Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 20 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Dividendes record des entreprises : la vraie explication (et, non, ça n’est pas le vice des patrons capitalistes)

En un an les dividendes versés dans le monde par les entreprises à leurs actionnaires ont augmenté de 11,7 %, pour un total de 426,8 milliards de dollars.

Lois du marché

Publié le
Dividendes record des entreprises : la vraie explication (et, non, ça n’est pas le vice des patrons capitalistes)

En un an les dividendes versés dans le monde par les entreprises à leurs actionnaires ont augmenté de 11,7 %, pour un total de 426,8 milliards de dollars Crédit Flickr

Atlantico : Selon des données publiées lundi 18 août par Henderson Global Investors, les dividendes versés par les entreprises cotées ont fortement progressé dans le monde au deuxième trimestre, de 11,7% par rapport à un an plus tôt, pour arriver à 426,8 milliards de dollars (environ 318 milliards d'euros). Comment analyser cette nouvelle progression ?

Gilles Saint-Paul : Ces données indiquent que l’économie mondiale se rétablit progressivement et témoignent de la bonne santé financière des grandes entreprises. Mais elles signifient également que les entreprises restent prudentes et peu optimistes puisqu’elles préfèrent distribuer leurs profits à leurs actionnaires plutôt que de les réinvestir.

Elles considèrent donc les opportunités d’investissement comme relativement peu attirantes, ce qui explique aussi qu’elles détiennent des liquidités importantes bien que celles-ci soient peu rémunératrices.

Ces résultats sont-ils synonyme de bonne santé pour les entreprises françaises ? Que révèle cette tendance quant aux modes de financements privilégiés par les entreprises ces dernières années et à leur rapport au risque ?

Cela signifie effectivement que la santé des grandes entreprises françaises s’améliore, en particulier grâce à leur forte implication dans l’économie mondiale. Mais leur appétit pour le risque reste faible. De plus, les PME sont dans une situation nettement moins bonne, comme en témoignent les taux de marge historiquement bas.

Dans un entretien au quotidien Libération, le ministre de l’Économie et des Finances, Michel Sapin, a demandé aux entreprises de prendre "leurs responsabilités" en déclarant : "Nous leur donnons des moyens pour investir, embaucher, innover. Elles doivent saisir cette chance". Leur donne-t-on vraiment les moyens d'investir ? Pourquoi ne le font-elles pas ?

Avec le pacte de responsabilité, le gouvernement a fait le pari d’un "contrat social" avec les entreprises. L’idée est celle d’ une logique donnant-donnant.  D’une part, l’Etat fait un geste en réduisant les charges sociales des employeurs (après avoir cependant augmenté le fardeau de la fiscalité tous azimuts pendant deux ans). D’autre part, les entreprises le récompensent en se montrant volontariste au niveau de l’embauche.

Le pacte repose sur l’analyse selon laquelle l’anémie de l’économie française n’est pas seulement due à des problèmes d’offre (coût du travail trop élevé, etc), mais aussi au fait que la demande est trop faible à cause d’un défaut de coordination dans les politiques d’embauches. Cette stratégie pourrait fonctionner mais les entreprises semblent très hésitantes à jouer le jeu. Elles savent que si le gouvernement ne parvient pas à mettre en place son plan d’économies, il sera obligé de revenir sur ses mesures fiscales. Or on vient de voir qu’il a fait machine arrière sur la fiscalité des ménages pour de simples raisons d’arithmétique politique. Par ailleurs, au niveau microéconomique, les embauches sont décidées sur la base de besoins clairement identifiés et une entreprise évitera toujours d’embaucher au-delà de ce niveau. Pour réduire le chômage de façon durable, il faut mettre en place un cadre réglementaire et fiscal durable, crédible et compétitif, et pour cela montrer une réelle capacité à réduire les dépenses publiques sur le long terme et à mettre en œuvre des réformes structurelles (par exemple en matière de retraites).

Les entreprises n'ont jamais autant détenu de cash. Quelle serait la réponse économique adaptée à cette préférence pour les liquidités ?

