Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 23 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Et si nous étions tous coupables de l'omniprésence de l'argent sale ?

De quoi l'argent sale est-il le nom ? Pourquoi est-il devenu un enjeu si important ? Quels sont les moyens mis en oeuvre pour lutter ? Dénoncée depuis des décennies, comment expliquer que cette question ne soit toujours pas réglée ? Didactique et vivant, cet essai s'appuie sur des exemples historiques et actuels pour éclairer ce sujet tabou pourtant omniprésent et de plus en plus pesant dans nos sociétés européennes. Extrait de "L'argent sale : à qui profite le crime ?" de Carole Gomez et Sylvie Matelly, publié aux éditions Eyrolles. (2/2)

Bonnes feuilles

Publié le
Et si nous étions tous coupables de l'omniprésence de l'argent sale ?

Sommes-nous coupables de l’argent sale ? La question, aussi provocante soit-elle, mérite pourtant d’être posée. Comment expliquer la reproduction de mêmes schémas au fil des années? Comment expliquer qu’en dépit des nombreux scandales qui émaillent notre quotidien, trop peu de changements interviennent? Comment expliquer la répétition d’actions, que l’on sait pourtant dangereuses pour la démocratie ? Est-ce un manque de clairvoyance ? Est-ce un manque d’information, laissant ainsi les citoyens perdus face à des enjeux qui les dépassent?

Ou au contraire, doit-on faire face à un trop-plein d’informations qui provoque chez nous dégoût et lassitude ? Si la frontière sémantique peut être tenue, ne devrions-nous pas préférer le terme «responsables» plutôt que « coupables»?

En matière de corruption, l’avis d’Antoine Peillon est tranché. Dans son ouvrage Corruption – Nous sommes tous responsables, publié en 2014, il considérait que le développement de « cette gangrène se nourrit de la banalité des conflits d’intérêts et des petits arrangements de chacun avec la morale civique ». Égrainant pendant deux cent cinquante pages la succession de scandales de corruption touchant les secteurs de la défense, de l’économie, de la politique locale comme internationale, il met en évidence les liens entre ces affaires et la « crise de régime ». Eva Joly déclarait ainsi en avril 2013 : «Nous sommes au bord de la crise de régime. Le gouvernement doit saisir l’ampleur de la situation et agir en conséquence […] Quant à la droite, qu’elle ne se croie pas en meilleur état : elle-même a fort à faire avec l’affaire Bettencourt, qui est autrement plus grave que l’affaire Cahuzac. »

Dans le domaine de la lutte contre la criminalité organisée, il peut paraître absurde d’associer Monsieur et Madame tout le monde au trafic d’êtres humains, d’armes ou autres joyeusetés. Pourtant, en y regardant de plus près, force est de constater que ces économies parallèles sont désormais inextricablement liées aux économies légales. Prenons le cas de la contrefaçon par exemple. Une étude révélait que 18 % de la population espagnole achetait sciemment des produits contrefaits. Par praticité. Par habitude. Par recherche de prix moindres. Pour des centaines d’autres raisons. Pourtant, en payant ce sac, ces lunettes, ce télé- phone, l’acheteur ne semble pas prendre conscience que son argent permettra d’alimenter groupe criminel, organisation criminelle transnationale, voire même groupe terroriste. Rappelons qu’en France, le gouvernement estime que les revenus engendrés par l’activité de contrefaçon atteignent 6  milliards d’euros par an. À l’échelle internationale, elle est comprise entre 250 et 500 milliards de dollars par an, soit 2,5 % des importations mondiales, selon l’ONUDC.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anouman - 22/02/2018 - 20:33 - Signaler un abus Argent sale

    Tout le monde n'est pas responsable. L'état l'est en grande partie qui est incapable d'éradiquer les trafics et qui est le premier promoteur des paradis fiscaux en maintenant avec une belle constance un état d'enfer fiscal. Quant à la corruption c'est une seconde nature du pouvoir.

  • Par WhiteWalker - 23/02/2018 - 09:37 - Signaler un abus Il y a de vrais responsables

    Trop facile de culpabiliser tout les monde. Quand tout le monde est responsable, personne ne l'est.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Carole Gomez

Carole Gomez est chercheur à l'IRIS, chargée des questions liées à l'impact du sport sur les relations internationales. Elle s'intéresse principalement aux concepts de diplomatie sportive et d'intégrité dans le sport. Elle participe également aux études portant sur les politiques de défense.

Voir la bio en entier

Sylvie Matelly

Sylvie Matelly est Docteur en sciences économiques et directrice-adjointe de recherche à l'IRIS, spécialiste des questions d'économie internationale et d'économie de la Défense. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€