Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 02 Août 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Eva Joly : une preuve de l’intégration réussie d’un produit scandinave sur le marché français

Si les responsables politiques sont des produits marketing comme les autres, lequel faudra-t-il choisir le 22 avril prochain ? Avec "Qui choisir", André Bercoff entend donner à chaque citoyen électeur les moyens d'obtenir le meilleur rapport qualité-prix. Ici coup de projecteur sur Eva Joly. Extraits (2/2).

Antigone à lunettes

Publié le

Voici un produit qui ne ressemble à aucun autre. Saluons, en cette époque de diversité et de mondialisation tant vantée par les uns et décriée par les autres, une preuve vivante de l’intégration réussie d’un produit scandinave sur le marché français : Ikea n’a plus le monopole de ce genre de transaction. Passionnant, en effet, que la marque EELV, dernière-née de la mouvance « écologie politique » datant déjà de près de quarante ans, présente pour la compétition présidentielle une travailleuse immigrée beaucoup plus connue jusqu’ici sur le terrain de la justice, des affaires et de la chasse à la corruption que sur la défense de la planète en danger.

Il y a là tous les éléments d’une véritable mutation de l’offre écologique qui, à l’influence médiatique et à l’expérience combative d’un Nicolas Hulot, a préféré, et largement, une juge d’instruction au goût étrange venu d’ailleurs, auréolée des scalps de Jean-Maxime Lévêque, Loïk Le Floch-Prigent, Alfred Sirven, Bernard Tapie, Roland Dumas et autres hommes de pouvoir, d’argent et d’influence. Il semble qu’Eva Joly ait fait sienne, quand elle officiait au pôle financier du boulevard des Italiens, la devise de Jerry Rubin : « C’est avec les vaches sacrées qu’on fait les meilleurs steaks tartares. » Est-ce la raison pour laquelle les dirigeants de la marque l’ont choisie, en prônant la similitude, voire la synergie des pollutions financières et écologiques ? EELV a fait un pari à la fois osé et logique : on verra si l’enjeu en valait la chandelle.

Positionnement

Reste à savoir aussi si l’Antigone à lunettes résistera longtemps face aux inéluctables compromissions qu’entraîne le jeu politique

Le produit a tenu tête aux puissants de France et de Navarre : il saura résister aux puissants de ce monde, et se montrer têtu dans les négociations avec le PS. Les responsables de la marque, de Cécile Duflot à Jean-Vincent Placé, de Dominique Voynet à Noël Mamère, la soutiennent du mieux qu’ils peuvent en insistant sur sa dimension Robespierre. La sexagénaire aux lunettes cerclées rouge sang et aux vestes pourpre ou orange – qu’elle n’a jamais retournées – joue de son accent norvégien comme Jane Birkin de son patois franco-britannique, n’hésite pas à afficher une confiance en soi qui touche à l’autosatisfaction, ce qui n’est pas un défaut dans cette farouche lutte des places : « Le problème, c’est que moi j’ai raison et je suis portée par l’histoire. Quand on est légitime et qu’on a raison, on est irrésistible. »

Pureté écologique, pureté éthique, cela ne l’empêchant pas de se présenter comme une bonne vivante, Eva Joly est un Ovni dans cette campagne qui ne ressemble à aucune autre. Son moteur, c’est la vertu avec un grand V. « Ma plongée dans les comptes de la société Elf m’a transformée intellectuellement. J’ai vu l’impunité comme règle et la loi comme exception.» Elle y ajoute ce qui lui vient de ses racines norvégiennes : « Notre alliance presque mystique avec la nature nous rend viscéralement hostiles aux désordres quels qu’ils soient : la guerre, la misère, la pollution ou la corruption. »

Parts de marché

Les écolos, les altermondialistes, les partisans de la diversité, les anti-guerre séduits notamment par sa volonté de supprimer le défilé militaire du 14 Juillet pour le transformer en fête civile, provoquant ainsi une jolie polémique entre ceux qui lui reprochent de ne rien comprendre à la France et ceux qui traitent les premiers de xénophobes et de racistes. Elle n’hésite pas à inviter François Hollande à aller avec elle à Fukushima en le sommant d’abandonner à terme le nucléaire, et fissa, quitte à heurter la sensibilité souverainiste.

Le produit Joly est beaucoup moins dans la séduction que dans l’avertissement. Moins dans les lendemains qui chantent que dans l’Apocalypse now si l’on ne la suit pas. Reste à savoir si les consommateurs sont prêts à suivre en masse une mère Fouettard qui énonce tout de même des vérités pas toujours plaisantes à entendre, y compris dans son propre camp. Reste à savoir aussi si l’Antigone à lunettes résistera longtemps face aux inéluctables compromissions qu’entraînent le jeu politique et la perspective d’élections législatives, pour lesquelles sa propre marque a besoin du PS afin d’augmenter son implantation. Perdre son âme ou perdre des sièges ? Les paris sont ouverts.

