Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 24 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

De l'Egypte à la Tunisie en passant par la Syrie, les révolutionnaires arabes entrent en guerre contre les islamistes

Les pays arabes, secoués par une troisième phase révolutionnaire, sont plus que jamais coupés en deux camps irrémédiablement opposés et prêts à en découdre. Les risques de guerres civiles s'amplifient.

Troisième round

Publié le

La première phase des révolutions arabes a commencé avec les appels des jeunes révolutionnaires laïcs - libéraux ou progressistes - à faire tomber les dictateurs, via les réseaux sociaux et les manifestations de masse. La seconde phase a été caractérisée par la victoire des islamistes plus ou moins convertis à la démocratie, du moins là où les élections libres ont eu lieu, puis par la confiscation de la révolution par les Frères musulmans, décidés à se tailler des constitutions et des lois sur mesure pour rester indéfiniment au pouvoir.

Depuis, leur cynisme consistant à ne voir dans la démocratie qu’un moyen au service de l’islamisation politique est apparu au grand jour. Leurs dérives autoritaires et leur mépris pour les minorités et leurs opposants n’ont déjà plus rien à envier aux anciens dictateurs qu’ils combattaient il y a peu. La troisième phase de la révolution arabe a donc commencé en Tunisie et en Egypte, lors des manifestations de millions de jeunes blogueurs, membres de partis progressistes, libéraux, nationalistes laïcs ou de gauche, sans oublier les syndicalistes et les associations de femmes, etc. décidés à en finir avec la tyrannie islamiste et sa corruption. Cette phase a déjà fait des centaines de morts en Egypte, où l’armée a utilisé la méthode forte pour mettre fin au joug des Frères musulmans, dont les partisans sont eux aussi en partie prêts à en découdre. Ils sont aujourd’hui certes victimes d’un coup d’Etat qui bafoue leur victoire électorale indéniable, mais leur tort est de n’avoir pas compris qu’en démocratie, les minorités politiques doivent également être considérées et que l’on ne peut combattre les dictateurs laïcs si l’on utilise les mêmes méthodes tyranniques et répressives au nom de l’islam. Quant à la Tunisie, les islamistes les plus radicaux, qui se savent menacés politiquement par les forces laïques mais qui sont couverts par le parti islamiste Ennahda au pouvoir, ont éliminé physiquement le troisième leader anti-islamiste du pays (et non pas le deuxième comme le dit la presse depuis deux jours) , Mohamed Brahmi, tué de 14 balles en pleine tête par un salafiste franco-tunisien, ceci après l’assassinat de Chokri Belaïd, lui aussi de gauche et laïc, et Lofti Naguedh, proche du mouvement nationaliste laïc néo-bourguibiste Nidda Tounès.

Du califat islamique au califat-sultanat ottoman

La coïncidence des manifestations en Tunisie et en Égypte n’est pas un hasard. Et on peut même faire le lien, ceteris paribus, avec ce qui s’est passé en Turquie (certes, pays non arabe), dont le parti islamiste au pouvoir, l’AKP, a beaucoup inspiré les Frères musulmans égyptiens, marocains et tunisiens. Comme en Tunisie ou en Egypte, en Turquie, les manifestants laïques de tous bords, gauchistes, partis d’extrême-droite, nationalistes kémalistes, étudiants, écolos, Kurdes, Arméniens, etc. que seul le rejet du fascisme islamique unissait, se sentent de plus en plus menacés dans leurs libertés par les pseudo démocrates islamistes. Ils ont appelé à la chute du Premier ministre Erdogan, qui a dû renoncer à ses mégalomaniaques projets architecturaux et néo-ottomans. Certes, comme ailleurs, les forces “laïques” ou plutôt anti-islamistes (car la laïcité à la française n’existe dans aucun pays arabes) demeurent pour l’heure électoralement minoritaires. Mais elles s’organisent et risquent de peser plus dans le futur. Elles assument de plus en plus leur rôle de contre-pouvoir.  En Egypte, la situation est différente du point de vue institutionnel, puisque l’armée a repris les choses en main, ce qui n’est pas (ou plus) le cas en Turquie (pour l’heure) ou en Tunisie (quoi que...). Au Caire, aucun accord ne semble plus possible entre civils et militaires anti-Morsi d’un coté puis islamistes pro-Morsi de l’autre. Dans ces trois pays emblématiques de la guerre civile larvée qui oppose de plus en plus islamistes et anti-islamistes, on retrouve grosso modo, comme dans nombre de pays arabes et musulmans, deux modèles de société qui s’affrontent de manière totale. De ce point de vue, la Syrie n’est que l’illustration la plus caricaturale de ce paradigme. Mais là aussi, ce sont ces deux modèles qui s’affrontent totalement et de plus en plus violemment. Mais au-delà de la dénonciation morale légitime de la dictature bassiste du régime de Bachar Al-Assad, il est indéniable que les rebelles les plus anti-islamistes, comme les Alaouites et les autres minorités, craignent le pouvoir théocratique sunnite que promettent les Frères de façon soft et les salafistes de façon radicale. Un avant-gout terrifiant de ce que serait ou sera une Syrie gouvernée par les adeptes du califat a été été donné ces dernières semaines par la série d’assassinats barbares commis par les rebelles barbus au nom du Jihad et de la Charia... .

