Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 17 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Et Nicolas Sarkozy s’enticha de François Baroin... en oubliant le danger Laurent Wauquiez ?

Nicolas Sarkozy s'appuie sur deux hommes depuis son retour en politique, après la défaite à l'élection présidentielle de 2012 : Laurent Wauquiez, à qui il a confié le poste de numéro 2 des Républicains... et François Baroin qu'il envisage comme futur Premier ministre passé 2017.

Surveiller ses arrières

Publié le - Mis à jour le 15 Avril 2016
Et Nicolas Sarkozy s’enticha de François Baroin... en oubliant le danger Laurent Wauquiez ?

Atlantico : Nicolas Sarkozy semble avoir fait de François Baroin son dauphin. Il envisagerait d'en faire son Premier ministre s'il était élu, et de le soutenir sans candidature s'il ne pouvait pas se représenter. Quid de Laurent Wauquiez ? Nicolas Sarkozy peut-il lui tourner le dos ?

Bruno Jeudy : Dans son livre La France pour la vie, Nicolas Sarkozy écrit du bien des deux quadragénaires du parti Les Républicains. Il s'agit de François Baroin et de Laurent Wauquiez. Il parle de ce dernier d'une manière élogieuse, ce qui est assez rare quand il s'agit – pour Nicolas Sarkozy – d'évoquer la jeune génération.

A propos de Laurent Wauquiez, il va même jusqu'à dire qu'il lui rappelle son propre style et son propre parcours, lorsque lui-même émergeait à l'époque du RPR.

N'en reste pas moins que Nicolas Sarkozy a fait le choix de s'appuyer sur ces deux hommes aujourd'hui. A Laurent Wauquiez, il a d'abord confié le poste de vice-président ; puis celui de numéro 2 à la réorganisation du parti. Pour ce qui est de François Baroin, qui ne jouit d'aucune fonction opérationnelle au sein des Républicains, il le consulte régulièrement. En outre, il fut l'un des premiers à apporter son soutien à Nicolas Sarkozy, avant même son retour en 2014. Ce soutien valait pour la présidence de l'UMP et vaudra pour la présidentielle de 2017.

A ce stade, Nicolas Sarkozy n'a donc aucune raison de tourner le dos à Laurent Wauquiez. Dans les faits, il a besoin de lui, non pas pour sa personne mais pour ce qu'il représente. Laurent Wauquiez est quelqu'un d'assez populaire au sein des Républicains, chez qui il incarne une ligne dur validée par un grand nombre de militants actifs. Indéniablement, Nicolas Sarkozy a besoin de s'appuyer sur Laurent Wauquiez, dont il n'a pas manqué de souligner la victoire aux régionales. Les sondages prédisaient un succès étriqué, et pourtant Laurent Wauquiez a remporté assez largement sa victoire.

Parallèlement, Bruno Le Maire ne cesse de progresser dans les sondages au point de menacer Nicolas Sarkozy alors que Laurent Wauquiez ronge son frein. Pourrait-il se désolidariser de Nicolas Sarkozy, rompre l'accord tacite qui le lie à l'ancien président, et se présenter afin d'exister ?

Laurent Wauquiez sait manier le poignard. Il l'a montré à plus d'une reprise depuis le début de sa carrière politique. Pour autant, à ce stade, les raisons de le manier contre l'ancien président sont assez minces. A la condition que Nicolas Sarkozy reste, bien entendu, sur une ligne politique susceptible de convenir au député de Haute-Loire, celui-ci ne devrait pas se désolidariser. Cette ligne, pour convaincre Laurent Wauquiez, se doit donc d'être autre chose que de l'eau tiède : elle doit rester assise sur des valeurs de droite bien affirmée. On sait notamment la déception de Laurent Wauquiez face au choix de Nicolas Sarkozy de ne pas abroger – pour peu qu'il arrive au pouvoir – la loi relative au mariage pour tous. Cela a provoqué une explication entre eux, suite à laquelle Laurent Wauquiez a fait valoir qu'il était contre le changement de position de l'ancien président de la République.