LES « + »

• La Vertu considérée comme un des beaux-arts
• Un enjeu et une cause incontestables
• Une binationale bien dans sa peau

LES « - »

• Elle n’est vraiment pas un animal politique
• Une campagne plus réactive qu’imaginative
• Un programme pavé de bonnes intentions donquichottesques visiblement irréaliste face à une croissance de moins de 1 %…

_____________________________________

Extraits de Qui choisir, FIRST EDITIONS (26 janvier 2012)

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Skagerrak - 12/02/2012 - 12:28 - Signaler un abus Eva Joly

    On se demande vraiment ce qu'elle fait dans cette campagne électorale . Complètement inintéressante ... .

  • Par flogo - 12/02/2012 - 14:07 - Signaler un abus Qui c'est la dame ...?

    Une nouvelle comédienne qui fait la pub our Aflelou ?

  • Par LouisArmandCremet - 12/02/2012 - 16:13 - Signaler un abus Etonné...

    Je suis assez étonné en lisant cet article, visiblement écrit à la gloire de Mme Joly : est ce que l'auteur est au courant de comment se passe cette campagne ? Est ce qu'en dehors même des sondages catastrophiques, il est au courant comment la candidate est torpillée par "ses amis" ? Est ce qu'enfin, on peut affirmer de façon aussi péremptoire que Mme Joly a tort d'avoir raison trop tôt ? Quant aux compromissions, je crois que le site même d'Atlantico, avait un article intitulé "les casseroles malgaches de la candidate de EELV". Et puis, comment peut on se présenter comme un juge intègre défendant la justice avant tout et soutenir un délégué syndical refusant de se plier à une décision de justice pour un test ADN ? En dehors du fiasco sur le 14 juillet, c'est bien une part de l'identité française que la candidate ne semble pas comprendre. Ce qui me fait dire que le titre de l'article est soit ironique soit aveuglé...

  • Par Diego - 12/02/2012 - 16:41 - Signaler un abus Antigone????

    Monsieur Bercoff vous me décevez. Je ne sais pas si votre article est une plaisanterie, à prendre au 2eme degré ou si vous avez fumé !!!!!!

  • Par laparisiennedecrete - 12/02/2012 - 17:48 - Signaler un abus @ LouisArmandCremet - Un rappel

    " ramaroson dit : (24hactu) 14 janvier 2012 à 11:29 " 
Ce que vous ignorez c’est la rémunération mensuelle d’Eva.
Moi je connais le tarif : j’y étais.
Elle touchait très exactement 122 126.0773 couronnes norvégiennes par mois soit 15875 euros avec logement, nourriture, domestiques, voiture, bureau au palais présidentiel. Pour mémoire la majorité des malgaches vit avec moins d’un euro par jour.
Elle n’a de plus pas payé d’impôts ni en France, ni en Norvège, car il s’agissait d’un contrat de droit norvégien et que sa mission était considérée « humanitaire « .
 Cela se passe de commentaires...

  • Par Equilibre - 12/02/2012 - 20:07 - Signaler un abus Il est beau mon jambon.

    pureté éthique? Condamné pour avoir diffamé David Douillet. L'affaire du pourboire: http://www.lexpress.fr/actualite/politique/eva-joly-pas-si-reine-en-norvege_941790.html ... Ce "machin" ne connaît ni la France, ni les français, se moque de nos valeurs, notre culture et de nos traditions. Elle fait campagne contre. Elle se moque de nous (politiquement correct). 1% max, au-delà, c'est du vol d'électeurs.

  • Par revizor - 12/02/2012 - 22:48 - Signaler un abus La comique de la campagne.

    Je ne reconnais qu'un seul talent à Eva JOLY celui d'être en 2012 la candidate la plus comique de la campagne, tant elle dit des choses insensées. En 2007 ce rôle avait été dévolue à la Bécassine du Parti Socialiste,Ségolène ROYAL mais qui avait quand même fait 25 %. Là je me demande si Eva JOLY aztteindra 1 %. C'est dommage pour l'écologie qui méritait mieux.

  • Par LeditGaga - 12/02/2012 - 23:00 - Signaler un abus Intégrée ?

    Intégré ce vieux débris ? Ben voyons !

  • Par Harmaggedon - 13/02/2012 - 05:14 - Signaler un abus elle n'est pas la première !

    Daniel Cohn Bendit n'a-t-il pas la binationalité franço-allemande, de plus, ayant même été élu des deux côtés du Rhin ? Par contre oser appeler cela un "intégration réussie", quand elle s'attaque à des symboles du pays, c'est un peu fort de café !... à moins de penser que 1% de la population serait très représentatif.

  • Par stelhou - 13/02/2012 - 15:34 - Signaler un abus Signatures

    Elle a ses 500 signatures... ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

André Bercoff - Claude Askolovitch

André Bercoff est journaliste et écrivain.

Il est notamment connu pour ses ouvrages publiés sous les pseudonymes Philippe de Commines et Caton.

Il est l'auteur de La chasse au Sarko (Rocher, 2011), de Qui choisir (First editions, 2012) et plus récemment de Moi, Président (First editions, 2013). Son dernier essai  Je suis venu te dire que je m’en vais est paru chez Michalon en novembre 2013.

 

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€