Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 18 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Et si le plus gros risque politique et économique pour l’Europe n’était pas le Brexit mais le référendum constitutionnel italien dont personne ne parle ?

Un échec du référendum pourrait mener à une crise politique, et de là à une crise financière et économique.

Un référendum peut en cacher un autre

Publié le
Et si le plus gros risque politique et économique pour l’Europe n’était pas le Brexit mais le référendum constitutionnel italien dont personne ne parle ?

Le monde entier parle du Brexit. Barack Obama s'est déplacé à Londres pour expliquer aux Britanniques que c'était une mauvaise idée. Les singeries de Boris Johnson, ancien maire de Londres, chef de file du camp "Leave", et spécialiste de l'humour politique, font le tour du monde. Et économiquement, le Brexit serait un risque très important — pour l'économie britannique, mais également pour les économies européennes et la construction européenne.

Pourtant, personne ne parle d'un autre référendum qui aura lieu cette année, celui-ci en Italie. Et selon un rapport des analystes de Deutsche Bank, relevé par le site Business Insider, ce référendum serait en réalité le plus gros risque politique pour l'Union européenne cette année.

De quoi s'agit-il ? L'instabilité politique du régime constitutionnel italien, avec ses élections à la proportionnelle et ses coalitions de gouvernement instable, qui font penser à notre IVème République, est proverbiale. L'objectif de Matteo Renzi, le nouveau et jeune Premier ministre progressiste italien, ne fut pas tant un programme économique et social qu'un changement des institutions italiennes afin de leur donner plus de stabilité et de donner plus de marge d'action au gouvernement.

En jeu, une réforme de la loi électorale visant à donner au parti arrivé en premier aux élections un "bonus" de sièges, comme en Allemagne, afin de renforcer sa position et de permettre une coalition stable, et, surtout, une réorganisation du Sénat — la réforme soumise à référendum. En effet, une des causes de l'instabilité politique italienne est son bicaméralisme parfait — contrairement à la plupart des systèmes parlementaires (France, Royaume-Uni, Allemagne…), dans le système italien, le gouvernement est responsable devant les deux chambres du Parlement et doit avoir la confiance des deux. Le référendum, qui doit être tenu avant le mois d'octobre 2016, va transformer le Sénat en "Sénat des régions" composé de 100 sénateurs, principalement des conseillers régionaux et des maires. Et surtout, le gouvernement ne sera plus responsable devant le Sénat.

Bref : Matteo Renzi a engagé sa responsabilité sur le résultat du référendum. S'il échoue, son gouvernement chutera, et il s'en suivra une période d'instabilité gouvernementale très profonde. "Il sera extrêmement difficile, encore plus que d'habitude pour l'Italie, de former une majorité de gouvernement stable, avant ou après une éventuelle nouvelle élection", écrivent les analystes de Deutsche Bank sous la direction de Marco Stringa.

Et une crise politique peut rapidement devenir une crise financière et économique. Un échec d'un référendum pourrait convaincre les investisseurs que l'Italie est irréformable, et créer une nouvelle flambée de sa dette. Avec des conséquences potentiellement systémiques pour l'Europe entière, comme il s'est vu lors de la crise de l'euro…

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Fondation pour l'innovation politique - 20/05/2016 - 10:56 - Signaler un abus Que le Royaume-Uni sorte ou

    Que le Royaume-Uni sorte ou non de l’Union Européenne, les conséquences seraient grandes. Retrouvez l'analyse d'Emmanuel Blézès sur le blog Trop Libre : http://goo.gl/qSvsjg

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€