Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 16 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Démocratie, géopolitique et économie : à quel point faut-il avoir peur du Front National ?

Marine Le Pen inquiète toujours une majorité absolue de Français selon un sondage Ifop pour Atlantico. Parfois à tort ou à raison sur le plan des valeurs démocratiques, des propositions économiques ou du point de vue de l'avenir des relations internationales de la France.

Grand méchant loup

Publié le - Mis à jour le 17 Mars 2017
Démocratie, géopolitique et économie : à quel point faut-il avoir peur du Front National ?

Atlantico : Aujourd'hui le Front national est une source d'inquiétude, comme le montre un sondage Ifop pour Atlantico, selon lequel Marine Le Pen "fait peur" à 55% des Français. Sur le plan des valeurs par exemple, peut-on vraiment considérer le Front National comme étant anti démocratique?

Erwan Lecoeur : Le Front national n'est pas un parti qui se propose ni se présente comme antidémocratique, au contraire. Il a même, dans une certaine mesure, une forme d'ultra démocratie de façade, puisqu'il se présente comme le parti le plus respectueux de la parole du peuple, qui ne serait pas aujourd'hui représenté correctement ni à l'Assemblée nationale ni dans différentes instances. Par ailleurs, en proposant le recours au référendum de façon régulière, il se présente comme une alternative à la confiscation du pouvoir par des élites et les fléaux que la classe politique aurait laissé se développer : l’immigration et le mondialisme en tête.

Pour autant, en termes de gouvernance, le Front National a toujours été et reste fondamentalement un parti autocratique, à la fois dans son fonctionnement interne depuis ses débuts, mais aussi dans la façon il envisage d'exercer le pouvoir. Il propose une forme de dirigisme de l’État, au nom des nécessités de changement et de l’orientation radicale de certaines de ses propositions (en matière sociétale, par exemple). Dans les années 80, le Front national mettait en avant les réussites de pays comme le Chili de Pinochet, ou d'autres Etats du monde dirigés d'une main de fer par des personnalités qui ont concentré le pouvoir dans quelques mains. Derrière son discours sur le pouvoir du peuple, à bien des niveaux, on pourrait dire que l'imaginaire politique qu'il représente en France se rapproche beaucoup plus aujourd’hui du régime de Vladimir Poutine en Russie, ou de ce que Donald Trump donne à voir aux USA, voire des nationalistes hindouistes en Inde, que de la tradition démocratique européenne, ou française. C’est le cas de la plupart des régimes populistes et nationalistes, qui construisent un peuple sur une base « ethnico-religieusse » (Inde, USA) et entendent régler les problèmes de façon nette et directe, au nom d’une certaine efficacité. Le FN est dans la lignée de ces courants de pensée et la démocratie est une modalité qu’il peut aménager pour accéder au pouvoir. 

François Martin : Le FN n’est certainement pas un parti antidémocratique. Il ne propose pas, que je sache, de remplacer la démocratie ni même la République par un autre régime. De ce point de vue, il est nettement plus démocratique que ne l’était par exemple le Parti communiste du temps de la guerre froide. Par ailleurs, il ne défend pas d’opinions qui seraient intolérables en démocratie comme le racisme, l’antisémitisme ou la haine des étrangers. Enfin, le FN ne propose pas, que je sache, de supprimer du bloc constitutionnel la déclaration des droits de 1789 ni les autres principes sur lesquels la jurisprudence du Conseil constitutionnel s’est fondée pour garantir le respect des droits et libertés. Tous ces principes ont une valeur supérieure à la loi et continueraient à s’appliquer si Mme Le Pen était élue !

Depuis des dizaines d’années, le FN a souvent été présenté à tort, par une partie de la classe politique et une majorité des médias, comme un parti raciste, voire héritier des nazis, qui rappellerait les fameuses « heures les plus sombres de notre Histoire » et finalement serait un danger pour la démocratie et la république. Cette « diabolisation », entretenue il est vrai par les nombreux dérapages pénalement condamnés de Jean-Marie Le Pen, est la cause directe de la montée du FN. En s’interdisant d’évoquer certains sujets ou de proposer certaines mesures, sous le seul prétexte que cela pourrait rejoindre les thèmes mis en avant par le FN, on lui a laissé le monopole de l’opposition sur des questions comme l’immigration, l’insécurité, l’islam, mais aussi la construction européenne. Si au lieu d’imposer une pensée unique, tous ces sujets avaient été débattus, le FN ne serait pas à son niveau actuel. Ce qui n’est pas démocratique, c’est qu’un parti représentant un socle d’au moins 20% des électeurs, et parfois nettement plus, soit si faiblement représenté au Parlement. Cette situation ne fait qu’alimenter la position victimaire et antisystème du FN.

La question des « valeurs » est plus complexe car ce terme peut avoir une multiplicité de sens, qui évoluent d’ailleurs dans le temps. Il est clair que le FN ne partage pas les valeurs mises en avant par la gauche, notamment depuis son virage idéologique inspiré par Terra Nova, et reprises par une bonne partie de la droite : la mondialisation heureuse, l’immigration vue comme une chance, toujours plus d’Europe et moins de frontières, etc. Mais on peut ne pas se reconnaître pleinement dans ces valeurs, et en mettre d’autres en avant comme le patriotisme, la souveraineté nationale, voire la préférence nationale, sans être antidémocratique ni antirépublicain. Ici encore, c’est la volonté de la gauche, avec l’assentiment d’une bonne partie de la droite, d’imposer une pensée unique qui « fait le jeu du Front National ».

