Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 23 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Emmanuel Macron entre autorité et autoritarisme : pas si facile d'être Jupiter...

Bien que le chef de l'Etat Emmanuel Macron a veillé à restaurer l'image du président de la République dès le début de son mandat avec des déclarations ou des actes qui peuvent sembler jupitériens, les écarts de conduite de François Bayrou montrent que l'autorité n'est pas encore complètement établie.

Bayrou la provoc'

Publié le
Emmanuel Macron entre autorité et autoritarisme : pas si facile d'être Jupiter...

Atlantico : Volonté d'évaluer les hauts fonctionnaires des administrations centrales d'ici à la fin de l'année, des candidats En Marche étrangement silencieux pendant la campagne électorale, entraînant une suspicion de consignes de silence, fonctionnement très vertical du pouvoir, en quoi les actions, l'organisation d’Emmanuel Macron peut-elle s’assimiler à des actes "d'autoritarisme", et comment comprendre, dès lors, la liberté de parole de François Bayrou, ou celle d'Edouard Philippe ? Symboliquement, en quoi les actes apparaissant comme "autoritaires" se démarquent ils de l'autorité elle même ?

Jacques Charles-Gaffiot : S’assurer de la fidélité des hauts fonctionnaires envers le chef de l’Etat ne semble pas en soi une exigence extravagante. Aux Etats-Unis, le renouvellement de l’administration fédérale après l’élection du président est un procédé inscrit dans les mœurs politiques. En France, on a pu malheureusement souvent le constater, de hauts responsables n’ont pas hésité à faire prévaloir des vues partisanes et parfois même un intérêt personnel au détriment de l’intérêt public, en s’affranchissant allégrement de toute discipline. Le « deux poids deux mesures » a ainsi fait son chemin dans la pratique politique pour apparaître désormais insupportable aux yeux du citoyen lambda.

Un double écueil est cependant à redouter lorsqu’on se propose de « laver plus blanc que blanc » comme disait Coluche. Le premier des risques, en effet, est de favoriser la propagation de la crainte du soupçon et de voir rapidement dénoncé l’excès d’autoritarisme ; le second est de ne pas être entendu par les intéressés eux-mêmes et encourager parmi les plus velléitaires et ambitieux d’entre eux roueries et félonies les plus secrètes.

Le remède peut ainsi devenir pire que le mal à extirper.

En fait, ces difficultés s’évanouissent d’elles-mêmes lorsque l’autorité reconnue au chef de l’Etat est suffisante pour favoriser naturellement l’autodiscipline. Un avertissement solennel lancé à la cantonade n’est sans doute le procédé le plus expédient. Dans ce domaine, les vieilles méthodes sont sans doute plus efficaces : il est préférable, lorsque la ligne rouge est franchie, de faire un exemple… tout le monde restera alors plus facilement dans le rang. Qu’on se souvienne du malheureux Fouquet !

Toutefois, Emmanuel Macron est-il revêtu de l’autorité suffisante ? Il faut tout d’abord rendre au Président de la République cette justice : Dès les premières heures de son quinquennat, il a su entreprendre, non sans un certain succès, une restauration de l’image du chef de l’Etat. Mais pour autant qu’en est-il de son autorité ?

En tout cas, François Bayrou s’en affranchit et, sans un véritable souci de la vérité et de la transparence dont il se réclame, semble prêt à la surenchère. Dans ce contexte singulier, l’autorité d’Emmanuel Macron est loin d’atteindre son zénit et semble alors bien fragile !

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Michèle Plahiers - 16/06/2017 - 09:55 - Signaler un abus Pyramide

    dans des sables mouvants....

  • Par Beredan - 16/06/2017 - 11:28 - Signaler un abus Si le petit marquis avait de l'étoffe ....

    .... ce qui manifestement n'est pas le cas , il profiterait de sa majorité écrasante à l'Assemblée pour faire passer les points essentiels de son programme , puis exercerait sa prérogative de dissolution pour reconfigurer une majorité plus conforme à l'état du Pays et débarrassée du Modem ingérable et des farfelus ...

  • Par Patrick LOUVET - 16/06/2017 - 20:18 - Signaler un abus Beredan

    Dans le genre conneries, je ne penses pas qu'il puisse y avoir mieux excepté Mme KOLBOC

  • Par Vincennes - 17/06/2017 - 23:26 - Signaler un abus L'entourage de JUPITER devrait lui rappeler que B.Schaw disait :

    " le silence est l'expression la plus parfaite du mépris" !!!!! et comme méprisant, il se pose là, le petit

  • Par Vincennes - 17/06/2017 - 23:42 - Signaler un abus Il est vrai qu'en écoutant les prestations cataclysmiques du peu

    de candidats « EM » qui avaient accepté de débattre...... on comprend l'ordre donné par JUPITER de refuser tout débat car il ne fallait surtout pas que les citoyens se rendent compte de l'abaissement global du niveau des parlementaires que le « renouvellement EM » va produire!!!!!. Bravo, également, à Delevoye pour son sabordage de pro.......comme celui du C..E.S.E (ils ont même planqué son rapport à 30.000€ tellement c'était nul)..........on est TOUS rassuré du choix des "collaborateurs" choisi par JUPITER !!!! avec la crainte que le "carrosse" ne se transforme ne CITROUILLE

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jacques Charles-Gaffiot

Jacques Charles-Gaffiot est l'auteur de Trônes en majesté, l’Autorité et son symbole (Édition du Cerf), et commissaire de l'exposition Trésors du Saint-Sépulcre. Présents des cours royales européennes qui fut présentée au château de Versailles jusqu’au 14 juillet 2013.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€