Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 26 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Et maintenant l’Europe veut interdire les ampoules halogènes pour réaliser des économies d’énergie pourtant pas si évidentes

Les ampoules halogènes pourraient être les victimes de la vague de remplacement par des dispositifs moins gourmands en énergie. Ainsi en a décidé l'Union européenne. Une stratégie qui a ses limites.

Eclairage

Publié le
Et maintenant l’Europe veut interdire les ampoules halogènes pour réaliser des économies d’énergie pourtant pas si évidentes

Atlantico : L'Union européenne envisage de bannir la vente des ampoules halogènes, jugées trop gourmandes en énergie. Ces ampoules représentent-elles réellement un gaspillage ?

Rémy Prud'homme : Ce que l'on reproche à ces ampoules, c'est évidemment de consommer plus d'électricité que les nouvelles ampoules par lesquelles on voudrait les remplacer !

Pourtant, même si les ampoules hallogènes consomment plus que les alternatives existantes, elles apportent une lumière plus agréable et plus esthétique, ce qui est important pour le confort de vue. Et, au passage, si les nouvelles ampoules que l'on voudrait utiliser pour se substituer aux halogènes sont si performantes que cela, on peut se demander pourquoi les autorités ont besoin d'imposer des normes pour effectuer ce remplacement. Imposer le changement devrait donc déjà nous interroger...

Cette décision s'insrit dans une tendance de fond de remplacement d'anciens dispositifs dans une logique de préservation de l'environnement. Ce processus est-il eficace ?

A l'époque des ampoules par filaments, on a décidé d'effectuer un grand remplacement par des ampules à longue durée sensées consommer quatre fois moins et durer quatre fois plus longtemps. Cela a coûté des sommes considérables pour effectuer cette transition. Et une fois qu'elle a été faite et devait s'inscrire dans la durée, on a commencé le remplacement par des LED. On peut donc se demander si, quand le coûteux remplacement de toutes les ampoules y  compris les halogènes sera fait, une nouvelle norme ne va pas venir les remplacer...

De plus, les ampoules qui consomment mois chauffent mois. En effet, 95% de l'énergie consommée par les anciennes ampoules à filaments partait en fait en chaleur. Or, c'est justement l'hiver que l'on consomme le plus de lumière, en même temps que l'on cherche le plus à consommer de la chaleur. Par conséqurent, la chaleur qui ne sera plus émise par les nouvelles ampoules sera nécessairement recherchée ailleurs, par une augmentation de la consommation de chauffage. Cela va contribuer sans doute à une augmentation de la consommation de gaz naturel, voire de bois, qui sont des combustibles qui rejettent du CO2.

Les LED qui vont sans doute rempalcer les lampes hallogènes coûtent jusqu'à 15 fois plus cher. Le consommateur n'est-il pas piégé ?

Effectivement, on peut se poser la question de l'impact sur le consommateur car le surcoût de l'ampoule est réel. On a déjà l'expérience des ampoules longue durée qui ont remplacé celles à filament. Et les études que j'ai pu mener ont clairement montré que la baisse de la consommation ne compensait pas le surcoût lié à l'équipement. Ce n'est donc pas une bonne affaire pour le consommateur. Et il ne faut pas oublier qu'il peut y avoir beaucoup d'ampoules dans une maison alors que finalement, le temps moyen où elles restent allumées dans une journée n'est pas si important que cela... Ce grand remplacement a surtout été bon pour les fabricants qui ont pu profiter de l'aubaine d'un marché captif.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par lexxis - 03/03/2015 - 08:36 - Signaler un abus LA SECTE

    La plupart des débats sur les économies d'énergie sont sciemment biaisés par les écologistes. Ils surestiment les avantages et taisent systématiquement les inconvénients. C'est ainsi que le plus souvent un simple calcul de retour sur investissement suffit à réduire à néant des démarches qui sont plus sectaires que rationnelles et qui procèdent d'une doxa, basée sur la peur et la culpabilisation. Ainsi proposer, voire imposer, à des personnes âgées des travaux dont le retour se fera au mieux sur 15 à 20 ans n'est pas sérieux, alors surtout que, comme on le voit pour les ampoules éléctriques, une norme chasse l'autre au seul profit des industriels. Il est curieux de constater comme l'écologie implique chez beaucoup de ses partisans une sorte de lobotomisation du raisonnement économique, incapable de dresser une balance coûts/avantages sérieuse et progressant uniquement par articles de foi, sans véritable souci pour la réalité préexistante. Mais les écolos feraient bien de se méfier, il y a de plus en plus de gens qui se soucient des intérêts des consommateurs et qui commencent à percer au jour des démarches dont Ecomouv n'est malheureusement pas le seul exemple.