En matière d'économie, jusqu'à quel point doit-on s'inquiéter du programme du Front national et quels moyens pourraient-ils utiliser pour mettre en place les promesses de campagne ?

Erwan Lecoeur : L'économie a toujours été le point faible de ce parti. Depuis ses débuts ultra libéraux avec Jean-Marie Le Pen qui était un admirateur de Ronald Reagan et de Pinochet, puis le passage par l'époque mégrétiste, avec une vision à la fois très libérale et nationaliste, jusqu'à la séquence actuelle dans laquelle Marine Le Pen tente un virage social, reprenant parfois des thèmes de la gauche sur la nécessité d'un État protecteur. Ce mélange donne parfois des résultats surprenants, que beaucoup d'économistes estiment incompatibles, voire incohérents. Au-delà de la sortie de l’euro, qui pose de sérieux problèmes pour l’épargne et la crédibilité internationale, le coût de la plupart des mesures envisagées ne peut pas être supporté sans une très forte progression des impôts. Et pourtant, le programme envisage une baisse des cotisations et taxes. Entre libéralisme et protectionnisme  il y a encore un certain nombre de flous et de déclarations de principes dans le programme économique du Front National, que l'appellation générique de capitalisme patriotique ne peut pas complètement masquer. Dans l’air du temps, on voit aussi émerger des emprunts réguliers aux théories écologistes et aux idées de consommation locales, comme nouveau dada des théories frontistes. Et dans le même temps, le FN continue de soutenir les industries les plus polluantes, les plus destructrices, tant qu'elles sont françaises et qu’elles assurent  la sauvegarde de l'emploi national et le PIB. 

François Martin : Le programme économique du FN est un véritable fourre-tout, d’ailleurs pas si éloigné de celui de M. Mélenchon avec qui il partage un discours de rupture radicale. Deux points sont à souligner.

D’abord, c’est sur le plan économique que le programme du FN serait le plus difficile à appliquer. En effet, renforcer le protectionnisme, ou sortir de l’euro, ne peut se décréter par une décision du Président de la République. Il faut des lois et un Parlement pour les approuver. C’est ce qui sera le plus difficile. Malgré « l’effet majoritaire », il est peu probable que Mme Le Pen, élue Présidente, puisse former un gouvernement disposant d’une majorité FN à l’Assemblée. Or, sans majorité pour le soutenir, un gouvernement ne gouverne pas, il ne peut pratiquement rien décider et par conséquent, il ne peut pas conduire une politique économique, a fortiori si cette dernière est en rupture avec les contraintes juridiques qui s’imposent aujourd’hui.

Le second point rejoint la première question. Le protectionnisme et l’euro sont des sujets tabous. Les Etats-Unis ou la Chine peuvent faire du protectionnisme, l’Europe et donc la France n’en a pas le droit. Quant à l’euro, on nous annonce l’apocalypse si on en sortait. Il est vrai qu’on nous avait annoncé le paradis si on y entrait : il y a une forme de cohérence ! Au lieu de jeter l’anathème, les hommes politiques devraient expliquer clairement, avec pédagogie, chiffres et théories économiques à l’appui, ce qui se produirait ou risquerait de se produire en cas de sortie de l’euro, en respectant toutes les opinions au lieu de professer des vérités révélées.

Au niveau géopolitique, est-ce que les inquiétudes que suscite Marine Le Pen sont réellement fondées ? Là encore, quels moyens peuvent-ils utiliser pour appliquer leur programme ?

Erwan Lecoeur : Sur le plan international, le Front national reste un parti constitué sur une vision de la puissance et de la dissuasion à tout prix. Son imaginaire de fond reste celui de l'empire français colonial, dans lequel a grandi Jean-Marie Le Pen, et bon nombre de ses amis de l’époque. Il reste de cette époque un imaginaire d'une France conquérante et agressive, qui donne encore le fondement de la vision géopolitique de ce parti et de la plupart de ses cadres. Il y a donc une approche militariste des rapports entre les nations et un appel à la grandeur et à la force, même si cela doit mener au pire. Par ailleurs, le chaos international actuel laisse une place au discours guerrier que l'on sent monter dans et à la tête des grandes puissances : de Poutine à Trump. Et les dirigeants du Front national ne se cachent pas d’être proches de ces deux leaders et de leurs analyses tranchée et risquées, sur la situation internationale. Que l’on pense à la place de l’Otan, au réarmement en cours dans ces pays, ou au refus de l’Europe en termes de défense. Au-delà d'une question de posture politique et de stratégie électoraliste, le Front national est le porteur d'un possible renversement de doctrine géopolitique au niveau européen s’iil venant à prendre le pouvoir en France. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle certains soupçonnent parfois l’influence de certaines puissances étrangères dans le jeu politique national.

