Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 25 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Derrière la question du jour de carence pour maladie, l’énorme problème de la souffrance au travail dans la fonction publique

Supprimé par la gauche à son arrivée au pouvoir, le jour de carence pour les fonctionnaires malades fait son retour dans le débat politique. C'est la nouvelle proposition de loi portée par des députés UMP, elle sera examinée en avril par l'Assemblée nationale. Elle ranime ainsi les problèmes liés à l'absentéisme dans la fonction publique. Un absentéisme symptôme d'un profond mal être.

Les yeux grands fermés

Publié le - Mis à jour le 18 Avril 2014
Derrière la question du jour de carence pour maladie, l’énorme problème de la souffrance au travail dans la fonction publique

Atlantico : Des députés UMP veulent rétablir le jour de carence pour les fonctionnaires supprimé en 2012 à l'arrivée de la gauche au pouvoir. La fonction publique, que d'aucuns montrent parfois du doigt, connaît-elle un taux d’absentéisme plus élevée que le secteur privé ? 

Luc Rouban : Premièrement, on a un gros problème de suivi statistique de l'absentéisme dans les trois fonctions publiques. Dans le privé, le calcul se fait en jours d'absence par rapport au nombre de jours de travail théoriques. En revanche, dans la fonction publique de l'Etat, c'est en fonction du nombre de personnes absentes pour différentes causes, avec certaines complications parce qu'on ne connait pas les raisons (congés maladies, accident du travail, congés particuliers, etc.) : dans la territoriale, c'est le nombre d'absences par rapport aux effectifs physiques permanents, c'est-à-dire qu'on exclut les contractuels, pourtant très nombreux.

Dans l'hospitalière, c'est le nombre de jour d'absences par rapport aux équivalents temps pleins. Donc on ne connaît pas la réalité, il est très difficile de dire que l'absentéisme est plus important dans les fonctions publiques que dans le secteur privé. Les chiffres datent au minimum de deux ou trois ans pour les plus récents.

Mais qu'il y ait davantage d'absentéisme dans le public que dans le privé n'est pas tellement étonnant pour une raison très simple : le travail dans les fonctions publiques notamment pour les employés (la catégorie C) est de plus en plus difficile. Sur les chiffres des différentes enquêtes sur le monde du travail, on s'aperçoit que le fait d'exercer le droit de retrait s'accentue. 13% des fonctionnaires et 16% des agents des entreprises publiques ont exercé leur droit le retrait, un événement souvent lié à des actes de violences physiques, et 12% dans le privé. D'une manière générale, les seuls fonctionnaires constituent presque 40% de tous les salariés ayant évoqués ce droit à la suite d'une agression. Il y a un vrai problème donc, notamment pour les agents de catégorie C, ceux qui ont un contact direct avec le public. 21% des salariés dans la fonction publique de l'Etat ont déclaré être victime dans les 12 derniers mois d'une agression verbale, 22% dans la fonction publique territoriale, 29% dans la fonction publique hospitalière, contre 13% dans le secteur privé.

Néanmoins, il faut quand même noter que l'absentéisme à globalement baisser entre le début et la fin des années 2000. Le pourcentage de personnes absentes est passé de 17,9% en 2004 à 17,1% en 2010 (hors éducation nationale). Donc on ne peut pas dire qu'il y ait une explosion de l'absentéisme, en revanche, il y a une dégradation très sensible de la vie professionnelle.   

Quels sont les principales raisons de l'absentéisme dans la fonction publique ? 

Il s'agit des conséquences de l'association de la réduction des effectifs et la demande croissante de service publique surtout en période de crise. On parle de tous les services d'aides sociales comme l'hôpital, et les secteurs régaliens, comme la police ou la justice. On peut également évoquer la complexification du droit notamment en matière sociale. Il y a aussi des cas de détresse sociale complexes et tous les problèmes de violences à l'hôpital.

La fonction publique est-elle davantage touchée par le mal-être au travail que le secteur privé ? Quelles sont les particularités ? 

