Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 26 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Éjaculation précoce : pourquoi les hommes s'y résignent-ils alors que des solutions existent ?

Une étude récente affirme que l'éjaculation précoce est un trouble sexuel bien plus répandu qu'on ne le pensait, avec des conséquences psychologiques non négligeables. Pourtant, des solutions existent pour pallier à ce problème.

Au quart de tour

Publié le - Mis à jour le 15 Février 2016
Éjaculation précoce : pourquoi les hommes s'y résignent-ils alors que des solutions existent ?

Il va sans dire que les périodes de grand stress favorisent l’éjaculation prématurée. Crédit Torange

Atlantico : L'éjaculation précoce est un trouble sexuel plus fréquent qu'on ne le pensait, qui rend un homme touché sur deux inquiets sur l'avenir de sa vie sexuelle, selon l'étude EMOI réalisée par les laboratoires MENARINI et rendue publique mercredi 3 février. Comment définiriez-vous ce symptôme ?

Michelle Boiron : L’éjaculation précoce, appelée aussi éjaculation prématurée, vient bien insister sur le fait que l’éjaculation devrait intervenir en fonction des critères du partenaire. Prématurée par rapport au temps de l’autre pour atteindre la jouissance. Or l’homme est programmé biologiquement pour atteindre la jouissance en moins d’une minute, ce qui à l’époque où la sexualité avait surtout un but de reproduction, était une durée qui suffisait pour se reproduire. Aujourd’hui ce qui est devenu primordial, c’est la jouissance des deux partenaires. Lorsque l’on sait qu’il faut en moyenne 20 minutes à la femme et moins d’une minute à l’homme pour avoir un orgasme on peut comprendre aisément le chemin à parcourir pour s’accorder.

Que l’on parle d’éjaculation précoce, terme péjoratif, ou d’éjaculation prématurée, on parle d’une difficulté de l’homme à gérer son excitation sexuelle en fonction d’une norme. La société, avec pléthore d’informations sur le sexe politiquement correct, crée chez l’homme l’idée d’une norme à atteindre, d’une durée en-dessous de laquelle ils vont être stigmatisés. L’angoisse de performance professionnelle s’est propagée à l’intimité. Ce dévoilement de cette intimité et surtout sa codification ont fait apparaitre la fragilité de l’homme. Là où l’important était sa jouissance confondue avec l’éjaculation, aujourd’hui le "faire jouir" devient un must sous le regard de la société. Alors oui, ce symptôme de l’éjaculation est répandu chez l’homme et crée une plainte sexuelle dans le couple. Là où tout va vite, il est question d’aller plus doucement !

Peut-il survenir à tout moment de la vie ou est-ce un problème qui est de naissance ?

Il faut tout d’abord préciser que personne ne peut avoir de contrôle sur l’éjaculation. Le contrôle doit se faire sur l’excitation. L’éjaculation est un réflexe et comme son nom l’indique ne peut plus être contrôlé au moment où il se déclenche. C’est pourquoi il faut agir en amont.

Il existe effectivement des hommes qui dès les premières relations sexuelles ressentent une difficulté à retarder l’éjaculation. Passées les premières fois, qui restent toujours d’un point de vue émotionnel très fort, certains vont garder cette difficulté à différer tout au long de leur vie sexuelle. Le cercle vicieux et l’anxiété vont devenir difficilement gérable et s’aggraver. Pour d’autres, après des périodes sans histoires et une sexualité satisfaisante, va se produire un événement déclencheur qui va générer un trouble de l‘éjaculation qui n’était jamais apparu avant.

Il y a évidemment autant de situations selon chaque homme pour que la relation sexuelle soit modifiée un beau matin ! Depuis un  changement de partenaire, on a souvent des hommes qui découvrent tard que l’éjaculation précoce s’est arrêtée en changeant de femme, ce qui vient valider la thèse selon laquelle dans le couple, c’est 50% chacun de responsabilité, quel que soit le symptôme présenté. Jusqu’à des traumatismes de séparations, de problèmes professionnels, d’infections urinaires ou autres pathologies qui peuvent favoriser une éjaculation précoce provisoire. Le comportement peut perdurer alors même que la pathologie infectieuse est guérie. L’anxiété vécue pendant l’infection peut créer le réflexe éjaculatoire.

Il va sans dire que les périodes de grand stress favorisent l’éjaculation prématurée.

Toujours selon cette étude, deux tiers des éjaculateurs précoces n'osent pas consulter pour ce problème. Pourquoi les hommes s'y résignent-ils alors que des solutions existent ?

Il est vrai que les hommes hésitent à consulter pour ce problème, précisément parce que la société en a fait une "maladie" par la médicalisation actuelle de la sexologie. Être malade du sexe n’est pas politiquement correct, sauf si c’est dans le trop d’érection comme la pathologie inverse qui est l’anorgasmie pour l’homme. La fascination sur la durée du pénis en érection, très largement relayée par la pornographie, accroît les fantasmes de puissance de l’homme qui pénètre et ne faillit pas. Nous vivons dans une société où la performance est le seul critère. Il n’est pas question de nier le problème mais de trouver un biais pour que les hommes consultent.

