Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 18 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Renseignement : Les Etats-Unis ont ils renoncé à vaincre l'Etat islamique ?

Les responsables de la sécurité nationale ne parlent plus de l'État islamique comme d'un ennemi à abattre. Ils décrivent le groupe terroriste comme "une maladie chronique dans le corps politique international".

THE DAILY BEAST

Publié le - Mis à jour le 11 Septembre 2016
 Renseignement : Les Etats-Unis ont ils renoncé à vaincre l'Etat islamique ?

The Daily Beast - Kimberly Dozier

ASPEN, Colorado - Officiellement, l'administration Obama reste déterminée à vaincre l'État islamique (EI). Mais lors de la réunion annuelle des responsables de la sécurité nationale à Aspen, personne ne parlait de battre l'armée terroriste ni ses membres.

Au lieu de cela, une résignation morne et de sombres avertissements à propos du long et difficile combat à venir ont dominé les discussions. Toutes prévoyaient une augmentation des attaques terroristes dans le monde, y compris aux États-Unis. "Est-ce que nous nous attendons à plus d'attaques ?

Malheureusement, oui, à la fois en Europe et aux États-Unis" a déclaré le représentant de Californie, Adam Schiff, membre haut placé du House Intelligence Committee. Même si certains espèrent un triomphe militaire sur l'EI en Irak et en Syrie, ils ont reconnu qu'une telle avancée ne représenterait que la première étape d'un combat promis à durer, contre un groupe qui a déjà étendu sa présence dans des régions instables du Moyen-Orient, de l'Afrique et de l'Asie du Sud-Est et qui est derrière les attentats de Paris, San Bernardino, Orlando et Istanbul. "Si nous détruisons [l'EI] en Syrie et en Irak afin qu'il n'ait plus de territoire, bien sûr, nous réduisons son influence. Mais le califat virtuel n'est pas détruit", a déclaré le coordinateur pour la lutte contre le terrorisme de l'Union européenne, Gilles de Kerchove, lors d'un entretien, faisant référence à l'impressionnante présence en ligne de l'EI. "Sa capacité à inspirer des actions en Occident lui survivra quelques temps."

Rien à voir avec les précédentes réunions de l'Aspen Security Forum, lors desquelles les hauts responsables et les experts saluaient la mort d'Oussama ben Laden comme un coup fatal porté à l’extrémisme islamique. Et le ton était nettement différent des déclarations faites par le président Obama il y a quelques mois, où il réaffirmait son engagement à "vaincre [l'EI] et à éliminer le fléau de ce terrorisme barbare qui se produit partout dans le monde." Au contraire, à Aspen, les responsables de la sécurité nationale n'ont pas vraiment parlé de l'EI comme d'un ennemi que l'on pourrait anéantir. Ils ont parlé du groupe terroriste comme d'un problème à gérer sur le long terme, une maladie chronique dans le corps politique international. Le débat sur les solutions s'est centré sur les dégâts qui pourraient être infligés à l'EI en le chassant d'Irak et de Syrie, ce qui entamerait le prestige du groupe en le privant de son califat autoproclamé.

Un responsable européen pense qu'une fois dessaisi de son État de facto après une bataille longue et sanglante, l'EI perdrait ses soutiens et s'effondrerait comme un château de cartes. Mais beaucoup d'autres affirment que le groupe transférerait ses opérations dans d'autres régions instables, processus qui est déjà en cours. "C'est nécessaire mais pas suffisant" a déclaré au Daily Beast Lisa Monaco, conseillère dans la lutte contre le terrorisme de la Maison Blanche, à propos de la volonté de priver l'EI de son territoire en Irak et en Syrie.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par gerint - 14/08/2016 - 11:03 - Signaler un abus C'est gai !

    En attendant chaque citoyen doit se montrer vigilant

  • Par Marie-E - 14/08/2016 - 14:22 - Signaler un abus Obama

    bon à rien quand il s'agit de prendre des mesures fortes contre les islamistes et comme cela fait être pire avec Clinton vendue aux moanrchies du gollfe

  • Par Calumet - 14/08/2016 - 16:27 - Signaler un abus On ne cherche pas à vaincre une maladie qu'on a inoculée

    on cherche à la contenir. Mais elle pourrait les emporter. La Chine et la Russie auront le dessus, Erdogan aura été flatté dans le sens du poil pendant quelques mois mais il va commettre la boulette de trop, Poutine s'en défera brutalement, et du coup les Islamistes, qui n'ont aucun courage, vont s'abattre sur l'Amérique, qui sera la plus faible. L'Europe ferait bien de choisir la logique continentale pour une fois, car l'Amérique ne lèvera pas le petit doigt si des milices islamiques sévissent chez nous.

  • Par assougoudrel - 14/08/2016 - 17:47 - Signaler un abus @ clint

    C'est vrai. Nous en avons la preuve avec la guerre des Balkans. L'Europe n'était même pas capable de neutraliser les milices et les peuples ont connu l'horreur. Encore une fois les américains avaient pris les choses en main. Nos dirigeants ne savent pas qu'il faut vidanger une fosse septique et un beau jour, en tirant la chasse, il découvrent qu'il y a de la merde dans la maison.

  • Par vangog - 15/08/2016 - 02:57 - Signaler un abus Un immigrationnisme absurde...

    Les américains et les europeistes, victimes de la très bête ideologie droidelhommiste, ont provoqué une immigration musulmane massive, qui n'était pas l'immigration traditionnelle de ces deux continents, à l'exception de la France. Ce faisant, ils ont fait rentrer le cheval de Troie de l'islamisme, en Europe et aux USA. On comprend mieux, alors, le manque d'empressement des USA à vaincre l'EI, qui provoquerait un afflux massif des jihadistes et des représailles massives, dans ces deux continents...

  • Par Benino - 18/08/2016 - 10:18 - Signaler un abus Le ver est dans le fruit...

    L'absence de politique migratoire de la France et plus largement de l'Europe) est la preuve de la volonté des intellectuels (de gôche) de casser la société traditionnelle (blanche et chrétienne) occidentale. Les mensonges sur la colonisation de l'Afrique ont dressé facilement contre nous les 2eme et 3eme générations de maghrébins devenus français... L'école a été complice de cette entreprise de démolition. Il est bien tard aujourd'hui pour réparer les dégâts à l'heure d'Internet et des réseaux dits sociaux ( et manipulés ). Les USA jouent leur rôle traditionnel anti-européen et l'arrivée d'acteur aussi minables que Donald Trump et Hilary Clinton ne va pas arranger les choses... Chez nous 8 à 10 millions de musulmans vont exiger une représentation politique qui sera rapidement dominatrice, avec comme objectif la conquête absolue du pouvoir. La charia est notre avenir. Les socialistes et le Zigou Zag de l'Elysee palace vont disparaître de l'histoire de France pour très longtemps. Et peut être aussi la France elle même...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Kimberly Dozier

Kimberly Dozier est contributrice pour The Daily Beast et CNN. Elle couvre les sujets relatifs aux conflits au Moyen-Orient et en Europe, ainsi que ceux concernant la sécurité nationale des Etats-Unis depuis 1992. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€