Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 21 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

L’effroyable férocité du camp d’extermination d’Auschwitz racontée par Simone Veil

22 décembre 2004. Pour la première fois, Simone Veil retourne à Auschwitz avec les siens. Le reportage publié dans « Paris Match » avait bouleversé les lecteurs par l’intensité de l’émotion qui s’en dégageait. A l’origine de ce « voyage », Alain Genestar, alors directeur de la rédaction du magazine. Il avait réussi à convaincre Simone Veil de revenir sur les lieux où 1 million de Juifs et 120 000 autres déportés ont été assassiné par les nazis. Extrait de "Pour mémoire" d'Alain Genestar, aux éditions Grasset (1/2).

Bonnes feuilles

Publié le
L’effroyable férocité du camp d’extermination d’Auschwitz racontée par Simone Veil

 Crédit BORIS HORVAT / AFP

Alain Genestar : Vous m’avez dit hier que vous ne reconnaissiez rien, que le camp de Birkenau ne ressemble en rien aujourd’hui à ce qu’il était pendant la guerre. Hier, il faisait très froid mais le ciel était bleu, les portiques ressemblaient à une architecture chinoise...

Simone Veil : C’était un cloaque... Il n’y avait que de la boue, pas un brin d’herbe parce que nous passions des heures, debout, pour l’appel, d’où ma hantise des files d’attente. La terre était piétinée par les SS, par les kapos, qui n’arrêtaient pas d’aller d’un endroit à l’autre, par les malheureux qui étaient victimes de dysenterie et n’avaient pas le temps d’aller jusqu’aux trous, très éloignés, qui servaient de latrines. Ils se vidaient complètement sur place. Il y avait des cadavres partout. Et des morts vivants, qu’on appelait les « musulmans », de véritables squelettes, perdus mentalement, qui titubaient jusqu’au moment où ils tombaient et restaient là avant qu’on ne les ramasse.

Les gens ne voulaient pas aller à l’infirmerie par peur de la sélection, par peur d’être envoyé à la chambre à gaz. La consigne était donc de ne pas s’y rendre. Pendant tout notre séjour au camp, même quand maman était très malade, nous n’y sommes pas allées.

Alain Genestar : Hier encore, vous avez été surprise par le silence.

Simone Veil : Le camp, c’étaient beaucoup de cris. Les hurlements des kapos, les ordres des SS, les aboiements des chiens. Et au loin, le son de l’orchestre de musique classique qui jouait pour le départ, surtout pour le départ, et le retour des kommandos qui travaillaient à l’extérieur du camp.

Il y avait une férocité. Oui, c’est le mot : une férocité. L’agressivité était partout, dans toutes les relations, même entre nous. Il y avait des « droit-­commun », reconnaissables à leur tenue verte, des lesbiennes et des condamnées pour affaires de mœurs, en noir, des Témoins de Jéhovah avec un triangle violet, et toutes celles qui étaient là depuis des années, devenues très violentes, et particulièrement des Ukrainiennes qui volaient tout ce qu’elles pouvaient. C’était une insécurité et un désordre permanents.

Les kapos étaient choisies pour leur brutalité. C’étaient des Polonaises, juives ou non, qui avaient passé quatre, cinq ans dans le camp ou dans des ghettos. Elles avaient perdu toute leur famille et n’avaient plus aucun sentiment de pitié ou de solidarité, sauf à l’égard d’une ou deux amies avec lesquelles elles avaient tout partagé depuis des années. Si elles ne maintenaient pas à notre encontre une discipline très dure, elles perdaient leur fonction.

Extrait de "Pour mémoire" d'Alain Genestar, aux éditions Grasset
 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Benvoyons - 24/06/2018 - 10:35 - Signaler un abus Tient aucun commentateur pour ces pages retraçant

    la vraie vie Nationaliste Socialiste Européenne! Surement ils sont tous en recueillement avec RN ex FN !

  • Par Benvoyons - 24/06/2018 - 10:42 - Signaler un abus Tient aucun commentateur pour ces pages retraçant

    la vraie vie Nationaliste Socialiste Européenne! Surement ils sont tous en recueillement avec RN ex FN ! Ou prendre la Météo de l'Europe chez Mattéo Salvini !

  • Par zombikiller - 26/06/2018 - 11:26 - Signaler un abus FRANCHEMENT

    C'est un peu facile et bas de comparer des camps d'extermination avec un parti politique qui veut prendre le pouvoir démocratiquement (et je ne vote et ne voterai pas pour lui). Peut être, pour faire bonne mesure, pourriez vous évoquer les clans staliniens qui ressemblaient beaucoup aux camps nazis et faire le même parallèle avec notre extreme gauche très démocratique...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alain Genestar

Alain Genestar, journaliste et romancier, a dirigé la rédaction du Journal du Dimanche puis celle de Paris Match, avant de diriger Polka Magazine. Il est l'auteur, chez Grasset, de Les Péchés du Prince (1992), Français, si vous rêviez (1995), Le Baraquement américain (1998) et Expulsion (2008). 

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€