François Martin : Je suis frappé par l’infantilisme du débat politique sur ces questions, en supposant d’ailleurs qu’il y ait débat. L’Otan est-il toujours une structure adaptée pour la protection de l’Europe ? Quelle doit-être l’ambition militaire de l’Europe ? La France doit-elle maintenir sa force de dissuasion nucléaire ? Quel est le niveau opérationnel réel de l’armée française et quelles doivent être ses missions ? Faut-il un second porte-avions, ou faut-il supprimer l’actuel ? Ce sont des sujets complexes sur lesquels il n’y a aucun débat public sérieux. En réalité, il n’y a plus de stratégie, au sens où cette dernière consiste à identifier les ennemis (ou les menaces), à les hiérarchiser, et à se doter des moyens de leur faire face. La question n’est pas de savoir si M. Poutine est gentil ou méchant. Elle est d’analyser le rôle de la France et de l’Europe dans le jeu international, en essayant de voir beaucoup plus loin que l’horizon d’un quinquennat. Ce qui devrait inquiéter, c’est la poursuite du statu quo actuel où rien n’est décidé, rien n’est clair.

Aujourd'hui, Marine Le Pen a assuré que, si elle est élue, elle quitterait le pouvoir si le "non" l'emporte au référendum qu'elle organisera sur la sortie de l'euro. Quelles sont les conséquences de cette démarche en termes de gouvernance ? 

Erwan Lecoeur : C'est une des stratégies développées depuis plusieurs années par le Front National. Il ne s'agit plus d'imposer à tout prix une vision politique cet des mesures, mais un style, une façon de gouverner qui donne le sentiment que le pouvoir frontiste serait en phase avec le peuple français. Un référendum sur l'euro serait évidemment précédé d’une campagne et d'un grand débat sur l'Europe et l'importance de redonner sa grandeur à la France. En arrière plan, on voit bien aussi comment la désintégration de l'Europe est en ligne de mire et pourrait laisser d'autres grandes puissances prendre un leadership mondial sans craindre un désaveu de l'Union européenne. La proposition lepéniste va bien plus loin que celle d'un nouveau Brexit : la sortie de l’Euro et le Frexit, ce serait la fin de l’Union et de sa place dans le concert mondial. 

D’un point de vue strictement politique, la promesse de gouverner par grand référendum sur les sujets importants est à double tranchant : c'est à la fois une version populiste de la gouvernance démocratique, qui laisse planer le risque de référendums très orientés sur des sujets qui pourraient diviser le pays et entraîner des fractures sociales et sociétales très forte. On pense à la peine de mort, à la politique de défense, ou à des questions autour de l’immigration.  L'autre utilité de ce type d'annonce est de donner au Front National un vernis démocratique qui assume son populisme et qui cherche en même temps à évoquer une forme de filiation avec le Gaullisme et le référendum de 1969.

François Martin : Promettre de quitter le pouvoir en cas d’échec d’un tel référendum a une certaine logique, si on considère que la sortie de l’euro serait la motivation principale pouvant conduire à l’élection de Mme Le Pen ; je n’en suis pas convaincu. Il est probable qu’une grande partie des électeurs du FN, et des électeurs tout court, n’ont grand-chose à faire de l’euro et s’intéressent plus au pouvoir d’achat, au chômage, à l’insécurité et à l’avenir de leurs enfants.Cela dit, l’organisation d’un référendum serait sans doute la seule solution envisageable sur un tel sujet, d’un point de vue démocratique. Mais encore faudrait-il qu’il soit préparé sérieusement, par un débat public impartial et de qualité : on n’en prend guère le chemin.

Pour le coup, c’est sans doute ce qui pourrait être le plus dangereux sur le plan institutionnel. En supposant que Mme Le Pen soit élue, qu’elle organise ce référendum, et qu’elle le perde, cela signifierait de nouvelles élections, une nouvelle campagne, et quand on voit le niveau de l’actuelle, cela peut qu'inquiéter !

 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par horus35 - 12/03/2017 - 11:25 - Signaler un abus Vaine polemique !

    Qu'on le veuille ou pas, le temps du FN semble arrivé !Et tout ca par la faute( ou grace)des politiques de gauche et de droite qui par les saloperies qu'ils ont imposé aux Francais depuis des decennies l'ont amené au niveau actuel ! Alors nous sortir des" parti autocratique" ou des "parti anti-democratique" est une blague pour gogos décérébrés, mais surtout une grande peur de se voir degager du paysage ! A tirer la queue du tigre trop longtemps on risque un coup de griffe mortel ! Reposez en paix !

  • Par cavalier26 - 12/03/2017 - 11:30 - Signaler un abus Une campagne médiocre

    Il y a de la médiocrité médiatique qui paralyse. Bientôt Fillon sera l’incarnation de Brutus, de Ravailhac et de Mesrine, si on se fie aux média. Ce qui devrait intéresser les électeurs c’est avant tout le chômage et le pouvoir d’achat, la sécurité et la défense, l’instruction et la justice. On n’en prend pas le chemin hélas ! Quelle dette va t’on laisser à nos enfants, quel avenir pour eux ? Hiérarchiser les besoins vitaux plutôt que de chercher la différence entre un prêt de 50000 € à Fillon, remboursé d’ailleurs et celui de Macron sans intérêts de 500000 €. L’achat des vêtements de Fillon est mis en épingle, les dépenses publiques exagérées de Macron minimisées. Les éléphants, à l’image des rats, quittent leurs navires en péril, rejoignent une bouée en vogue, sans faire face, c’est à leur image ! Quant au FN c’est un aimant qui attire tous les déçus, ils ne votent pas pour le FN, mais contre quelque chose.Que Marine propose une renégociation sur l’Europe plutôt qu’un Frexit, une structure de l’Europe représentative politiquement et sur le plan mondial, qui ne repose pas seulement sur les fonctionnaires grassement payés et des nullités en politique, elle aura gagné.

