifs au profit de leurs intérêts propres, quitte à scier la branche même sur laquelle ils sont assis.

  • Par golvan - 07/02/2013 - 12:38 - Signaler un abus Les pays nordiques ont

    Les pays nordiques ont presque tous une homogénéité de population assez forte et très peu d'immigrés. La Suède a accueilli de très nombreux chrétiens d'Irak persécutés qui ne posent pas de problèmes et le faible nombre d'immigrés musulmans, à des années lumière de la masse musulmane française, est déjà considéré comme une source de problèmes. Les conditions d'obtention de la nationalité sont plutôt drastiques, particulièrement au Danemark, par conséquent imaginer un instant que le modèle nordique puisse être copié en France relève de l'imposture. Quant aux églises chrétiennes, principalement protestantes, elles n'ont jamais fait l'objet d'une chasse comme en France et ont toujours contribué à la gestion du modèle social ( santé et éducation) sans être diabolisées. Et je ne parle même pas de la Finlande, qui ne fait pas partie des pays "nordiques" où un Français quelle que soit sa couleur de peau, est déjà considéré comme la limite supportable catégorie exotisme.

  • Par Res Publica - 07/02/2013 - 14:10 - Signaler un abus Le froid conserver

    La Finlande (qui n'appartient pas aux pays scandinaves, malgré l'erreur récurrente) a par exemple le meilleur système éducatif au monde. Et n'a aucune école privée! Aucun finlandais n'accepterait de payer pour mettre ses enfants à l'école. Les professeurs sont triés sur le volet, doivent obtenir des notes hautes aux examens. Les horaires sont bien plus allégés que les nôtres et pourant les élèves sortent du système éducatifs mieux formés... Sans oublier le fait que TOUS parlent anglais dès le plus jeune âge. Mais avant de comparer le système et le pays, je pense qu'il convient surtout de comparer la population! Comme indiqué dans l'article, les nordiques sont un peu tendance bisounours et n'ont pas vraiment l'habitude de frauder, de corrompre, de travailler au noir, etc. La classe politique n'est pas vendue, les scandales sont rares... Bref un peu tout le contraire d'autres pays comme l'Espagne, l'Italie ou l'Espagne qui comme par hasard sont les plus touchés par la crise. Sauf les plus riches de leurs habitants. Bref, misons sur l'éducation et le civisme, qui passe aussi par l'amour du pays et de la Nation. Est-on vraiment sur ce chemin en France?

  • Par Qwantix - 07/02/2013 - 15:40 - Signaler un abus Malheureusement...

    comme préalable à toute reforme, les français ont besoin d'un fort traumatisme insurrectionnel, économique ou autre. Espérons que le prochain ne sera pas trop douloureux? L'organisation territoriale actuelle du pays est une farce coûteuse et ingouvernable. Si la France se veut européenne, elle doit impérativement réduire le nombre de ses collectivités territoriales en regroupant des communes et concentrant des régions (comme l'ont fait l'Allemagne, l'Italie, etc.) pour créer des entités homogènes et économiquement compétitives à l’échelle européenne obtenir des ratios de représentativité démocratique gérable (1 représentant élu au suffrage universel direct pour 50.000 habitants serait OK) et donner aux nouvelles régions (provinces, länder, provinzia, communidad autonoma, etc) une représentation paritaire (type Sénat américain) à l’échelon national ET européen (scrutin universel direct pour élire les sénateurs et renforcement des attributions du Sénat). Il faut aussi transmettre aux régions/provinces des compétences élargies en matière de fiscalité (territorialisation de la TVA) et d’éducation, l’Éducation Nationale se contentant d’établir des normes sans micro-manager.

