Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 19 Avril 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ecologie : quand l’Etat oppose la légitimité à la légalité

Et si les zadistes qui occupent Notre-Dame-des-Landes, Sivens ou Roybon étaient non pas les Robin des Bois à l'idéalisme touchant décrits par les médias mais les sujets d'une tentation totalitaire, prompts à manier l'intimidation et la violence ? Pascal Perri, dans cette enquête très documentée, démonte aussi bien les mécanismes de leur action que l'indulgence troublante dont bénéficient ces zones à défendre et leurs occupants. Car les faits sont têtus. Extrait de "L'écologie contre la démocratie", de Pascal Perri, aux éditions Plein Jour, mai 2016. 2/2

Bonnes feuilles

Publié le

Etat de droit

Depuis les premières polémiques autour du nouvel aéroport, le mouvement écologiste s’est attaché à déplacer le centre de gravité du débat. il faut, par contrecoup, sans cesse ramener les élus écologistes aux réalités des Zad.

Ces espaces sont illégalement occupés et se placent ne varietur en dehors des règles républicaines. Ronan Dantec, sénateur Europe Ecologie-Les Verts de Loire-Atlantique, convient que la frontière est souvent difficile à trouver entre la revendication politique légitime et les actions radicales : « Il y a une lisière compliquée à localiser entre la force publique considérée comme illégitime par les zadistes et la résistance  y a toujours des moments de violence et je vous assure que c’est très compliqué à gérer, mais ce ne serait pas juste de dire que l’élément central de la lutte est la violence.

»

En démocratie, l’Etat exerce le monopole de la violence légale ; il est le maître de la coercition. Dans Le Savant et le Politique, Max Weber développe cette idée centrale pour nos démocraties, fondatrice de l’état de droit, sous le nom de Gewaltmonopol. L’Anglais Thomas Hobbes en avait jeté les bases au moment de la première révolution anglaise, au xviie siècle. Si l’homme est un loup pour l’homme, si l’état de nature est finalement privatif de livertés, il convient de concéder le monopole de la contrainte légale à une entité supérieure, l’état. 

Cette idée va de soi mais elle est assez régulièrement contestée dans les faits par des responsables politiques qui considèrent que l’état abuse de ses prérogatives. ils opposent la légitimité à la légalité comme si l’une pouvait aller sans l’autre. certes, notre histoire nationale n’est pas exempte de périodes où la légalité a violé les règles élémentaires de l’état de droit mais nous en sommes loin aujourd’hui. Les écologistes seraient mieux inspirés de faire le ménage dans leurs propres rangs. en feignant le détachement, ils jouent sur une confusion.

M. Dantec regrette que « ce soient les opposants historiques qui se retrouvent à gérer cette situation » mais ses amis politiques, José Bové, Eva Joy, Cécile Duflot, plutôt tendance vert foncé, ne manquent jamais de venir faire barrage aux tentatives de libération de la Zad de Notre-Dame-des-Landes. Ces élus de la République n’ont pas hésité à réinvestir des maisons fermées dans la zone de délaissement de Notre-Dame-des-Landes, au mépris des dispositions administratives. ils ont substitué leur propre légitimité à celle de la justice française. Nos démocraties ont beaucoup de défauts. elles reposent cependant sur un consensus majoritaire. les opposants à Notre-Dame n’ont jamais été privés de parole.

Tweet de Yannick Jadot, député européen EELV, circonscription de l’ouest, le 29 janvier 2016 : « Je soutiens la désobéissance civile à #nddl et rencontre d’ailleurs ce midi à nantes des responsables de la lutte. »

Extrait de "L'écologie contre la démocratie", de Pascal Perri, aux éditions Plein Jour, mai 2016. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anguerrand - 06/05/2016 - 09:30 - Signaler un abus Comment une minorité

    une minorité négligeable souvent une minorité étrangère et professionnelle peut imposer ses prétentions sans rapport à ce qu'ils sont censés défendre à une majorité de citoyens. Ces types ne sont pas des écolos mais des assistés guérilleros.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pascal Perri

Pascal Perri est économiste. Il dirige le cabinet PNC Economic, cabinet européen spécialisé dans les politiques de prix et les stratégies low cost. Il est l’auteur de  l’ouvrage "Les impôts pour les nuls" chez First Editions et de "Google, un ami qui ne vous veut pas que du bien" chez Anne Carrière.

En 2014, Pascal Perri a rendu un rapport sur l’impact social du numérique en France au ministre de l’économie.

Il est membre du talk "les grandes gueules de RMC" et consultant économique de l’agence RMC sport. Il commente régulièrement l’actualité économique dans les décodeurs de l’éco sur BFM Business.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€