  • Par Olivier K. - 03/03/2015 - 09:04 - Signaler un abus ampoules basses consommation = horreur écologique

    Il n'y a rien de positif dans les ampoules basses consommation: => gain énergétique nul comme expliqué dans l'article => gain économique négatif comme expliqué dans l'article (durée de vie très courte en pratique prix excessif) => gain écologique négatif, ces lampes contiennent systématiquement des matériaux ultra toxiques, ou très rares qui réclame pour leur extraction un impact environnemental colossal (voir extraction terre rares,...) CONCLUSION Comme beaucoup de directives européenne, cette nouvelle directive est dû à un fort travail de lobbying des acteurs privés s'enrichissant sur le dos des consommateurs en obligeant l'achat de ces aberrations. Je suis prêt à parier qu'il y a eu des pots de vins colossaux. L’Europe est absolument pas un démocratie, moi je me barre de cette ploutocratie dans 2 mois, ciao!

  • Par assougoudrel - 03/03/2015 - 13:59 - Signaler un abus Economie d'énergie?! Permettez-moi d'en rire.

    Je viens de recevoir un courrier d'ERDF m'informant qu'à partir du 1er septembre, les heures creuses seront de 21h30 à 5h30. Je l'es avais de 14h15 à 17h15 et de 02h00 à 07h00. Vers 03h00 du matin, je ne dors pas et je profite pour déclencher mon chauffage électrique dans la zone vie, me faisant économiser énormément d'électricité, car, à 07h00 les pièces sont chaude (au lieu de 06h00 à 07h00. Lors des relevés, j'ai énormément d'heures creuses et c'est un manque à gagner pour EDF. Les ménages profitent pour repasser l'après midi, mettre en marche le la-vaisselle, le sèche-linge, faire des gâteaux. Ce n'est pas à 21h30 qu'on pourra faire tout ça. C'est prendre les gens pour des cons. Si je suis encore là en septembre, je laisserai mon chauffage toute la nuit sur les heures creuses et la journée, les pièces étant chaudes, j'aurais encore plus d'heures creuses; mais que dira EDF?

  • Par assougoudrel - 03/03/2015 - 14:01 - Signaler un abus Pardon

    pour les fautes d'orthographe.

  • Par jurgio - 03/03/2015 - 19:19 - Signaler un abus Les lampes à starter, une belle daube !

    Passons le délai de démarrage et le prix ! Il m'en faut deux pour remplacer une halogène pour la même clarté. Les plus fortes, de 18 à 22 watts, durent peu, et même ne résistent même pas à quelques mois ! Quelle dépense inutile !

  • Par Pourquoi-pas31 - 03/03/2015 - 19:59 - Signaler un abus Evidement

    Toutes ces lampes sont fabriquées en Chine.

  • Par Anouman - 03/03/2015 - 23:32 - Signaler un abus Lampes vertueuses

    Toutes ces lampes vertueuses et respectueuses de l'environnement sont surtout une aubaine pour les fabricants qui les vendent plus cher. La transition énergétique n'est juste qu'un marché juteux pour certains et coûteux pour le consommateur. Mais tant que l'électeur cautionne ceux qui font passer ces lois, il n'y a rien à faire que de râler dans son coin.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Rémy Prud'homme

Rémy Prud'homme est professeur émérite à l'Université de Paris XII, il a fait ses études à HEC, à la Faculté de Droit et des Sciences Economiques de l'Université de Paris, à l'Université Harvard, ainsi qu'à l'Institut d'Etudes Politique de Paris. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€