Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 01 Août 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Double fardeau : quand obésité devient synonyme de dépression

Comment l'obésité peut générer un mal-être psychologique profond et faire sombrer une personne qui n'arrive même plus à se reconnaître physiquement dans un état dépressif. Extraits de "Comprendre l'obésité" (2/2).

Cumul

Publié le

Lorsque je reçois un patient, je le regarde. Parfois, certains suscitent une sorte d’image mentale : cet homme, je le visualisais solitaire, désabusé, évoluant dans un épais brouillard. Perdu. Imposant. J.-D. Nasio parle de ces images qui aident parfois le psychanalyste : en s’y attardant consciemment, nous pouvons les utiliser.

Pour le moment, je retiens comme piste de travail avec « perdu de vue » (que j’appellerai PDV) la souffrance excessive de sa mère comme l’énigme qui l’accompagne. Il la voyait sombrer et il s’enfonçait à sa suite.

Se débattre du mortifère est une difficulté majeure pour l’enfant élevé dans l’univers glacé de la dépression. Comment en sortir indemne ? Il s’est perdu de vue lui-même, comme objet d’amour. Perdu de vue par sa mère, tellement occupée par sa dépression ; la place n’était pas libre, ni pour le mari ni pour l’enfant. Pourquoi ? Nous ne saurons jamais ce qui obscurcissait massivement l’univers de cette femme, irrémédiablement – il y a du diable dans « irrémédiablement ».

Cette impossibilité à trouver remède, c’est de la souffrance bue goutte à goutte, répétitivement. Inéluctablement. La répétition, sans espoir, presque banale, est un climat malsain pour débuter sa vie. Pour s’en sortir, il faut passer de passif à actif. PDV a l’impression qu’en utilisant « quelque chose », il trouve une solution à sa détresse. Tout de suite, nous comprenons que l’objet retenu n’est qu’un substitut. Quel que soit le produit, c’est un leurre qui ne pourra satisfaire pleinement. Le recours intempestif au sport quand PDV est jeune, puis le travail et la nourriture, ne peuvent le combler.

« Excessif avant d’être obèse », j’aurais pu dire aussi « superintelligent » ou employer d’autres qualificatifs. Les obèses ne sont pas une catégorie à part. Réduire une personne à un seul identifiant est toujours à dénoncer vigoureusement.

PDV ne se voit donc pas. Il est tombé dans le gouffre de l’absence à soi que l’état dépressif de sa mère a entraîné alors qu’il n’était qu’un nourrisson. Cette femme devait être par moments présente pour le bébé, lui donnant des soins, le nourrissant, bref s’en occupant. Puis l’abîme de la dépression reprenait le dessus et le vide les envahissait, tous les deux. Le bébé se constituant de ce que les autres lui renvoient, PDV fonctionne toujours aujourd’hui par éclipses. La nourriture remplit son estomac et, par là même, il se sent vivant. Le propre de la nourriture, c’est l’alternance du plein et du vide. La fonction de la nourriture, qui rappelons-le donne des sensations physiques, est rassurante à un niveau existentiel. Ce qui est recherché, c’est le souvenir du contact de la mère.

On ne sait pas trop ce dont souffrait la mère de PDV, mais on peut extrapoler que, pour un très jeune enfant, il est très angoissant d’avoir quelqu’un de très mal psychiquement pour mère. Il se défend de la dépression car sa mère y sombrait, il en a vu les dégâts de près. Mais à s’en défendre excessivement, il a confondu avec elle, dont il a peur, des moments de tristesse, de désarroi, qui sont bien humains. Cette défense ressemble à de l’hypomanie, c’est-à-dire une exagération dans l’activité, comme autrefois le sport pour PDV. Il en fait plus qu’il ne faut pour se préserver de ce grand mal qu’est pour lui la dépression puisqu’il a eu à en souffrir, sans filtre, à l’aube de sa vie.

Sa parole « je ne me reconnais pas » est à prendre au pied de la lettre : comment s’y reconnaître quand, à peine né, on est confronté à un grand mal qui fait disparaître sa mère ?

_______________________________________________

Extrait de "Comprendre l'obésité" chez Albin Michel (2 avril 2012)

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par marion2038 - 13/08/2012 - 21:08 - Signaler un abus ce livre offre une très bonne

    ce livre offre une très bonne analyse des multiples raisons psychologiques qui amènent à l'obésité, et notamment de la dépression si souvent sous-jacente... A l'image de PDV, les personnages sont touchants dans leur histoire, leur souffrance mais aussi dans cet élan de guérison qui les anime, cette lutte pour s'en sortir bien à l'opposé du "manque de volonté" dont la société les accable. Merci pour ce discours enfin différent!

  • Par Jean françois49 - 14/08/2012 - 11:39 - Signaler un abus Nourriture et relation

    Quel éclairage sur l'importance de la nourriture comme support d'échanges avec les autres! A commencer par la mère...où l'on voit que le contenu d'une assiette( plus ou moins équilibré, est ce vraiment la question?)ou d'un biberon compte bien sûr, mais beaucoup moins que la qualité de la relation.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Catherine Grangeard

Catherine Grangeard est psychanalyste. Elle est l'auteur du livre Comprendre l'obésité chez Albin Michel, et de Obésité, le poids des mots, les maux du poids chez Calmann-Lévy. Elle est membre du Think Tank ObésitéS, premier groupe de réflexion français sur la question du surpoids. thinktankobesites.com

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€