Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 30 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Donald Potard, le discret ami de maternelle de Jean-Paul Gaultier qui s'est lui aussi imposé dans la mode

Donald Potard est mis à l'honneur par l'école de mode Ecole Parsons à Paris. Ce grand nom de la mode, arrivé par un heureux hasard dans le milieu, voit ainsi mise en valeur sa volonté de transmettre une passion qui a fait de la capitale française un havre de création et d'innovation.

Coulisses de podiums

Publié le - Mis à jour le 15 Mars 2012

On entre dans la mode par diverses portes, parfois presque par hasard. C'est le cas de Jean-Paul Donald-Potard, alias Donald Potard, qui, après des études de théâtrologie a rejoint en 1976 son ami d'école maternelle, Jean-Paul Gaultier, qui démarrait sa société. En 1984, il en devient directeur général et de 1991 à 2005, il est le président du groupe. Et mode, toujours la mode, Donald dirige ensuite Jean-Charles de Castelbajac et Emanuel Ungaro, avant de créer en 2006, Agent de Luxe dont la mission est de faciliter la collaboration des créateurs et designers avec des industriels pour le développement de projets innovants dans divers domaines. Bref, depuis 35 ans, Donald Potard met en scène des talents et leur permet de donner le meilleur d'eux-mêmes, veillant au suivi d'exécution de leurs projets, à la qualité de leur expression, comme à l'efficacité de leur impact.

"Ce qui m'intéresse c'est de transmettre..."

Tout en restant praticien dans l'âme, Donald Potard veut transmettre. C'est plus que payer sa dette à la communauté. C'est partager un enthousiasme que l'expérience n'a pas émoussé. Lorsque j'ai revu Donald au Cercle de l'Union interalliée il y a quelques mois, j'ai retrouvé le personnage joyeux que je voyais tous les jours au début des années 1980 lorsque j'écrivais le premier livre sur Jean-Paul Gaultier, La Mode pour la Vie, et j'ai été frappée par sa fierté lorsqu'il m'a dit qu'il donnait des cours à l'American University of Paris et à la Nyenrode d'Amsterdam. Son projet pédagogique s'étend maintenant, puisqu'il vient d'être nommé Chair du Fashion Design à l'Ecole Parsons à Paris.

Adapter l'enseignement aux changements

Paris a plusieurs écoles de mode, dont, bien sûr, l'Ecole Parsons à Paris. Selon Donald Potard, Paris est la seule ville au monde qui offre toute la gamme des activités autour de la mode, de la confection à la haute couture; malgré une intense concurrence entre les villes européennes, Paris présente une richesse de perspectives qu'on ne trouve nulle part ailleurs. Une raison de plus de veiller à ce que Paris reste un pôle d'attraction pour des étudiants triés sur le volet et les accueille par un enseignement de qualité.

A l'Ecole Parsons à Paris, entouré de 14 enseignants, Donald entend contribuer à l'excellence en préparant les élèves à la diversité et la complexité des métiers de la mode et autour de la mode. "Beaucoup d'écoles se concentrent sur le stylisme", dit Donald, "c'est bien, à part qu'il ne faut pas rêver ou faire croire aux élèves qu'ils sont le prochain Jean-Paul Gaultier ou le prochain Tom Ford." Si la mode est bien l'art des "proportions et des émotions", les proportions sont le résultat d'une maîtrise des techniques et les émotions, la conséquence d'une créativité supportée par une aisance technique et une culture diversifiée allant de la photographie ou de l'informatique aux principes de merchandising et de la distribution. Ce qui passionne Donald, ce n'est pas tant de ressasser ce qui a fait le succès de sa génération à des postes clefs, que d'aider des jeunes qui débutent à se projeter dans l'avenir et être performants dans un monde global d'où le sens de la distance a disparu et où le temps ne s'arrête jamais. "Je veux préparer les étudiants à la réalité du travail dans la mode, à une vie dans laquelle il faut avoir l’œil, un œil sûr et rapide, où il faut être sur la brèche en permanence pour non seulement capter l'air du temps, mais aussi comprendre le marché."

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par texarkana - 06/03/2012 - 10:53 - Signaler un abus "y'a qu'à les bombarder"

    comme on l'a fait pour la Serbie, l'Irak, l'Afghanistan, la Lybie, bientôt sans doute la Syrie (on prépare bien l'opinion à çà en tous cas). Question : les usa ont une dictature du même style à leur porte -Cuba-et ils n'ont rien fait (en dehors d'un stupide embargo économique):alors, les va-t-en guerre ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Marylène Delbourg-Delphis

Marylène Delbourg-Delphis est l'une des premières femmes européennes à s'installer dans la Silicon Valley, elle a aussi été P-D.G. de deux autres sociétés américaines (Exemplary, acquise par Persistent Systems et Brixlogic, acquise par Diebold).

Consultante en stratégie et management, facilitatrice M&A, membre du conseil d'administration, advisor ou P-D.G. intérimaire, elle a assisté comme une trentaine de start-ups (infrastructure, cloud, services en ligne et social media).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€