Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 22 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Donald Trump président ? S'il y parvient, il pourra remercier les jeunes de la génération des Millenials

Un nombre inquiétant de jeunes électeurs et de supporteurs de Bernie Sanders sont réticents à l’idée de voter Hillary Clinton. Ils risquent de découvrir brutalement qu’il y a bien pire.

THE DAILY BEAST

Publié le
Donald Trump président ? S'il y parvient, il pourra remercier les jeunes de la génération des Millenials

Copyright The Daily Beast, auteur James Kirchik

Donald Trump pourrait bien avoir été fabriqué par des libéraux démocrates dans un laboratoire pour servir comme le candidat à la présidence le plus repoussant, le plus impopulaire de toute l’histoire des Etats-Unis.               

Alors pourquoi diable Hillary Clinton a-t-elle du mal à le devancer ?

Le responsable de cette situation inquiétante, c’est certainement, en grande partie, Hillary Clinton elle-même. C’est une candidate épouvantable, avec sa langue de bois et ses calculs cyniques, sans oublier, disons-le aimablement, son éthique contestée.

Mais il y a quelque chose de très important qui joue en sa faveur. Elle se présente face à Donald Trump.

Je ne vais pas détailler les accusations portées contre le candidat républicain, je l’ai déjà fait si souvent. Faut-il le rappeler, jamais un candidat si peu capable d’être président a été choisi par un grand parti américain. Il est raciste et autoritaire. Il représente une menace pour le monde libre.

Bien qu’elle affronte un candidat qui combine le racisme de George Wallace avec les sympathies pro-russes d’Henry Wallace, Hillary Clinton a du mal à franchir la barre des 48% dans un sondage national. Dans cette course où il y a quatre candidats, elle n’a pas de mal à se battre en duel face à Trump, vu le nombre limité de votants qui soutiennent le libertarien Gary Johnson et la représentante des Verts, Jill Stein. Le problème est dans la tranche d’âge des gens nés entre le début des années 1980 et le milieu des années 1990, ceux que les sociologues américains appellent les Millennials. 26% des votants, âgés de 18 à 29 ans, disent qu’ils voteront pour Gary Johnson, et 10% qu’ils soutiendront Jill Stein.

Qu’est ce qui explique que les Millennials prennent le risque de faire élire Trump ? Une bonne partie est motivée par le cynisme, si ce n’est par la haine que leur inspire Hillary Clinton et tout ce qu’elle représente. 77% des électeurs âgés de 18 à 34 estiment que l’on ne peut pas faire confiance à Clinton. Ils ne sont que 65% à penser de même parmi tous les autres électeurs. Il y a aussi l’amertume de ceux qui ont soutenu Bernie Sanders, le rival d’Hillary Clinton dans la primaire dédmocrate. 52% d’entre eux, seulement, disent qu’ils vont soutenir le candidat choisi par leur parti. Sanders l’emporte de manière écrasante chez les Millennials. Il était samedi dans l’Ohio pour essayer de convaincre ses électeurs de se boucher le nez d’une main et de voter pour Clinton de l’autre.

Je soupçonne que l’incapacité d’Hillary Clinton à rallier les partisans de Sanders vient en partie de  la frange anti-impérialiste de gauche qui la voit comme une belliciste.

Mais il y a quelque chose de plus profond et de plus sombre dans l’opposition des Millennials envers Clinton, et l’acceptation du risque de voir Trump élu. On peut parler d’un mélange de morale relative, d’ignorance de l’histoire et de narcissisme.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par POLITQ - 19/09/2016 - 10:56 - Signaler un abus Encore un média de G? Américain?

    "Nous aurons ce que nous méritons". 1- cet article montre qu'une école déficiente qui n'enseigne pas l'histoire(aux USA ici...) produit des dégénérés qui n'ont pas de capacités d'analyse. 2- la G américaine est autant démagogique et sectaire que la nôtre. 3- la dernière phrase de l'article est "drôle"... Ils ont eu Carter, Clinton, Bush Jr, et cette caste si "respectable" a amené quoi?... Notre caste française nous a amené quoi?.... Nous allons "mériter quoi" si nous choisissons autre chose que nos chers "respectables" PS - LR (j' aimais bien UMPS... je crois savoir pourquoi Sarko a changé le nom...) ....

  • Par POLITQ - 19/09/2016 - 10:58 - Signaler un abus (suite)

    Joubliais "Obama" qui n'a que sa belle gueule et sa jolie famille. C'est peu...

  • Par POLITQ - 19/09/2016 - 11:00 - Signaler un abus (re-suite)

    Et sa capacité "fabuleuse" à attraper les mouches .... Je me suis créé une expression : quand je chope une mouche je dis l'avoir "obamaïsée"... C'est puéril. Mais ça représente ce que sont pour moi nos "grands dirigeants occidentaux".

  • Par vangog - 19/09/2016 - 11:36 - Signaler un abus Un "candidat si peu capable d'être President"...

    La morgue prétentieuse de certains journaleux, qui s'érigent en défenseurs zélés de leur conception moraliste du monde, ressemble à s'y méprendre à la morale jihadiste, disséminée par ceux qui s'en font les apôtres...comprennent-ils, ces moralistes puritains, que leur jihad moraliste nous fait plus peur et horreur que Trump, lui-même?

  • Par brennec - 19/09/2016 - 14:33 - Signaler un abus article qui ressemble plus a un tract électoral.

    "morale relative, d’ignorance de l’histoire et de narcissisme" affirmation gratuite qui a l'avantage de stigmatiser ceux qui ne votent pas comme l'auteur.

  • Par JeanBart - 19/09/2016 - 16:50 - Signaler un abus Procès d'intention

    "jamais un candidat si peu capable d’être président a été choisi par un grand parti américain" : il semble pourtant que W Bush était très limité, et très mal entouré (ce qui va souvent de paire). Il parait également que Johnson n'était pas très éclairé non plus. Que Trump ne soit pas un phare intellectuel, je l'admets volontiers. Mais malgré toutes les oppositions rencontrées, il sort gagnant. ENfin, on disait la même chose de Reagan. S'il n'était plus le plus intelligent, il a été visionnaire. Et un visionnaire serait la meilleure chose qui puisse arriver en cette époque troublée.

  • Par Orchidee31 - 19/09/2016 - 22:30 - Signaler un abus Article orienté

    Je ne vois pas en quoi D.Trump serait plus dangereux que Clinton avec tous ses mensonges et malversations - elle prend les américains pour des "cons" quand elle dit vouloir se rapprocher et œuvrer pour l'Amérique profonde elle en est à 100.000 lieux - et je ne comprends pas non plus de quel droit les journaleux dont les français en particulier se permettent toutes les horreurs qu'ils profèrent sur Trump qui a sans doute plus de valeur qu'eux tous réunis - ils devraient faire preuve d'un peu plus de jugeote des fois qu'il serait élu - ce que je souhaite à l'Amérique -

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

James Kirchik

James Kirchik est journaliste pour The Daily Beast.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€