Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 20 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

États généraux de l'alimentation : les agriculteurs peuvent-ils espérer des solutions pour alléger leurs souffrances ?

Ce 20 juillet débutent les états généraux de l’alimentation, pièce maitresse du programme d’Emmanuel Macron, censée apporter une réponse à tous les problèmes sur l’alimentation, depuis le producteur agricole jusqu’au consommateur. Mais ce n’est pas forcément le gouvernement qui joue le plus gros là-dessus, tant de nombreux paysans sont dans une situation catastrophique.

L'alimentation au centre de la table

Publié le
États généraux de l'alimentation : les agriculteurs peuvent-ils espérer des solutions pour alléger leurs souffrances ?

La journée du 20 juillet verra Bercy prendre des tons versaillais. Ce sera la grand-messe de lancement des états généraux de l’alimentation (EGA pour les intimes), avec discours introductif d’Edouard Philippe, et moult intervenants de renoms. S’ils seront peu nombreux, finalement, à se soucier de l’origine des petits fours distribués aux 400 participants de la journée, ce sera pourtant la question de fond centrale.

Lors de sa campagne électorale, Emmanuel Macron avait adressé une réponse, une seule, à la crise agricole : une meilleure répartition des marges entre tous les acteurs, qui serait discutée lors d’une réflexion plus large concernant l’ensemble de l’alimentation. A l’issue, 5 milliards d’euros seraient affectés pour moderniser le secteur agricole par rapport aux grandes lignes définies dans ce nouveau Grenelle, finalement relativement proche de celui dédié à l’environnement en 2007 dans sa conception.

Deux phases, une économique, une sociétale

Dans les faits, on arrive à l’échéance. Ce jeudi 20 juillet, ce sera le coup d’envoi. Et surtout l’occasion de savoir plus précisément qui participera aux travaux. On sait qu’il y aura des représentants des agriculteurs bien sûr (syndicats, coopératives, chambres, filières...), mais aussi des industriels, des ONG environnementales, des associations de consommateurs, des acteurs de la distribution, de la logistique et du transport, la restauration hors domicile, les associations des maires de France, des régions de France... En principe, selon les promesses de campagne de celui qui n’était encore que candidat à la présidentielle, il doit y avoir tous les représentants des acteurs de l’alimentation, depuis le producteur agricole jusqu’au consommateur... Mais tant qu’on ne saura pas précisément le nom des participants, et les critères de choix pour ceux-ci, le pronostic sur un résultat probant de ces EGA reste pour le moins délicat. Sans parler des accords à trouver entre des interlocuteurs aussi différents que CCFD Terre solidaire, WWF, Greenpeace, Oxfam, Réseau Action Climat, la Fondation pour la nature et l’homme (ex-Fondation Nicolas Hulot) et France Nature Environnement (FNE) d’une part ; ou la Fnsea, Coop de France, l’Ania (association nationale des industries alimentaires), l’UIPP (union des industries pour la protection des plantes), ou les Chambres d’agriculture de l’autre.

Concrètement, il est prévu deux phases. La première économique, jusqu’à fin septembre. On y parlera d’une répartition censée être « plus juste » de la valeur et des marges, et d’une juste rémunération des agriculteurs. La seconde (juste après dans le calendrier, jusqu’à novembre), concernera davantage la santé, l’environnement, ou encore le gaspillage alimentaire. Les discussions sont prévues par filières, avec des rencontres dans les régions avant la remontée d’informations vers Paris.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anouman - 16/07/2017 - 13:40 - Signaler un abus Répartition des marges?

    On en vit pas dans une économie fermée. Le distributeur impose son prix car il peut se fournir ailleurs au même prix. En dehors d'une taxation des importations de produits agricoles la seule solution sera de laisser le marché augmenter la taille des exploitations pour espérer faire des économies d'échelle et de baisser la qualité (à supposer qu'il y ait encore un peu de qualité).

  • Par J'accuse - 16/07/2017 - 18:35 - Signaler un abus Les états généraux finissent mal, en général

    Comment voulez-vous que toutes ces organisations, aux intérêts divergents et souvent opposés, se mettent d'accord sur quoi que ce soit? Et les Espagnols, on ne les invite pas? Pourtant, les étals sont remplis de leurs produits...

  • Par vangog - 18/07/2017 - 09:20 - Signaler un abus Comme dans les dictatures socialistes

    d'avant-mur, ce sera au gouvernement de fixer les marges de chacun?????? Ah ben alors , Sylvestre!...Et le libéralisme? Et la liberté de fixer les prix en UE? Ce seront les ONG mafieuses et les associations ultra-subventionnées qui vont gérer le gosplan à la mode stalinienne? Toute la liberté passée va à la jaille avec ce nouveau dictateur socialiste mini-Macron?...moi plus comprendre, là!...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Antoine Jeandey

Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri.

Voir la bio en entier

WikiAgri

WikiAgri est un pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Il a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture. Les articles partagés sur Atlantico sont accessibles au grand public, d'autres informations plus spécialisées figurent sur wikiagri.fr

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€