  • Par Armand Chazal - 12/03/2017 - 11:41 - Signaler un abus Je n'en veux pas, par Armand Chazal

    Peur ? Non ! Mais des craintes. Avez-vous envie de tâter du fascisme ? D'avoir à baisser la tête devant un chef ? Moi pas. Le programme du FN est un fourre-tout attrape-nigauds, irréaliste sur bien des points et pétri de contradictions Définitivement non; Question : la République a-t-elle besoin d'une présidence ? Lui faut-il un substitut à un individu souverain ?

  • Par vangog - 12/03/2017 - 12:11 - Signaler un abus Hé ho, Atlantico! Si vous souhaitez vaincre les peurs

    enfantines des Français, et disserter à propos du Front National et de la politique qu'il serait amené à appliquer, s'il devenait majoritaire à l'assemblée, mieux vaut ne pas demander à un socialistologue biberonné à la pensée unique! Excepté les poncifs gauchistes éculés sur le Front National, le propagandiste vient nous livrer ses fantasmes naïfs a propos "d'industries destructrices"???? Quelles sont ces fameuses "industries destructrices" qu'exècrent les enseignants trotskystes des facs de sociologie? Je connais surtout des "politiques destructrices" d'industrie et d'emplois, mais il semble que ce soit l'inverse pour le socialistologue...heureusement que le fonctionnaire anonyme relève le débat! Mais quelle est cette "démocratie socialiste" où les fonctionnaires doivent se cacher pour évoquer la politique qu' "appliquerait le FN, si...". Le socialistologue ne s'est pas caché pour nous livrer ses fantasmes pré- digérés, lui! Mais passons ces digressions, et reconnaissons qu'Atlantico a fait un effort surhumain pour surmonter sa haine du FN et accepter le débat! Oui, il faut un 2D porte-avions! oui, il faut arriver à une Défense de notre territoire à 2% du PIB, puis 3% du PIB!...

  • Par vangog - 12/03/2017 - 12:24 - Signaler un abus Suite du débat...

    Oui, il faut reconstruire une industrie détruite par la gauche (sens très large)! Oui, il faut imposer à Bruxelles la solidarité et le respect des peuples, une Défense commune et une coopération intelligente fondée sur l'Europe des Nations libres, et non ce gloubi-boulga europeiste, mélange pervers de socialisme, d'écologisme punitif et de capitalisme de connivence, qui nous emmène droit vers le gouffre des dettes et du chômage! si, pour le socialistologue, les "industries destructrices" sont celles qui ont permis à la France de devenir la 4eme puissance mondiale (puis de régresser sous les coups de frein du gauchisme), alors nous sommes très mal barrés avec de tels nazes qui transmettent un enseignement destructeur aux têtes faciles à manipuler...la France a besoin, plus que tout, d'une industrie nucléaire sûre, performante et avant-gardiste, comme elle en avait une avant gauchisme! car cette industrie nucléaire permettra de vaincre le déficit commercial creusé par Macron-Rothschild, permettra de gagner notre indépendance énergétique, vis à vis des dictatures socialistes algériennes ou Wahabites. De même, la France a besoin d'une industrie numérique d'avant-garde...

  • Par Nicolas V - 12/03/2017 - 12:27 - Signaler un abus Le je m'en foutisme total

    Comment les "partis de gouvernement " osent-ils présenter un budget chiffré alors qu'il ne repose sur rien - l'invasion massive va nous plomber de 30 millards - le versement au budget de l'UE nous plombe de 8/9 millards par an Il en découle la mort de notre agriculture, la poursuite de la désinstruisalisation , donc moins de cotisations et d'impôts - il nous faut une monnaie nationale - sortir de la loi Rothschild félonne de 1973 - un territoire national - la fin des régions et de l'intercommunalité Exactement le contraire de PS/LR/UDI et satellites Voilà pour le programme économique ds les grandes lignes

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 12/03/2017 - 12:27 - Signaler un abus Trabajo si ! Samba no !!!!! Le contrepied !

    Questions démocratie et géopolitique....Même pas peur, car elle ne peut pas faire pire que Hollande ou Sarkozy. Question démocratie elle ne peut pas faire pire que ce qu'a fait Flamby en laissant se développer les ZAD, nuits débouts, manifs Cégetistes et autres crasseux, tous les jours pendant l'état d'urgence...Question géopolitique, elle ne pourra faire que mieux par rapport au suivisme Américain de ses prédécesseurs en Lybie, Ukraine, Syrie etc...Alors le point essentiel qui fait vraiment peur, c'est son programme économique digne de Mélanchon et Chavez réunis pour appliquer la doctrine de Fidel Castro : "TRABAJO...NO........! SAMBA...SI.......!" capable de ruiner le pays en un seul quinquennat.

  • Par vangog - 12/03/2017 - 12:37 - Signaler un abus Suite du débat...

    La France a besoin, d'urgence, de développer une recherche d'avant-garde dans le domaine du numérique, afin de rattraper les trente années de retard du gauchisme. La surpuissance américaine dans le domaine numérique est le grand danger stratégique des décennies futures. Car, à cause du gauchisme-à-tous les étages de notre apparente démocratie, c'est toute notre économie qui est soumise au diktat américain. Ces redoutables impérialistes économiques nous imposent leur technologie, leurs produits et leur espionnage. Cette soumission à la voix de l'Amérique est intolérable car elle nous rend hyper-vulnerables, en cas de désaccord commercial, militaire, politique etc...le Front National relancera intensément La Défense française, la recherche afin de re-sécuriser l'industrie nucléaire détruite par la gauche (c'est sans doute ce que voulait signifier le socialistologue...), et la recherche numérique, afin de s'affranchir de nos dépendances mortelles aux USA et aux dictatures socialistes et Wahabites...et ça, la liberté, ça fait peur! hein?

