Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 21 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

L’explosion de la dette des ménages britanniques est-elle l’étincelle qui provoquera la prochaine grande crise financière ?

C'est peut-être l'angle mort du Brexit : une dette des ménages exhorbitante et peu de raison d'être rassuré sur les conséquences qu'un tel trou dans le portefeuilles des Britanniques pourrait avoir...

Explosif

Publié le
L’explosion de la dette des ménages britanniques est-elle l’étincelle qui provoquera la prochaine grande crise financière ?

Atlantico : Pourquoi la dette des Britanniques inquiète-t-elle les investisseurs au point de voir le FMI adresser un avertissement au Royaume-Uni, parlant même de risque de crise économique ?

Jean-Paul Betbèze : En fait, le FMI vient d’adresser un avertissement au monde entier dans son Global Financial Stability Report d’octobre, et les Britanniques l’ont largement pris pour eux ! Le Rapport sur la stabilité financière dans le monde, que le FMI vient en effet de publier, combine le chaud et le froid. Le chaud, c’est l’idée que la situation économique s’améliore partout. « Le renforcement du système financier mondial se poursuit grâce aux politiques d'accompagnement exceptionnelles, à l'amélioration des réglementations et à la reprise conjoncturelle de la croissance.

La solidité des banques dans bien des pays avancés continue de s'améliorer… » écrit ainsi le FMI. 

Le froid suit aussitôt. « Mais… la poursuite de la politique monétaire accommodante - nécessaire pour soutenir l'activité et stimuler l'inflation - entraîne aussi un accroissement de la valeur des actifs et de l'effet de levier », ajoute en effet l’institution. Il a bien fallu des politiques monétaires très accommodantes, avec des achats massifs de bons du trésor par les banques centrales, pour éviter le pire, puis pour faire repartir la machine. Mais aujourd’hui, force est de constater qu’en général la reprise est assez faible, notamment dans les pays avancés, toujours peu inflationniste, avec en même temps une montée de la dette publique (en partie aux mains de la Banque centrale) et de plus en plus de la dette privée. Les taux bas ont ainsi permis une augmentation des endettements globaux, publics et privés, chez les entreprises et les ménages, dont certains sont et restent fragiles. La reprise pourrait ainsi dérailler en cas de montée des taux. Les politiques monétaires actuelles, qui ont beaucoup fait baisser les taux, ont aussi caché l’importance des risques pris par certains, dans leur quête éperdue du rendement. Si le risque a ainsi pu baisser dans les banques, il est monté dans les entreprises et surtout chez les ménages. L’endettement des ménages, pour le logement ou le crédit à la consommation soutient ainsi la croissance à court terme, mais il accroît d’autant les risques bancaires et boursiers en cas de retournement.

C’est alors que cet avertissement sonne fort à Londres. L’endettement logement y atteint en effet l’équivalent d’une année de revenu des ménages, plus la dette hors logement, qui atteint 40% de leur revenu, selon la Banque d’Angleterre (Financial Stability Report, juin 2017). Au total, la dette des ménages anglais atteint 1,4 fois leur revenu annuel, contre 1,5 fois au maximum de l’avant-crise, en 2007. Depuis, le désendettement a à peine eu lieu. Il repart depuis le Brexit. Et les études de la Banque d’Angleterre montrent que les pays où les ménages sont relativement trop endettés par rapport à leur consommation, s’exposent à de plus fortes chutes de consommation en cas de retournement conjoncturel ! Message FMI plus message de la Banque d’Angleterre : la surprise ne sera pas permise.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par hermet - 12/10/2017 - 09:59 - Signaler un abus évidemment

    Le FMI se moque du monde, et il n'y a pas que les Britanniques, on a réglé un problème de Dettes en 2008, par......Plus de Dettes, forcément à la fin ça va bien se passer...

  • Par ajm - 12/10/2017 - 15:23 - Signaler un abus Crime de lèse -Europe.

    Le FMI enfonce des portes ouvertes. Si ses prédictions sur les dangers de la dette, (cela ne mange pas de pain!) s'avèrent fausses tout le monde aura oublié, sinon on dira qu'il a été genial. Sur le chapitre de l'endettement, la GB n'est pas le plus mauvais élève (que ce soit la dette publique ou la dette privée).mais comme elle commet le crime de lèse-Europe elle est particulièrement stigmatisée.

  • Par Anouman - 12/10/2017 - 21:10 - Signaler un abus Dette

    Il faudra qu'on m'explique en quoi une dette d'un an et demi de revenu représente un problème pour un particulier, surtout pour le logement où les durées d'emprunt sont longues. Le seul élément pertinent est la proportion de la charge de la dette en fonction du revenu. Par ailleurs si on s'endette pour consommer en quoi cela perturbe-t-il la consommation? Soit l'article n'est pas clair soit la théorie du FMI est idiote.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Paul Betbeze

Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.

Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ; 2012 : 100 jours pour défaire ou refaire la France, et en mars 2013 Si ça nous arrivait demain... (Plon). En 2016, il publie La Guerre des Mondialisations, aux éditions Economica et en 2017 "La France, ce malade imaginaire" chez le même éditeur.

Son site internet est le suivant : www.betbezeconseil.com

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€