Oui tout à fait, c'est notamment du à l'idée de ramener l'activité administrative à la production de statistiques, donc à un rendement. Les critères d'évaluation sont parfois assez formels et abstraits. Il faut se rendre compte que le travail des fonctionnaires est souvent plus compliqué à niveau égal que celui des salariés du privé. Le travail personnel est très mal reconnu, même si vous vous donnez beaucoup de mal. Parfois, les carrières sont déconnectées des résultats réels.

De nombreux fonctionnaires ne sont pas à des postes où leurs compétences sont correctement exploitées. Cette situation peut-elle expliquer en partie l'absentéisme ? Est-ce différent du privé ?

Non je ne pense pas. Par contre, le problème qui se pose souvent c'est qu'on a des fonctionnaires sur diplômés par rapport aux fonctions qu'ils occupent. Ils ne se sentent pas à leur place, mais je ne crois pas que c'est à prendre en compte dans l'absentéisme, plus on a de diplômes mieux on est armé psychologiquement pour faire face à certaines situations.

S'agit-il d'une exception française ?

Il n'y a pas beaucoup d'éléments de comparaison fiables, parce que l'organisation des systèmes est très différente. Dans les pays où on a fortement joué la carte de la nouvelle gestion publique on a eu tendance surtout à transférer un certain nombre de fonctions d'exécution, on voit que ça ne change pas grand-chose finalement.

Le débat actuel sur le changement de statut est un faux débat, car il ne s'agit pas d'une question de statut, même si on privatise le personnel, le métier ne changera pas, et au fait qu'il faut répondre en nombre réduit à des demandes croissantes. Globalement les tensions entre les usagers et les agents de services publics sont moins fortes en France que dans d'autres pays, comme au Royaume-Uni qui a beaucoup privatisé.   

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par myc11 - 17/04/2014 - 09:11 - Signaler un abus Il ne faut pas compter sur moi

    pour compatir avec les fonctionnaires! Eux qui ont tout, souffrent-ils? Alors il faut laisser leur job. Et ce gouvernement qui va en embaucher d'autres!

  • Par totor101 - 17/04/2014 - 10:04 - Signaler un abus si les pov'petits

    si les pov'petits fonctionnaires son malheureux qu'ils aillent bosser en usine ! ah oui ! il n'y a plus d'usines ! c'est le poids de la fonction publique qui a cassé leur compétitivité ..... no,

  • Par Duffy - 17/04/2014 - 12:52 - Signaler un abus Houla!

    Les petits fonctionnaires sont dépressifs car proches d u peuple il savent qu'il le trahissent pour quelques avantages minables. Les autres sont inconscients, gavés, il se disent de Goche Revoloutionere et reclament plus car ils sont à l'avant-garde du prolétariat.

  • Par durnak - 17/04/2014 - 13:24 - Signaler un abus Cherchez l'erreur

    Curieusement, lorsque l'on demande aux jeunes ce qu'ils voudraient faire plus tard, près de 70% d'entre eux déclarent vouloir travailler dans la fonction publique. Alors, ? maso ? mal informés ? J'ai beaucoup de mal à m'apitoyer sur le sort des fonctionnaires qui depuis des lustres défendent les idées de gauche et notamment ce laxisme envers l'agressivité au quotidien. Et s'ils n'avaient que ce qu'ils méritent ?

  • Par prochain - 17/04/2014 - 13:30 - Signaler un abus Absentéisme ou la sciencepo de noyer le poisson ...

    Palmarès de l'absentéisme des agents municipaux sur internet Montpellier 39, Strasbourg 32, Perpignan, Bordeaux qui dit mieux? Les fonctionnaires invirables en "congé maladie" sont payés intégralement pendant 99 jours sans jours de carence comme les pigeons du privé ... ceci explique cela mais oublié malheureusement par sciencepo sans faire exprès. Essaye un peu dans le secteur privé privé (une autre planète...) tu sera viré vite fait kamarade Sciencepo.

  • Par Anguerrand - 17/04/2014 - 13:33 - Signaler un abus Pourquoi 1 jour de carence?