  • Par Nicolas V - 12/03/2017 - 12:39 - Signaler un abus Réorienter les fonctionnaires

    1 ex : hier, discussion av un auto-entrepreneur : le RSI m'a adressé une facture de 23000€, appel d'huissier etc... j'envoie l'huissier sur les roses , je paierai pas. Av le RSI, j'envoie RAR, vous me taxez de 23000 , c'est ni mon bénéfice ni même mon CA, envoyez-moi facture justifiée. In fine, ce fut 2000€ justifiés. Sortons les entrepreneurs de ce racket, supprimons le RSI. Des fonctionnaires inutiles alors que nous manquons de policiers, gendarmes, armee , que nos soldats achètent eux-mêmes un équipement qui tient la route , qu'on manque d'infirmiers et d'aide-soignants, on trouvera bien à occuper les inutiles, ce n'est d'ailleurs pas leur faute

  • Par Nicolas V - 12/03/2017 - 12:58 - Signaler un abus Programme digne de Mélenchon et Chavez ?

    Mais en quoi ? S'occuper des classes populaires et des classes moyennes est-ce d'extrême-gauche ? Rejeter la discrimination positive de Macron, qu'il prévoit au détriment des Français, c'est d'extrême-gauche ? Face à un état détruit, rétablir un état stratège, c'est extrême-gauche ? C'est l'antithèse de l'extreme-Gauche. Nous vivons déjà ds 1structure communiste av l'UE, nous vivons sous le jour Clintonien/obamesque . On redevient Français. St aux peurs, le Brexit a fait dévaluer la livre de 15%, les 3 premiers jours (elle était surévaluée de 10%). Ça a fait exploser les exportations, tt le peuple en a profité , puis la £ a recouvré sa cote initiale (+ 10%) ms les parts de marché prises ont été consolidées. Non, le programme économique n'est pas le point faible du FN.

  • Par abracadarixelle - 12/03/2017 - 13:03 - Signaler un abus La démocratie actuelle...

    me semble très relative ; nous sommes abreuvés d'informations orientées , d' options électorales planquées sous des dehors respectables ; bref la liberté de pensée est bien contrariée . Et je ne parle même pas de la liberté de parole maintenant que chaque mot est disséqué par des enc...de mouche de façon à vous mettre toujours dans votre tort.....Alors si la démocratie sous Marine s'accompagne de quelques coups de pied au cul, je n'ai rien contre !

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 12/03/2017 - 13:22 - Signaler un abus S'occuper des classes d

    S'occuper des classes d'assistés c'est créer encore plus d'assistanat. S'occuper de l'économie, c'est s'occuper des entreprises donc de l'emploi, et c'est ce qui fait la différence car c'est l'emploi qui enrichit les classes populaires qui n'auront plus besoin de l'assistanat de gauche...

  • Par Papy Geon - 12/03/2017 - 13:23 - Signaler un abus L’association des deux mots « FN » et « peur » est étonnante.

    Je sais, c’est hors sujet, mais j’associerais plutôt le mot « Individus adoubés Young Leaders » au mot « peur » dans ce genre de question. Une question qui ferait ainsi référence à des personnes baptisées par une organisation venue d’ailleurs (apatride ?), œuvrant en terre étrangère, dite « occidentale », mais non européenne en tout cas. Leurs besogneux sont prêts à dire ou à faire n’importe quoi pour passer en force cette année, comme en 2012. Il leur restera ensuite cinq ans pour achever le malade, en le faisant entrer en grande dépendance. Il faut bien constater le phénomène suivant : au fur et à mesure que leur part augmente dans nos gouvernements, le phénomène de rejet par les Français s’amplifie en proportion. Question d’instinct, rejet de greffons, constat d’incompétence ? Tout cela à la fois ? Il y a forcément un vice quelque part pour que tout aille si mal. Comment font les autres pays, qui se passent des services de ces gens-là, et dont l’économie prospère? Les Allemands n’en ont pas (leur patronne est technicienne de formation), les Russes ou les chinois non plus...

  • Par cloette - 12/03/2017 - 13:41 - Signaler un abus Et Macron

    N'est il pas dangereux ? Danger par une idéologie du mondialisme où le marché est roi . On a eu le communisme international, on a le mondialisme international aussi . Or les nations s'entendent bien entre elles quand elles sont fortes .La paix du monde ce sont les nations chacune prospère, ou aidées si elles le sont moins .

  • Par POLITQ - 12/03/2017 - 13:58 - Signaler un abus ANCIEN ELEVE DE L'ENA…...

    "François Martin"…. Ça nous rassure sur la justesse de l'analyse de ce type….. Les énarques nous montrent depuis 50 ans des cerveaux malades, débiles, toxiques, sales, néfastes, criminels, … Ils m'inspirent une haine mortelle au sens propre. Mais je n'aurai pas les c…… de faire ce que j'ai envie de faire…..

  • Par POLITQ - 12/03/2017 - 14:08 - Signaler un abus ANCIEN ELEVE DE L'ENA…...