Tamarod ou la vague de rébellion anti-islamiste

Depuis la chute du président Morsi en Egypte, une vague anti-islamiste semble gagner nombre de pays arabes, dont les populations ont voté massivement en faveur des islamistes, mais en ont été plus que déçues après moins de deux ans de leur règne. En Tunisie comme ailleurs, les opposants anti-islamistes s’inspirent du Tamarod égyptien (la "rébellion"). Longtemps démodé et détrôné par les islamistes, qui promettaient justice, pureté et prospérité, le vieux nationalisme arabe, qui a pendant des années contenu l’islamisme politique par la dictature militaire ou l’autoritarisme, réapparait étrangement dans les slogans des révolutionnaires du “troisième round” qui manifestent en Tunisie, à Bahreïn, au Caire ou même en Syrie, c’est-à-dire dans ce dernier cas avant même que les islamistes aient pris le pouvoir. Il ne faudrait pas sous-estimer ce phénomène et ne le réduire qu’à des résurgences d’autoritarisme dont les “gentils” islamistes frères-musulmans seraient les premières victimes comme on le pense souvent en Europe ou aux Etats-Unis. Car partout, le but de ces rebelles anti-Frères musulmans est surtout de faire aboutir des révolutions progressistes et laïques et d’empêcher les islamistes de les confisquer. Or nombre de laïcs et libéraux qui ont cru que les islamistes acceptant le jeu électoral se comporteraient bien et se sont alliés à eux contre les anciens dictateurs militaires se sont sentis trompés et sont aujourd’hui tentés de faire le calcul inverse... Comme on l’a vu en Egypte, où ils ont carrément appelé l’armée à faire tomber Morsi et les Frères. Les islamistes radiaux, terroristes ou "démocrates", ont donc perdu une bonne partie de la légitimité qu’ils avaient acquise jadis face aux dictateurs qui les persécutaient. En Tunisie, les opposants au gouvernement Ennahda - qui ne cesse de reporter la rédaction de la Constitution et réprime ou fait même tuer ses opposants - les milliers de manifestants n’hésitent plus à les taxer les islamistes de "fascistes-islamistes", appellation que la presse occidentale a souvent assimilé à de “l’islamophobie”, mais qui est utilisée depuis toujours par les intellectuels arabes de gauche laïque, à bien des égards plus courageux que leurs homologues européens capitulards et prêts à collaborer avec le “fascisme vert” face à l’Etat bourgeois occidental honni.