Le plus souvent, c’est la partenaire qui va à la suite de plaintes répétées le conduire à consulter un sexologue. Quand ils arrivent ensemble dans le cabinet, on voit très bien que la femme l’a traîné là et que lui se serait bien passé de cette mise en scène. Le fait que la femme exige revendiquer son plaisir aujourd’hui le place d’emblée comme impuissant à le lui donner. Précisément parce qu’elle refuse d’être l’objet de sa jouissance, et qu’en parallèle lui ne se sent pas à la hauteur de cette injonction à tenir et donc à la faire jouir.

Ce changement dans la relation amoureuse incite l’homme comme la femme, obnubilés par leur jouissance respective, à attribuer la responsabilité à l’autre, ce qui conduit la relation dans une impasse. Alors faisons en sorte que l’homme consulte pour ce trouble afin de redonner du sens à la relation sexuelle, en enlevant l’utopie de la maîtrise et en privilégiant le sens donné à ce symbole de la vie qu’est le sperme.

Quelles solutions peut-on apporter à ce problème ? Que peut faire un partenaire sexuel confronté à cette situation ?

Il est important de consulter un sexologue car de nombreuses solutions existent.

Tout d’abord, il est important de préciser que l’on peut conjuguer une méthode comportementale et médicamenteuse en même temps. Nous sommes dans de l’humain, et ce qui convient à l’un ne convient pas forcément à l’autre.

Depuis les études de master et Johnson avec le Stop and go et le Squeeze qui peuvent toujours être pratiqués avec succès sur certains hommes, on note une évolution significative des molécules pour traiter l’éjaculation précoce.

Les IPDE5 utilisés pour les problèmes d’érection peuvent être aussi efficaces sur la durée de l’érection.

Les antidépresseurs provoquent le retard de l’éjaculation.

Et enfin, les IRS qui sont des inhibiteurs de la sérotonine provoquent le retard de l’éjaculation dont le dernier-né, le Dapoxetine. Il est pris à la demande deux heures avant l’acte sexuel quand il est programmé. On note une nette amélioration de la confiance en soi, une baisse de l’anxiété et une souffrance atténuée.

En parallèle de tous ces traitements, si la personne est en couple, une thérapie de couple s’impose. Si la personne est seule, il faut lui donner des informations pour qu’il puisse être motivé pour consulter un sexologue.

L’évitement de l’acte sexuel risque à terme d'être un moyen de ne pas être confronté au risque d’être jugé, d’être dévalorisé avec la spirale d’échecs qui ne manque pas d’advenir. Cela peut s’apparenter à une véritable phobie.

Dans tous les cas, une thérapie de soutien doit accompagner le patient pour qu’il puisse couper avec des mécanismes qui perdurent depuis des années. Une remise en cause des comportements est nécessaire tant du point de vue deutrouble de l’apprentissage sexuel, du manque de communication, du manque d’habileté sexuelle. Mais aussi des fantasmes irréalisables, de fausses croyances, des repères pornographiques faux…. Alors, la timidité face à la femme peut être ? On a aussi dit que les hommes punissaient la femme…

Il y a une solution et il faut la trouver pour chacun. Il n’y a pas de norme sexuelle. Il faut que chaque couple invente sa sexualité pour ne pas générer de la frustration, de la culpabilité. La relation sexuelle doit être là pour apaiser les corps et non les stresser. Chacun doit s’emmener vers le thérapeute qui lui conviendra.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par 2bout - 09/02/2016 - 13:19 - Signaler un abus Le Stop and Go

    J'avais bien compris son utilité dans les embouteillages, mais vraiment pas soupçonné son intérêt dans une pratique sexuelle épanouie. Pourquoi pas, si les gens derrière ne sont pas trop pressés.

  • Par brennec - 09/02/2016 - 16:07 - Signaler un abus Pratique sexuelle du taoisme.

    La lecture et l'application du Tao peut être une solution intéressante. Cf La jouissance taoïste, un art de la longévité: « C'est par habitude que nous qualifions l'éjaculation de point suprême du plaisir masculin, habitude néfaste, dans laquelle les puritanismes ont enraciné le sentiment tragique qui encombre la sexualité occidentale. À la "petite mort", le taoïsme oppose la grande vie cosmique que la maîtrise de l'éjaculation permet à chacun d'approcher."

  • Par Deudeuche - 09/02/2016 - 16:35 - Signaler un abus @brennec

    c'est parce que nous ne sommes plus puritains depuis plus d'un demi siècle que nous sommes si épanouis, confère l'article et le bonheur intense des français actuellement. Il faut arrêter de lire la presse de l'ordre moral post-moderne spécialiste de l'éjaculation verbale précoce sur tout sujet de société..

  • Par tubixray - 10/02/2016 - 11:30 - Signaler un abus Deux tabous

    Lu il y a bien des années dans une revue ou un livre : Les deux tabous les plus répandus en sexualité sont : 1 - avoir un rapport sexuel sans pénétration, 2 - avoir un rapport pendant les règles ..... à méditer !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michelle Boiron

Michelle Boiron est psychologue Clinicienne, thérapeute de couples et  sexologue diplomée du DU Sexologie de l’hôpital Necker à Paris. Membre de L’AIUS association inter universitaire de sexologie. Auteur de différents articles notamment sur le Vaginisme, Gourmandise et  Sexualité, le XXIème Sexe, l’Addiction Sexuelle, la Fragilité Masculine. Rédactrice invitée  du magazine : Sexualités Humaines. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€