Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 31 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Denis Payre, l'entrepreneur qui lançait un parti de la société civile pour réinjecter du bon sens dans le débat politique

Le cofondateur de Business Objects et fondateur de Kiala présente ce jeudi le mouvement politique "Nous, citoyens".

Tout simplement

Publié le
Denis Payre, l'entrepreneur qui lançait un parti de la société civile pour réinjecter du bon sens dans le débat politique

"Le modèle de l’Etat français est celui d’un Etat omniprésent qui fait pas confiance à la société civile."

Atlantico.fr : Vous lancez ce jeudi votre micro-parti "Nous Citoyens". Quel objectif poursuivez-vous à travers la création de ce nouveau mouvement ?

Denis Payre : Face à un pays bloqué, Nous Citoyens souhaitons mobiliser le plus grand nombre de citoyens pour mener rapidement les nombreuses réformes structurelles dont le pays a besoin et construire un projet de société attractif, mobilisateur, en phase avec une économie mondialisée et tirant partie des formidables atouts de notre pays.

Notre objectif est de proposer une nouvelle voie politique pour que les populistes ne se retrouvent pas à la tête de notre pays. Nous voulons donc apporter du bon sens au débat politique.

Pour cela, notre pays doit comprendre qu’il est un « surdoué qui s’ignore » ! La « marque France » attire le monde entier avec des populations toujours plus nombreuses à pouvoir acheter un produit ou un service français. Elle représente un atout économique considérable dans la mondialisation, un potentiel de croissance et de création d’emplois très important.

Les Français possèdent aussi des talents clés : ils font preuve d’une capacité de travail importante si un environnement motivant leur est proposé, ils possèdent une très grande maîtrise de la complexité, l’esprit de synthèse et une créativité reconnus dans le monde entier. Nous pouvons tirer parti de toutes les opportunités de croissance qu’offrent les révolutions technologiques et industrielles en cours. Cependant, nous subissons surtout les conséquences négatives de la mondialisation et nous ne profitons pas assez de ses impacts positifs car notre pays est bloqué.

Le modèle de l’Etat français est celui d’un Etat omniprésent qui fait pas confiance à la société civile. La France est sur le point de détenir le record des pays développés en matière de dépenses publiques avec 57% de son PIB qui y est consacré, provoquant d’importants gaspillages dénoncés régulièrement par la Cour des Comptes. Conséquence directe de cette gestion inefficace, des besoins de financements publics très significatifs, alimentés par des impôts qui augmentent sans cesse en pénalisant le pouvoir d’achat des plus modestes et en démotivant ceux qui tirent la dynamique économique. La dette publique explose elle aussi, car, même avec des impôts parmi les plus élevés du monde, il faut encore financer un déficit abyssal et emprunter toujours plus. L’administration pléthorique impose au pays une avalanche réglementaire paralysante. Au final, ce modèle provoque une hausse inexorable du chômage, une catastrophe pour notre société, en particulier pour les jeunes générations. La croissance en berne ne donne pas d’espoir sur un retour rapide de jours meilleurs avec les politiques actuelles. Parallèlement, notre Etat providence n’est plus en mesure de soutenir les plus fragiles et de lutter contre les inégalités, notamment en matière d’éducation.

Les hommes politiques sont-ils coupés des réalités du monde de l'entreprise ? En quoi ?

Oui les dirigeants politiques ne connaissent pas l’entreprise. Souvent fonctionnaires en activité ou politique de carrière, ils ne connaissent que le mode de fonctionnement de l’administration française, ultra centralisée et souvent archaïque dans son fonctionnement. Mon expérience est un exemple de cette méconnaissance.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par my3cents - 10/10/2013 - 12:59 - Signaler un abus Trop marqué à droite. Désolé, mais ca ne passera pas ...

    C'est intéressant, on est tous d'accord pour mettre un stop à ce bananier administratif mais ça restera circonscrit à de l'ultra minoritaire.

  • Par yavekapa - 10/10/2013 - 13:09 - Signaler un abus Ca me plaît, ça me parle, ça a beaucoup de sens

    J'adhère immédiatement

  • Par lsga - 10/10/2013 - 14:02 - Signaler un abus et un parti de Droite de plus !

    quelle belle idée !