    Donc, pour finir. C'est sûr : le FN est sûrement PIRE que ceux qui ont DETRUIT NOTRE INDUSTRIE, créé 6 MILLIONS DE CHOMEURS, accepté 3-4 MILLIONS D'IMMIGRES CLANDESTINS, laissé se développer des COMPORTEMENTS INCONTROLABLES AGRESSIFS, DESTRUCTEURS, CRIMINELS, des SYNDICATS, des ETUDIANTS, des ALTERMONDIALISTES, des GAUCHOS, créé une DETTE DE 2 500 MILLIARDS d'€ plus 3 000 milliards de DETTE CACHEE soit 5 500 MILLIARDS soit env 160 000€ par Français je crois, laissé développer UNE CASTE POLITIQUE CORROMPUE JUSQU'A L'OS, etc, etc….. Le FN PEUT-IL FAIRE PIRE….. ????

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 12/03/2017 - 14:37 - Signaler un abus @politiq

    Ben oui...! C'est pire, parce que malgré leurs efforts les anciens énarques n'ont pas totalement réussis à faire mourir le pays... Par contre le "Philippot nouveau" est arrivé, et gràce à la machine de Marine, ........lui, ne mettra pas cinq ans pour finir le boulôt de ses prédécesseurs....

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 12/03/2017 - 14:39 - Signaler un abus Je me répète....

    Mais merde à mon correcteur d'orthographe !!!!

  • Par Deudeuche - 12/03/2017 - 14:44 - Signaler un abus @Polito

    Le sort de la Bastille pour l'ENA (Strasbourg au bord de l'Ill près du pont Vauban). Pas nécessaire de mettre la tête du directeur au bout d'une pique!

  • Par joseph jean - 12/03/2017 - 14:48 - Signaler un abus Oui vangog

    Je suis d'accord avec toi

  • Par gerint - 12/03/2017 - 15:13 - Signaler un abus Pour moi comme pour Gaino

    Macron est pire que MLP donc je voterai MLP si Fillon est battu

  • Par g16 - 12/03/2017 - 16:26 - Signaler un abus Les peurs

    La question n'est pas si le FN fait peur, mais plutôt de savoir qui à peur du FN, en partie, tous ceux qui ont gouvernés depuis 40 ans sans jamais remettre la France debout, puis les très hauts fonctionnaires qui en connivences avec les gros industriels et le monde caché des administrateurs de banques et Cie d'assurances, seront virés par le FN et se verront déchus de leurs pouvoirs, lorsque marine aura installé le peuple à l'Elisée.

  • Par cloette - 12/03/2017 - 16:35 - Signaler un abus Le FN

    Est donc le grand méchant loup , Je verrais plutôt Macron dans ce rôle , ça va mieux à son genre de beauté !

  • Par lasenorita - 12/03/2017 - 17:41 - Signaler un abus ''Avoir peur du F.N.''

    Nos politicards ne pensent qu'à ''lutter contre le F.N.'' au lieu d'essayer, plutôt, de ''lutter contre le terrorisme''.. Les Français en ont MARRE de ces musulmans qui nous envahissent, commettent des attentats, etc.. Ils en ont MARE,aussi,de nos frontières-passoires et ils en ont MARRE également,de la Commission Européenne qui nous ''impose'' de prendre des migrants musulmans-terroristes,chez nous,et de leur donner les sous des Français qui travaillent et qui sont,eux,accablés d'impôts! ..Le 2 mars 2017:La Commission Européenne a ''durci le ton, menaçant de sanctions ses Etats membres qui refusent d'accueillir des réfugiés!'' ..N'oublions pas que 2 des kamikazes du 13 Novembre étaient des ''migrants''.. Nos gauchistes, qui nous gouvernent, ''obligent'' des maires à accepter de prendre des migrants dans leur ville!. .Nous ne pouvons plus faire ce qui nous plaît en France: c'est une dictature ce gouvernement de gauchistes!

  • Par toupoilu - 12/03/2017 - 17:46 - Signaler un abus Merci pour ce cet article honnete,

    Commencer a envisager les conséquences d'une victoire de MLP, c'est déjà un peu une victoire. Est ce que marine est dangereuse ?. Je ne crois pas en ce qui concerne la démocratie ou elle est souvent la seule a défendre les libertés publiques, ni les relations extérieures ou elle s'oppose souvent à l’aventurisme extérieur. Sur ces deux sujets, elle est même particulièrement raisonnable, et si la peur perdure, il sera assez facile de convaincre qu'il n'en est rien.

  • Par Leucate - 12/03/2017 - 17:48 - Signaler un abus Un parti respectueux de la démocratie, le FN

    Ce n'est pas un parti marxiste, il n'y a donc aucune crainte de "fascisme" qui est la marque du socialisme. Il n'y a aucun risque de prise de pouvoir communiste en vue d'instaurer un pouvoir soviétique en France. Tout risque d'instauration d'un régime militaire autoritaire de droite de type franquiste (Pinochet au Chili) est donc exclu. Le FN est un parti démocratique de droite, composé de membres venant des différentes familles de la droite, ayant aussi des préoccupations sociales, ce qui le classe parmi les partis conservateurs européens. Depuis 1981 et plus exactement 1983 quand Chirac, qui en avait marre d'être de droite, vira sa cutie, la France a été gouvernée par deux gauches, une marxiste qui a pris le monopole des élégances démocratiques avec le Politiquement Correct, et l'autre marxisante, le RPR.UMP.LR, qui a accepté l'hégémonie culturelle de la gauche socialiste et qui tremble devant ses oukases. Seul parti vraiment à droite, le FN prend aujourd'hui la place qui lui revient dans le spectre politique français, devenu très à gauche depuis 1981 et le ralliement du RPR aux idées de gauche.