Cela étant, il n'y a pas de raison que Laurent Wauquiez change de ligne dans l'immédiat. Il soutiendra Nicolas Sarkozy si celui-ci est candidat à la présidentielle. Il va de soi qu'il reconsidèrera son choix si Nicolas Sarkozy montrait des signes de défection… ce qui ne semble pas être le cas jusqu'à présent. Il est clair, aujourd'hui, que Laurent Wauquiez campe sur l'aile droite des Républicains et qu'il espère capter l'héritage sarkozyste le moment venu. Cela comprend notamment le noyau dur, très important et très fidèle, à l'ancien président. Très fidèle, aussi, à son style – un style énergique, en rupture avec la droite plus consensuelle, d'inspiration chiraquienne. Laurent Wauquiez, à l'évidence, est prêt à sauter sur l'occasion si Nicolas Sarkozy renonçait finalement à se présenter : ce serait un bon moment pour récupérer cet héritage.

A la fin de l'année 2015, Laurent Wauquiez, fraîchement élu à la tête de la région Auvergne-Rhône-Alpes, a clairement laissé entendre qu'il n'abandonnerait pas son poste chez les Républicains. Il entend bien en devenir le président par intérim quand Nicolas Sarkozy se lancera dans la primaire. Il refuse de laisser la tête du parti à Luc Chatel ou Eric Woerth, également pressentis. Il compte clairement mettre la main sur les Républicains pour préparer la suite de sa carrière ; et faire de ce parti (ou de ce qu'il en restera après la recomposition qui suivrait l'élection présidentielle) un élément de son ascension politique.

Laurent Wauquiez a clairement fait savoir qu'il ne cherchait pas à être Premier ministre en 2017, pour peu que Nicolas Sarkozy soit réélu. Il laisse volontiers la place à François Baroin : les deux hommes font un calcul différent pour accéder à l'Elysée en 2022. L'un mise sur Matignon, l'autre non. Ils ne sont donc pas concurrents dans l'immédiat, malgré des ambitions présidentielles relativement affichées pour les deux.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Jean-Benoist - 10/04/2016 - 10:58 - Signaler un abus si sarko ne se presente pas

    Je vote wauquiez, guaino ou fillon.. Juppé ou Nkm sont hors jeu

  • Par Deudeuche - 10/04/2016 - 13:59 - Signaler un abus @Jean-Benoît

    correct Juppé ou NKM sont pour les sociétaux-socialos en recherche d'Ersatz.

  • Par mymi - 10/04/2016 - 17:27 - Signaler un abus @ deudeuche et j-benoit

    OK, j'adhère

  • Par cloette - 10/04/2016 - 19:45 - Signaler un abus Baron?

    quelle drôle d'idée ! wauquiez qu'on l'aime ou non a beaucoup plus de valeur politique !

  • Par tubixray - 11/04/2016 - 10:43 - Signaler un abus Assez de sociaux démocates !

    Après VGE, Chirac nous avons Juppé, NKM et même Barouin lui même assez proche de cette pseudo droite qui a laissé sombrer la France depuis 1974 ..... Clairement Wauquiez est le porte parole d'une droite pragmatique comme l'a été N. Sarkozy avant son élection ou plus exactement la crise de 2008 qui a torpillé son programme.....

  • Par Liberdom - 11/04/2016 - 13:00 - Signaler un abus Baroin, preneur d'otages

    Baroin est l'inventeur de l'exit taxe, la fameuse prise d'otage fiscale, qui consiste à faire payer la taxe sur la plus-value virtuelle des contrats d'assurance vie de ceux qui ont décidé de quitter la France. Un des nombreux diables qui on bâti l'enfer fiscal français.

  • Par MONEO98 - 11/04/2016 - 16:03 - Signaler un abus Baroin premier ministre pour sarkozy ?

    ça veut donc dire qu'il cherche l'appui des frères à 3 points... ceux qu'on ne voit jamais mais qui animent depuis toujours la Republique A suivre

  • Par padam - 11/04/2016 - 20:07 - Signaler un abus désespérant

    Après avoir été l'otage de la "pensée" bobo parisienne conduite par l'inénarrable BHL durant son quinquennat, avec les brillants résultats que l'on sait (Mexique, Mayotte, Libye...), voici Sarkozy apparemment disposé à remettre ça avec F.Baroin, laïcard franc-maçon viscéralement anticlérical, du moins vis à vis du Christianisme, qui pour toute réponse aux effroyables attentats islamistes de Paris avait fort à propos proposé d'interdire les crèches dans l'espace public. Eh oui, il y a quand même de sacrés petits salauds. Décidément, le pauvre Sarko est irrécupérable...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Bruno Jeudy

Bruno Jeudy est rédacteur en chef Politique et Économie chez Paris Match. Spécialiste de la droite, il est notamment le co-auteur du livre Le Coup monté, avec Carole Barjon.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€