Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 25 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Défilé militaire : les moyens d'aujourd'hui seront-ils adaptés aux guerres de demain ?

Les armées "traditionnelles" paradent ce 14 juillet sur les Champs-Elysées, mais la réalité de la guerre du futur pourrait ne pas ressembler à ce que nous imaginons d'un conflit.

Nouveau visage

Publié le - Mis à jour le 15 Juillet 2013
Défilé militaire : les moyens d'aujourd'hui seront-ils adaptés aux guerres de demain ?

Atlantico : A quoi la guerre du XXI siècle ressemblera-t-elle ? Est-on en mesure d'établir une typologie des conflits du futur ?

Burno Tertrais : En partie à celle du XXème… On peut encore avoir de grandes batailles aéroterrestres, par exemple entre l’Inde et le Pakistan. Mais on aura sans doute une grande diversité d’affrontements : guerres civiles menées avec des moyens rudimentaires – la grande majorité des conflits aujourd’hui ; conflits de haute intensité technologique menés dans les cinq dimensions (terre, air, mer, espace, cyberespace) ; conflits opposant des États à des quasi-Etats bien armés tels que le Hezbollah…

Deux tendances lourdes en tout cas : l’action à distance, via les missiles, les drones, et les ordinateurs ; et des forces plus efficaces, plus coûteuses, moins nombreuses.

 

Quel rôle les armées de terre ont-elles encore à jouer ? Faut-il voir dans l'intervention française au Mali la preuve que des guerres conventionnelles peuvent encore avoir lieu ?

Les armées de terre gardent un rôle central sur l’espace eurasiatique, où l’on trouve encore des « armées de masse ». Et pour tous les pays, l’action au sol reste absolument irremplaçable, que ce soit directement ou via des alliés locaux (cf. Kosovo, Libye, etc.). Sans oublier le rôle croissant des forces spéciales au sol!

Ce qu’on verra sans doute moins, en tout cas pour un temps, ce sont des gros volumes de forces terrestres occidentales stationnés longtemps dans un pays lointain, même avec un mandat international. Par ailleurs, les guerres inter-étatiques classiques sont devenues très rares.   

Les exercices de combats aériens qui ont lieu en ce moment en Norvège dans le cadre de l'OTAN, et qui rassemblent en tout 80 avions de chasse, ont-il encore une raison d'être ? Étant donné que les pilotes eux-mêmes reconnaissent qu'ils ne retrouvent pas de telles situations de combat ailleurs, à quoi ces exercices les préparent-ils ?

Ces exercices ont une double vocation : entraînement à l’agilité des pilotes, et démonstration politique de la cohésion d’une alliance ou de la détermination à défendre la souveraineté d’un pays. Mais il est vrai que les combats aériens traditionnels sont devenus très rares.

Les puissances en forte croissance comme la Chine développent considérablement leurs forces armées, dont la marine. Quel sera le rôle de cette dernière dans les conflits à venir ?

Fondamental, bien sûr. L’explosion du commerce, l’exploitation croissante des ressources hauturières et à l’avenir des fonds marins, les différends territoriaux en Asie, les pirates et les trafiquants - ces derniers de mieux en mieux équipés - tout ceci rendra les marines incontournables. Sans oublier leur rôle dans la dissuasion nucléaire. La prochaine guerre en Asie commencera peut-être par un accrochage en mer de Chine du sud ou de Chine orientale.

Finalement, la guerre du futur se fera-t-elle derrière un écran d'ordinateur ? Les avions, les hélicoptères, et pourquoi pas les véhicules terrestres, seront-ils tous guidés à distance ?

L’écran d’ordinateur sera partout… y compris sur le champ de bataille. Les soldats de l’infanterie auront un jour chacun leur micro-terminal, multipliant l’efficacité de leur action. Les drones sont appelés à jouer un rôle de plus en plus important. La robotisation terrestre arrivera un jour… Mais on en est encore loin. Et ce n’est pas un robot qui fera le contact avec les populations locales ! La place de l’homme restera centrale. On a rien trouvé de mieux qu’un cerveau humain sur place pour réagir rapidement à des situations complexes en prenant en compte tous les paramètres, y compris moraux…

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Bara - 14/07/2013 - 10:11 - Signaler un abus La guerre de demain sera menée contre l'information

    Ces moyens traditionnels sont en effet peu adaptés. La guerre se gagne d'abord contre l'information: intercepter les communications, convaincre les opinions, empêcher les concertations de l'ennemi. Deux choses deviennent primordiales: la capacité à se projeter vite et loin. Au Mali, ce ne sont pas les chars Leclerc ni les Rafale qui étaient nécessaire, mais les fantassins et les hélicoptères. Quant aux guerres civiles que l'avenir nous réserve: mortiers, snipers, moyens mobiles et rapides, tirs en rafale...

  • Par saarlun - 14/07/2013 - 11:57 - Signaler un abus On se réveille

    Moyens traditionnels? Guerre? Hum! Quelqu'un pense- t'il sérieusement que nous ferons le poids en cas de conflit, d'autant plus que celui-ci s'annonce mondial car pour le moment il n'existe aucun autre moyen de relancer une économie en berne. Equipés ou non nous serons les premiers à en faire les frais entourés que nous sommes par les super puissances, nous sommes ridicules.

