Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 23 Octobre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le débat sur l'indemnité des députés finira-t-il par changer la donne
ou restera-t-il lettre morte ?

Les députés ont débattu jeudi soir à l'Assemblée de leur salaire et notamment de l'indemnité représentative de frais de mandat (IRFM). Si aucun amendement n'a été adopté, la discussion a permis de prendre conscience des incohérences du système.

Comptes d'apothicaire

Publié le

A lire aussi : Budget rectificatif 2012 : toutes ces mesures votées par l'Assemblée qui reviennent sur l'ère Sarkozy

A lire aussi : La République exemplaire, c’était donc ça... Quand l’Assemblée nationale agit comme si elle était au-dessus de la Loi

Jeudi soir, à l’occasion des discussions sur la loi de finances rectificatives, les députés ont débattu, à l’initiative de Charles de Courson et du groupe centriste (qu’ils en soient remerciés) de l’indemnité représentative de frais de mandat des députés, ainsi que de leur crédit « collaborateur ».

L’indemnité représentative de frais de mandat (IRFM) est destinée à couvrir les frais de mandat des députés.

Comme dans toutes les professions, il y a des frais, il est normal qu’ils soient remboursés, et que l’indemnité parlementaire ne soit pas mise à contribution pour cela. Cela fonctionne ainsi pour toutes les professions.

Cette indemnité est forfaitaire, son montant ayant été calculé en 2002 sur la base des dépenses d’un panel de députés, afin d’être au « juste niveau ». Ce choix n’est pas mauvais pour les finances publiques, car il oblige le député à gérer cet argent, alors qu’un système de note de frais incite au contraire à se laisser aller, sans véritable responsabilisation du député. Même si officiellement, un plafond existe, il y a toujours des petits malins pour obtenir une dérogation discrète. Au moins, avec le système actuel, une fois qu’il n’y a plus d’argent sur le compte, c’est fini, pas de rallonge possible.

Le souci est l’absence de contrôle de l’usage de cet argent. Il est versé sur un compte séparé, qui ne sert qu’à cela, et l’Assemblée peut, théoriquement, demander des comptes. Dans les faits, c’est extrêmement rarissime ! Or, les députés sont dans des situations très diverses. Certains n’ont que leur mandat de député, et l’IRFM leur sert effectivement à couvrir leurs frais. D’autres cumuls, et peuvent faire prendre en charge nombre de frais par la collectivité locale qu’ils dirigent. L’IRFM est alors un revenu complémentaire… défiscalisé.

 

Présentation de l'amendement par son auteur, Charles Courson 

Le débat qui a eu lieu hier soir portait sur cet aspect. Faut-il fiscaliser ce supplément de revenu, ou faut-il rendre l’argent en trop ?

En posant la question comme cela, on a fait un grand pas. Les députés (pas tous, mais beaucoup quand même) reconnaissent que l’IRFM est, plus ou moins partiellement, un revenu supplémentaire. Ils reconnaissent aussi que cela pose sérieusement question et qu’on ne peut pas continuer comme ça.

Même si le débat n’a pas débouché sur l’adoption des amendements, l’essentiel est acquis. Une prise de conscience a eu lieu, un débat public s’est produit. Les amendements de Charles de Courson n’étaient effectivement pas forcément très opérationnels. La solution relève des questeurs de l’Assemblée nationale, qui sont les trois députés chargés de la gestion matérielle et administrative de l’Assemblée.

 

Le rapporteur général rapporte le résultat des travaux de la commission des Finances


Le vote, sans surprise négatif

Ils peuvent prendre quelques décisions très simples, sur la manière de gérer l’IRFM. Il suffit par exemple de verser l’IRFM sur un compte bancaire au nom de l’Assemblée, et pas du député, sur lequel il aurait un droit de tirage, avec éventuellement obligation de présenter des justificatifs. Si à la fin de l’année, il reste de l’argent sur le compte, il retourne dans les caisses de l’Assemblée. C’est une simple mesure d’administration, un petit truc technique qui ne nécessite même pas une décision du Bureau.

Parfois, souvent même, la solution d’un problème ne réside pas dans une modification de la loi. Mais le dépôt et la discussion d’amendements en séance publique sont le seul moyen pour les députés de s’emparer d’un sujet et d’en débattre. Le débat permet souvent d’avancer, même s’il est déconnecté de la prise de décision.

Le débat d’hier soir est donc positif, à condition qu’il débouche sur une décision du collège des questeurs de l’Assemblée nationale. A eux de jouer !

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Before - 20/07/2012 - 14:02 - Signaler un abus Pas sûr que cela suffise

    La solution que vous proposez (le compte commun duquel les députés tirent les sommes dont ils ont besoin) doit obligatoirement prévoir l'obligation de présenter des justificatifs. Sinon, on tombe vite dans le travers des biens communs, et il y a fort à parier qu'il ne restera pas grand chose à la fin de l'année..

  • Par Loupdessteppes - 20/07/2012 - 18:43 - Signaler un abus La loi Ourson ?

    Il s'agit ici de la loi "Ourson" pris les pattes dans le pot de miel...

  • Par XI - 21/07/2012 - 06:41 - Signaler un abus petits oublis

    1° on oublie le régime très avantageux de la retraite des députés 2° on oublie que certains députés ne sont présents à l'assemblée que lors des sessions "obligatoires" mais perçoivent quand même l'intégralité des rémunérations ( à l'inverse des salariés) 3° on oublie que , du moins pour ceux qui ont été réélus , que ces mêmes députés se sont voté des augmentations régulières ces derniers mois, et qu'ils se sont voté une passerelle confortable vers la fonction d'avocat , à la fin de leur mandat. 4° on oublie de donner le chiffre global du fonctionnement , tous frais recensés , de cette assemblée ( comme du sénat d'ailleurs) en plus des indemnités facilement chiffrables .

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Authueil

Authueil est un célèbre blogueur.

Soutier dans un grand paquebot de la république, il fréquente régulièrement les couloirs de l'Assemblée Nationale.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€