Ce cash est celui qui a été injecté dans l’économie par les banques centrales, d’abord quand elles ont pallié l’effondrement du crédit interbancaire, puis quand elles ont acheté des bons du trésor. Le fait que les entreprises et les banques détiennent ce cash plutôt que de tenter de s’en débarrasser explique pourquoi ces politiques monétaires ne se sont pas encore traduites par un regain d’inflation. On note cependant que le cours des actions a considérablement augmenté (le Dow Jones, par exemple, est à un niveau qui excède son pic précédent), et on peut craindre que ces injections de liquidité n’aient déjà alimenté une nouvelle bulle boursière. Bien que ces phénomènes  soient relativement mal compris, il se peut que le laxisme des politiques monétaires pendant la crise conduise à remplacer une bulle par une autre, préparant ainsi le prochain krach.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par MONTCLAR - 19/08/2014 - 09:46 - Signaler un abus Mystère ?

    Il y a tout de même quelque chose que le grand économiste ne nous explique pas, c'est la mécanique, le circuit par lequel les liquidités "injectées" par les banques centrales se retrouvent dans la trésorerie des entreprises. S'agit-il d'un don ? D'un hold-up ? D'une opération magique analogue à la sortie du lapin du chapeau ? Si Monsieur Gilles Saint-Paul voulait bien ne pas prendre ses lecteurs pour des imbéciles, ce ne serait pas plus mal.

  • Par Ganesha - 19/08/2014 - 15:50 - Signaler un abus Krach

    Comme très souvent sur Atlantico, un titre racoleur, sans réel rapport avec le contenu de l'article. Je m'attendais bien évidemment à l'habituelle défense du ''pauvre et misérable grand patronat'', asphyxié par les charges et la complexité du Code du Travail. Je retiens surtout les derniers mots de cet article : ''préparant ainsi le prochain krach''.

  • Par vangog - 20/08/2014 - 00:43 - Signaler un abus Ce que n'a pas compris Sapin, c'est que sa politique gauchiste

    à propulsé la France dans une spirale régressive, grâce à ses alliés ultra-gauchistes repeint en vert-kaka-d'oie et en rose-sale...les lois Dufflot, Taubira, et autres lois societales contre-nature ont été des formidables signaux de ralentissement pour l'économie, les investissements et l'entreprenariat, d'une manière générale. les deux premières années du quinquennat Flamby ont été aussi catastrophiques, dans leurs conséquences sur une économie plus fragile qu'en 1981, que les deux premières années " communistes" du septennat Mitterandien. Après ces ravages, plus rien n'est pareil, car le ver est dans le fruit, et commence à tout bouffer...les seules solutions intelligentes. Auraient consisté à effacer totalement les lois de ces deux premières années auxquelles ils ne croient même pas... Un reniement difficile pour l'orgueil gauchiste...

  • Par Texas - 20/08/2014 - 07:37 - Signaler un abus Le Socialisme...

    a une plus grande prédilection pour les " dividendes sociaux " : allocations diverses , subventions de toute nature , RSA , aides médicales d' Etat , etc....sans en annoncer la somme totale annuelle évidemment . En résumé , tout ce qui ne produit pas de richesses , mais reste politiquement correct .

  • Par MONTCLAR - 20/08/2014 - 08:07 - Signaler un abus Si vangog et Texas

    voulaient bien nous dire ce qu'ils pensent (s'ils pensent) du sujet de l'article au lieu de déblatérer sur des questions sans rapport... Il s'agit d'une rubrique "économie", pas "propagande FNUMP".

  • Par MONTCLAR - 20/08/2014 - 08:10 - Signaler un abus @Texas

    Le RSA a été mis en place par le gouvernement Fillon du Président Sarkozy. Ni l'un ni l'autre n'ont remis en cause ce que vous appelez (à très juste titre mais c'est probablement par hasard) des dividendes sociaux. De leur part, ce n'est sans doute pas par inadvertance.

  • Par Texas - 20/08/2014 - 10:09 - Signaler un abus @MONTCLAR

    Ma contribution personnelle aux charges sociales pour l' année 2013 s' élevent à 11536 Euros pendant que mes dividentes sur actions totalisent 300 Euros en deux ans ....mais ce n' est pas de l' Economie . Imaginez un instant le rapport d' un investissement de 11000Euros dans une entreprise du CAC 40 , pour moi comme pour l' entreprise ? . Mais nous ne parlons pas là d' économie , mais de l' influence du Gulf Sream sur la reproduction des zébres , n' est ce pas MONTCLAR ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Gilles Saint-Paul

Gilles Saint- Paul est un économiste spécialiste du marché du travail.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€