  • Par jerem - 08/02/2013 - 00:04 - Signaler un abus ces pays a tetes couronnées ... ah oui !!!!

    parlez ,nous de la TVA à 25% du danemark sur pratiquement tous y compris l'eau minerale . Parlez nous de l'emploi aux pays bas avec 50% des salariés a temps partiel et 19h par semaine en moyenne pour ceux ci. on a hate de savoir quelle sera le niveua de leur retraite par point à l'echeance des 70 ans quand il y passeront. oui parlez nous du niveau de syndicalisation sans nous parler du caractere obligatoire et des prestations qui accompagnent la syndicalisation et dites nous donc pourquoi l'etat et le medef ne poussent pas à la publication des comptes annuels certifies des comptes des syndicats comme toute structure sociale et commerciale ? dites nous si laissez les choses en l'etat ne sert pas ceux qui en public le critique . Faites nous marrer .

  • Par jerem - 08/02/2013 - 00:12 - Signaler un abus la finlande supprime ses départements ouahhh

    c'est quoi la finlande deja ? 5 millions d'habitants , 20 regions et 415 municipalités .....ah oui c'est nettement trop . un pays , un region c'est amplement suffisant . l'ile de france 12 millions dh'abitant un region 7 departements et 1281 communes . C'est vrai c'est une revolution la finlande !!! 2,5 fois plus petit de que l'ile de france et quasiment le meme nombre de commune au prorata ..... en effet c'est radicalement différent

  • Par jerem - 08/02/2013 - 00:15 - Signaler un abus la reforme c'est sur les pays nordiques

    la reforme c'est sur les pays nordiques ne doivent certainement pas les entamer avec des hauts parleurs qui nous chantent la priere matin mdi et soir : "chez les autres c'est mieux et cela se passe de meilleure maniere". C'est sur que deja avec çà en moins , ils doivent certainement aborder les reformes autrement ...... A moins qu'on leur fasse le coup du "petit pays qui n'a pas le choix s'il ne veut pas se faire bouffer par les autres " ...... sauvons la couronne .

  • Par jerem - 08/02/2013 - 00:17 - Signaler un abus sinon pour le mariage gay et les echopes de drogues ...

    pour ces avancées fondées sur le consensus social , là rien a developper comme argumentation enchantée ? ou est la chorale ? non faut pas de salle de shoot , soudain la nordic fashion disparait du podium ..... on parle du foulard ?

  • Par jerem - 08/02/2013 - 00:20 - Signaler un abus et le surendettement exceddif des menages nordiques ? rien

    et rien sur l'endettement record des pays nordiques ? quel dommage de nous vanter le poids de la dépense publique et d'oublier de souligner en complement de la part du temps partiel , les niveaux de l'endettement des menages des pays scandinaves ......

  • Par vangog - 08/02/2013 - 01:55 - Signaler un abus Adaptation, évaluation et négociation...

    Voilà ce qui caractérise les pays Nordiques et les oppose totalement au dogmatisme, a l'égalitarisme et au chantage syndical français. A la différence des Français, les Nordiques n'ont pas été intoxiqués par le Marxisme-Léninisme qu'ils ont soigneusement banni de leur société plus intelligente que la notre... Sans cette hérésie économique et sociale qui corrompt toutes les strates de la société, tout devient alors plus facile!

  • Par jerem - 08/02/2013 - 12:47 - Signaler un abus @vangog

    evidemment le "chantage syndical français" vous incluez le medef !!! et votre connaissance des syndicalismes dans les pays nordiques est tres certainement affuté car on vous en a parlé depuis des lustres et dans le détail . et vous avez un connaissance affuté comme moi des prerogatives et de la variétés des puissances syndicales en présence dans ces pays a tetes couronnées .

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

François-Charles Mougel

François- Charles Mougel  est professeur des Universités d'Histoire contemporaine à Sciences-po Bordeaux. Il est l'auteur de L'Europe du Nord contemporaine de 1900 à nos jours aux éditions Ellipses (2006) et de Histoire des relations internationales. De la fin du XVIIIème siècle à l'aube du IIIème Millénaire (2013).

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€