Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 20 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

L’Europe cherche les moyens de résister à l’impérialisme des GAFA mais n’a pas trouvé l’arme miracle

La guerre économique sur le digital est inévitable. La concurrence entre les américains et les chinois risque d’aboutir à un partage du monde d’où l’Europe sera exclue.

Atlantico Business

Publié le
L’Europe cherche les moyens de résister à l’impérialisme des GAFA mais n’a pas trouvé l’arme miracle

L ‘enjeu, c’est évidemment le contrôle des données. C’est le risque le plus important. Quand on perçoit la concurrence terrible qui s’annonce dans le e-commerce entre Amazon et Alibaba ; quand, il y a deux semaines, on apprend qu’Uber s’est fait pirater 57 millions de ses comptes ; qu’on ne sait pas par qui et pourquoi ; quand on sait que la plupart des GAFA, par le jeu de l’optimisation fiscale, réussissent à ne payer qu’un tiers des contributions qu‘ils devraient laisser sur les marchés où ils commercent ; quand on sait que l’essentiel de la data est géré dans des clouds soit par des américains, soit par des chinois, que 90% des algorithmes fonctionnent sans nationalité...

L’Europe est obligée de constater la faiblesse extraordinaire dans laquelle le digital va la plonger.

Le digital amène son lot considérable d’innovations et de gains de productivité, évidemment mais le digital porte aussi quantité de menaces pour la liberté et la survie des cultures, que seules des réglementations cohérentes mais difficiles à mettre en place pourraient limiter ou conjurer...

L’Europe a réussi à légiférer sur la question des millions de données laissées chaque jour sur les réseaux sociaux.

C’est donc un règlement européen qui entrera en vigueur en mai 2018, mais qui touchera toutes les entreprises ayant un lien avec l’Europe. A partir du 25 mai 2018, elles devront toutes être en conformité avec le Règlement général sur la protection des données personnelles (RGPD en français ou GDPR en anglais), sous peine d’une amende pouvant aller jusqu’à 4% du chiffre d’affaires. Techniquement, cela inclut de nouveaux processus et de nouvelles normes pour tracer, classifier et conserver les données personnelles. Les entreprises devront aussi limiter la collecte de données à leurs propres besoins.

Deux objectifs en ressortent : le premier, plus consensuel, de protéger les utilisateurs au regard du respect de la vie privée et de la non-divulgation d’informations personnelles. Mais cela touche aussi à l’amélioration de la stratégie d’une entreprise  qui, en exploitant mieux ses données, peut en retrouver un bénéfice.

Le problème, c’est qu‘au delà du contrôle des données personnelles, la question de la gestion de ces données apparaît, de leur appartenance à ceux qui les ont collectées ou stockées. Par conséquent, le vrai pouvoir appartiendra à ceux qui ont les meilleures données. Cédric Vilani, député LREM et rapporteur de la Commission sur l’Intelligence Artificielle, ajoute  que si Google, est aussi riche et puissant c’est parce qu’il  a su recueillir «  de meilleures données, plus grandes, mieux préparées, mieux classifiées, etc… ».

A travers les GAFA et les sites de e-commerce, des millions d’informations sont donc récoltées chaque jour sur les habitudes mais aussi les prédictions de consommation des utilisateurs grâce aux algorithmes. Et plus elles sont précises et lisibles, plus les algorithmes seront pertinents. Elles représentent donc un enjeu majeur pour les entreprises d’aujourd’hui, une mine d’or pour conquérir un marché, fidéliser des clients.... Elles deviennent surtout indispensables dans un monde d’intelligence artificielle. Les entreprises nées dans l’ère internet ont toujours évolué avec ces ressources, elles savent les maitriser. Les autres, plus anciennes, plus éloignées du numérique, ne maitrisent pas cet aspect-là.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par kelenborn - 02/12/2017 - 12:02 - Signaler un abus Tiens

    Sylvestre se rendrait-il compte que les anglais ont bien fait de quitter le radeau de la Meduse! C'est plaisant de la voir découvrir Munich !

  • Par Anouman - 02/12/2017 - 19:42 - Signaler un abus Gafa

    Quel indigeste brouet que cet article qui mélange tout. Et ils s'y sont mis à deux?

  • Par vangog - 02/12/2017 - 21:07 - Signaler un abus Un « sursaut pour contrer les GAFA »!!!!! Quelle ineptie!

    C’est du très mauvais protectionnisme...On a affaire à deux constructeurs d’une ligne Maginot europeiste qui n’ont pas encore compris qu'il était inutile de vouloir « se défendre » contre les GAFA, car nous n’avons pas affaire à des agresseurs, mais à des pionniers. Les technocrates europeistes ne savent que normer, contrôler et taxer. Les contraintes qu’ils édictent et les murs qu’ils construisent, sont autant de freins à l’innovation pour des petites entreprises qui n’ont qu’une envie, c’est de grandir comme les GAFA. Les empêcher de grandir, c’est leur offrir comme seule porte de sortie la vente du savoir-faire de leurs Start-ups aux GAFA, des que l’est contraintes commencent à les asphyxier. Ces GAFA sont devenus monopolistiques grâce à l’inertie et au stalinisme de l’UE, . L’UE ferait mieux de se demander pourquoi elle est la seule au monde, avec l’Afrique, la Russie et l’Amérique du Sud, à ne posséder aucun GAFA...de vieux relents de marxisme pourrissent-ils le cerveau de ces continents?...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Aude Kersulec

Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 

Voir la bio en entier

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€