Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 22 Août 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Débat présidentiel : comment l'affaire de Benghazi risque d'effacer les bons résultats d'Obama en politique étrangère

Alors que le troisième et dernier débat pour la course à la Maison Blanche entre Barack Obama et Mitt Romney se tient ce soir, les deux candidats sont au coude-à-coude dans la plupart des sondages. Comment l'affaire de Benghazi va peser sur cette troisième confrontation et risque de balayer les bons résultats d'Obama en politique étrangère, notamment la capture de Ben Landen.

Présidentielle américaine

Publié le

L’affaire de Benghazi promet d’occuper une place proéminente dans le débat de ce soir. Enjeux, la place et le rôle de l’Amérique dans le monde à venir. Ce lundi 22 octobre à l’Université Lynn de Boca Raton en Floride, Barack Obama et Mitt Romney se retrouveront pour leur troisième, et dernière, confrontation (21h00 locales, 03h00 mardi marin heure française). Le débat portera sur les affaires étrangères et sera modéré par Bob Schieffer de la chaine télévisée CBS. Faut-il en attendre des étincelles?

La réponse est oui. Trois fois oui.

Un, la controverse autour de la tragédie de Benghazi rend ce débat d’une actualité brûlante. Deux, les candidats ont des visions radicalement différentes du rôle de l’Amérique dans le monde au XXIe siècle. Trois, ce sera l’ultime chance pour Mitt Romney de déstabiliser un président sur lequel il ne parvient pas à prendre l’ascendant dans les sondages. Inversement ce sera, pour le président, l’occasion de le décrédibiliser définitivement, en soulignant son manque d’expérience sur un terrain que lui maîtrise désormais parfaitement. 

Traditionnellement, ce ne sont pas les questions internationales qui décident d’une élection présidentielle aux Etats-Unis. L’exception notable fut l’élection de 1980 où le fiasco américain en Iran – révolution islamique, prise en otage des membres de l’ambassade de Téhéran et opération commando ratée pour les délivrer- eut une influence directe sur la défaite de Jimmy Carter face à Ronald Reagan. Or cette année les Républicains rêvent d’une « cartérisation » de Barack Obama.

La capture et la mort de Ben Laden, en mai 2011, se devait d’offrir à Barack Obama, une garantie d’immunité face à cet écueil. La tragédie de Benghazi a changé la donne. Parce qu’elle a mis en lumière les possibles errances de l’administration.

Le 11 septembre dernier, date anniversaire des attentats de 2001, le consulat américain de Benghazi en Libye était pris d’assaut par des émeutiers armés de fusils mitrailleurs, de grenades incendiaires et de lance-roquettes. L’attaque, qui dura plus de quatre heures, coûta la vie à l’ambassadeur américain en Libye, Christopher Stevens et trois membres de sa sécurité.

Le même jour l’ambassade des Etats-Unis au Caire était envahie par une foule en colère. Cette colère, dirent les médias, s’expliquait par la diffusion sur Internet d’un film ridiculisant Mahomet. Dans les jours qui suivirent les chancelleries américaines d’une vingtaine de pays du monde musulman furent la cible d’émeutiers. On vit leurs locaux caillassés des drapeaux américains brûlés…

Dès le 12 septembre, le président Obama condamnait « les attaques » contre le consulat de Benghazi, affirmant que leurs auteurs seraient pourchassés et amenés devant la justice. Il condamnait aussi les « actes de terreur » et toute forme de manifestation portant préjudice à la religion des uns ou des autres.

Le 14, Jay Carney, porte-parole de la présidence, réaffirmait que les évènements du 11 étaient une réponse spontanée à la diffusion de la désormais notoire vidéo anti-musulmane. Le dimanche 16, sur les plateaux de télévision, Susan Rice, ambassadrice américaine à l’Onu, confirmait cette analyse. Pourtant dès le 12 septembre certains journaux et sites Internet avaient fait état du caractère « organisé » et « planifié » de l’attaque de Benghazi, qui en faisait un acte terroriste.

Pourquoi cette réticence de la Maison Blanche à caractériser cet évènement comme tel ? Pour deux raisons. Un, parce qu’une telle concession serait reconnaître que la révolution libyenne, soutenue en son temps par Obama, qui s’était alors vanté de « mener depuis l’arrière » (« lead from behind ») a favorisé le retour d’Al Qaida dans cette partie du monde. Deux, parce que ce serait reconnaître aussi que l’administration avait mal évalué la situation en particulier le risque sécuritaire encouru par ses diplomates.

Lors du débat du 16 octobre Mitt Romney et le président Obama se sont accrochés sur la question. Laissant sa résolution en suspens. Notamment du fait de l’intervention inopinée, et pas forcément justifiée, mais fort avantageuse pour le président Obama, de la modératrice Candy Crowley…
Mitt Romney va-t-il revenir sur cet incident dans le débat de ce soir. C’est probable. Il a tout à y gagner. Il doit en effet démontrer que l’administration Obama projette à l’extérieur une image de faiblesse qui porte préjudice aux intérêts américains, s’il veut emporter le débat. Quoi de mieux pour le prouver que de souligner ses hésitations et contradictions…

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par J 'accuse - 22/10/2012 - 16:54 - Signaler un abus Avantage Obama, dites-vous ?

    Je ne comprends pas qu'on puisse parler de "bons résultats d'Obama en politique étrangère". 1) Il voulait tendre la main à l'Iran pour résoudre la question nucléaire : fiasco 2) Il voulait tendre la main aux Arabes (discours du Caire); s'il a amélioré l'image des États-Unis par rapport à l'époque Bush, c'est plus parce qu'il est que parce qu'il a fait; globalement, un fiasco 3) La mort de Ben Laden lui est crédité sans grand mérite de sa part, et l'attentat de Bengazhi montre que, même sans lui, Al-Qaïda peut encore nuire gravement aux USA. 4) Guantanamo devait être fermée 5) Les guerres en Irak et Afghanistan se terminent d'elles-mêmes plus qu'il y met fin; et la situation dans ces pays est toujours inquiétante 6) Il ne s'est engagé en Libye qu'avec réticence et sur l'insistance de Sarkozy, et n'y est pas considéré comme un libérateur 7) Son impuissance à agir en Syrie est patente. Il ne peut en aucun cas prétendre qu'il "maîtrise parfaitement ce terrain", au vu de ses résultats. Ni président de guerre, ni lauréat méritant du prix Nobel, Obama n'a pas placé son pays en position de sécurité convaincante, sans pour autant le montrer en leader de la paix dans le monde.

  • Par Balyre - 22/10/2012 - 17:18 - Signaler un abus Par pitié...

    "Décrédibiliser"... pourquoi employer ce barbarisme de journaleux alors que la langue française nous offre un élégant "discréditer" ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Gérald Olivier

Gérald Olivier est journaliste et  partage sa vie entre la France et les États-Unis. Titulaire d’un Master of Arts en Histoire américaine de l’Université de Californie, il a été le correspondant du groupe Valmonde sur la côte ouest dans les années 1990, avant de rentrer en France pour  occuper le poste de rédacteur en chef au  mensuel Le Spectacle du Monde.  Aujourd’hui il est consultant en communications et médias et se consacre à son blog « France-Amérique ».

Il est l'auteur de Mitt Romney ou le renouveau du mythe américain, paru chez Picollec on Octobre 2012.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€