Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 29 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Dans la tête de Vladimir Poutine : pour comprendre la vision géopolitique russe du monde

Derrière la crise en Ukraine plane l'ombre de la Russie, soutien de Viktor Ianoukovitch. Dans ce dossier comme dans celui de la Syrie, le président russe s'est placé à contre-courant du monde occidental. Une manière pour lui de remettre la Russie sur l'échiquier géopolitique mondial.

A la Russe

Publié le
Dans la tête de Vladimir Poutine : pour comprendre la vision géopolitique russe du monde

Vladimir Poutine et Barack Obama se sont entretenus le 21 février (photo d'archive). Crédit Reuters

Atlantico : Sur fond de relative accalmie de la crise ukrainienne, Barack Obama s'est entretenu le 21 février au soir avec le président russe afin de trouver une voie de sortie viable. Un fait qui n'est pas sans rappeler la résolution de la crise syrienne il y a quelques mois. Souvent qualifié de "nouveau Tsar", l'homme fort du Kremlin semble ainsi peaufiner son image de médiateur sur la scène internationale. Peut-on essayer de définir ce qu'est, au-delà des clichés, la vision géopolitique de Vladimir Poutine ?

Pierre Lorrain : Les discussions entre dirigeants des grandes puissances sur les dossiers brûlants sont inévitables et utiles pour connaître les positions respectives, éviter les malentendus et tenter de trouver des voies de médiation et de sortie de crise. Cela se passerait de la même manière si les dirigeants n’étaient pas Obama et Poutine.

En ce qui concerne la vision géopolitique de Vladimir Poutine, si tant est que l’on puisse appeler ainsi les impératifs russes en politique extérieure, elle peut se résumer en deux points : 1) défense des intérêts de la Russie là où ils existent ; 2) ailleurs, règlement pacifique des conflits dans le cadre des organisations internationales.

Les intérêts de la Russie sont évidemment nombreux, mais les trois priorités actuelles sont la défense des intérêts économiques, le maintien d’une force de dissuasion crédible (ce qui implique une opposition active à tout ce qui peut mettre en danger le potentiel russe de riposte nucléaire) et la lutte contre l’islamisme qui menace directement le Caucase russe et le sud de la Russie.

Contrairement à une vision manichéenne très répandue, la Russie n’est pas dans une position d’antagonisme à l’égard des pays occidentaux. Elle constitue un partenaire fiable pour la résolution d’un certain nombre de conflits. Elle a soutenu et soutient encore les efforts occidentaux en Afghanistan (notamment transit de fret de l’OTAN par le territoire russe) ou en Iran (la Russie a voté des sanctions contre la république islamique et applique un embargo sur les armes). Elle est également partie prenante dans les tentatives de résolution de la crise au Proche-Orient. Certes, elle s’est opposée à l’action de la coalition américaine en Irak, mais avec la France et l’Allemagne. En revanche, elle s’est abstenue (avec l’Allemagne) au Conseil de Sécurité des Nations unies lors du vote de la résolution 1973 sur une action occidentale en Libye, ce qui revenait à donner son feu vert. Mais, et c’est le moins que l’on puisse dire, elle n’a pas été satisfaite du résultat.

Sur la Syrie, la position de Vladimir Poutine, affirmée notamment lors de sa rencontre avec le président Hollande à Paris en juin 2012, est depuis le début la suivante : ne pas renverser un régime sans être sûr de ce qui va le remplacer. La montée en puissance des islamistes liés à Al-Qaïda lui a donné raison et a incité Washington et ses alliés à reculer sur le principe d’une intervention armée. Dans le même temps, la Russie a soutenu diplomatiquement la France dans son intervention contre les islamistes au Mali.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Adi Perdu - 23/02/2014 - 13:43 - Signaler un abus Poutine ? D'abord la lucidité !

    La France deviendra dans moins de 20 ans la colonie de ses anciennes colonies. (sir) Vladimir Poutine

  • Par gliocyte - 23/02/2014 - 18:30 - Signaler un abus Pour une fois

    Un contributeur se détache du lot et du "russian bashing", le seul mot d'ordre pour tous les médias. Merci donc à Pierre Lorrain pour son article plus objectif sur V Poutine. .

