Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 24 Février 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Découverte : une étude met en évidence le lien étonnant entre la maladie d’Alzheimer et la consommation de sucre

Le sucre, omniprésent dans les régimes alimentaires occidentaux serait lié au déclin cognitif selon une étude publiée dans la revue "Diabetologia".

Déclin cognitif

Publié le
Découverte : une étude met en évidence le lien étonnant entre la maladie d’Alzheimer et la consommation de sucre

Atlantico :  Une étude publiée dans le journal "Diabetologia" a suivi plus de 5000 personnes sur plus de 10 ans et a permis de rapprocher l'excès de sucre de l'accélération du déclin cognitif. Aujourd'hui, que sait-on des conséquences de l'excès de sucre sur notre cerveau ?

Stéphane Gayet : Le sucre dont se nourrissent nos tissus et nos cellules est essentiellement le glucose, un sucre simple. Tous nos tissus et toutes nos cellules ont besoin de glucose et d’oxygène. Une privation de l’un ou de l’autre a de graves conséquences, jusqu’à la mort cellulaire. Parmi toutes les cellules qui constituent notre corps, les cellules nerveuses sont particulièrement précieuses, car elles sont les actrices de notre pensée, de notre vie de relation et de notre survie. Or, elles n’ont pas la même faculté de se multiplier que les cellules des autres tissus.

Le glucose et l’oxygène doivent donc être fournis à toutes nos cellules et en permanence. Une baisse sévère de la concentration du sang en glucose (hypoglycémie) ou en oxygène (hypoxémie) entraîne une souffrance des tissus et des cellules. Les cellules nerveuses qui sont très sensibles à cette privation risquent d’en mourir, à l’origine de séquelles.

Mais l’excès de glucose ou d’oxygène n’est pas tellement meilleur. L’hyperglycémie et l’hyperoxie se montrent toxiques, mais pas de façon aiguë comme l’hypoglycémie et l’hypoxémie : uniquement à moyen et long terme. En d’autres termes, notre cerveau et l’ensemble de nos cellules du reste ont besoin d’avoir un apport en glucose et en oxygène permanent et régulier. Chez un sujet qui ne souffre pas de diabète, un apport massif de sucre comme du saccharose – composé de glucose et de fructose – produit une hyperglycémie qui est ensuite corrigée par une sécrétion réactionnelle d’insuline, l’hormone hypoglycémiante. Mais cette charge glucidique, si elle se répète souvent, peut à la longue causer des dégâts, car la réponse insulinique n’est pratiquement jamais parfaitement adaptée.

Toujours est-il que le sucre en excès se révèle toxique pour toutes nos cellules et particulièrement pour nos cellules nerveuses et vasculaires. Ce sont surtout les grandes variations de la glycémie qui sont nocives. Car notre organisme s’efforce de les corriger, mais la réaction n’est jamais aussi adaptée que nécessaire et de plus elle peut se montrer elle-même toxique. En effet, le catabolisme de l’insuline est susceptible d’être lui aussi neurotoxique. L’étude citée en référence prouve à nouveau la toxicité cérébrale du sucre. La consommation exagérée de saccharose - non adaptée à nos besoins - semble bel et bien favoriser le déclin cognitif, qui est irréversible. Cela par une action toxique tant sur les cellules nerveuses que sur les micro vaisseaux des tissus nerveux. Ce déclin cognitif se manifeste par une diminution de la mémoire et une altération de la capacité d’analyse et de jugement.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ajm - 29/01/2018 - 12:41 - Signaler un abus Succession de modes

    Il faut se souvenir de routes lrs modes medicales: il y a 50 ans le sel rrait l' ennemi, puis les graisses et maintenant le sucre.

  • Par Ex abrupto - 29/01/2018 - 17:39 - Signaler un abus à ajm

    Le sel + les graisses + le sucre ...et attendez la suite!!!

  • Par Cervières - 29/01/2018 - 19:16 - Signaler un abus Le sel toujours,...

    le sucre très nettement aujourd'hui, les graisses semblent être moins toxiques aujourd'hui qu'on a pu le croire...

  • Par Zendog - 29/01/2018 - 19:53 - Signaler un abus Tout est toxique ... ou pas

    La maladie d'Alzheimer reste mystérieuse, on lui trouve des liens avec l'aluminium de certains vaccins, avec la consommation de benzodiazépines, maintenant avec le sucre. Mais la cause réelle reste inconnue. De nos jours, tout est toxique, à se demander comment il se fait qu'il y ait tant de centenaires.

  • Par Stéphane Gayet - 29/01/2018 - 20:47 - Signaler un abus Aluminium et maladie d'Alzheimer

    Il est vrai que l'on a incriminé l'aluminium il y a quelques années. L'Institut de veille sanitaire (aujourd'hui Santé publique France) a effectué une très importante analyse presque exhaustive de la littérature scientifique mondiale à ce sujet : il n'y a aucun argument en faveur de la responsabilité de l'aluminium dans la malade d'Alzheimer. Le dossier est téléchargeable. Cela dit, vous avez raison : les données scientifiques sont rarement pérennes.

  • Par Stéphane Gayet - 30/01/2018 - 11:03 - Signaler un abus Tout est toxique : pourquoi y-a-t-il tant de centenaires ?

    Beaucoup de choses sont toxiques en effet. Mais d’une part, beaucoup d’éléments toxiques sont compensés par des produits protecteurs et détoxifiants : nous consommons beaucoup de vitamines, d’antioxydants, d’oméga-3, d’oméga-6 et autres lipides polyinsaturés. De plus, les activités professionnelles et domestiques sont de moins en moins fatigantes et usantes. Nous avons beaucoup de temps de repos. Enfin, la prise en charge médicale est performante. Toutes ces actions compensent les produits toxiques. Mais vous n’avez pas tort en ce sens que l’on isole artificiellement tel ou tel facteur. Par exemple, les sucres font grossir car leur excédant est transformé en graisse qui s’accumule sous la peau et dans les organes. Le tissu adipeux en excès se loge dans la paroi abdominale et constitue un danger pour tout notre corps. Mais on oublie de dire qu’il est une source d’énergie en cas de besoin et qu’il a une action sur la thymie : une personne obèse devient triste en maigrissant et les obèses sont souvent des personnes joviales et gaies.

  • Par lexxis - 30/01/2018 - 15:59 - Signaler un abus UN AUTEUR QUI RÉPOND!

    Le sujet n'est pas de ma compétence, mais l'article est clair et je suis extrêmement sensible au soin que prend son auteur de répondre en détail aux interrogations de ses lecteurs. C'est rare, et c'est un exemple qu'on aimerait voir se développer!

  • Par Stéphane Gayet - 31/01/2018 - 12:32 - Signaler un abus Réponses aux commentaires et questions

    Je vous en remercie lexxis. Un article est souvent trop court et pas assez explicite ou détaillé sur certains aspects. Les réactions des lecteurs sont toujours à prendre en considération, même quand elles sont hors sujet ou provocatrices, ce qui arrive. Je crois que le fait de répondre aux remarques contribue à donner du crédit à l'article et à son journal. On n'en a pas toujours l'envie ni le temps, mais on s'efforce de le faire car c'est à mon avis utile et même nécessaire.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Stéphane Gayet

Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€