  • Par un_lecteur - 10/10/2013 - 14:12 - Signaler un abus Une reussite

    Une reussite francaise creation en 1990, rapide developpement d'ou besoin de financements. Financements trouves aux USA , et entrée au Nasdaq en 1994. Rachat en 2008 par l'allemand SAP. Denis payer part en belgique en 1998 pour éviter d'être ruine par l'ISF. Devient business angel au Bénélux et aux USA. Revient en France après la limitation de l'ISF par sàrkozy. Il doit le regretter maintenant. http://www.lesechos.fr/17/03/2009/LesEchos/20385-13-ECH_denis-payre-de-retour-en-france-apres-dix-ans-d---exil-fiscal--.htm Une histoire typiquement française, en effet ! La liste des exiles fiscaux est bien longue. http://www.dreuz.info/2012/12/liste-des-minables-exiles-fiscaux-qui-sallonge-chaque-jour/ Denis payre est revenu et voudrait changer les choses : démarche courageuse et je lui souhaite de réussir. Il essaie la voie de la réforme, personnellement je pense que les choses ne pourront changer qu'après une explosion, comme en 1789.

  • Par un_lecteur - 10/10/2013 - 14:18 - Signaler un abus Il faut bien préciser

    Business objects, qui aurait pu devenir un Microsoft français, est maintenant une filiale de l'allemand SAP' C'est une entreprise allemande. Comme diraient certains : "casse toi pauvre conne"

  • Par un_lecteur - 10/10/2013 - 14:24 - Signaler un abus Autre précision

    Il a du quitter la France pour n'a pas être ruine, après deux lois du gouvernement Juppe "Il est alors confronté à deux lois votées par le gouvernement Juppé qui le mettent, ainsi que la société qu’il a fondé, dans une situation difficile : les charges sociales rétroactives sur les stock-options constituent une charge imprévisible très importante pour Business Objects, qui avait associé un grand nombre de ses salariés au capital pour en faire des co-entrepreneurs. La suppression du plafonnement de l’ISF le menace de ne pas être en mesure de pouvoir payer son impôt car son patrimoine était à cette époque virtuel, constitué à 90% de titres Business Objects. Il lui était très difficile de vendre ses actions. Il ne pouvait les vendre que dans des périodes et des quantités très limitées, étant considéré par la SEC, le gendarme de la bourse américain, comme un initié puisqu'il siégeait toujours au conseil d’administration de l’entreprise. Ces actions ne lui rapportaient rien et fluctuaient sans cesse dans des proportions importantes." Source : Wikipédia. Juppe, hollande bonnet blanc et blanc bonnet.

  • Par my3cents - 10/10/2013 - 14:31 - Signaler un abus Oui, visiblement, c'est une réussite.

    Mais il ne pourra pas échapper à ce genre de truc: http://www.rue89.com/2013/08/16/citoyens-lancien-exile-fiscal-veut-creer-parti-societe-civile-244943 En dépit de tout ses efforts, ce monsieur sera renvoyé dans les cordes par les moutons de Panurge, de droite, de gauche, du FN. Les commentaires sont édifiants, ils préfèrent se faire ruiner par des politicards professionnels, c'est malheureux mais c'est comme ça.

  • Par un_lecteur - 10/10/2013 - 14:35 - Signaler un abus Toujours Denis payre

    Création de kiala en 2001 par Denis payre. http://www.supplychainexpo.fr/Evenements/Rois2013/Forum-30dossiers/15-KIALA.pdf Livraison de colis avec points relais, pour entreprises et particuliers ( enfin sauf en France pour les particuliers, ah mais !) Encore une entreprise en plein développement crée par un français. Cocorico. Cocorico ? Euh, l'entreprise à été créée en belgique pendant l'exil fiscal, et son siège est a Bruxelles.

  • Par my3cents - 10/10/2013 - 14:38 - Signaler un abus 2

    Petite faute. c'est "tous", pas "tout". Par contre, je lui souhaite de se faire entendre. Peut être que les dégénérés politiques et le veau français qui a un bonnet d'âne sur la tête vont se mettre un peu de plomb dans la tête. (peu d'espoir)

  • Par isaconfiture - 10/10/2013 - 14:41 - Signaler un abus PESSIMISTES!

    Il faut positiver! Tous les commentateurs que je lis sont des loosers! On en a marre des pessimistes. Du courage et arrêtons de nous faire berner par tout le déjà vu! Isaconfiture.

  • Par my3cents - 10/10/2013 - 14:56 - Signaler un abus @ isaconfiture la winneuse...

    Allez, je suivrai. Voir comment ça évoluera.

  • Par lsga - 10/10/2013 - 15:15 - Signaler un abus @isaconfiture : assez d'accord avec vous

    sur le fait qu'il faut positiver, arrêter de dire que tout va mal, arrêter d'écouter les losers !   La France est une grande puissance, il ne tient qu'à nous d'être à la hauteur de nos aïeux !

