Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 26 Avril 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Et Pan sur la réputation des monstres préhistoriques, la science est formelle : quand les dinosaures ouvraient la gueule, c’était pour roucouler

Une étude s'est intéressée à l'anatomie des oiseaux, les plus proches descendants des dinosaures, afin d'imaginer à quoi devait ressembler le cri de ces reptiles.

Courez !

Publié le
Et Pan sur la réputation des monstres préhistoriques, la science est formelle : quand les dinosaures ouvraient la gueule, c’était pour roucouler

Si les dinosaures comptent parmi les animaux les plus célèbres du monde, la communauté scientifique n'en connaît que très peu sur eux. Aux yeux du grand public, les dinosaures étaient tous immenses, écailleux, de toutes sortes de couleurs et pouvaient pousser de longs hurlements stridents.

Tout cela, évidemment, est issu de l'imagination des réalisateurs hollywoodiens et ne constitue en aucun cas une vérité absolue : il existait des dinosaures de la taille d'une poule ; l'étude de leurs fossiles ne permettaient pas de deviner leur couleur (même si certaines découvertes relativement récentes prouvent que ces reptiles étaient bel et bien colorés), ils étaient plus certainement couverts de plumes que d'écailles ; et enfin, ils devaient plus certainement gronder ou roucouler qu'hurler toutes dents dehors.

Les oiseaux, ces descendants de dinosaures

En effet, n'en déplaise à Steven Spielberg et son Jurassic Park dans lequel les tyrannosaures vous glaçaient le sang en rugissant à tout bout de champ, leur cri devait plus certainement être semblable à celui d'une douce colombe.

Dans une étude qui sera publiée en août dans la revue Evolution, des chercheurs de l'Université du Texas se sont intéressés aux organes vocaux des oiseaux, descendants actuels des dinosaures disparus il y a 65 millions d'années, rapporte le site Gizmodo. Les scientifiques se sont penchés sur cinquante-deux espèces d'oiseaux différentes capables d'émettre un son sans entrouvrir leur bec. Ils ont ensuite découvert que cette faculté avait été transmise plus de seize fois dans ce groupe d'espèces qui rassemble oiseaux, lézards, crocodiles et dinosaures, ce qui indique que ces derniers étaient aptes à roucouler, piailler comme un oiseau saurait le faire perché sur un arbre, indique le site Hitek.

Pas vraiment moins intimidant

Sur le site de l'Université du Texas, on indique que ces vocalises sont produites lorsqu'en grossissant sa gorge, un spécimen pousse l'air dans son œsophage. Les informations restent clairsemées pour le moment car selon Lindsay Zanno, professeur de paléontologie à l'Université d'État de Caroline du Nord, interrogée par Live Science, "il est difficile d'étudier le bruit que faisaient les dinosaures. […] Les vertébrés utilisent d'habitude leurs tissus mous pour produire des sons, or ces tissus mous sont rarement préservés dans les fossiles."

Toujours est-il que cette découverte change la donne pour les prochains films qui mettront en scène des dinosaures en images de synthèse. Et si vous pensez que ces roucoulements décrédibilisent l'image que l'on se faisait des terribles tyrannosaures, nous vous conseillons de regarder ces vidéos où l'on entend une autruche, un casoar à casque d'Australie et un mâle Kakapos de Nouvelle-Zélande pousser quelques vocalises (ici, ici et ). Maintenant, imaginez l'animal en bien plus gros, et le son en bien plus grave.

Les dinosaures, s'ils roucoulaient au lieu d'hurler, ne devaient pas être moins intimidants pour autant. 

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€