La Syrie et la Libye ne sont pas en reste

En Syrie, avant même d’arriver au pouvoir, les islamistes suscitent déjà contre eux une immense réaction de rejet qui incite même une partie de la population et des opposants au régime les plus laïcs à préférer Assad aux rebelles barbus. Ce type de réaction, de plus en plus courante en Syrie, a été observée après que l’un des groupes rebelles islamo-salafistes, les "Soldats du califat islamique", a commis des atrocités dans la province de Khan al-Assal, à l'Ouest de Homs, massacrant plus de 150 soldats et civils et jetant leurs corps mutilés dans une fosse commune... Partout en Syrie comme ailleurs, les terroristes verts voulant imposer la Charia par la terreur et financés par les émirs du Golfe sont désormais détestés par la population qui resserre de plus en plus les rangs derrière Bachar et son armée. En Egypte, des millions de citoyens ont répondu à l'appel du "Front révolutionnaire du 30 juin" et du chef de l'armée, le général Abdel Fattah el-Sissi, pour dénoncer le terrorisme islamiste. La mobilisation fut incroyable dans toutes les grandes villes du pays. Les affrontements ont fait des dizaines de morts et de blessés. Révélant une fois de plus son visage totalitaire, le célèbre prédicateur des Frères musulmans, Youssef Qaradaoui, a violemment attaqué le grand cheikh d'Al-Azar, Ahmad al-Tayyeb, ce qui a choqué le Conseil supérieur des oulémas, qui a dénoncé ses appels à la violence. Et l'armée égyptienne poursuit l’opération "tempête du désert" dans le Sinaï, visant à éradiquer les jihadistes qui s’en sont pris aux forces de l’ordre et aux chrétiens. De Tunis au Caire, en passant par le Yémen ou la Syrie, des portraits d'anciens dirigeants nationalistes arabes comme Gamal Abdel Nasser ou Bourguiba sont brandis, comme Atätürk chez les manifestants de place Taksim. Signe qui ne trompe pas, en Tunisie, des notables de Sidi Bouzid, ville natale du leader anti-islamiste Mohamed Brahmi, tué récemment et berceau de la Révolution du jasmin (qui renversa le régime de Ben Ali en 2011) ont créé un conseil municipal autonome "jusqu'à la chute du pouvoir" des Frères musulmans… et 52 députés ont annoncé leur retrait de l'Assemblée nationale constituante (ANC), appelant à dissoudre la Constituante et à former un gouvernement de Salut national. Même la Libye voisine est touchée par cette vague anti-islamiste : des milliers de Libyens ont protesté contre le joug des milices des Frères musulmans, après une série d'assassinats ayant visé des militants anti-islamistes et deux officiers de l'armée, abattus le 26 juillet à Benghazi, peu après l'assassinat d'un avocat et militant politique de renom Abdelsalam Al-Mosmary, qui dénonçait la présence des milices armées islamistes.

L’histoire s’accélère donc. La révolution arabe n’est pas terminée. Les islamistes n’étaient-ils qu’une parenthèse ? Il est difficile de le dire. Mais ce qui est nouveau, c’est que les islamistes ont perdu une grande partie de leur popularité et de leur légitimité initiales. Dès qu’ils gouvernent, ces populistes obscurantistes qui promettaient justice, prospérité et liberté ont déjà rompu toutes leur promesses et déçu nombre de leurs électeurs. Maintenant, les risques de guerres civiles sont plus forts que jamais. Car le camp islamiste étant moins important, quoi que souvent encore majoritaire, mais réduit à son noyau dur combattif et plus déterminé, les pays arabes traversés par ce “troisième round” révolutionnaire sont plus que jamais coupés en deux camps irrémédiablement opposés et prêts à en découdre, car la victoire de l’un signifie la mort de l’autre… Les manifestants pro-Morsi seront-ils plus nombreux dans les rues égyptiennes dans les jours à venir? Ce n’est pas certain. Mais le nombre de morts risque d’être encore plus élevé, et l’armée, soutenue par l’essentiel des forces laïques, progressistes et libérales, a prévenu qu’elle ne ferait pas de pitié...

A lire, du même auteur : Le dilemme turc : Ou les vrais enjeux de la candidature d'Ankara (Editions des Syrtes). Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Benvoyons - 29/07/2013 - 16:56 - Signaler un abus C'est bon signe, j'ai toujours pensé que cela était du ressort

    des 80% de musulmans à en finir avec ces 20% de musulmans débiles profonds, sans pour cela utiliser une référence occidentale. Il faudrait que cela soit vrai aussi en France, mais malheureusement cela n'est pas le cas pour le moment.

  • Par aghiol - 29/07/2013 - 17:31 - Signaler un abus En Europe

    Alors que dans les pays arabes les salafistes sont combattus et rejetés ,l'Europe et particulièrement la France championne du monde de la Morale,du politiquement correcte,des droits de l'hommisme et de l'autoflagelation les chouchoutent et les protègent (Ne pas stigmatiser,Islamophobie,racisme voià les pires insultes et menaces qui pèse sur quiconque s'amuse à critiquer les Fondamentalistes !!!)