  • Par la saucisse intello - 14/07/2013 - 12:46 - Signaler un abus C'est sur que....

    Les "Leclerc" de la photo seront d'une grande utilité quand il faudra nettoyer les cavec des "técis". Parce que ne nous leurrons pas, le prochain champ de bataille est LA et pas ailleurs. Ceux qui ont vu le film "Stalingrad" ont une idée trés précise de ce que sera LE futur conflit. Et l'on ne se "projettera" pas au-delà du périph ! Au fait, avec le prix d'un Leclerc, on a combien de lance-flamme ? (avec les recharges !) . Et dans le cas d'un conflit planetaire, l'armée française assurera.....la cantine des officiers ! Comme durant la guerre du golfe ! Car quan "l'ours", le général américain récemment décedé Norman Schwartzkopff disait "french army as done a fantastic job", il parlait de la popote à laquelle il s'invitait régulièrement. Et pas des "exploits" de nos traine-serpillère sur le terrain !

  • Par jean fume - 14/07/2013 - 13:54 - Signaler un abus Vision très claire la Saucisse.

    Et très pertinente. La prochaine guerre se fera dans les caves et au lance flamme. Mais les "Leclerc", peuvent encore servir à encercler le quartier, avant de les mettre au rebut.

  • Par Vinas Veritas - 14/07/2013 - 17:42 - Signaler un abus Coucou la Saucisse

    Là, désolé mais tu as grillé. autant j'adore tes commentaires mais perfides autant que pertinents mais dans ce contexte, les cités, les gros chars de combats sont d'une dérisoire utilité. Le char Leclerc, comme le char Abrams sont des engins conçus pour les terrains urbains, pas le combat de rue. La France comme les armées US déploient leurs chars en ville pour le plaisir de la publicité : nos chars sont en ligne et photographiés par la presse pour le public.

  • Par Vinas Veritas - 14/07/2013 - 17:44 - Signaler un abus ops -

    il faut lire ouverts à la place de urbains

  • Par unlecteur - 14/07/2013 - 18:03 - Signaler un abus Le futur...

    ... ennemi c'est la cinquième colonne. Elle est déjà dans nos murs, majoritairement en banlieue.

  • Par la saucisse intello - 14/07/2013 - 19:05 - Signaler un abus @ Vinas Veritas....

    Quand j'ai écrit "seront d'une grande utilité", jaurais du signaler que c'est de L'HUMOUR !

  • Par un_lecteur - 14/07/2013 - 20:33 - Signaler un abus Guerres de demain

    De grands massacres (c'est déjà commencé) : la loi de l'offre et de la demande est une loi universelle qui s'applique aussi à l'humain. Avec 7 milliards d'humains, la vie humaine n'a plus beaucoup de valeur. . Des guerres de remplacement, il n'y à plus assez d'espace, plus assez d'eau...exterminer pour prendre la place et guerre des utérus. . Guerres urbaines, plus de la moitié de la population mondiale vit en zone urbaine : c'est la que ça se passera. Pour ces guerre, pas de matériel sophistiqué : soit pistolets mitrailleurs, lance-flammes et armes blanches pour tuer en détail, soit bombes ou gaz pour tuer en masse.

  • Par Glop Glop - 14/07/2013 - 22:08 - Signaler un abus L'une des meilleures armes de demain...

    ... sera le fusil de chasse car ce sera dans les villes avec les chances que nous connaissons. Lord Lovat, qui avait débarqué à la tête de ses commandos en 1944, expliquait que son choix d'rmement s'était porté, pour lui, sur un fusil de chasse car dans les combats de rue qui était inévitables pour prendre les communes les unes après les autres sans oublier les étroites coursives de bunkers, il fallait "tirer vite et bien sans avoir le temps de s'appliquer à viser" selon ses propres termes. Pour ce qui est de nettoyer au préalable les quartiers, l'artillerie mobile et de mortiers à moyenne et courte distance seront une première approche suivi de quelques hectolitres de napalm. Le reste ne sera que finition plus ou moins aisée. Un "Leclerc" en travers d'un autoroute freine aisément un go fast. Finition par sniper. En vérité, le seul vrai problème de la guerre, c'est d'apprendre à vomir qu'après.

  • Par Vinas Veritas - 14/07/2013 - 22:09 - Signaler un abus OK, La saucisse est toujours bonne

    Avec humour aussi, je pense que les canons de 155 placés à moins de 30 km des banlieue plus trop françaises feront un travail de nettoyage aussi sinon plus efficace. ces nettoyage des immeubles délabrés permettra sans doute une reconstruction mieux adaptée aux besoin d'une France réunie autour de valeurs soudées. et puis les batiments abandonnées suite à ces frappes risquent moins de se retrouvés squattées, tant pis pour les écologistes, il n'y a pas de fumée sans feu disent certains, là il n'y aura pas à faire le déblaiement secondaire après les le dégagements des squatteurs primaires

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Bruno Tertrais

Directeur-adjoint à la Fondation pour la Recherche Stratégique (FRS).

Spécialiste des questions stratégiques

Dernier ouvrage paru : La revanche de l'Histoire, aux Editions Odile Jacob

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€