  • Par von straffenberg - 23/02/2014 - 18:49 - Signaler un abus Poutine un allié indispensable

    Bonjour . Au lieu de sombrer dans une critique systématique du maître du Kremlin nos gouvernants et nos médias bien pensants devraient y réfléchir à 2 fois et être objectif .Poutine a des valeurs ( certaines malheureusement méprisées par nos dirigeants ) une analyse fine de la situation internationale et surtout il possède la clef pour dénouer le nœud iranien .Il traite d'égal à égal avec Barack ce n'est pas le cas chez nous .Après on peut lui trouver plein de défaut , c'est sans intérêt et improductif pour notre diplomatie française et surtout notre pays .Von straffenberg

  • Par perinp - 23/02/2014 - 22:08 - Signaler un abus merci a Mr Pierre Lorrain et

    merci a Mr Pierre Lorrain et Nicolas Mazzucchi, pour cette article intelligent, La grande majorité des journalistes donc de crétins, ne comprennent rien au monde qui les entourent, Atlantico fait partie des médias qui élèvent le débat

  • Par cbrunet - 23/02/2014 - 22:14 - Signaler un abus Enfin !!!

    On peut donc parler calmement et honnetement de la Russie et de V.Poutine en France. Merci, c'est un début timide mais bien agréable . N'en déplaise à nos bhl de pacotille.

  • Par Léa - 23/02/2014 - 22:58 - Signaler un abus Merci d'élever le débat, Atlantico

    Enfin un article équilibré, loin de l'imbécile hystérie anti-Poutine qu'on rencontre partout ailleurs dans les médias.

  • Par jpierrr - 24/02/2014 - 00:53 - Signaler un abus De vraies analyses, qui aident la compréhension !

    La Russie a été ennemie de la France sous Napoléon, en Crimée et pendant la guerre froide. Mais sans elle, la France aurait perdu les 2 guerres mondiales ! Aujourd'hui, c'est un pays difficile à gérer, qui défend ses intérêts, comme tous les autres... V Poutine et ses équipes sont loin d'être des saints, mais ne s'en sortent pas trop mal, pour la Russie et le monde.

  • Par Daisy.A - 24/02/2014 - 06:45 - Signaler un abus @Pierre Lorrain et Nicolas Mazzucchi

    Ce que vous dites sur Vladimir Poutine est vrai pour tout leader d'un pays démocratique: - 1) défense des intérêts de la France là où ils existent ; 2) ailleurs, règlement pacifique des conflits dans le cadre des organisations internationales. - 1) défense des intérêts de la Pays Bas là où ils existent ; 2) ailleurs, règlement pacifique des conflits dans le cadre des organisations internationales. - etc etc etc

  • Par fouloas - 24/02/2014 - 06:48 - Signaler un abus prix nobel de la paix poutine/obama

    quitte à brader le nobel de la paix ,Poutine avait beaucoup plus d'atouts que Obama pour prétendre le prix Nobel de la paix..le comité du Nobel de la paix s'est dévoyé depuis quelques temps...

  • Par MauvaiseFoi - 24/02/2014 - 06:54 - Signaler un abus Le joueur d'échecs

    La plupart des "occidentaux" n'ont jamais rien compris aux Russes et n'y comprendront jamais rien. Qu'il plaise ou pas par les moyens utilisés, Poutine est typiquement un homme d'état russe reconnu par ses concitoyens qui défend avant tout les intérêts de son pays. Devrait-on le lui reprocher ? De plus, il semble bien qu'il soit un redoutable stratège, qualité qu'on a bien du mal à trouver chez nos chers dirigeants.

  • Par Daisy.A - 24/02/2014 - 07:02 - Signaler un abus V.Poutine ne s'en sort pas trop mal

    Depuis son arrivée au pouvoir en 2000, le PIB de Russie a augmenté de 260%, le revenu par habitant a augmenté de 400%, et le taux de chômage actuel est à 6.8%. Qui dit mieux?