  • Par Ganesha - 29/07/2013 - 17:58 - Signaler un abus Info ou Intox

    Voici un article qui paraît bien long, parce qu'incompréhensible, et en plus, c'est volontaire : son but est la désinformation ! (payée par qui ?) Après avoir dû subir d'innombrables textes sur la Syrie où les mots "chiites et sunnites" n'apparaissaient pas une seule fois, voici maintenant ceux sur la Tunisie et l'Egypte qui ne parlent pas d'économie ! Il ne faut pas être un grand devin pour comprendre que cherchent les peuples de ces deux pays, c'est à se libérer des oligarchies (l'armée en Egypte) qui s'en mettent plein les poches tout en augmentant les inégalités sociales. Idée très subversive puisqu'elle annonce des mouvements semblables ailleurs dans le monde !

  • Par bp50lecture - 29/07/2013 - 18:05 - Signaler un abus La révolution arabe ne fait que commencer

    Clairement les forces de la lumière c'est-à-dire les femmes et les hommes instruits et qui sont en contact internet avec le monde civilisé, vont rejeter de plus en plus l'obscurantisme et l'inculture des intégristes qui ânonnent le Coran sans rien y comprendre d'autre que :"mort aux dhimmis" La France et l'Europe qui a encore un peu de respect pour elle-même, c'est-à-dire celle qui refuse les mea-culpa imbéciles des socialos doit armer et former ces forces du refus, éradiquer à nouveau cette doctrine malfaisante de l'horreur et du massacre "raffiné"

  • Par casanova - 29/07/2013 - 18:05 - Signaler un abus Dans le monde arabo-musulman,

    il y a tjrs de bonnes raisons pour s'étriper. Si ce n'est entre salafistes et frères musulmans ou entre musulmans et laïques c'est entre chiites et sunnites. On a de plus en plus le sentiment que la violence est consubstantielle à ce monde là.

  • Par langue de pivert - 29/07/2013 - 18:17 - Signaler un abus Dictature>islamisme>socialo-communisme>dictature ?

    Les états arabes sont à la marge de l’humanité depuis toujours à cause de leur confusion entre la religion (une des plus archaïques !) et le politique ! Le fait que les islamistes aient été élu dans les pays concernés par cet excellent article après la fin des dictatures en est la suite logique ! J'ai toujours pensé que les arabes - dans leur pays - étaient "programmés" pour marcher à coups de sourates ou de coups de pied dans le cul, voir les 2 ! L'orient est compliqué et personne ne peut prévoir comment cette situation va évoluer ! La présence de la gauche parmi les opposants n'a rien de rassurant pour eux. Ils écrivent leur histoire : que la page soit belle, c'est tout le mal que je souhaite à ces peuples qui, comme tous les peuples ne recherchent que la paix et et le bonheur !

  • Par laïcité - 29/07/2013 - 18:34 - Signaler un abus Tous ces anti-islamistes arabes sont en train de montrer

    l'exemple du courage aux lâches et angéliques occidentaux avec à leur tête le grand irresponsable qu'est Obama !....Les Occidentaux qui désespèrent par leur lâcheté, depuis quelques décennies déjà, tous les progressistes du monde arabe. Si nos "officines staliniennes de l'antiracisme à sens unique" avaient le pouvoir de nuisance hors de nos frontières, nul doute qu'elles porteraient déjà plainte contre tous les progressistes anti-islam de Tunisie, d'Egypte, de Syrie et des autres pays musulmans pour actes d'islamophobie !!!!!!!!!

  • Par Nathalie m - 29/07/2013 - 18:42 - Signaler un abus @ganesha

    Collabo!

  • Par laïcité - 29/07/2013 - 18:55 - Signaler un abus @ Nathalie m

    il faut préciser en appelant un chat un chat que c'est : un islamo-collabo qui essaie de torpiller les articles très pertinents de Del Valle, point barre !

