Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 24 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

En une semaine l'Allemagne montre qu'elle préfère encore l'ordre à la démocratie

Lettre de Londres mise en forme par Edouard Husson. Nous recevons régulièrement des textes rédigés par un certain Benjamin Disraeli, homonyme du grand homme politique britannique du XIXè siècle.

Disraeli Scanner

Publié le
En une semaine l'Allemagne montre qu'elle préfère encore l'ordre à la démocratie

Londres, 

26 novembre 2017

 

Mon cher ami, 

Il aura donc fallu moins d’une semaine à l’establishment allemand pour reprendre la main.  Dimanche dernier, Angela Merkel pouvait être renversée par son propre parti et un gouvernement minoritaire se mettre en place, qui aurait préparé de nouvelles élections dans de bonnes conditions. Mais les responsables chrétiens-démocrates continuent à traiter la prison merkelienne confortable; et les chrétiens-sociaux bavarois ne saisissent même pas l’occasion quand Christian Lindner, chef du parti libéral, leur tend la main pour refonder un grand parti conservateur.  Le président de la république, Franz-Walter Steinmeier pousse son parti d’origine, le SPD vers une « grande coalition »; ce contre quoi Martin Schulz, candidat malheureux aux dernières élections, s’était d’abord élevé, voici deux mois.

Justement: deux mois: l’Allemagne est la première puissance de l’Union Européenne et les milieux dirigeants allemands ne peuvent l’imaginer sans gouvernement plus longtemps. Au moment où l’Espagne est déchirée sur la situation catalane, l’Italie apparaît instable politiquement, l’Europe centrale est traversée par un fort courant néo-conservateur et la Grande-Bretagne pourrait profiter de la crise berlinoise pour prendre la main dans les négociations sur le Brexit, il est temps de se rappeler la formule de Goethe: « Je préfère une injustice à un désordre », que l’on pourrait actualiser en paraphrasant: « Je préfère l’absence de démocratie à l’installation du désordre en Europe ». 

Voici que les sociaux-démocrates allemands vont rester fidèles à la réputation que leur faisait Lénine, quand il disait avec sarcasme que, pour aller manifester un jour de grève, les socialistes allemands tenaient à s’acquitter du prix de leur ticket de train. 

Mon cher ami, je vois deux scénarios possibles s’ouvrir. Le premier est celui qui devrait être. L’échec des négociations. Mais cela voudrait dire que chaque parti reste lui-même. Les sociaux-démocrates ont déjà annoncé qu’ils refusaient l’idée d’un plafond annuel à l’immigration. Cela devrait être un sujet de désaccord fondamental avec les chrétiens-sociaux bavarois et donc rendre un accord impossible. Dans ce cas, au moment des fêtes, « Mutti » devrait rendre son tablier. Mais ne vous réjouissez pas trop vite, même si je connais votre cordiale et saine détestation de la Chancelière - vous aimez bien l’appeler ainsi car une chancelière, en Charente, est une pantoufle où l’on peut mettre les deux pieds, en s’asseyant devant la cheminée, beau symbole de ces « grandes coalitions » qu’Angela affectionne. Justement, restons-en à votre image: le goût du confort et la volonté d’assourdir le réel ne vont-ils pas l’emporter sur toute autre considération? Le second scénario n’est-il pas le plus probable? Le SPD n’est plus à un reniement prêt. Martin Schulz est aussi méchant qu’il est bête: il saura intimider les plus honnêtes de ses camarades et justifier un compromis sur la question migratoire. Et Horst Seehofer, le leader de la CSU, semble s’enfoncer dans une spirale suicidaire; alors que la rupture des négociations pour une coalition « jamaïcaine »  l’avaient sauvé d’un compromis désastreux avec les Verts sur le sujet, voici qu’il s’apprête à entrer dans de nouvelles négociations, avec un autre parti de gauche à l’opposé de ses vues. Et je ne sais même pas s’il y perdra la présidence de la CSU tant il est vrai que, dans l’histoire, les Bavarois ont été aussi vélléitaires que les sociaux-démocrates quand ils avaient l’occasion de défendre des solutions politiques acceptables. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par kelenborn - 27/11/2017 - 10:39 - Signaler un abus Oh

    J'en reprendrai bien une part! Une si fine connaissance jointe à un humour que tout le monde doit lui envier. Voila quelqu'un qui sait que même si les marchés s'accommodent de la situation allemande autant que le rat peut se moquer des puces,l'Allemagne c'est l'Allemagne où Herr Melenchon moucherait son nez avant de dire bonjour à la dame, qui doit savoir que les Pays Bas ne sont pas un Etat fédéral, bref, quelqu'un de compétent!!! Tiens , je suis persuadé qu'à la Bourse, une action de Disraeli s'échange contre 50 de Sylvestre et ..ne parlons pas de l'action Jacquet!!!! Vive le krach !mais...pas certain que ce soit demain la veille!

  • Par edac44 - 27/11/2017 - 16:06 - Signaler un abus Prosit !...

    parce que, finalement, les pantoufles et le cognac au coin du feu, c'est pas mal non plus !...

  • Par Liberte5 - 27/11/2017 - 18:23 - Signaler un abus Bonne vision de ce qui peut se passer!!!

    Reculer pour mieux sauter? A. Merkel quoiqu'elle fasse va y laisser des plumes. L'Allemagne ne sera plus exactement pareille et l'Europe va patiner , puis se gripper un peu plus. Quant à E Macron , difficile pour lui de mener sa barque Européenne comme il l'entend. Mais pendant ce temps là, D. Trump, toujours dans la difficulté, continue à faire avancer comme il peut sa politique contre Démocrates et certains Républicains réunis.

  • Par vangog - 28/11/2017 - 13:36 - Signaler un abus Oui, les USA avancent, tandis que l’UE recule...

    Résultat...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Disraeli Scanner

Benjamin Disraeli (1804-1881), fondateur du parti conservateur britannique moderne, a été Premier Ministre de Sa Majesté en 1868 puis entre 1874 et 1880.  Aussi avons-nous été quelque peu surpris de recevoir, depuis quelques semaines, des "lettres de Londres" signées par un homonyme du grand homme d'Etat.  L'intérêt des informations et des analyses a néanmoins convaincus  l'historien Edouard Husson de publier les textes reçus au moment où se dessine, en France et dans le monde, un nouveau clivage politique, entre "conservateurs" et "libéraux". Peut être suivi aussi sur @Disraeli1874

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€