  • Par Daisy.A - 24/02/2014 - 07:31 - Signaler un abus La plupart des "occidentaux" n'ont jamais rien compris aux Russe

    On ne gouverne pas un pays fédéral, sis sur 7 fuseaux horaires, comme on gouverne la France, Italie ou Espagne. La Russie a besoin d'un leader fort, elle ne pourrait jamais se contenter d'une mauviette de type Hollande. - La grande réussite de Poutine c'est d'avoir rendu sa fierté et le rang qu'il mérite au peuple russe, grand peuple parmi les grands. Le succès des jeux olympiques d'hiver sont là pour le prouver. Des millions de Russes ont accompli en 7 ans un travail pharaonique. Des milliers de volontaires l'ont fait vivre. Des milliers d'artistes et d'écoliers y ont participé, et tout ça sans le moindre sous de l'occident. Il faut remercier le peuple russe pour ce grand cadeau fait au monde entier.

  • Par kronfi - 24/02/2014 - 14:52 - Signaler un abus une des meilleures contributions

    que j'ai pu lire sur la Russie et Poutine... on est loin du Poutine bashing et des analyses stupides, et fausses entendues et lues ici delà.... la France diplomatique ferait bien de prendre conseil, auprès d'analystes en geo politique brillants plutôt que de s'inspirer des pages internationales de torchons comme libe, ou le parisien..

  • Par alankin - 24/02/2014 - 19:16 - Signaler un abus enfin....

    ravi de voir un site d'info... faire de l'info.. Bravo à l'auteur et à atlantico.

  • Par alankin - 24/02/2014 - 19:27 - Signaler un abus de plus...

    pour bien connaitre la communauté russe en France, ceux cis sont bcp plus demandeurs sur la lutte contre la corruption et l'aménagement de leur immense territoire que sur la démocratie en un clic que souhaite l'Europe infantile...

  • Par Daisy.A - 24/02/2014 - 19:32 - Signaler un abus @Nictot:

    "La France deviendra dans moins de 20 ans la colonie de ses anciennes colonies" - V.Poutine - On y est déjà.

  • Par alankin - 24/02/2014 - 19:34 - Signaler un abus je dirais même plus..

    l'OTAN non reconfiguré tente, on le voit bien, de maintenir une posture de possible guerre froide, juste histoire de se donner une raison d'exister. ils sont prêts à inventer des menaces qui n'existent plus. la posture chiraquienne était bien dans la nuance, mais alors, depuis le grand virage atlantiste de NS avec son Otan, suivi par Hollande, on va de caricature en caricature.

  • Par Daisy.A - 24/02/2014 - 19:41 - Signaler un abus Ukraine : la Russie ne reconnaît pas le nouveau pouvoir

    Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev: "Strictement parlant, aujourd'hui nous n'avons personne avec qui parler. La légitimité de toute une série d'organes du pouvoir là-bas suscite de sérieux doutes. Si on considère que des gens qui se baladent dans Kiev avec des masques noirs et des kalachnikovs sont le gouvernement, alors il nous sera difficile de travailler avec un tel gouvernement. Certains de nos partenaires occidentaux considèrent qu'il est légitime. Je ne sais pas quelle Constitution ils ont lue, mais il me semble que c'est une aberration de considérer comme légitime ce qui est en fait le résultat d'une révolte".

  • Par Adi Perdu - 24/02/2014 - 20:46 - Signaler un abus Daysi.A - 24/02/2014 - 19:32

    Ah Bah oui ! La citation de Poutine date de... 1995. ° Moi ce n'est pas Nictot, c'est Niktot (c'est du russe "Nikto" orthographié "Niktot" parce que...) ;-)

  • Par lemoncitron - 24/02/2014 - 23:57 - Signaler un abus Etonnant...