  • Par gliocyte - 29/07/2013 - 19:51 - Signaler un abus L'exception française

    Et pendant ce temps là, vous avez des socialos au pouvoir qui font exactement le contraire de ce qui devrait être. Toute leur politique arabe est une aberration. La dernière en date: Autoriser à Paris une manifestation des frères musulmans, en soutien à Morsi, alors qu'une manifestation de Riposte Laïque a été interdite! Il va falloir qu'on appelle nous aussi l'armée au secours! Les arabes nous montrent l'exemple! C'est quand même un comble.

  • Par un_lecteur - 29/07/2013 - 20:32 - Signaler un abus et au Mali

    Dans le nord du Mali, les islamistes avec leurs destructions à Tombouctou et leur application sanglante de la charia ne se sont pas rendus populaires. Au point que les Maliens ont fini par considérer les envahisseurs islamistes comme des colonisateurs blancs, et ont accueilli avec soulagement les soldats français. Le Mali est un pays musulman à 90%, mais d'un islam beaucoup plus ouvert que celui des pays arabes du golfe. voir par exemple http://fr.wikipedia.org/wiki/Tierno_Bokar . Pour suivre ce qui se passe au mali : http://www.maliweb.net/

  • Par Beaumanoir - 29/07/2013 - 20:55 - Signaler un abus Tres bon article, merci

    Il faut esperer que les Freres Socialistes vont le lire et en tirer des lecons (on peut rever)

  • Par ciceron - 29/07/2013 - 22:08 - Signaler un abus L'impératrice Sissi vs islamo-socialistes

    Pour l'instant Sissi gagne. Je ne suis pas aussi optimiste que l'auteur. Les pétro monarchies n'accepterons pas la défaite de leurs affidés....

  • Par DEL - 29/07/2013 - 23:39 - Signaler un abus Intéressant

    de voir comment l'obsession anti-tout ce qui n'est pas de droite chrétien riche et blanc conduit certains à faire du hors-sujet à deux sous.

  • Par Patrice17 - 30/07/2013 - 00:30 - Signaler un abus Ils savent ce que sont les islamistes

    La liberté auj peut être defendue avec plus de passion dans le monde arabe qu'en Occident où le socialo-communisme allié à l'ideologie de l'antiracisme contrôle médias et opinions. La mollesse de la richesse venant ajouter encore à ces restrictions.

  • Par la saucisse intello - 30/07/2013 - 04:20 - Signaler un abus Coopérative agricole.....

    "la saucisse" : Bottes de paille en promo, taille unique. Réservez vite la votre. Prix spéciaux par quantités et livraison possible par camion complet ! Bon, ceci dit il y a QUAND MEME de BONNES nouvelles : Ils se massacrent entre eux. Ca fera ça de moins qui viendra squatter le 9-3 ! Finalement, le prophète, là, comme ils l'appellent, ça devait être un type pas mal : Il est arrivé à l'auto-élimination de sa propre boutique ! Balèze, le mec ! Il en faudrait un comme ça chez nous !

  • Par Djib - 30/07/2013 - 08:23 - Signaler un abus Et pendant ce temps là les niaiseries de la bien pensance

    continuent à nous imposer une islamophilie pour ravis de la mosquée. Vu hier soir sur France 4 quelques minutes d'un feuilleton mettant en scène deux familles sympathiques, une française et une islamique avec une jeune fille voilée intégralement, qui bien évidemment est amoureuse du jeune godelureau de la famille française. Tant de complaisance imbécile est à vomir.

  • Par gliocyte - 30/07/2013 - 08:23 - Signaler un abus @DEL

    Interessant de voir comment la christianophobie, chez ses adeptes, peut engendrer de bêtises. Je vous plains.

  • Par charlesingalls64 - 30/07/2013 - 08:37 - Signaler un abus Super

    On va récupérer toute la fange du monde arabe qui viendra monter son association de défense de la lapidation après avoir accueilli tous les dictateurs de l’Afrique noire pour leur retraite. Il n'y aura aucune victoire contre les islamistes tant que les arabes ne se mettront pas au boulot. Un toit sur la tête et à manger dans l'assiette sont les meilleurs barrages à tout fondamentaliste. Pour l'instant c'est chicha, dominos et belote.... pendant que la main d’œuvre immigrée noire bosse pour 1 euro par mois.....