  • Par toupoilu - 12/03/2017 - 18:02 - Signaler un abus Reste la question économique,

    Le fameux "philippopot" mélanchoniste. Excellente trouvaille des les républicains, qui il faut le dire a un peu marché. Le problème, c'est que dans les 144 propositions 2017 de la candidate, on ne trouve pas ce mélanchonisme. Je vous invite a vous faire une idée vous même en le lisant, ce n'est pas bien long et très instructif de se renseigner à la source. Les mesures "dépensières" sont celles ci: la retraite à 60 ans (pas énorme si on compte les effets de vase communicant venant de l'assurance chomage), la revalorisation de l'AAH (handicapés), la PPA (environ 80 euros jusqu'a 1500 euros de salaire, nécessaire pour compenser les hausses des prix des importations), le dégel du point d'indice FP, et...pas mal de baisses d’impôts. Pas si terrible. Et puis il y a l'euro. Le choix (s'il est entre ces deux la) est donc, souverainisme et donc monnaie nationale ou continuation avec Macron de: La préférence immigrée jusqu’à la disparition, le pédagogisme destructeur à l'école à la NVB, le laxisme judiciaire à la Taubira, la discrimination positive, pour un programme économique mi chèvre mi chou à l’intérieur des contraintes européennes, qui ne résoudra rien. Faites vos choix.

  • Par Flamel - 12/03/2017 - 18:18 - Signaler un abus Marine Le Pen inaugure commissariats et prisons...pendant un an.

    Faux débat que tout cela, puisque Marine Le Pen n'aura jamais une majorité parlementaire pour gouverner. Erwann Lecoeur dramatise pour faire peur avec le FN, en laissant penser que ce parti "belliqueux" nous emmènera vers la guerre d'expansion, c'est grotesque. Quant à François Martin, il prend les Français pour des imbéciles, en imaginant qu'ils se fichent de l'euro. Les sondages montrent clairement que les Français redoutent une sortie de l"euro, et ils ont raison. Et si Marine Le Pen est élue, ce ne sera pas du tout par adhésion pour cette sortie, mais simplement par effet combiné de l'échec personnel de Fillon du 1er tour, puis d'une campagne pro-mondialisation et pro-immigration menée par Macron. Il est clair qu'elle sera battue dans ce référendum et quittra le pouvoir, comme de Gaulle a dû le faire en 1969. Sans doute sans regret ...puisqu'elle aura passé une année sans pouvoir agir, coincée avec une cohabitation à majorité LR et un Wauquiez premier ministre. Enfin bon, elle touchera quand même sa retraite de présidente...

  • Par Leucate - 12/03/2017 - 18:55 - Signaler un abus @toupoilu - retraite à 60 ans

    Le salarié PEUT prendre sa retraite à 60 ans, mais pour l'avoir à taux plein, il lui faudra 42 annuités. Ce sera donc valable pour ceux qui ont commencé à travailler très jeunes, pour les autres, ceux qui ont fait des études longues (3 à 5 après le bac), il faudra qu'ils partent un peu plus tard. Sachant qu'en France l'âge moyen du bac est environ 18 ans. Il n'y a donc pas de quoi casser trois pattes à un canard même enchaîné.

  • Par Leucate - 12/03/2017 - 19:00 - Signaler un abus @Flamel - sortie de l'euro

    L'euro aura sans doute explosé en vol parce que d'autres pays supportent cette monnaie de plus en plus mal et que les pays en bonne santé sont hors euroland .. L'élection de Marine Le Pen pourra être l'élément déclenchant de la crise avant même que les négociations sur la sortie de l'euro aient même commencé. La crise pourrait également concerner l'UE, mal conçue sur des piliers bancaux, qui n'a été rendue possible que par la forfaiture des européistes dont Sarkosy qui s'est assis sur le référendum sur le TCE. Il pourrait donc y avoir retour au Marché Commun ou autre chose à imaginer.

  • Par Leucate - 12/03/2017 - 19:08 - Signaler un abus @Flamel - les législatives.

    La situation actuelle montre à l'évidence que LR est quasiment divisé en deux ou trois partis différents. Les législatives seront le déclencheur de la scission. Normalement, l'électeur confirme son vote de la présidentielle, il est donc probable que le FN seul aura un nombre important de députés, mais pas de quoi faire une majorité. Il lui faudra donc faire des alliance, ce sera sans doute avec la droite de LR, d'abord durant le scrutin et particulièrement au second tour, pour éviter les triangulaires et favoriser l'élection soit d'un FN/RBM soit d'un LR de droite et mattre ainsi la gauche (LR centriste, PS canal historique et canal habituel) à la portion congrue. Pour le reste, le FN et la droite LR est d'accord sur presque tout à l'exception de la politique européenne. Dans un gouvernement de coalition, chacun fait des concessions. Pour l'Euro, je peux très bien imaginer que l'accord consisterait à ne pas casser la baraque mais qu'à la première crise, on retire nos billes.

  • Par clint - 12/03/2017 - 19:29 - Signaler un abus @vangog : recherche avant garde ds numérique : on l' a !