  • Par FXMLIM - 10/10/2013 - 16:24 - Signaler un abus VOUS NE PARLEZ QUE D'ECONOMIE

    Un projet ne peut pas se construire qu'en se fixant sur la problématique économique, le problème Français est un problème social et mental. La France est soumise à Bruxelles , à une administration et une classe politique bloquées et sclérosée. Vous ne pourrez conduire vos projets que lorsque les partis Populistes auront remis de l'ordre ou auront permis de faire "péter ce Merdier" Le reste est nullement réaliste , vous n'avez pas bien pris le pouls de la France , les français ont la fièvre et la température monte et ce n'est pas les étudiants de 68 , vous avez à faire aux Français discrets qui bossent et qui en ont vraiment assez d'être pris pour des vaches à lait au profit de parasites . Ce que vous proposez à un sens qu'à la seule condition de rétablir une cohésion nationale et redonner un fondement au pacte républicain Laïc sans cela vous prêcherez dans le vent. Vous raisonnez en privilégié qui n'est nullement touché par les dérives sociales et idéologiques qui irritent la majorité de vos concitoyens qui sont excédés.

  • Par lsga - 10/10/2013 - 16:34 - Signaler un abus @ FXMLIM : seule l'économie compte

    le reste, c'est du préchi-précha bon pour les curés.   les français veulent du fric, voilà l'essentiel.

  • Par Flageolet - 10/10/2013 - 16:48 - Signaler un abus Nuit du 4 août

    FXMLIM a raison. Faire sauter les privilèges de la classe Administrative - politico administrative - et elle grande et longue cette classe, elle s'est partout infiltrée -- c'est la seule façon de remettre du moral aux français. Et pour cela, leur faire peur : voter populiste autrement pas un n'aura le moindre courage d'organiser une nuit du 4 août pour abolir les privilèges.

  • Par la saucisse intello - 10/10/2013 - 19:00 - Signaler un abus @ FXMLIM.........

    J'abonde dans votre sens. Tout le monde se focalise sur l'économie. Or elle est secondaire. Il nous faut d'abord sauver notre CIVILISATION. Et pour ça nettoyer députaille, syndicats, haute fonction publique, immigration de remplacement, associations et autres merdes. Ca urge !

  • Par un_lecteur - 10/10/2013 - 19:01 - Signaler un abus positivons ?

    à 99% le n'ai posté que des faits contrôlables. Refuser de voir les faits n'est pas le fait des winners, m

  • Par un_lecteur - 10/10/2013 - 19:02 - Signaler un abus positivons ?

    positivons ? à 99% le n'ai posté que des faits contrôlables. Refuser de voir les faits n'est pas le fait des "winners", mais des autruches.

  • Par gliocyte - 10/10/2013 - 20:02 - Signaler un abus @un-lecteur

    Que voulez-vous prouver concernant Denis Payre avec tous vos posts retraçant sa carrière, via ses sociétés? Perso, je ne vois pas...

  • Par jean fume - 10/10/2013 - 20:13 - Signaler un abus "Nous, citoyens" ?

    Il aurait été plus productif de l'appeler : "Nous contribuables" qui est beaucoup plus parlant. "Citoyens" est un terme beaucoup plus vague qui au final ne veut pas dire grand chose. Mais des tentatives de la sorte, il y en a eu des tas dans les passé, qui ont débouché sur ...... pas grand chose dont on ne se souvienne.

  • Par Equilibre - 10/10/2013 - 20:21 - Signaler un abus Oui et? Résumé d'un an de groslande

    Euro : acharnement thérapeutique Économie : continuation du naufrage Dette : vers l'infini et au delà ! Président de la jeunesse : une dans ta gueule, une dans ton cul (à moins que tu sois un jeune au sens PS, à savoir une racaille de la diversité la chance) Immigration : accélération de l'opération portes ouvertes Immobilier : toujours plus cher Gabegie publique et racket des ouvrieux : explosion des impôts Mariage pour tous : achever de détruire la famille pour instaurer l'Homme Nouveau Manif pour tous : répression, propagande grotesque Racailles du Trocadéro, pillards de Brétigny : impunité, propagande, mensonge d'Etat Loi prévoyant d'instaurer l'impunité pour tous les petits délinquants de droit commun Méric : mensonge d'État, inversion totale Syrie : manipulation, soumission, trahison, mensonge d'Etat Education : instauration de cours de catéchisme maçonnique . Mais surtout, le plus grave, c'est que les extrêmes montent. Relation cause/conséquence...

  • Par lsga - 11/10/2013 - 16:47 - Signaler un abus Le Beppe Grillo français ?

    à suivre...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Denis Payre

Denis Payre est le cofondateur de Business Objects et fondateur de Kiala. Il a lancé le mouvement politique "Nous, citoyens".

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€