  • Par Ravidelacreche - 30/07/2013 - 09:31 - Signaler un abus Oui mais..

    "les révolutionnaires arabes entrent en guerre contre les islamistes" Comment les distinguer ?

  • Par ZOEDUBATO - 30/07/2013 - 10:05 - Signaler un abus Croyances intégristes idéologie et/ou religieuse : l'ennemi

    Partout dans le monde les partis fanatiques réactionnaires conservateurs avec des modèles sociétaux obsolètes type mur des cons idéologique et/ou religieux, sont hués et sifflés par les citoyens qui veulent être libre dans leur vie privée et avoir des possibilités ouvertes d'avenir Ils veulent que : - l'intérêt général des citoyens prime sur l'intérêt de l'Etat qui n'est que celui du pouvoir et de ses structures (raisonner besoins des citoyens et non moyens des structures) - la sphère privée ne soit régulée que par un cadre générale de vie sociale avec la fin du mariage pour tous, des mariages forcées, du voile total… - les structure d'Etat restent neutres : fin de l'Etat PS, Islamique, Communiste, … - l'arrêt du "juge et partie" (mur des cons + sharia + rapports de la Cour des Comptes, …) - les responsables remettent les citoyens au cœur de la vie publique avec la fin des quadrillages de la pensée unique, - l'humanisme, le progrès, l'égalité Privé/public, l'Etat de droit, la récompense de la prise de risques économiques, etc. soient le moteur de la société et non la technocratie et les croyances idéologiques et/ou religieuses intégristes Etc.

  • Par MauvaiseFoi - 30/07/2013 - 12:10 - Signaler un abus @ganesha

    pauvre nazislamiste inculte (pléonasme) !

  • Par Ganesha - 30/07/2013 - 13:48 - Signaler un abus Désarroi

    Signe que j'ai frappé juste, touché le point sensible : des insultes débiles ...L'avenir nous départagera !

  • Par gliocyte - 30/07/2013 - 15:16 - Signaler un abus @Ganesha

    Il me semble que vous devriez relire plus attentivement l'article. Ne pas vouloir adhérer aux propos n'est pas le signe qu'ils sont incompréhensifs mais plutôt celui du refus du lecteur de les entendre.

  • Par Ganesha - 30/07/2013 - 17:41 - Signaler un abus Champ Visuel

    Dans les discussions internet, il arrive très fréquemment, et cela peut même m'arriver à moi, que l'on réponde à une seule des phrases d'un commentaire, sans tenir aucun compte des trois ou quatre autres phrases : est-ce de la mauvaise foi, un trouble de la mémoire immédiate, ou un phénomène naturel dû à l'émotion ? En tout cas, j'en suis souvent irrité... Mais dans ce cas-ci, je vous retourne le compliment : relisez mon commentaire : ce qui rend cet article bancal, incompréhensible, désinformateur, c'est de présenter ce qui se passe actuellement comme un simple combat entre des fanatiques religieux et de vertueux combattants de la laïcité, sans tenir compte des réalités économiques. L'information a été pourtant largement relayée : ce qui a jeté à nouveau la population egyptienne dans la rue, ce n'est pas l'opposition à la charia ou au niqab, mais les pénuries de pain, d'essence et d'électricité, organisées par ceux qui ont l'économie en main : l'armée ! Et la situation s'est améliorée, dès que le peuple a fait ce que l'on attendait de lui.

  • Par Ganesha - 30/07/2013 - 17:48 - Signaler un abus Gonzesse

    Le général Sisi est peut-être une gonzesse, (pardonnez-moi ce jeu de mots !) mais c'est aussi le représentant du Medef local ! Les Frères Musulmans sont présentés comme des musulmans de gauche, tout comme il y a des catholiques de gauche... en Amerique latine, et notre nouveau pape en fait apparemment partie ! Mais les mouvements qui se basent sur la charité chrétienne (ou la Zakat musulmane ?) n'ont en général pas réussi à abattre, ni même à domestiquer le Capitalisme...

  • Par Nathalie m - 30/07/2013 - 20:03 - Signaler un abus @ganesha

    ...sans blague, heureusement que je suis assise, je suis atterrée par votre c******! Comment êtes vous arrivé la??????

