Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 24 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

L’Europe confrontée à ses premiers cas de maladie de Zika : les moustiques génétiquement modifiés sont-ils notre seul espoir de vaincre ce nouveau fléau ?

Tandis que la psychose du virus Zika grandit à Rio à la veille du carnaval, un citoyen danois vient d'être testé positif après un voyage en Amérique latine. Deux touristes britanniques avaient déjà été touchés.

Antivirus ?

Publié le
L’Europe confrontée à ses premiers cas de maladie de Zika :  les moustiques génétiquement modifiés sont-ils notre seul espoir de vaincre ce nouveau fléau ?

Atlantico : Concentrée aujourd'hui au Brésil, l'épidémie de Zika est sur le point de s'étendre à tout le continent américain. La France d'Outre-Mer est aussi touchée. Quels sont les moyens existants pour contenir le virus Zika ?

Anna-Bella Failloux : Pour vaincre Zika, il faut soit tuer le moustique, soit le rendre incompétent à l'infection.

Pour tuer le moustique, la première stratégie consiste évidemment à utiliser des insecticides. Mais aujourd'hui ces populations de moustiques y sont devenues résistantes.

La méthode alternative va donc consister à essayer d'imaginer une stratégie de modification génétique du moustique de manière à ce qu'il ne puisse plus se reproduire dans la nature.

C'est la compagnie Oxytec qui a développé un moustique transgénique qui a besoin d'un antibiotique - la tétracycline – pour survivre. Lorsque les larves se développent en laboratoire, on les met en présence de cette tétracycline. De cette façon-là, le développement se déroule normalement. Mais dans la nature, le moustique ne survit pas sans cet antibiotique. Même si la femelle se reproduit avec un moustique sauvage, il y aura des descendants qui vont tous mourir sans tétracycline. Au final, on va donc se retrouver avec une quantité de moustiques qui va diminuer, ce qui va limiter les risques de piqûres et le risque d'infection à l'homme.

La deuxième stratégie consiste à rendre le moustique incompétent, - c'est-à-dire incapable de reconnaître le virus -, via des manipulations en laboratoire. Une fois lâchés dans la nature, ces moustiques vont se reproduire avec des moustiques de la nature, ce qui va donner naissance à des descendants qui sont incompétents, incapables de transmettre le virus.

Quel est précisément le processus de transmission du virus ?

Deux espèces de moustiques sont capables de transmettre le virus Zika : Aedes aegypti, qui est une espèce tropicale, et Aedes albopictus, qui, elle, est à la fois tropicale et tempérée.

Seuls les moustiques femelles piquent parce qu'elles ont besoin de sang pour pouvoir développer leurs œufs. C'est par ce biais-là qu'elles absorbent le virus qui est dans le sang des personnes qui sont malades. Le virus présent dans le sang, lorsqu'il se retrouve dans l'estomac du moustique, est digéré en général pour se multiplier dans tous les organes internes du moustique. Le virus va alors se retrouver au niveau des glandes salivaires. Lorsque la femelle moustique va piquer à nouveau, elle va cracher de la salive et expulser le virus en même temps. C'est comme cela que la transmission se fait.

L'épidémie à laquelle on assiste actuellement est très invasive. Qu'est-ce qui est fait concrètement pour limiter son extension ?

Il y a déjà toute la lutte anti-vectorielle, qui consiste à tuer le moustique avec des insecticides. Il s'agit d'une mesure d'urgence qui fait partie du cahier des charges de beaucoup de centres de démoustication. Pour faire face à la résistance développée par certaines populations de moustiques à ces produits, les doses sont considérablement augmentées.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zouk - 28/01/2016 - 10:08 - Signaler un abus Zika

    Que faire? Cela semble une lutte peut être perdue d'avance.

  • Par Ganesha - 28/01/2016 - 16:09 - Signaler un abus Sida

    Cette dame est manifestement compétente et nous annonce clairement un avenir catastrophique ! Un détail : elle ne nous explique pas vraiment le passage du virus du singe à l'homme, puisque le moustique piquait les singes et pas l'homme ! La même question s'est posée pour le Sida...

  • Par Semper Fi - 28/01/2016 - 22:51 - Signaler un abus Syndrome de Guillain Barré

    Au fil des articles, le risque de microcéphalies des nouveaux-nés est sans cesse évoqué... occultant le risque de syndrome de Guillain-Barré (paralysie), bien réel lui aussi : 42 cas lors de l'épidémie de zika de nov 2013 à février 2015 en Polynésie, sur une population totale de 268000, dont la moitié à peu près aurait été touchée par le zika. @Ganesha.... halte au catastrophisme, le zika est une maladie bénigne la plupart du temps, qui passe parfois même inaperçue... la "bonne vieille" grippe à laquelle vous êtes exposé tous les ans est largement plus meurtrière, et souvent beaucoup plus incapacitante !... quant aux effets sur les enfants, la varicelle est largement plus "désagréable" (expérience vécue)...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Anna-Bella Failloux

Anna-Bella Failloux est entomologiste et directrice de recherche à l'unité Arbovirus et Insectes Vecteurs de l'Institut Pasteur.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€