    C'est un peu anecdotique (quoique...) mais bizarrement sur Google Actualités ( https://news.google.fr/ ) l'Ukraine a quasiment disparu des Unes. A part un petit article planqué dans la masse. Ce matin encore il y avait un max d'articles sur le sujet. Puis Medvedev a parlé. Et là, shazam! , le flot s'est tari. Il semble tout d'un coup que l'Europe et les US deviennent très prudents, font comme s'ils marchaient sur des oeufs, temporisent par rapport aux promesses faites aux insurgés, essayent de calmer les ardeurs, bref, préparent le terrain de la déconvenue des europhiles d'ukraine (l'ouest en gros). Et surtout, surtout, ils ont entamé la mélopée de "l'intégrité territoriale"... Car si l'Ukraine se scinde, l'ouest pour nous et l'est pour la russie, l'europe se retrouverait avec sur les bras une population sans le sous avec quelques millions de chômeurs supplémentaires qui débarqueraient dans nos contrées. L'est plus riche, se tournerait vers son allié plus que naturel, la russie. ...

  • Par lemoncitron - 24/02/2014 - 23:58 - Signaler un abus suite et fin

    ... Je pense que les russes attendaient la fin des jeux, surtout poutine qui a porté le projet, c'était très important pour eux. Maintenant que c'est terminé, qu'ils ont réussi à éteindre le russian bashing d'avant les jeux et que le monde occidental a bien été obligé de reconnaitre la réussite de sotchi, la lrussie revient aux affaires. Quand on se souvient du "coup" de lavrov et poutine sur les armes chimiques en syrie, on sent bien que la partie n'est pas finie.

  • Par Daisy.A - 25/02/2014 - 01:11 - Signaler un abus "l'Ukraine a quasiment disparu des Unes"

    Et pour cause. Si la Russie retire son aide financière, l'Europe se trouve avec un pays en faillite sur les bras. Dès 2008, Ukraine a fait appel au FMI. Placé sous perfusion depuis, l'Ukraine a dû, dans un premier temps, soutenir son secteur bancaire mais n'a pas suffisamment réduit ses dépenses comme le demandait le FMI - fin 2012, ces dernières atteignaient en effet plus de 50% du PIB. Conséquence : le FMI a suspendu le plan d'aide de près de 30 milliards de dollars accordé entre 2008 et 2010. - Kiev s'est successivement tourné vers l'Union européenne et la Russie pour obtenir un soutien urgent. La note de l'Ukraine a été progressivement dégradée par les agences de notation pour atteindre un niveau proche du défaut de paiement aujourd'hui. Elle doit rembourser 13 milliards de dette au FMI, argent qu'elle n'a pas. Endetté et en crise, l'Ukraine n'est donc plus maître de son destin. L'appui dont elle va nécessairement avoir besoin devrait faire l'objet d'âpres négociations avec la Russie, qui absorbe 25% des exportations ukrainiennes et représente 32% des importations du pays et le EU qui lui a seulement promis une aide de 600 millions, une misère.

  • Par Daisy.A - 25/02/2014 - 01:15 - Signaler un abus "Nous disons à l'Ukraine :

    "Nous disons à l'Ukraine : bien sûr vous avez le droit de choisir votre voie, mais dans ce cas nous nous verrons dans l'obligation d'augmenter les droits de douane à l'importation" - le ministre russe de l'Economie, Alexeï Oulioukaev. - Ce n'est pas le seul levier de Moscou. Jusqu'ici, l'Ukraine était un point de passage du gaz russe vers l'Europe. Elle prélevait une partie des bénéfices de Gazprom et s'approvisionnait à plus de 80% en Russie. Mais la Russie développe des oléoducs contournant le pays, diminuant le rôle stratégique de Kiev. La hausse du prix du gaz pourrait plomber un peu plus la compétitivité ukrainienne.

  • Par Justinien10 - 25/02/2014 - 10:31 - Signaler un abus Le peuple ukrainien a choisi la liberté !