  • Par gliocyte - 30/07/2013 - 20:12 - Signaler un abus @ganesha

    Juste pour voir, l'information dont vous vous faites référence a été relayée par quel média? Quand à votre interprétation, elle est très sujette à caution, il me semble que vous mettez la charrue avant les boeufs. Prendre une conséquence pour une cause, voilà tout le problème.

  • Par gliocyte - 30/07/2013 - 20:26 - Signaler un abus @Ganesha Ps

    Un conseil: Je vous suggère d'entamer dans les plus brefs délais une thérapie visant à la désensibilisation au mot "capitalisme" . De toute évidence, dès que ce mot frappe un de vos circuits synaptiques, tous vos neurones se mettent hors circuit. C'est dommage, car vous êtes capable, pour d'autres sujets de faire preuve de réflexion.

  • Par Le gorille - 31/07/2013 - 01:24 - Signaler un abus Espoir pour l'Europe

    Ce qu'il se passe en Tunisie et en Égypte rend un peu d'espoir à l'Europe. Finalement, parmi les musulmans eux -mêmes, beaucoup pourraient se lever contre une main mise religieuse islamique, laquelle serait une catastrophe. L'élan sera-t-il suffisamment puissant, et seront-ils aussi assez nombreux ? Par contre je ne sais pas quel en serait le prix. A voir ces deux pays, il pourrait être particulièrement élevé.

  • Par Houvaton - 31/07/2013 - 09:22 - Signaler un abus encore et toujours du parisianisme

    M DEL VALLE est généralement plutôt plus lucide que ses confrères, mais hélas, l'opinion qu'il donne ici est marquée par ce nécolonialisme bien-pensant qui veut attribuer à des peuples de culture étrangère nos propres vues sur l'existence. SI la part de la population tenant à la sécularisation de la société en Tunisie est considérable (avec comme corrolaire une guerre civile à venir, elle est très minoritaire partout ailleurs. La culture arabo-musulmane est fondamentalement favorable à l'application de tous les aspects civils et pénaux de l'islam, et il a fallu la dictature sanglante et éclairée d'un Bourguiba ou d'un Attaturk pour changer cela. Encore la Turquie s'enfonce-t-elle à nouveau dans l'islamisme, suffisamment doucement pour que, telle la grenouille dans l'eau graduellement portée à ébullition, elle ne se rende compte de rien jusqu'à être cuite. C'est toute la stratégie des Frères Musulmans depuis les origines, actuellement à l'oeuvre en Europe. .../...

  • Par Houvaton - 31/07/2013 - 09:28 - Signaler un abus (suite)

    .../... L'egypte est ainsi très majoritairement favorable à la chariah et aux frères. Quant aux 10 millions de manifestants contre le régime des frères, annoncés par l'armée, je trouve curieux que pour une fois, aucun média n'ait songé à douter de leur validité. Il semble quel es chiffres qui arrangent la pensée mainstream n'ont pas à être commentés, même s'ils proviennent de militaires venant de procéder à un coup d'état. Ensuite, quand bien même il y aurait eu 10 millions de manifestants, cela ne représente qu'1/8 de la population, soit une minorité. La suite est donc effectivement à venir, mais surement pas celle espérée par les grands esprits, les mêmes qui il y a deux ans, parlaient de printemps quand c'est l'hiver qui arrivait. SI encore ils apprenaient de leurs erreurs...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alexandre Del Valle

Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc), il intervient pour le groupe Sup de Co La Rochelle et des institutions patronales et européennes et est chercheur associé au CPFA (Center of Foreign and Political Affairs). Il a publié plusieurs essais en France et en Italie sur la faiblesse des démocraties, les guerres balkaniques, l'islamisme, la Turquie, la persécution des chrétiens, la Syrie et le terrorisme.

Il est notamment auteur des livres Le Chaos Syrien, printemps arabes et minorités face à l'islamisme (Editions Dhow 2014), Pourquoi on tue des chrétiens dans le monde aujourd'hui ? : La nouvelle christianophobie (éditions Maxima), Le dilemme turc : Ou les vrais enjeux de la candidature d'Ankara (Editions des Syrtes) et Le complexe occidental, petit traité de déculpabilisation (Editions du Toucan).

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€