Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 18 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le déficit du commerce extérieur français ou le prix à payer pour un demi siècle de lâcheté et d’erreur

Le président de la République revient à peine de Chine, avec une méga-commande d’Airbus, que les chiffres du commerce extérieur pour l’année 2017 marquent une nouvelle aggravation, encore.

Atlantico Business

Publié le
Le déficit du commerce extérieur français ou le prix à payer pour un demi siècle de lâcheté et d’erreur

On savait que le commerce extérieur n’était pas brillantissime mais à ce point-là, non ! Ce déficit de 65 milliards d’euros est annoncé alors que le président rentre à peine de Chine avec des valises de contrats - une nouvelle commande de 184 Airbus, un chantier gigantesque pour Areva. Ces bulletins de victoire ne changeront rien. Sur le front du commerce extérieur, la France s’est installée en bon dernier de la classe des pays occidentaux.

On n’arrête pas de dire que tout va bien, et pourtant, le déficit du commerce extérieur français va encore se creuser de 14 milliards par rapport à 2016.

Si le déficit extérieur français est abyssal, c’est d’abord à cause de la France qui refuse de regarder en face les vraies causes de son mal.

C’est une catastrophe pour l’avenir de notre pays et son indépendance. C’est une honte pour les dirigeants successifs qui ont refusé de regarder les vraies causes, parce qu’on est bien là devant  le mal français, la source de toutes nos lâchetés et de toutes nos difficultés

On peut toujours se satisfaire du retour de la croissance, d’un soutien à la consommation et d’une reprise de l’investissement. N’empêche qu’on est de plus en plus dépendant de l’étranger.

Nous consommons plus que ce que nous produisons. Donc nous achetons à l‘étranger beaucoup plus que ce que nous vendons. Nos importations dépassent de plus de 60 milliards d’euros par an nos exportations, c’est à dire ce que nous vendons. Le déficit avec la Chine compte déjà 30 milliards à lui seul.

Qu’on le veuille ou non, cet écart, il faut le payer. Alors on emprunte, on fait appel à des actionnaires étrangers, on hypothèque nos châteaux, nos vignobles, nos entreprises et notre avenir et on ne dit pas que tout cela est nocif à terme. Surtout pas.   

On peut toujours expliquer que si on retire de la statistique les achats de pétrole, le déficit serait beaucoup plus raisonnable. Peut être, sauf qu’on a besoin de pétrole et qu'on n’a pas de quoi le payer. On peut aussi nous raconter que la France vend des services, des Airbus, des centrales nucléaires, des hôtels, du tourisme... Sans doute mais on n‘en vend pas suffisamment.

Il faut arrêter de fermer les yeux. La France consomme et ne produit pas ce qui pourrait intéresser les clients éventuels.

Plus grave, plus on va améliorer la croissance, la consommation, l’activité, l’emploi et l’investissement, plus on va creuser notre commerce extérieur. C’est le serpent qui se mord la queue !

Sans ouvrir un séminaire d’économie internationale, les deux raisons de la dégradation de notre commerce extérieur depuis 20 ans sont évidentes et simples.

La première raison : notre compétitivité n’est pas au niveau de la concurrence internationale. Le manque de compétitivité coût d’abord. Nos produits étaient trop chers, nous sommes donc allés les faire fabriquer à l’extérieur du territoire, dans la première phase de la mondialisation. C’est ainsi que l’industrie textile et une grande partie de l’industrie mécanique ont été déménagées au Maghreb puis en Turquie, en Chine ou même au Bangladesh. Cette compétitivité coût n’est plus le problème central. Les baisses de charges, le CICE ont réduit une partie du gap.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par DANIEL74000 - 11/01/2018 - 08:27 - Signaler un abus Le bon sens

    Le changement c'est la continuité ! Le gouvernement continue à écouter les hauts fonctionnaires qui sont les pilleurs de notre pays. Il est temps de couper les têtes des responsables du gaspillage qui pour faire des économie commencent à dépenser l'argent du peuple. Le sage PINAY avait en 1974 suggéré aux oligarques qui avaient pris le pouvoir de : "remplacer les charges sur salaires par une taxe sur tout chiffre d'affaires (et non une TVA récupérable par certains) et une taxe sur les énergies produites et consommées". Trop simple lorsque l'on ne sait faire que compliqué ! Avec ce système simple nul besoin de grandes conférences ou de comités théodule, du bon sens et du respect de l'argent qui ne nous appartient pas

  • Par vangog - 11/01/2018 - 10:28 - Signaler un abus Qui proposait d’affronter la concurrence internationale...

    lors de la dernière Présidentielle? Vous n’avez pas eu le courage de l’avouer, Sylvestre, mais c’etait pourtant Marine Le Pen! Elle n’aurait pas subi une telle aggravation du déficit commercial en baissant les bras et elle se serait battue, sur tous les fronts. Pendant que le journaleux godillot faisaient du Trump-bashing, celui-ci signait des accords de coopération economique bilatéraux avec de nombreux pays (dernièrement la Norvège), confortant ainsi l’avenir de l’industrie américaine relocalisée. Oh, certes. le déficit américain n’est pas brillant, mais il est essentiellement dû à des importations d’acier et de pétrole, qui stimuleront les importations futures. Macron-Attali, lui, fait ami-ami avec un fasciste socialiste qui ne rêve que de nous exporter ses produits bas-de-gamme et de copier notre reste de technologie vieillissante...une tuerie pour la France gauchiste!

  • Par Pourquoi-pas31 - 11/01/2018 - 13:18 - Signaler un abus Sylvestre ou la Belle au BOIS DORMANT

    Ce monsieur se reveille après de nombreuses années d'écritures vides de toute réalité. Qui l'a embrassé sur la bouche ?

  • Par zelectron - 11/01/2018 - 15:28 - Signaler un abus 1980, 2 millions de fonctionnaires, 2016, 6,5 millions !

    le PIB est largement (odieusement) siphonné par l'hyper-ponxtion publique (danaïdesque) et ne peut donc pas abonder le tissu des PMI/ETI potentiellement exportatrices.

  • Par ISABLEUE - 12/01/2018 - 11:09 - Signaler un abus à force de vouloir être internationalistes, nos gouvernements

    successifs ont fait un certain nombre d'erreurs. A croire que le mot économie est un gros mot. Le fameux "marché Commun" a encore a aggravé les choses. Pouvons-nous faire un retour en arrière ? Nous sommes aussi responsables de nos achats, mais malheureusement, si vous trouver une machine à laver ou un aspirateur fabriqué en France, dites le moi !! Les vêtements n'en parlons pas !! Personnellement, j'achète Made in Italie, quand je suis sur de sa provenance....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€