Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 23 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ce discret bras de fer entre Matignon et l'Elysée pour dessiner les contours de la future majorité

C'est une chose de se faire élire en un temps record à la tête de l'Etat. Emmanuel Macron l'a réussi avec une maestria dont ses opposants mettront du temps à se remettre. Mais bâtir une majorité parlementaire répondant simultanément aux critères de parité, probité, et renouvellement en est une autre.

Rapport de force

Publié le
Ce discret bras de fer entre Matignon et l'Elysée pour dessiner les contours de la future majorité

Pour cette autre tâche titanesque, Emmanuel Macron avait mis sur pied une Commission d'investiture flanquée d'une Commission éthique chargée de valider les personnalités (- qui avaient postulé par Internet), sélectionnées pour porter le label République en Marche. Bel affichage.mis à mal par le principe de réalité.  Après avoir annoncé que la liste des 577 candidats, la commission d'investiture a dû revoir ses ambitions à la baisse avec le forcing de François Bayrou qui réclamait plus d'investitures MODEM, s'estimant mal servi au regard de l'immense service qu'il rendu au candidat victorieux .La nomination d'un premier Ministre de Droite, chef théorique de la majorité et  le quasi ralliement, voire la "bienveillance" des élus entrainés par Thierry Solère, Gérald Darmanin, Frank Riester, Bruno Le Maire appelant à " saisir la main tendue" par Emmanuel Macron  a provoqué la zizanie à droite mais aussi à la République En Marche, qui doit maintenant retirer des candidats pour faire place nette aux nouveaux amis, ce qui provoque naturellement des aigreurs dans ses rangs. 

Alors que l'appel à la "main tendue", qualifié " d'irresponsable" par les dirigeants de Les Républicains, a déjà recueilli plus 170 signatures des élus déjà cités, auxquels sont venus s'ajouter de nombreux élus locaux, le Bureau Politique de L.R.

a adopté un texte, dont il affirme qu'il est signé par l'ensemble des 577 candidats LR et UDI, qui rappelle leur "engagement à défendre résolument les valeurs et le projet politique de la droite et du centre durant la campagne qui s’ouvre. Ce projet n’est évidemment pas celui des candidats en Marche"... partisans d'"une augmentation des impôts", souligne encore le texte du Bureau Politique. Mais puisqu'il y a des félons dans les rangs de LR, le texte ne pouvait évidemment pas être signé par tous ses candidats aux législatives. Bernard Accoyer, les secrétaires généraux du mouvement et François Baroin, le chef de file pour les législatives, ne parlent pas de les exclure, mais expliquent qu'ils se mettent en eux même hors Les Républicains. Mais les choses ne sont pas si simples, car tous ceux qui refusent l'opposition systématique au nouveau pouvoir, se revendique toujours de droite. Ils pourraient devenir la garde rapprochée du nouveau premier Ministre, Edouard Philippe qui s'emploie évidemment à se constituer lui aussi des troupes, pour voter les réformes voulues par le Président de la République, bien sûr, mais aussi, -qui sait pour peser un jour face à Emmanuel Macron si les deux hommes venaient à être en désaccord sur un  projet? Cette hypothèse est bien sûr prématurée. Mais elle est dans certaines têtes. On sait qu'il a imposé ses propres collaborateurs .Edouard Philippe aurait également obtenu la nomination de deux ou trois ministres proches de lui.. Aujourd'hui, Edouard Philippe qui revendique sa qualité d'homme de droite, souhaite l'élection d'un maximum de députés issus des rangs de sa famille politique . En attendant, ses collaborateurs prennent discrètement langue avec des élus et des candidats LR bien implantés et jugés macro compatibles pour tester leur éventuelle bienveillance non pas avant, mais après les législatives. Cette bonne volonté serait assortie d'une discrétion voire d'un retrait des candidats de la République En Marche qui n'ont guère de chance d'être élus. Beaucoup de candidats de droite ne veulent pas s'enfermer dans une opposition stérile et veulent "laisser à Emmanuel Macron une chance de réussir là où nous avons échoué !". Pour l'heure les investitures ne sont pas closes (-elles le seront vendredi soir), et la campagne n'est pas commencé. On ne sait pas quelle part entend y prendre Emmanuel Macron lui-même. Personne aujourd'hui ne croit à la victoire de la droite qui obtiendrait une majorité absolue à l'Assemblée Nationale, mais pour l'heure il également impossible de tabler sur une majorité composée exclusivement d'élus République en Marche, compte tenu de la nouveauté du mouvement . Cette majorité va vraisemblablement se construire progressivement. Voilà pourquoi l'apport d'élus de droite " bienveillants" sera indispensable au futur gouvernement. Reste à savoir si les élus macro compatibles et ceux qui ne le sont pas, continueront de cohabiter dans le même groupe politique. Les spécialistes en doutent et c'est pourquoi Edouard Philippe s'emploie à bâtir les fondations d'un groupe de droite distinct de la République en Marche tout en étant macro compatible... 

 

 

 

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Lazydoc - 17/05/2017 - 13:28 - Signaler un abus Leurs opinions sont floues

    Nos représentants (du peuple) veulent être élus sans dire quelle politique ils comptent appliquer, de quel bord ils sont, ce qu'ils pensent vraiment. Entourloupe et magouille!

  • Par clint - 17/05/2017 - 13:37 - Signaler un abus Quand on écoute Wauquiez, pas étonnant que la droite perde !

    Ca rejoint l'excellent article (comme souvent) de Bruno Roger-Petit qui fait tout pour embarquer la droite dans sa version "Sens Commun" : au moins, à part les plus radicalisés, il y aurait peu de députés LR à la Chambre !

  • Par tananarive - 17/05/2017 - 14:35 - Signaler un abus Election truquée.

    Macron n'a pas été élu sur sa belle gueule ou sur son programme, une fois de plus il a été élu par rejet de l'autre. Grace à son coup tordu monté avec l'aide de ses amis de Bercy contre François Fillon, et par la bande de traîtres qui lui lèchent les babouches maintenant et par rejet du front national au deuxième tour. C'est de la maestria de bas étage.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Anita Hausser

Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003). Elle a également réalisé les documentaires Femme députée, un homme comme les autres ? (2014) et Bruno Le Maire, l'Affranchi (2015). 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€