    Et non pas 3 comme dans le privé, quand a l'absentéisme du au non remplacement d'un fonctionnaire sur 2 , c'est le lot du privé des qu'il y a gain de productivité. Les fonctionnaires sont surabondants et c'est la répartition qui doit être revue. Les syndicats refusent qu'un fonctionnaire soit muté dans un autre ministère même s'il n'a plus d'activité. C'est le cas au ministère des finances ou tout se fait par internet. Au prorata du nombre d'habitant la France a 1,5 millions de fonctionnaires en trop par rapport à l'Allemagne et autres pays développés. Alors la surcharge de travail.....et on recrute 60.000profs de plus!

  • Par prochain - 17/04/2014 - 13:37 - Signaler un abus Durnak "travailler dans la fonction publique" ...ou ...

    Occuper un poste et pourquoi pas occuper un placard en attendant la retraite bien méritée. Vivement l'audit général pour en avoir le coeur net au lieu des faux-semblants et des pirouettes des sciencespos qui prêchent pour leur paroisse.

  • Par Ory-Nick - 17/04/2014 - 14:39 - Signaler un abus La souffrance des fonctionnaires ?

    Et la souffrance des salariés du privé, on y pense ? Les fonctionnaires ont, eux au moins, la garantie de l'emploi. La décence me contraint à ne pas parler des autres avantages, mais dans le contexte actuel, c'est déjà un bien bel avantage...

  • Par ISABLEUE - 17/04/2014 - 14:48 - Signaler un abus Les fonctionnaires ne sont pas des vaches sacrées.

    Le jour de carence doit être le même, privé ou public. S'ils sont malheureux, on cherche du boulot ailleurs : restauration, chantiers divers et variés.. allez, au boulot ! et ils seront mieux payés.

  • Par Anguerrand - 17/04/2014 - 16:33 - Signaler un abus Le jour de carence à fait chuter l'absentéisme dans les hôpitaux

    43% d'absentéisme en moins pour seulement 1 jour de carence, comme c'est bizarre les fonctionnaires ne sont plus " malades" le lundi matin ou le vendredi à partir du moment ou on touche au porte feuille! Les hôpitaux qui se plaignent du manque de personnel ont reconnu que la situation était redevenue normal. On supprime les 35 heures et les services tourneront normalement. Une infirmière hospitalière , de plus est en retraite à 55 ans avec 75% de son dernier salaire avec 35 heures travaillées. Une infirmière libérale à 65 ans avec 40 heures travaillées et 50% de ses derniers revenus. Alors pleurer sur les fonctionnaires il ne faut pas exagérer, il y a même des inégalités honteuses entre privé et public, mais en sociale...

  • Par zelectron - 17/04/2014 - 16:53 - Signaler un abus le trop plein d'agents de l'état...

    UN MILLION DE FONCTIONNAIRES EN MOINS S.V.P !

  • Par 2bout - 17/04/2014 - 18:18 - Signaler un abus A mon avis,

    un fonctionnaire dont les thèmes de recherches sont aussi divers que le fonction publique, l'administration étatique, l'administration territoriale, la réforme de l'Etat ... doit être en pleine crise existentielle, sauf, si le but de NOS investissements est de justifier auprès des élèves de Sciences PO, auprès des médias (Le Monde), la nécessité de venir larmoyer sur un statut qui est le sien. Mr Rouban, venir nous expliquer que le(s) jours de carence est un "faux débat" est un peu gonflé. Caissière à Monoprix avec Bac+5 ne justifierait-il pas un vrai mal-être ? L'égalité de traitement (carence, retraites, pensions) passera d'abord par la Fonction Publique, et les autres, rien à cirer.

  • Par yavekapa - 17/04/2014 - 20:39 - Signaler un abus quel culot, quelle ignorance de la réalité !

    "l’énorme problème de la souffrance au travail dans la fonction publique" "le travail des fonctionnaires est souvent plus compliqué à niveau égal que celui des salariés du privé" ON CROIT REVER ! mais quand on voit : CNRS, Sciences Po-més, on comprend de suite. Nous, dans le privé, ce qu'on peut dire, c'est qu'on souffre énormément des Sévices Publics. Et mettez 3 jours de carence dans la Ponction Publique. Et si un fonctionnaire souffre d'être fonctionnaire, qu'il change et prenne un autre métier. Mais non il y a bien trop d'avantages. Et puis ils ne supporteraient pa C'est comme les politiques, accrochés ciomme des sangsues à leurs multiples mandats.