    Rappelons d'abord que le peuple ukrainien a choisi l'indépendance en 1991, à plus de 90 % !! Et aujourd'hui encore l'immense majorité ne veut pas être soumise à Poutine ! Quels que soient les raisons historiques, c'est la volonté de la majorité qui prime dans une démocratie ! Dans l'exemple avancé par ces soi-disants "experts" pro-russes : si demain l'Ecosse vote pour l'indépendance à 80%, Londres ne va pas envoyer des chars à Edimbourg ! Poutine n'a toujours pas compris que l'Ukraine est un pays indépendant, différent et égal à la Russie en droit ! La France essaye-t-elle de dominer son "étranger proche", comme la Belgique ou la Suisse ? Poutine n'est qu'un tyran impérialiste, corrompu et dictatorial, qui essaye de dominer ses voisins par la terreur : il a lamentablement échoué, heureusement ! Merci et bravo au peuple ukrainien !

  • Par Justinien10 - 25/02/2014 - 10:44 - Signaler un abus Article pro-poutine ! Poutine est un dictateur corrompu

    On estime la fortune de Poutine à 40 milliards de $, les entrepreneurs sont rackettés par la police et la justice russes ultra-corrompus, des journalistes sont emprisonnés, ou assassinés, les opposants condamnés à des années de camp, la presse et la télévision aux ordres... et ces "experts" défendent et admirent Poutine ! Rappelons encore que l'Ukraine a voté en 1991 pour son indépendance ! La Russie n'a aucun "droit" sur elle, pas plus que sur le Japon ou l'Australie ! Poutine est un ancien officier du KGB, qui méprise la démocratie et les droits de l'homme. il veut imposer aux pays voisins le pouvoir russe par la peur ou les chars (comme en Géorgie). Mais ses prétentions sont ridicules : la Russie n'a que le dixième du PIB des USA, le cinquième de celui de la Chine : ce n'est pas un pays émergent, mais une dictature corrompue basée sur le pétrole, une "Arabie sous la neige" , où les infrastructures tombent en ruine : les hôpitaux et les écoles russes sont misérables, et il n'y a toujours pas d'autoroute entre Moscou et saint-Pétersbourg ! Tout l'argent tiré du gaz et du pétrole et détourné par les "siloviki" amis de Poutine, ou utilisé pour fabriquer des missiles nucléaires !

  • Par Justinien10 - 25/02/2014 - 10:59 - Signaler un abus Article pro-russe typique des anti-américains

    Ces soi-disants experts sont d'anciens pro-soviétiques, toujours anti-américains. Ils sont prêts à soutenir n'importe quel dictateur du moment qu'il est anti-américain. Or Poutine n'est pas défendable : corrompu, assis sur un régime ultra-corrompu (la police et la justice russes rackettent le pays), il n'a même pas développé la Russie, qui reste un pays pauvre dés que l'on sort de Moscou. Au contraire de la Chine, qui est un véritable pays émergent, la Russie n'exporte que du gaz et du pétrole. En 2013, la croissance russe ne fut que de 1,3% (moins qu'en Allemagne !) et l'espérance de vie des Russes égale celle des Kényans ! Poutine joue toujours sur un nationalisme agressif et menaçant, comme si les Polonais, les Suédois ou les Mongols allaient envahir l'immense Russie ! Il rêve de faire "jeu égal" avec les USA, qui ont dix fois le PIB de la Russie ! Et qui rêve dans le monde d'aller vivre en Russie ?

  • Par angon - 25/02/2014 - 18:40 - Signaler un abus @ Justinien10 - 25/02/2014 Sur Atlantico, on aime bien Poutine

    Mais vous exagérez... 3 commentaires pour vanter ses mérites, çà fait un peu propagande de gauche quand même... Bon, on ne lit pas tout hein ! Désolé,mais merci quand même.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pierre Lorrain et Nicolas Mazzucchi

Pierre Lorrain est chercheur à l'Institut d'histoire sociale de Nanterre, spécialiste de l'URSS et de la Russie. Il est également journaliste et écrivain.

Nicolas Mazzucchi est géoéconomiste spécialiste des questions énergétiques. Il est chercheur associé à l’IRIS, fondateur du cabinet Polemos Consulting et professeur associé à l’Ecole de Guerre Economique, HEC et Sciences-Po Lille.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€