    Il y a entre autre l' Ecole 42 ! Ah mais c'est Niel, il est de gauche, donc tout est à jeter ! Quant aux GAFA, si ils sont contre la fermeture des frontières, c'est que comme par hasard beaucoup d'excellents informaticiens sont étrangers : indiens, et oh horreur même musulmans ! Vous ne croyez tout de même pas que la petite France enfermée dans ces petites frontières Maginot, avec ses toutes petites exploitations non rentables, ces artisans, ses PME de la sous traitance complètement dépendantes des grandes entreprises, ses fourneaux d'un autre âge, et ses "petits vieux" qui idéalisent le bon vieux temps, ... ne va pas perdre grace à vous la place déjà chancelante de la 5ème économis mondiale !

  • Par Semper Fi - 12/03/2017 - 20:54 - Signaler un abus @Leucate

    Pas faux, sauf que je ne pense pas que le nombre de députés FN soit si important que cela. Je penche plutôt pour victoire MLP aux présidentielles suivie d'une victoire LR aux législatives, et en revanche victoire Macron impliquerait alors victoire socialo-centriste (avec tous les encartés PS actuels se rebaptisant "en marche")... Csq : Fillon au 1er tour, et si pas qualifié MLP au 2nd.

  • Par vangog - 13/03/2017 - 04:21 - Signaler un abus @clint j'évoque un plan beaucoup plus ambitieux

    que l'école 42...de grands investissements d'état pour l'émergence des génériques du numérique, afin de se défaire de la dépendance américaine.

  • Par Rosalain 44 - 13/03/2017 - 06:04 - Signaler un abus Ayons peur... oui, mais de l'arbre qui cache la forêt maléfique.

    Le FN, une très grande majorité des Français n'en veut pas, pas plus aujourd'hui qu'hier. Le vrai danger vient de l'utilisation médiatique qui est faite du phénomène FN. Pendant que l'on disserte sur "à quel point faut-il avoir peur du Front National ?" l'oligarchie régnante organise son retour ou plutôt la continuité du pillage économique, culturel et démocratique de la France.

  • Par cloette - 13/03/2017 - 07:29 - Signaler un abus Le vrai danger est Macron

    Mais tout le monde le sait .

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 13/03/2017 - 15:26 - Signaler un abus @vanguogue

    Il ne peut plus y avoir de plan ambitieux dans un pays qui représente 1% de la population mondiale, et bientôt en 2050, moins de 0,7%..... La France est devenu un nain économique, qui croit encore disposer d'un pouvoir politique.. Enfin il n'y a que la Marine pour y croire encore parce-que ça l'arrange. Mais il est certain que si on s'affranchit de la domination américaine, ce sera pour tomber sous la coupe des Chinois qui déjà maîtrisent sans partage les plus gros outils informatiques.. donc toute la recherche à venir ...

  • Par vangog - 13/03/2017 - 20:27 - Signaler un abus @Paulquimousse Vous vous trumpez!

    La France possède les meilleures écoles d'ingénieurs, chercheurs au monde. Son immense créativité n'est qu'endormie, sous dictature socialiste paralysante et lobotomisante. Grâce au Front National et la reviviscence identitaire, la créativité française sera stimulée dans tous les domaines abandonnés par la gauche (sens très large): recherche médicale( I-médecine), pharmaceutique, numérique, robotique, espace, armements etc...il suffit d'y croire, afin de redevenir la cinquième puissance mondiale! Et, lorsque l'Europe des Nations libres sera créée, la France proposera à ses partenaires toutes les coopérations possibles dans ces domaines, où les compétences multiples sont les bienvenues. Avant le désastre de l'UE ouverte à tous les vents mauvais, l'Europe savait coopérer afin de créer les immenses réussites Ariane, Airbus etc...il ne tient qu'à la France libérée du socialisme de ré-initier ces coopérations avec nos voisins (pourquoi pas avec ceux qui sont sortis de l'UE, et qui ont donc repris leur liberté et leur marge de manœuvre comme la GB?).

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 13/03/2017 - 20:41 - Signaler un abus @vangogue

    Il ne vous aura pas échappé que le monde a changé depuis 1967 ..... En 2022 la France aura un président musulman, en 2027 elle aura le même problème à règler que l'Algérie en 1991.....le fondamentalisme religieux !!..........alors si vous croyez encore au Père Noel, c'est vrai que vous vivrez mieux les dix prochaines années....!!!!

  • Par vangog - 13/03/2017 - 22:46 - Signaler un abus @Paulsuimousse "Le Monde a changé"...

    mais la France gauchiste a régressé, sur tous les plans! Il ne faut pas avoir peur de prendre du passé ce qui a bien fonctionné et donné des résultats, et d'éviter toutes les erreurs qui ont abouti à des échecs...pour le gauchisme, c'est tout!

  • Par ikaris - 13/03/2017 - 23:35 - Signaler un abus Ce Erwan Lecoeur est vraiment une truffe

    même à Libé ils trouveraient qu'il sent le rance.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Erwan Lecoeur

Erwan Lecoeur, est sociologue et consultant en communication politique.

Il est l'auteur Des Écologistes en politique (Editions Lignes de repère, 2011)

 

Voir la bio en entier

François Martin

François Martin est haut-fonctionnaire, ancien élève de l'Ena. Soumis au devoir de réserve, il s'exprime ici sous pseudonyme.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€