  • Par yavekapa - 17/04/2014 - 20:42 - Signaler un abus Le CNRS essaye de prouver

    qu'il faut augmenter les effectifs de la Ponction Publique et ne pas mettre de jours de carence. c'est un flop intégral.

  • Par jpierrr - 17/04/2014 - 22:25 - Signaler un abus Le "droit de retrait" est souvent une fumisterie

    Exemple récent à la SNCF : Agression d'un contrôleur, le coupable a été arrêté immédiatement. Donc il n'y avait plus de "danger immédiat". Pourtant, toute la Gare St Lazare a été paralysée toute la soirée, et des dizaines de milliers d'usagers n'ont pu rentrer chez eux. Dans le privé, un droit de retrait est utilisé à bon escient, sous peine de licenciement.

  • Par FATALITAS - 17/04/2014 - 22:56 - Signaler un abus Il n'y a pas à tortiller du

    Il n'y a pas à tortiller du derrière il faut le même nombre de jour de carence public privé, soit 0 jour pour tous ou 3 jours c'est selon le mieux ce serait 2 jours de carence pour tous au nom de notre devise, celle qui fait la fierté des Français "liberté égalité fraternité" on peut toujours rêver non!

  • Par la saucisse intello - 18/04/2014 - 03:04 - Signaler un abus Alors aujourd'hui..............

    C'est sur cet article (ou plutôt ce ramassis de conneries !) que portera mon "cours de simplification" : Les fonctionnaires ont un taux d'absentéisme supérieur à la normale car ils sont mieux indemnisés que le privé, ne font que se conformer à une longue tradition, ne risquent aucun contrôle et au cas où par exception il en adviendrait un qui mettrait en évidence le caractère parfaitement bidon de l'arrêt maladie, il n'y aurait bien entendu aucune sanction. De plus, beaucoup d'entre eux n'étant pas d'une utilité flagrante, leur absence ne se remarque souvent même pas. Voilà,, c'est donc si difficile à dire ? Il est vrai que sciences po', cevipof, en voilà un qui nj'a pas du souvent sentir la sueur ! Anecdote : Lorsque notre fils est né, Madame (F.P.H) a repris son poste le lendemain même de la fin de son congé maternité. En la voyant arriver, ses collègues ont failli tomber à la renverse !

  • Par Fan2Bastiat - 18/04/2014 - 19:19 - Signaler un abus Blague?

    C'est une blague cet article, c'est ça? L'auteur, estimable et brillant sans aucun doute, travaille au CNRS. Mais quand est-il venu bosser en vrai (pas juste en observateur) dans une entreprise privée? Je refuse absolument de verser la moindre larme sur le sort des fonctionnaires prétendument "malheureux". Parce qu'on est malheureux, on sèche? Et puis quoi encore? Quand on est salariés, du public comme du privé, on a une obligation envers son employeur qui est de faire son job. Et si on n'est pas content, pas heureux, etc... on se prend en main et on cherche un autre job. Point barre. Les caissières de Franprix ne sont sûrement pas toutes heureuses, mais si elles sèchent, elle ont une franchise de 3 jours [ce qui diminue leur salaire de 13,6% quand même]; alors elles ne sèchent pas. Pour différentes raisons professionnelles, j'ai eu a fréquenter assidûment un ministère ces derniers mois, et le moins qu'on puisse dire c'est qu'on ne sent pas vraiment la transpiration, le sang ou les larmes dans les couloirs et les bureaux. En revanche, le nombre de bureaux vides peuvent donner des pistes pour l'hébergement des mal logés ou des sans abris; ça ne devrait pas déranger beaucoup.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Luc Rouban

Luc Rouban est directeur de recherches au CNRS et travaille au CEVIPOF depuis 1996 et à Sciences Po depuis 1987.

Il est l'auteur de La fonction publique en débat (Documentation française, 2014)

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€